The Fort Worth Press - Sécheresse: dans le Nord, le boom des piscines privées interroge

USD -
AED 3.672975
AFN 70.774255
ALL 92.738997
AMD 388.390267
ANG 1.802659
AOA 872.636047
ARS 927.508597
AUD 1.513833
AWG 1.8
AZN 1.700714
BAM 1.804227
BBD 2.019631
BDT 117.526591
BGN 1.801455
BHD 0.376901
BIF 2881.430983
BMD 1
BND 1.345006
BOB 6.911375
BRL 5.6095
BSD 1.000268
BTN 83.726811
BWP 13.571831
BYN 3.273402
BYR 19600
BZD 2.016218
CAD 1.379315
CDF 2864.999966
CHF 0.883805
CLF 0.034341
CLP 947.639884
CNY 7.263703
CNH 7.26483
COP 4032.51
CRC 530.253411
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.719541
CZK 23.399202
DJF 178.116438
DKK 6.87363
DOP 59.215321
DZD 134.690362
EGP 48.358899
ERN 15
ETB 57.818563
EUR 0.92107
FJD 2.250298
FKP 0.77056
GBP 0.773965
GEL 2.71497
GGP 0.77056
GHS 15.503547
GIP 0.77056
GMD 67.749905
GNF 8619.84668
GTQ 7.760999
GYD 209.269287
HKD 7.809125
HNL 24.770067
HRK 6.90795
HTG 132.028302
HUF 362.394504
IDR 16220.7
ILS 3.649715
IMP 0.77056
INR 83.70685
IQD 1310.320015
IRR 42105.00022
ISK 137.889448
JEP 0.77056
JMD 156.539146
JOD 0.7087
JPY 153.371502
KES 133.000311
KGS 84.227297
KHR 4107.895684
KMF 453.749957
KPW 900.00035
KRW 1379.849926
KWD 0.30563
KYD 0.833572
KZT 474.073117
LAK 22170.459682
LBP 89571.867418
LKR 303.631885
LRD 195.044326
LSL 18.312377
LTL 2.952739
LVL 0.60489
LYD 4.833904
MAD 9.889484
MDL 17.789504
MGA 4545.161022
MKD 56.844494
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.046051
MRU 39.589118
MUR 46.7304
MVR 15.360353
MWK 1734.393594
MXN 18.37366
MYR 4.672497
MZN 63.899991
NAD 18.312377
NGN 1591.749811
NIO 36.817004
NOK 11.014329
NPR 133.962786
NZD 1.681395
OMR 0.384943
PAB 1.000268
PEN 3.75919
PGK 3.867123
PHP 58.525989
PKR 278.568094
PLN 3.95448
PYG 7575.575871
QAR 3.649136
RON 4.5787
RSD 107.840967
RUB 86.196599
RWF 1313.733268
SAR 3.75134
SBD 8.475946
SCR 13.60904
SDG 586.000147
SEK 10.75406
SGD 1.34166
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.673693
SRD 29.152015
STD 20697.981008
SVC 8.751764
SYP 2512.53037
SZL 18.307949
THB 35.9835
TJS 10.652577
TMT 3.51
TND 3.106706
TOP 2.376599
TRY 32.848095
TTD 6.79883
TWD 32.6995
TZS 2692.838014
UAH 41.250634
UGX 3720.445383
UYU 40.147231
UZS 12587.522255
VEF 3622552.534434
VES 36.511852
VND 25360
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 605.120801
XAG 0.034056
XAU 0.000412
XCD 2.70255
XDR 0.754421
XOF 605.120801
XPF 110.017435
YER 250.350124
ZAR 18.296301
ZMK 9001.197507
ZMW 26.056033
ZWL 321.999592
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Sécheresse: dans le Nord, le boom des piscines privées interroge
Sécheresse: dans le Nord, le boom des piscines privées interroge / Photo: © AFP/Archives

Sécheresse: dans le Nord, le boom des piscines privées interroge

"Enfant, jamais je n'aurais imaginé avoir une piscine !", s'émerveille Clotilde en aspergeant son neveu dans le bassin familial flambant neuf, à Verlinghem (Nord). Favorisées par la hausse des températures, ces constructions se multiplient dans les Hauts-de-France, suscitant des interrogations au moment où la France manque d'eau.

