The Fort Worth Press - Les peuples autochtones, victimes mais aussi atout contre le réchauffement

USD -
AED 3.673019
AFN 70.773788
ALL 93.373578
AMD 387.818602
ANG 1.801532
AOA 854.496773
ARS 908.737296
AUD 1.501175
AWG 1.8
AZN 1.701691
BAM 1.82201
BBD 2.018296
BDT 117.455807
BGN 1.82223
BHD 0.376877
BIF 2872.927147
BMD 1
BND 1.352618
BOB 6.907763
BRL 5.390703
BSD 0.999599
BTN 83.437826
BWP 13.544432
BYN 3.271067
BYR 19600
BZD 2.014943
CAD 1.364515
CDF 2860.000313
CHF 0.89189
CLF 0.034263
CLP 945.42017
CNY 7.258897
CNH 7.277229
COP 4088.5
CRC 522.349127
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.722115
CZK 23.163602
DJF 177.980865
DKK 6.94636
DOP 58.951762
DZD 134.576032
EGP 48.319279
ERN 15
ETB 57.684038
EUR 0.93127
FJD 2.2362
FKP 0.784602
GBP 0.78794
GEL 2.805022
GGP 0.784602
GHS 15.194284
GIP 0.784602
GMD 67.774954
GNF 8605.366126
GTQ 7.766619
GYD 209.133339
HKD 7.806815
HNL 24.726575
HRK 7.018438
HTG 132.506661
HUF 367.129498
IDR 16375
ILS 3.723855
IMP 0.784602
INR 83.46455
IQD 1310
IRR 42100.000162
ISK 138.859737
JEP 0.784602
JMD 155.838348
JOD 0.7087
JPY 159.380498
KES 129.449832
KGS 86.693503
KHR 4117.833386
KMF 459.250243
KPW 900.000131
KRW 1387.375014
KWD 0.30663
KYD 0.833093
KZT 465.719476
LAK 21983.509573
LBP 89521.870778
LKR 305.212652
LRD 194.022899
LSL 18.127451
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.855022
MAD 9.930153
MDL 17.904691
MGA 4478.209834
MKD 57.30986
MMK 3247.960992
MNT 3450.000098
MOP 8.038717
MRU 39.349869
MUR 46.999859
MVR 13.0415
MWK 1732.999815
MXN 17.913304
MYR 4.708501
MZN 63.69504
NAD 18.127451
NGN 1530.890285
NIO 36.798957
NOK 10.535195
NPR 133.503195
NZD 1.632935
OMR 0.384944
PAB 0.999599
PEN 3.803017
PGK 3.898754
PHP 58.703996
PKR 278.49532
PLN 3.99615
PYG 7529.135575
QAR 3.638987
RON 4.6355
RSD 109.037991
RUB 87.992643
RWF 1315
SAR 3.751386
SBD 8.454445
SCR 13.686113
SDG 601.000257
SEK 10.470362
SGD 1.35191
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.000263
SRD 30.665505
STD 20697.981008
SVC 8.74738
SYP 2512.530426
SZL 18.121349
THB 36.581032
TJS 10.705868
TMT 3.5
TND 3.134974
TOP 2.360299
TRY 32.935803
TTD 6.79182
TWD 32.3965
TZS 2624.999915
UAH 40.58309
UGX 3738.48318
UYU 39.471233
UZS 12620.350746
VEF 3622552.534434
VES 36.326846
VND 25447.5
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 611.090719
XAG 0.033926
XAU 0.00043
XCD 2.70255
XDR 0.760187
XOF 611.085027
XPF 111.550062
YER 250.349782
ZAR 18.105102
ZMK 9001.201169
ZMW 25.465098
ZWL 321.999592
  • AEX

    1.2000

    926.4

    +0.13%

  • BEL20

    76.3200

    3970.37

    +1.96%

  • PX1

    78.5700

    7706.89

    +1.03%

  • ISEQ

    27.3000

    9441.35

    +0.29%

  • OSEBX

    10.1300

    1417.06

    +0.72%

  • PSI20

    20.3700

    6590.9

    +0.31%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    147.1000

    2294.51

    +6.85%

  • N150

    35.7700

    3378.36

    +1.07%

Les peuples autochtones, victimes mais aussi atout contre le réchauffement
Les peuples autochtones, victimes mais aussi atout contre le réchauffement

Les peuples autochtones, victimes mais aussi atout contre le réchauffement

"Nous ne sommes plus des victimes, mais la solution" ! Longtemps décrits uniquement comme des communautés assiégées par les impacts des dérèglements climatiques, les peuples autochtones espèrent désormais que leurs savoirs ancestraux seront reconnus comme un atout pour les combattre.

