The Fort Worth Press - C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

USD -
AED 3.672875
AFN 73.305964
ALL 95.779326
AMD 406.937589
ANG 1.805249
AOA 831.00005
ARS 841.122778
AUD 1.534684
AWG 1.8
AZN 1.67429
BAM 1.804327
BBD 2.022418
BDT 109.93127
BGN 1.805439
BHD 0.376952
BIF 2861.847871
BMD 1
BND 1.345634
BOB 6.936667
BRL 4.9339
BSD 1.001614
BTN 82.976032
BWP 13.778311
BYN 3.278011
BYR 19600
BZD 2.019005
CAD 1.354675
CDF 2770.000569
CHF 0.880204
CLF 0.03557
CLP 981.480128
CNY 7.199013
COP 3931.71
CRC 515.337423
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.725172
CZK 23.3868
DJF 178.375386
DKK 6.8843
DOP 58.840352
DZD 134.46302
EGP 30.896299
ERN 15
ETB 56.824023
EUR 0.923525
FJD 2.263499
FKP 0.787953
GBP 0.789805
GEL 2.659968
GGP 0.787953
GHS 12.570691
GIP 0.787953
GMD 67.902368
GNF 8608.330643
GTQ 7.817704
GYD 209.566862
HKD 7.826805
HNL 24.733613
HRK 7.030095
HTG 132.967388
HUF 361.406995
IDR 15674.55
ILS 3.618969
IMP 0.787953
INR 82.909502
IQD 1312.145394
IRR 42042.497878
ISK 137.889899
JEP 0.787953
JMD 156.151114
JOD 0.709011
JPY 150.595963
KES 145.999953
KGS 89.429589
KHR 4079.523963
KMF 453.950198
KPW 900.01383
KRW 1335.05994
KWD 0.30767
KYD 0.834725
KZT 450.86028
LAK 20900.410536
LBP 89698.694589
LKR 311.08446
LRD 190.798518
LSL 19.079969
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840629
MAD 10.085152
MDL 17.829236
MGA 4538.032197
MKD 56.847641
MMK 2103.51031
MNT 3396.082004
MOP 8.073066
MRU 39.929879
MUR 45.750125
MVR 15.400416
MWK 1686.147885
MXN 17.07842
MYR 4.762498
MZN 63.504164
NAD 19.08012
NGN 1574.930272
NIO 36.865169
NOK 10.560915
NPR 132.762581
NZD 1.63623
OMR 0.384946
PAB 1.001614
PEN 3.807463
PGK 3.817519
PHP 56.232499
PKR 277.20965
PLN 3.97965
PYG 7292.771807
QAR 3.640502
RON 4.587204
RSD 108.227018
RUB 92.050243
RWF 1278.564509
SAR 3.750485
SBD 8.475185
SCR 13.370342
SDG 601.000263
SEK 10.33587
SGD 1.345229
SHP 1.26825
SLE 22.725545
SLL 19750.000109
SOS 571.498365
SRD 35.303007
STD 20697.981008
SVC 8.764242
SYP 13001.870728
SZL 19.184464
THB 36.011502
TJS 10.97808
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.163025
TTD 6.799207
TWD 31.647497
TZS 2549.999859
UAH 38.346049
UGX 3938.373541
UYU 39.143872
UZS 12501.499147
VEF 3601201.313605
VES 36.02554
VND 24617.5
VUV 119.845532
WST 2.740874
XAF 605.154297
XAG 0.044508
XAU 0.000492
XCD 2.70255
XDR 0.75474
XOF 605.154297
XPF 115.499662
YER 250.350285
ZAR 19.1374
ZMK 9001.190528
ZMW 23.238157
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune
C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

C1: Guardiola et Simeone, opposition de styles mais ambition commune

Si le choc entre le Manchester City de Pep Guardiola et l'Atlético Madrid de Diego Simeone, en quart de finale de la Ligue des champions, mardi (21h00), met aux prises deux entraîneurs aux idées radicalement opposées, les deux hommes se rejoignent dans leur soif de victoire.

