The Fort Worth Press - Dans la ville la plus chaude du Pakistan, une spirale de canicule et de pauvreté extrêmes

USD -
AED 3.673029
AFN 71.000265
ALL 92.649577
AMD 388.369638
ANG 1.803234
AOA 850.498008
ARS 890.024802
AUD 1.51159
AWG 1.8025
AZN 1.69797
BAM 1.805659
BBD 2.020191
BDT 117.212059
BGN 1.806935
BHD 0.376813
BIF 2879
BMD 1
BND 1.349398
BOB 6.914157
BRL 5.152501
BSD 1.000586
BTN 83.303836
BWP 13.52075
BYN 3.274431
BYR 19600
BZD 2.016821
CAD 1.36943
CDF 2799.999624
CHF 0.915173
CLF 0.032569
CLP 898.690102
CNY 7.241303
CNH 7.25508
COP 3829.75
CRC 513.03818
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.149905
CZK 22.8413
DJF 177.720172
DKK 6.8932
DOP 58.749724
DZD 134.622974
EGP 46.785601
ERN 15
ETB 57.124983
EUR 0.923802
FJD 2.260017
FKP 0.796099
GBP 0.786301
GEL 2.719871
GGP 0.796099
GHS 14.550293
GIP 0.796099
GMD 67.749965
GNF 8600.99987
GTQ 7.774439
GYD 209.330988
HKD 7.80675
HNL 24.760301
HRK 6.979956
HTG 133.324101
HUF 357.719792
IDR 16037.8
ILS 3.67392
IMP 0.796099
INR 83.28915
IQD 1310
IRR 42062.49576
ISK 138.680454
JEP 0.796099
JMD 156.100263
JOD 0.708901
JPY 156.747994
KES 132.000093
KGS 88.020946
KHR 4076.999925
KMF 454.850131
KPW 899.999697
KRW 1366.825047
KWD 0.30699
KYD 0.833856
KZT 443.007298
LAK 21374.999912
LBP 89549.99983
LKR 300.106172
LRD 193.574992
LSL 18.289639
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.83499
MAD 9.91625
MDL 17.679798
MGA 4444.000299
MKD 56.874469
MMK 2101.166956
MNT 3449.999773
MOP 8.044887
MRU 39.729828
MUR 46.159969
MVR 15.450208
MWK 1732.507189
MXN 16.65357
MYR 4.692503
MZN 63.498111
NAD 18.289678
NGN 1432.501353
NIO 36.750194
NOK 10.708403
NPR 133.288095
NZD 1.641015
OMR 0.384794
PAB 1.000609
PEN 3.734033
PGK 3.8415
PHP 58.034942
PKR 278.549802
PLN 3.944686
PYG 7528.043207
QAR 3.64125
RON 4.5963
RSD 108.222031
RUB 90.201968
RWF 1296
SAR 3.750445
SBD 8.500231
SCR 13.806018
SDG 601.000008
SEK 10.736898
SGD 1.349896
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999926
SRD 32.510249
STD 20697.981008
SVC 8.754899
SYP 2512.529855
SZL 18.29016
THB 36.439908
TJS 10.790969
TMT 3.5
TND 3.121503
TOP 2.36205
TRY 32.196201
TTD 6.790443
TWD 32.274503
TZS 2595.000564
UAH 39.809905
UGX 3813.823379
UYU 38.443429
UZS 12739.999865
VEF 3622552.534434
VES 36.500742
VND 25465
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 605.601256
XAG 0.032485
XAU 0.00042
XCD 2.70255
XDR 0.755851
XOF 603.496475
XPF 110.624981
YER 250.4053
ZAR 18.277499
ZMK 9001.206495
ZMW 26.089887
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.0000

    910.52

    -0.11%

  • BEL20

    5.9900

    3996.7

    +0.15%

  • PX1

    -49.6600

    8092.11

    -0.61%

  • ISEQ

    70.8700

    10053.16

    +0.71%

  • OSEBX

    -6.2700

    1418.31

    -0.44%

  • PSI20

    44.8800

    6950.11

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -21.5100

    3504.27

    -0.61%

Dans la ville la plus chaude du Pakistan, une spirale de canicule et de pauvreté extrêmes
Dans la ville la plus chaude du Pakistan, une spirale de canicule et de pauvreté extrêmes / Photo: © AFP

Dans la ville la plus chaude du Pakistan, une spirale de canicule et de pauvreté extrêmes

Quand Saeed Ali, un écolier pakistanais, est arrivé à l'hôpital à Jacobabad, une des villes les plus chaudes du monde, il était à deux doigts de mourir d'un coup de chaleur.