Taille du texte:

Le rapport des experts climat de l'ONU (Giec) sur les impacts et l'adaptation au réchauffement de la planète publié lundi leur apporte à cet égard de nouveaux arguments.

Certes, de nombreux peuples autochtones, comme ceux de l'Arctique menacés par la fonte de la banquise, sont en première ligne face aux impacts du réchauffement.

Une réalité soulignée par le rapport du Giec, qui pointe du doigt une des sources de leur vulnérabilité: le "colonialisme".

"C'est une grande avancée de reconnaître l'impact du colonialisme, à la fois historique et actuel" sur ces peuples victimes de "racisme et de marginalisation", indique à l'AFP une des auteurs du rapport, Sherilee Harper, notant une évolution de leur place dans les travaux du Giec.

Avant "il y a avait une tendance à les peindre comme des victimes du changement climatique qui ne peuvent rien y faire", alors que "ce n'est pas vrai", souligne-t-elle.

Le rapport insiste sur ce que ces communautés et leurs connaissances intimes de la nature, transmises de génération en génération, peuvent apporter à la lutte contre le changement climatique, en particulier pour limiter ses impacts.

D'autant que les terres ancestrales de ces peuples qui représentent à peine 500.000 personnes à travers le monde, accueillent 80% de la biodiversité mondiale, note le Giec.

De l'Amazonie à la Sibérie, ces communautés font face à des "défis d'adaptation depuis des siècles et ont développé des stratégies de résilience aux changements environnementaux qui peuvent enrichir et renforcer les efforts d'adaptation".

"Face aux catastrophes climatiques, économiques et sanitaires, la réalité force à reconnaître les savoirs des peuples autochtones et une nouvelle relation de respect", se félicite Gregorio Mirabal, chef de la Coordination des organisations autochtones du bassin de l'Amazone (Coica). "Désormais, nous ne sommes plus des victimes, nous sommes la solution!", lance le Vénézuélien à l'AFP.

"Mais cela doit aller au-delà d'un simple paragraphe, cela doit être accompagné par des propositions détaillées pour que les solutions soient mises en place", poursuit-il.

- "Arrogance occidentale" -

"Nous, peuples autochtones, n'avons plus besoin d'une introduction, d'études ou de conférences" mais de véritables "stratégies", renchérit Rodion Sulyandziga, coprésident du Forum international des peuples autochtones sur le changement climatique.

"Nous devons allier nos efforts (...). Mettre sur la table à la fois savoirs autochtones et la technologie", poursuit-il. Mais cela passe aussi par redonner à ces peuples le droit sur leurs territoires ancestraux, insiste le représentant des Ugede, "peuple de la forêt" boréale de Sibérie. "Sans nos terres, nous ne pouvons nous adapter".

Les scientifiques du Giec soulignent d'ailleurs l'importance de l'"autodétermination" et de la "reconnaissance des droits" de ces peuples pour l'adaptation aux impacts du réchauffement.

Chapitre après chapitre, région après région, les milliers de pages du rapport donnent de multiples exemples de pratiques d'adaptation qui pourraient servir d'inspiration.

Par exemple, dans plusieurs régions du monde, des peuples autochtones combattent le feu par le feu, brûlant certaines parcelles à des périodes précises de l'année pour éviter les incendies hors de contrôle plus tard.

Les experts du Giec évoquent également l'attention portée à la diversification des cultures, comme le système agro-forestier des Kichwas d'Equateur qui font pousser sous la protection de la forêt amazonienne cultures alimentaires et plantes médicinales.

Ou encore l'identification par le savoir traditionnel, aux îles Fidji, d'espèces endémiques dont la plantation permet de limiter l'érosion côtière.

"Nous faisons partie de la nature et nous savons depuis des milliers d'années quand il y a un équilibre ou un déséquilibre, et nous savons identifier quand nous atteignons les limites", insiste Gregorio Mirabal.

"Nous pouvons tous en bénéficier, apprendre des systèmes basés sur le savoir autochtone", plaide Sherilee Harper, appelant à "abandonner l'arrogance occidentale".

Toutefois, peuple autochtone ou pas, l'adaptation a ses limites et certaines communautés devront être relocalisées, entraînant la perte d'un héritage culturel ancestral arrimé à la terre et à la banquise.

Comme les Inuits que connaît bien Ashlee Cunsolo, autre auteure du rapport. "Ils entraient enfin dans une période d'autodétermination, de reconquête de leur terre et de leur culture. Puis le changement climatique est arrivé"...

W.Knight--TFWP