Taille du texte:

Brassards orange et rire éclatant, Basile, 3 ans, tournoie au-dessus de l'eau dans les bras de son père. "Cette piscine, ça donne une autre dynamique à la vie de famille", raconte Clotilde Sanz. Pour elle, ses soeurs, leurs enfants, la maison parentale est depuis quelques mois "encore plus un lieu de vie, de retrouvailles".

Né du confinement, "ce projet nous change la vie. Dès le réveil, on est en vacances !", s'enthousiasme son père, Frédéric Sanz, qui hésitera désormais "beaucoup plus" à voyager l'été.

"Depuis la crise du Covid-19, on a multiplié nos ventes par sept", confirme Vincent Brisse, directeur commercial de "Sensassion Piscine", leur installateur. "Quand j'ai commencé en 2003, on en vendait une vingtaine par an. Aujourd'hui, c'est plus d'une centaine".

Selon la Fédération des professionnels de la piscine (FPP), sur les 3,2 millions de piscines privées existant en France fin 2021, 135.000 étaient dans les Hauts-de-France, contre moins de 30.000 en 2005.

- "Non-sens" -

Seules 7% des maisons individuelles en sont aujourd'hui équipées dans la région, mais la hausse des températures aide "le marché à se développer", observe la déléguée générale de la FPP Joëlle Pulinx-Challett.

"Les piscines sont aussi devenues plus petites, moins chères", offrant "la possibilité à une clientèle moins aisée d'y accéder", note Laurent Piette, vendeur de piscines "en kit".

Dans un jardin à la pelouse brûlée à Leforest (Pas-de-Calais), il aide un client à finaliser son bassin. Cette partie du département n'est pas encore placée en "alerte sécheresse", laissant la possibilité de le remplir.

"C'est toujours au pied du mur qu'on agit. Les mesures de restriction devraient être prises bien en amont", déplore Arnaud Gauthier, enseignant-chercheur dans le domaine de l'eau à l'Université de Lille.

A l'heure où la France connaît sa pire sécheresse depuis 1959, "construire des piscines relève du non-sens", tranche-t-il. Quelques communes françaises "réfléchissent même activement à modifier les plans locaux d'urbanisme pour limiter leur construction", note-t-il.

En 2020, chaque Français a consommé 148 litres d'eau potable par jour en moyenne (54 m3/an), selon l'observatoire national des services de l'eau et d'assainissement (Sispea). Avec d'importantes disparités géographiques: 232 litres dans les Alpes-maritimes, contre 116,6 dans le Nord. "Le climat, l'impact potentiel des piscines", l'expliquent en partie, selon Sispea.

- "Bouc émissaire" -

"Les piscines privées représentent 0,1% de la consommation totale d'eau en France", réplique Joëlle Pulinx-Challett. Si le premier remplissage est consommateur (45 m3 environ), l'eau n'est renouvelée que d'un tiers chaque année.

"Cela peut représenter 15% de la consommation d'une famille", analyse Nicolas Roche, chercheur au Centre Européen de Recherche et d'Enseignement de Géosciences de l'Environnement (CEREGE). Mais "arroser sa pelouse de 100 m2 pendant un mois consommera dix fois plus", ajoute-t-il, appelant à "éviter la politique du bouc émissaire".

L'eau, essentielle à toutes les activités, sera plus rare à l'avenir et "des usages prioritaires doivent être désignés" localement, souligne-t-il. Il appelle à "donner une valeur environnementale à l'eau", avec un prix fluctuant l'été, "lorsqu'elle est moins disponible", et en fonction des usages, "essentiels" ou "récréatifs".

Dans le bassin Artois-Picardie, "le volume annuellement disponible est aujourd'hui totalement utilisé, on n'a plus de marge", alerte le directeur de l'Agence de l'eau régionale, Thierry Vatin. Un tiers est consommé durant l'été, majoritairement pour l'agriculture, dont les besoins grandissent. "Avec des excès d'usages récréatifs en plus, on surexploite."

"On a l'objectif de réduire de 10% la consommation d'ici six ans", indique-t-il. Le partage entre types d'usagers doit être prochainement tranché au sein de "commissions locales" incluant toutes les parties. "Tous devront faire des économies."

Certains élus plaident pour une tarification progressive: un volume d'eau gratuit pour les besoins essentiels, puis un prix élevé au-dessus d'un certain seuil.

S.Weaver--TFWP