The Fort Worth Press - Entre soulagement et désolation, les évacués de Gironde retrouvent leurs maisons

USD -
AED 3.673042
AFN 70.642244
ALL 92.090162
AMD 387.733554
ANG 1.801038
AOA 872.635041
ARS 923.859707
AUD 1.495886
AWG 1.8
AZN 1.70397
BAM 1.795712
BBD 2.01772
BDT 117.421843
BGN 1.798041
BHD 0.376624
BIF 2878.299591
BMD 1
BND 1.344259
BOB 6.905385
BRL 5.600104
BSD 0.999311
BTN 83.605013
BWP 13.532571
BYN 3.27044
BYR 19600
BZD 2.014323
CAD 1.37715
CDF 2830.000362
CHF 0.888829
CLF 0.033859
CLP 941.752743
CNY 7.270395
CNH 7.285695
COP 4046.274618
CRC 524.353854
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.239499
CZK 23.180504
DJF 177.927742
DKK 6.855904
DOP 59.165404
DZD 134.516825
EGP 48.216499
ERN 15
ETB 57.287059
EUR 0.91805
FJD 2.235704
FKP 0.77056
GBP 0.774174
GEL 2.71504
GGP 0.77056
GHS 15.419364
GIP 0.77056
GMD 67.803851
GNF 8602.12092
GTQ 7.764771
GYD 209.071294
HKD 7.81075
HNL 24.750494
HRK 6.90795
HTG 131.910205
HUF 359.030388
IDR 16213.05
ILS 3.645304
IMP 0.77056
INR 83.72985
IQD 1309.094248
IRR 42092.503816
ISK 137.570386
JEP 0.77056
JMD 156.167654
JOD 0.708704
JPY 157.48504
KES 128.412064
KGS 84.642704
KHR 4105.954184
KMF 452.750384
KPW 900.00035
KRW 1389.803789
KWD 0.30582
KYD 0.832759
KZT 476.114401
LAK 22160.400312
LBP 89490.428316
LKR 303.401735
LRD 195.023642
LSL 18.32989
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.819355
MAD 9.846853
MDL 17.688105
MGA 4501.675619
MKD 56.567048
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.038011
MRU 39.433503
MUR 46.670378
MVR 15.350378
MWK 1732.819171
MXN 18.063904
MYR 4.687504
MZN 63.899991
NAD 18.32989
NGN 1605.503725
NIO 36.780976
NOK 10.923104
NPR 133.767617
NZD 1.662511
OMR 0.384639
PAB 0.999311
PEN 3.742001
PGK 3.914061
PHP 58.398038
PKR 277.914888
PLN 3.938964
PYG 7556.351283
QAR 3.647248
RON 4.566404
RSD 107.469678
RUB 87.640454
RWF 1309.369692
SAR 3.750959
SBD 8.457605
SCR 14.112038
SDG 586.000339
SEK 10.67998
SGD 1.345038
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.087545
SRD 29.708038
STD 20697.981008
SVC 8.744434
SYP 2512.53037
SZL 18.333563
THB 36.362038
TJS 10.627921
TMT 3.51
TND 3.098104
TOP 2.363104
TRY 33.028038
TTD 6.786944
TWD 32.795804
TZS 2683.193316
UAH 41.463618
UGX 3692.787954
UYU 40.269935
UZS 12592.38856
VEF 3622552.534434
VES 36.560996
VND 25327.5
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 602.265069
XAG 0.034225
XAU 0.000417
XCD 2.70255
XDR 0.753799
XOF 602.265069
XPF 109.498233
YER 250.350363
ZAR 18.27755
ZMK 9001.203587
ZMW 25.507965
ZWL 321.999592
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Entre soulagement et désolation, les évacués de Gironde retrouvent leurs maisons
Entre soulagement et désolation, les évacués de Gironde retrouvent leurs maisons / Photo: © AFP/Archives

Entre soulagement et désolation, les évacués de Gironde retrouvent leurs maisons

Dans la pinède qui borde le jardin de Jean-Luc Labadie, les cendres s'étendent à perte de vue. Tout juste rentré après avoir été évacué face aux flammes qui menaçaient sa maison, cet habitant de Belin-Béliet (Gironde) contemple, amer, un paysage lunaire.