Taille du texte:

Le scénario de cette double confrontation semble écrit à l'avance, résumé par une simple statistique: la possession de balle.

Pour Manchester City, toutes compétitions confondues, elle atteint 67% en moyenne cette saison, alors qu'elle n'est que de 48% pour les Colchoneros et même 41% sur les matches européens.

Le match aller à l'Etihad a donc toutes les chances de ressembler à un très long exercice d'attaque-défense tant les deux techniciens sont inflexibles sur leurs principes de jeu.

Voir s'affronter le jeu de passe de Guardiola et le bloc compact, friand de la moindre occasion de contre, de Simeone, a de quoi faire saliver tous les amateurs de tactiques, même si les esthètes seront forcément du côté du premier.

Guardiola rejette pourtant fermement ce manichéisme. "Je ne vais pas gaspiller une seule seconde sur ces débats idiots (...) Je ne juge jamais ce que fait l'adversaire. Ce qu'ils font (ça les regarde), nous on fait ce qu'on a à faire pour gagner", a-t-il tranché mardi en conférence de presse d'avant-match.

- L'avertissement de 2016 -

Bizarrement, les précédents entre ces deux coaches d'expérience ne sont pas légion, mais ils servent d'avertissement pour City.

A la tête du Barça, le Catalan avait remporté (2-1) leur première rencontre, en 2012, dans le championnat espagnol, alors que l'Argentin venait de prendre les rênes des Rojiblancos depuis deux mois.

Mais lors de son expérience aux commandes du Bayern Munich, Guardiola avait été éliminé à la faveur du but à l'extérieur par l'Atlético en demi-finale de la Ligue des champions en 2016 (1-0, 1-2), avec un match retour qui avait illustré jusqu'à l'absurde que la meilleure équipe ne l'emporte pas toujours.

En ayant dominé les trois quarts de la double confrontation, en ayant eu 68% de possession au retour, en ayant tiré 34 fois au but contre 7 pour l'Atlético, Munich avait pris la porte.

"Je suis incapable de faire faire cela à mes équipes. Incapable. Mais je l'admire. Cette capacité de résistance. A un moment donné, tu te dis toujours que l’abeille va piquer", avait récemment témoigné Guardiola dans un documentaire sur Diego Simeone diffusé sur Amazon Prime Vidéo.

"C’est le type de matches qui te fait dire: ce n’est pas possible, ce que je vois, là, ça ne peut pas être vrai. On n'arrivait même pas à passer la moitié de terrain...", s'était, pour sa part, souvenu le "Cholo".

- "Pep" et "el Cholo", pas si différents -

Autant dire que, même si l'Atlético n'était pas sur le papier le pire adversaire pour les Sky Blues, le tirage au sort des quarts de finale de la C1 a été accueilli avec crainte du côté de City.

"Ils sont ce qu'ils sont mais ils arrivent à vous empêcher d'être ce que vous voulez être. C'est la plus grande qualité de l'Atlético", avait résumé Guardiola.

Soulignant aussi que l'avantage du terrain au retour rendait la tâche plus ardue, il avait insisté sur ses quelques points communs avec Simeone.

"S'il aime ne pas prendre de buts, j'aime ça encore plus que lui. S'il aime gagner des matches, j'aime ça encore plus que lui. S'il aime les contre-attaques, je suis pareil que lui", avait-il assuré.

L'Argentin avait, quant à lui, témoigné de sa grande admiration pour Guardiola, même si ce dernier avait raconté en 2018 sur Movistar que Simeone, venu observer ses méthodes bien avant d'officier en Europe, lui avait très franchement fait comprendre que ce n'était pas du tout sa façon de voir les choses.

Et Guardiola connaît trop bien le football pour ne pas savoir que les jugements esthétiques ou moraux n'y ont guère de place: "S'ils gagnent demain, ils auront eu raison et si on gagne, on aura eu raison."

W.Matthews--TFWP