The Fort Worth Press - Top 14: "Mes parents m'ont appris qu'il fallait tout donner", se livre Alldritt

USD -
AED 3.672498
AFN 71.621368
ALL 95.406791
AMD 394.646823
ANG 1.797095
AOA 837.502932
ARS 869.241864
AUD 1.549355
AWG 1.8
AZN 1.756834
BAM 1.832964
BBD 2.01328
BDT 109.436137
BGN 1.832735
BHD 0.376851
BIF 2856.982193
BMD 1
BND 1.35895
BOB 6.905213
BRL 5.234096
BSD 0.997095
BTN 83.421272
BWP 13.781631
BYN 3.262653
BYR 19600
BZD 2.009906
CAD 1.37549
CDF 2790.0001
CHF 0.90988
CLF 0.035477
CLP 978.930203
CNY 7.2348
CNH 7.24386
COP 3892.15
CRC 499.6298
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.338238
CZK 23.644001
DJF 177.560765
DKK 6.987397
DOP 58.941508
DZD 134.765709
EGP 48.496797
ERN 15
ETB 56.735864
EUR 0.936555
FJD 2.269703
FKP 0.802762
GBP 0.80206
GEL 2.660193
GGP 0.802762
GHS 13.411057
GIP 0.802762
GMD 67.950481
GNF 8571.696345
GTQ 7.755171
GYD 208.768345
HKD 7.83024
HNL 24.616913
HRK 7.08016
HTG 132.164948
HUF 367.910126
IDR 16168.35
ILS 3.788405
IMP 0.802762
INR 83.526299
IQD 1306.167205
IRR 42062.498224
ISK 140.75986
JEP 0.802762
JMD 155.032802
JOD 0.708704
JPY 154.178985
KES 132.498831
KGS 89.005097
KHR 4032.802249
KMF 463.590528
KPW 900.00035
KRW 1372.960167
KWD 0.30804
KYD 0.830916
KZT 447.75378
LAK 21213.385004
LBP 89290.684761
LKR 301.120415
LRD 193.301658
LSL 19.097496
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.865979
MAD 10.120897
MDL 17.817931
MGA 4374.882849
MKD 57.749891
MMK 2093.908154
MNT 3450.000346
MOP 8.04253
MRU 39.675017
MUR 46.550224
MVR 15.449917
MWK 1728.397376
MXN 16.960801
MYR 4.777502
MZN 63.498534
NAD 19.019838
NGN 1160.560042
NIO 36.701031
NOK 10.980885
NPR 133.479227
NZD 1.687095
OMR 0.384943
PAB 0.997076
PEN 3.751681
PGK 3.790066
PHP 57.014019
PKR 277.570126
PLN 4.062374
PYG 7379.465143
QAR 3.640503
RON 4.659704
RSD 109.708811
RUB 94.150405
RWF 1285.285848
SAR 3.751142
SBD 8.475185
SCR 13.509539
SDG 585.999901
SEK 10.924509
SGD 1.358755
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.500197
SRD 34.775505
STD 20697.981008
SVC 8.724338
SYP 2512.53037
SZL 18.975633
THB 36.713505
TJS 10.89338
TMT 3.505
TND 3.162974
TOP 2.39395
TRY 32.472697
TTD 6.770289
TWD 32.342801
TZS 2577.507051
UAH 39.427366
UGX 3804.016757
UYU 38.789912
UZS 12636.185996
VEF 3622552.534434
VES 36.243564
VND 25405
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 614.767573
XAG 0.035222
XAU 0.000421
XCD 2.70255
XDR 0.757638
XOF 614.767573
XPF 111.574964
YER 250.349887
ZAR 18.983702
ZMK 9001.200413
ZMW 25.202082
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Top 14: "Mes parents m'ont appris qu'il fallait tout donner", se livre Alldritt
Top 14: "Mes parents m'ont appris qu'il fallait tout donner", se livre Alldritt / Photo: © AFP/Archives

Top 14: "Mes parents m'ont appris qu'il fallait tout donner", se livre Alldritt

Les rucks, les plaquages, le combat... Le troisième ligne international Grégory Alldritt aime ça. "Mes parents m'ont toujours appris qu'il fallait tout donner sur le terrain", explique à l'AFP le capitaine de La Rochelle avant le choc au sommet contre Toulouse dimanche lors de la 8e journée du Top 14.

