The Fort Worth Press - Euro de triathlon: première étoile de Bergère et triplé français

USD -
AED 3.673021
AFN 70.642244
ALL 92.090162
AMD 387.733554
ANG 1.801038
AOA 872.635017
ARS 924.686266
AUD 1.49545
AWG 1.8
AZN 1.707781
BAM 1.795712
BBD 2.01772
BDT 117.421843
BGN 1.79863
BHD 0.376624
BIF 2878.299591
BMD 1
BND 1.344259
BOB 6.905385
BRL 5.600497
BSD 0.999311
BTN 83.605013
BWP 13.532571
BYN 3.27044
BYR 19600
BZD 2.014323
CAD 1.37218
CDF 2830.000105
CHF 0.88889
CLF 0.03413
CLP 941.752743
CNY 7.270387
CNH 7.28535
COP 4046.274618
CRC 524.353854
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.239499
CZK 23.189039
DJF 177.927742
DKK 6.85428
DOP 59.165404
DZD 134.516825
EGP 48.245292
ERN 15
ETB 57.287059
EUR 0.918715
FJD 2.235699
FKP 0.77056
GBP 0.77431
GEL 2.714983
GGP 0.77056
GHS 15.419364
GIP 0.77056
GMD 67.805413
GNF 8602.12092
GTQ 7.764771
GYD 209.071294
HKD 7.81016
HNL 24.750494
HRK 6.90795
HTG 131.910205
HUF 358.856
IDR 16213.05
ILS 3.645115
IMP 0.77056
INR 83.72985
IQD 1309.094248
IRR 42092.498585
ISK 137.570208
JEP 0.77056
JMD 156.167654
JOD 0.708697
JPY 157.383998
KES 128.412064
KGS 84.642699
KHR 4105.954184
KMF 452.750008
KPW 900.00035
KRW 1389.751962
KWD 0.30582
KYD 0.832759
KZT 476.114401
LAK 22160.400312
LBP 89490.428316
LKR 303.401735
LRD 195.023642
LSL 18.32989
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.819355
MAD 9.846853
MDL 17.688105
MGA 4501.675619
MKD 56.567048
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.038011
MRU 39.433503
MUR 46.669969
MVR 15.350198
MWK 1732.819171
MXN 18.074199
MYR 4.6875
MZN 63.899991
NAD 18.32989
NGN 1605.499584
NIO 36.780976
NOK 10.895298
NPR 133.767617
NZD 1.663176
OMR 0.384639
PAB 0.999311
PEN 3.742001
PGK 3.914061
PHP 58.398
PKR 277.914888
PLN 3.937285
PYG 7556.351283
QAR 3.647248
RON 4.564639
RSD 107.469678
RUB 87.919155
RWF 1309.369692
SAR 3.750859
SBD 8.457605
SCR 14.112001
SDG 585.999802
SEK 10.657855
SGD 1.34523
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.087545
SRD 29.708044
STD 20697.981008
SVC 8.744434
SYP 2512.53037
SZL 18.333563
THB 36.337982
TJS 10.627921
TMT 3.51
TND 3.098104
TOP 2.363099
TRY 33.053501
TTD 6.786944
TWD 32.795801
TZS 2683.193316
UAH 41.463618
UGX 3692.787954
UYU 40.269935
UZS 12592.38856
VEF 3622552.534434
VES 36.560996
VND 25327.5
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 602.265069
XAG 0.034225
XAU 0.000417
XCD 2.70255
XDR 0.753799
XOF 602.265069
XPF 109.498233
YER 250.350074
ZAR 18.295026
ZMK 9001.194136
ZMW 25.507965
ZWL 321.999592
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Euro de triathlon: première étoile de Bergère et triplé français

Euro de triathlon: première étoile de Bergère et triplé français

Triplé français en triathlon: la valeur montante Léo Bergère a décroché samedi un premier titre majeur et l'équipe de France monopolisé le podium en concrétisant son plan parfait aux Championnats d'Europe à Munich.

Taille du texte:

"J'ai l'habitude de tourner autour, faire deuxième ou troisième. J'avais envie de faire mieux", savoure enfin Léo Bergère. A 26 ans, l'Isérois tient enfin son premier succès international majeur.

Et quel plus beau souvenir qu'une Marseillaise partagée avec Pierre Le Corre, en argent à sa droite, et Dorian Coninx, en bronze de l'autre côté.

"Quand on voit les copains derrière faire deuxième et troisième, ce sont des moments qu'on garde longtemps en tête", livre Léo Bergère, révélation de ces derniers mois.

Passé à côté des Jeux olympiques de Tokyo (21e) comme le reste de l'équipe de France en individuel, celui qui a commencé par le cyclisme a signé depuis sept podiums en neuf courses du circuit mondial WTCS.

"Je me mettais jusqu'à maintenant des petites barrières dans la tête. J'ai travaillé avec une préparatrice mentale", a révélé le nouveau champion d'Europe, désormais prêt à "assumer les premiers rôles et prendre les devants".

Ce que les Français ont fait en roulant à vélo au sein d'un groupe de douze échappés pour piéger à l'arrière le Belge Jelle Geens avant la course à pied.

"C'est un plan que nous avions en tête avec les gars depuis l'an passé", explique Dorian Coninx. "Nous avons réussi à reléguer les bon coureurs à quasiment une minute et ça a payé. Il faut continuer dans cette voie. C'est la force du collectif".

"Nous nous sommes dit le matin au briefing que nous avions une carte à jouer", témoigne Pierre Le Corre.

Dès les premiers kilomètres de course à pied, le trio tricolore a fait le tri. Léo Bergère s'est envolé à deux tours de l'arrivée dans une côte du parcours très accidenté et noir de monde (25.000 personnes annoncées la veille).

- "Il n'y a pas de jaloux" -

Derrière Pierre Le Corre, intercalé, le Hongrois Csongor Lehmann, dernier à les accompagner, a cédé dans le final face à Dorian Coninx.

"Comme nous avons tous eu notre titre européen (Le Corre en 2018, Coninx en 2021, NDLR) il n'y a pas de jaloux", se délecte Pierre Le Corre. "C'est super de le partager."

Cette première victoire n'est peut-être qu'une étape pour Léo Bergère. Deuxième au classement WTCS, il lui reste deux manches d'ici novembre et surtout la grande finale ensuite à Abou Dhabi pour tenter de revenir sur le leader néo-zélandais Hayden Wilde et s'offrir un titre mondial.

"Ca va lui permettre d'attaquer cette fin de saison avec plein de confiance", apprécie le directeur technique national Benjamin Maze.

Malgré l'absence du Britannique Alex Yee, après sa victoire sur Wilde aux Jeux du Commonwealth fin juillet, Léo Bergère s'affirme comme l'un des meilleurs du monde sur ce format olympique (1.500 m de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied). Et la France comme l'une des meilleures nations avec ce triplé inédit depuis trente ans en Europe. Le tout sans le double champion du monde (2019, 2020) Vincent Luis, qui se préserve pour la fin de saison après une tachycardie en course au printemps.

Après la médaille de bronze de la jeune Emma Lombardi (20 ans) vendredi, l'or en relais mixte paraît promis dimanche aux Bleus, médaillés de bronze aux JO de Tokyo avec une autre moitié d'équipe.

"Nous savons que nous sommes les ultras favoris", assume Benjamin Maze. "Nous avons envie d'ajouter un titre à notre collection".

J.P.Estrada--TFWP