Taille du texte:

Le garçon de 12 ans s'était effondré alors qu'il rentrait chez lui à pied sous le soleil brûlant, après avoir suffoqué toute la matinée dans une salle de classe dépourvue de ventilateurs.

"Le conducteur de rickshaw a dû porter mon fils. Il ne pouvait même plus marcher", raconte sa mère, Shaheela Jamali, assise à son chevet.

Située dans la province aride du Sindh, dans le centre du Pakistan, Jacobabad a enregistré des températures allant jusqu'à 51°C le weekend dernier, pendant la dernière grande vague de chaleur à s'être abattue sur l'Asie du Sud.

La ville est située sur "la ligne de front du changement climatique", affirme l'adjoint au maire, Abdul Hafeez Siyal. "La qualité de vie générale, ici, en souffre".

Jacobabad et les villages qui l'entourent comptent plus d'un million d'habitants, dont la plupart vivent dans une extrême pauvreté. Le manque d'eau et d'électricité rendent la canicule encore plus infernale.

Saeed a été hospitalisé dans un état critique, selon les médecins. Mais sa mère, mue par le désir de lui épargner un avenir de misère, a décidé qu'il retournera à l'école dès la semaine prochaine.

- "Comme un feu qui brûle" -

Un coup de chaleur, qui survient lorsque le corps est tellement surchauffé qu'il n'arrive plus à se refroidir, peut entraîner étourdissements, nausées, gonflements d'organes, syncopes, et même la mort.

Selon l'infirmier Bashir Ahmed, qui a soigné Saeed dans un centre de traitement des coups de chaleur récemment ouvert à Jacobabad, le nombre de patients arrivant dans un état grave augmente de jour en jour.

"Auparavant, la canicule atteignait son comble en juin et en juillet, mais maintenant elle arrive en mai", dit-il.

Outre les écoliers, les ouvriers qui n'ont d'autre choix que de travailler toute la journée au soleil sont parmi les plus vulnérables. De même que les employés des fabriques de briques, qui manipulent des fours qui peuvent atteindre 1.000°C et dégagent une fumée noire.

"L'intense chaleur nous donne parfois envie de vomir. Mais si je ne peux pas travailler, je ne peux pas gagner ma vie", raconte Rasheed Rind, employé dans une de ces fabriques depuis l'enfance.

A Jacobabad, toute la vie est centrée sur la nécessité d'échapper à la chaleur mortelle.

"C'est comme un feu qui brûle partout autour de nous. Ce dont nous avons le plus besoin, c'est d'électricité et d'eau", dit Shafi Mohammad, un forgeron.

Mais en raison des pénuries d'éléctricité, les villages n'ont droit qu'à six heures de courant par jour, et Jacobabad à douze heures. Et l'eau potable est rare, en raison de la sécheresse, de la mauvaise gestion des ressources par le gouvernement et de la pollution.

Khairun Nissa a accouché pendant la canicule. Elle a passé ses derniers jours de grossesse à transpirer sous un ventilateur de plafond partagé par sa famille de 13 personnes.

Son nouveau-né emmailloté est désormais à ses côtés. "Bien sûr, je suis très inquiète pour lui avec cette chaleur, mais je sais que Dieu pourvoira à nos besoins", dit-elle.

A l'extérieur de leur maison de trois pièces, où une odeur de déchets en décomposition et d'eau stagnante flotte dans l'air, le robinet d'eau installé par le gouvernement est à sec.

Mais les "mafias de l'eau" ont pris le relais: des individus sans scrupules qui puisent de l'eau potable dans les réserves publiques et l'acheminent dans des bidons sur des charrettes tirées par des ânes.

- Choisir entre manger ou boire -

A 20 roupies (25 centimes d'euro) les 20 litres, les familles les plus pauvres doivent parfois choisir entre manger ou boire.