Taille du texte:

"Je suis né ici, je n'avais jamais vécu ça. C'est l'apocalypse", soupire Jean-Luc Labadie, 53 ans, qui fait partie des 8.000 évacués autorisés dimanche après-midi à regagner leurs domiciles.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le feu s'était approché à 50 mètres de sa maison, qu'il a quitté avec les gendarmes "la mort dans l'âme".

En partant, il avait laissé ouvert son portail pour permettre aux pompiers d'accéder à la pinède.

"Ils ont fait un boulot formidable. Nous on s'en sort bien, on n'a pas eu de dégâts. Tout le monde n'a pas eu cette chance", explique-t-il.

Dans cette commune de 5.700 habitants, neuf habitations et huit dépendances ont été détruites par les flammes, selon le maire, Cyrille Declercq.

Dans le centre de Belin-Béliet, les volets rouvraient progressivement lundi matin et les habitants retrouvaient leurs habitudes à la terrasse du café, malgré l'odeur de bois brûlé.

"Je suis rentré dès que j'ai pu. Mais voir les dégâts, c'est affreux, ça met un coup. A côté de chez moi, il y a une maison dont il ne reste que les murs", raconte Jean-Pierre Pichon, 52 ans, attablé au bar-tabac.

- "On risque de craquer" -

Un peu plus loin, en bordure de la commune, la maison de François Prioleau, 75 ans, paraît miraculée, cernée par des pins carbonisés d'où s'échappent encore quelques fumées.

Devant sa porte, un générateur ronronne: l'électricité a été coupée et il ne sait pas "quand elle reviendra".

Sa voisine d'en face, Claudine Gosse, "tombe de fatigue" après être rentrée chez elle tard dans la nuit.

"J'ai eu peur de perdre de ma maison. On se dit que c'est fichu. On pense à tout ce que l'on aurait voulu prendre, aux albums photo des enfants", relate l'infirmière de 59 ans, d'une voix encore tremblante.

Jean-Luc Labadie, lui, a passé la semaine à surveiller ses caméras de vidéo-surveillance. Allers-retours des pompiers, rondes des gendarmes: rien ne lui a échappé.

"Tant que ça tournait, ça voulait dire qu'elles n'étaient pas en cendres", sourit-il.

Sa maison est restée immaculée mais derrière, à quelques mètres, le sol de la forêt est noir, parsemé de pommes de pin carbonisées et de quelques troncs effondrés.

"Ce paysage, c'est désolant. Pour le moment, on est soulagés de rentrer. Mais d'ici quelques jours, on risque de craquer", ajoute Jean-Luc Labadie.

- Prudence -

La vie reprenait aussi son cours lundi matin à Saint-Magne, point de départ de l'incendie, à une dizaine de kilomètres de Belin-Béliet.

Les habitants de la commune avaient été évacués mardi pour la deuxième fois de l'été, après le feu de Landiras mi-juillet.

"Au début, je ne voulais pas repartir. Mais ma fille était très inquiète, elle m'a dit qu'elle avertirait la police. Je ne suis pas un rebelle, mais à mon âge, c'est dur pour le moral", souffle Jean-Claude Fourcade, 82 ans.

Le directeur des pompiers de Gironde, Marc Vermeulen, a appelé dimanche les évacués à faire preuve de "la plus grande prudence", rappelant que "feu fixé ne veut pas dire feu éteint".

Si la pluie a humidifié la surface du sol, la terre continue par endroit de se consumer "à 20 ou 30 centimètres de profondeur", détaille le commandant Matthieu Jomain, porte-parole des pompiers.

Le massif forestier reste interdit au public dans l'ensemble du département jusqu'à nouvel ordre.

N.Patterson--TFWP