Taille du texte:

Q: Quelles étaient vos idoles lorsque vous étiez enfant ?

R: "Je ne suis pas vraiment du style à idolâtrer quelqu'un, à être fanatique. Surtout que je ne regardais pas tant que ça le rugby (sourire). J'aimais bien Imanol Harinordoquy ou Thierry Dusautoir. Des joueurs qui donnaient tout sur le terrain. Maintenant, j'apprécie la classe de Kieran Read (ancien N.8 et capitaine des All Blacks, champion du monde 2011)".

Q: Que vous inspirent justement les fameux 38 plaquages de Dusautoir en quart de finale la Coupe du monde 2007 contre la Nouvelle-Zélande ?

R: "C'est un chiffre très impressionnant. Après, j'espère que ça ne m'arrivera pas: quand on fait 38 plaquages dans un match, souvent, c'est qu'on n'a pas vu trop le ballon. J'espère faire partie d'équipes qui arrivent à dominer et maîtriser les matches du début à la fin".

Q: Comment appréhendez-vous un plaquage ?

R: "Pendant un match, on n'appréhende pas, on ne réfléchit pas. On fait naturellement ce qu'on travaille chaque semaine. Tout va tellement vite qu'on n'a pas le temps de réfléchir, d'analyser la situation, de voir comment on va se positionner. C'est de l'instinct. Si on réfléchit, c'est déjà trop tard".

Q: Qu'est-ce qui vous plaît dans ce combat ?

R: "Pour moi, c'est la base du rugby. Le fait de tout donner. Quand on rentre sur le terrain, qu'on enfile le maillot, il ne faut pas en garder sous la pédale et se vider sur le terrain. Il faut de l'engagement, que ce soit dans les courses ou dans les replis".

Q: Et vous mettez la tête là où d'autres ne mettent pas les mains...

R: "J'essaie de me donner à 300%, de ralentir les rucks. C'est aussi mon job de troisième ligne. J'essaie de ne jamais m'arrêter".

Q: Ca s'apprend ?

R: "Bien sûr. Il y a une grosse partie technique: comment attaquer le ruck, comment aller à la limite sans la franchir... Tout ça, il faut l'apprendre, le travailler. Avec l'expérience, ça arrive. Mais il y a aussi une partie de volonté individuelle".

Q: Comment le travaille-t-on ?

R: "Le côté mental, je le travaille depuis tout petit. Dans mon éducation, mes parents m'ont toujours appris qu'il fallait tout donner quand on rentre sur le terrain, toujours avoir la niaque. Sur le côté technique, au fil des années, l'expérience aide".

Q: Y a-t-il un côté jouissif à stopper un adversaire, à le faire reculer ?

R: "Bien sûr. Je prends du plaisir dans ce rôle de troisième ligne. Les premières lignes diront qu'avoir une pénalité en mêlée, c'est comme marquer un essai et je les comprends. Il faut trouver du plaisir dans tout ce qu'on fait et moi, franchement, je me régale sur le terrain".

Q: Qu'est-ce qui fait la différence dans un ruck ?

R: "Savoir s'il faut l'attaquer ou ne pas l'attaquer. Si on est un peu en retard, et ça se joue à quelques secondes près, ça ne sert à rien d'y aller: on va perdre de l'énergie, on va avoir plus de chances de se faire pénaliser. Il faut avoir le bon timing et savoir jauger".

Q: Le timing aussi, ça se travaille ?

R: "Je pars du principe que rien n'est inné. Ca se travaille, ça se répète à l'entraînement toutes les semaines. Petit à petit, ça devient instinctif. A force d'observer les soutiens, s'ils sont proches ou loin, en fonction de la collision, si elle est subie ou bien gagnée, de la position du porteur de balle... Il y a plein de petits indices qu'on travaille à l'entraînement et qui à force deviennent instinctifs".

Propos recueillis par Nicholas Mc ANALLY

D.Johnson--TFWP