Dans un village des environs de la ville, les femmes se lèvent à trois heures du matin et pompent de l'eau potable en plein soleil toute la journée. Mais ce n'est jamais assez.

"Nous préférons que l'eau potable aille d'abord au bétail, car notre subsistance en dépend", explique Abdul Sattar, un éleveur de buffles.

Ce principe n'admet aucune exception, même quand les enfants souffrent de maladies de peau et de diarrhée à cause des grosses chaleurs.

"C'est un choix difficile, mais comment les enfants mangeraient-ils si le bétail mourait?" justifie M. Sattar.

Pendant les mois les plus chauds, les habitants des communautés pauvres autour de Jacobabad migrent souvent vers des lieux où les températures plus clémentes permettent de travailler à l'extérieur sans risquer la mort, et où les pénuries d'eau et d'électricité sont moins aiguës.

Sharaf Khatoon partage un de ces campements de fortune avec une centaine de personnes, qui survivent grâce aux quelques maigres roupies que les hommes des familles gagnent en effectuant de menus travaux.

La chaleur devient souvent si intense qu'ils déménagent leur camp à 300 kilomètres de là, à Quetta, où les températures sont jusqu'à vingt degrés plus fraîches.

Cette année, le départ a été retardé, car ils ont eu du mal à rassembler l'argent nécessaire au voyage.

- Coups de chaleur chroniques -

"Nous avons des maux de tête, des battements de cœur inhabituels, des problèmes de peau, mais nous ne pouvons rien y faire", se plaint M. Khatoon.

Autour de lui, les enfants s'aspergent de l'eau saumâtre que crache une pompe manuelle, tandis que les femmes enroulent des foulards mouillés autour de leur tête.

La nuit, ils dorment à l'air libre pour chercher le moindre soupçon de brise.

Pour la professeure Nausheen H. Anwar, spécialiste de la planification urbaine, les autorités ne peuvent plus se contenter de mesures d'urgence face aux canicules, mais doivent penser à plus long terme.

"Il est important de prendre les vagues de chaleur au sérieux, mais une exposition chronique et prolongée à la chaleur est particulièrement critique", avertit-elle.

"Elle est exacerbée dans des endroits comme Jacobabad. La dégradation des infrastructures et de l'accès à l'eau et à l'électricité y empêche les gens de faire face", ajoute-t-elle.

- Syncopes à l'école -

Le long d'un canal asséché rempli d'ordures, des centaines de garçons et une poignée de filles se pressent vers une école publique pour y passer leurs examens de fin d'année.

Ils se rassemblent autour d'une pompe manuelle pour engloutir des tasses d'eau, déjà exténués avant même que la journée ne commence.

"Nous tentons de faire en sorte que les enfants gardent le moral, mais la chaleur a un impact sur leur santé mentale et physique", reconnaît le proviseur, Rashid Ahmed Khalhoro.

Il plaide pour que le gouvernement avance d'un mois les vacances scolaires, qui débutent normalement en juin, compte tenu de l'arrivée de plus en plus précoce des fortes chaleurs.

Certaines classes de l'école sont équipées de ventilateurs, mais pas toutes. Lorsque l'électricité est coupée, une heure après le début des cours, tout le monde étouffe dans la pénombre. Les enfants doivent parfois battre en retraite vers les couloirs.

Lorsqu'un enfant s'évanouit, ce qui est fréquent, les enseignants le raniment comme ils le peuvent, avec de l'eau froide achetée dans les magasins voisins, des éventails ou des comprimés de glucose.

Des garçons décrivent à l'AFP comment ils souffrent de maux de tête quotidiens et de diarrhées, mais se présentent chaque jour en cours, bien décidés à achever leur éducation.

"Nous suffoquons dans la chaleur, nous transpirons abondamment, nos vêtements sont trempés", raconte Ali Raza, 15 ans.

Selon M. Khalhoro, les étudiants sont déterminés à sortir de la pauvreté et à trouver un emploi qui les libérera de la chaleur mortelle.

"Ils sont préparés comme s'ils étaient sur un champ de bataille, ils savent qu'ils doivent réaliser quelque chose", dit-il.

J.Barnes--TFWP