The Fort Worth Press - Après leur fuite d'Ukraine, des footballeurs brésiliens racontent l'"horreur"

USD -
AED 3.672975
AFN 70.750663
ALL 93.926316
AMD 387.755483
ANG 1.800994
AOA 855.500154
ARS 901.969227
AUD 1.51083
AWG 1.8
AZN 1.752774
BAM 1.826963
BBD 2.017711
BDT 117.438254
BGN 1.826963
BHD 0.376639
BIF 2872.342413
BMD 1
BND 1.352707
BOB 6.905055
BRL 5.359638
BSD 0.999327
BTN 83.484942
BWP 13.605537
BYN 3.269906
BYR 19600
BZD 2.014348
CAD 1.374035
CDF 2845.000062
CHF 0.890505
CLF 0.033243
CLP 917.273848
CNY 7.255298
CNH 7.271855
COP 4147.143444
CRC 526.846766
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.001345
CZK 23.110297
DJF 177.93222
DKK 6.96904
DOP 59.33565
DZD 134.838209
EGP 47.715978
ERN 15
ETB 57.155121
EUR 0.934065
FJD 2.238696
FKP 0.784602
GBP 0.788305
GEL 2.870044
GGP 0.784602
GHS 15.041288
GIP 0.784602
GMD 67.749866
GNF 8603.295595
GTQ 7.762583
GYD 209.094646
HKD 7.811955
HNL 24.699212
HRK 7.018438
HTG 132.561746
HUF 371.849505
IDR 16486.5
ILS 3.724175
IMP 0.784602
INR 83.55025
IQD 1309.083436
IRR 42099.999854
ISK 139.619862
JEP 0.784602
JMD 155.52255
JOD 0.708902
JPY 157.435014
KES 129.423084
KGS 87.859905
KHR 4115.756828
KMF 457.478349
KPW 900.000131
KRW 1383.270408
KWD 0.30672
KYD 0.832866
KZT 451.789784
LAK 21825.841647
LBP 89501.176998
LKR 303.927063
LRD 193.8684
LSL 18.3494
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.845309
MAD 10.04269
MDL 17.793222
MGA 4448.305496
MKD 57.55147
MMK 2613.441131
MNT 3450.000098
MOP 8.040298
MRU 39.363113
MUR 46.75298
MVR 15.409629
MWK 1732.709338
MXN 18.505765
MYR 4.719502
MZN 63.694988
NAD 18.3494
NGN 1495.500564
NIO 36.785861
NOK 10.68065
NPR 133.576206
NZD 1.629267
OMR 0.384981
PAB 0.999327
PEN 3.77695
PGK 3.894369
PHP 58.705244
PKR 278.359395
PLN 4.086399
PYG 7515.973546
QAR 3.644397
RON 4.656595
RSD 109.355734
RUB 88.970465
RWF 1311.231925
SAR 3.752289
SBD 8.4616
SCR 14.340349
SDG 586.00039
SEK 10.525605
SGD 1.35394
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.124313
SRD 31.571973
STD 20697.981008
SVC 8.744349
SYP 2512.530426
SZL 18.338751
THB 36.695504
TJS 10.687703
TMT 3.5
TND 3.127826
TOP 2.35645
TRY 32.773027
TTD 6.791092
TWD 32.345801
TZS 2623.491387
UAH 40.663229
UGX 3712.214625
UYU 39.167881
UZS 12606.023241
VEF 3622552.534434
VES 36.372315
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.746142
XAG 0.033837
XAU 0.000429
XCD 2.70255
XDR 0.757389
XOF 612.746142
XPF 111.403804
YER 250.299074
ZAR 18.403933
ZMK 9001.220298
ZMW 26.157381
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.9200

    918.72

    -0.64%

  • BEL20

    -35.5900

    3833.37

    -0.92%

  • PX1

    -205.0400

    7503.27

    -2.66%

  • ISEQ

    -164.2700

    9386.26

    -1.72%

  • OSEBX

    -8.5400

    1391.56

    -0.61%

  • PSI20

    -27.5800

    6538.23

    -0.42%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    -77.0700

    3288.5

    -2.29%

Après leur fuite d'Ukraine, des footballeurs brésiliens racontent l'"horreur"
Après leur fuite d'Ukraine, des footballeurs brésiliens racontent l'"horreur"

Après leur fuite d'Ukraine, des footballeurs brésiliens racontent l'"horreur"

Après deux jours de périple en train et en autocar pour fuir l'Ukraine en guerre, avec des personnes âgées et des enfants à bord, une quinzaine de footballeurs brésiliens ont enfin pu rentrer chez eux, soulagés, mais très éprouvés par "l'horreur" du conflit.

Taille du texte:

"Le plus dur, c'est tout ce que nous avons vu sur la route, des gens qui sont morts et n'avaient rien à voir avec toute cette situation", a confié aux journalistes Pedrinho, attaquant du Shakhtar Donetsk, à son arrivée mardi à l'aéroport de Guarulhos, près de Sao Paulo.

"J'avais dans mes bras ma fille de quatre mois et je voulais juste qu'elle aille bien. C'était une horreur, des images terribles, des villes détruites. Ça reste gravé dans mon esprit", a ajouté ce joueur de 23 ans formé aux Corinthians de Sao Paulo et passé par le Benfica Lisbonne.

"Tout ce que je veux, à présent, c'est passer du temps avec ma famille. À chaque fois que je leur parlais, je leur disais adieu, parce que je me disais que c'était peut-être la dernière fois que j'entendais leur voix", a-t-il raconté.

- "Bruit des bombes" -

Quand l'offensive russe sur l'Ukraine a commencé, jeudi dernier, ils se sont réfugiés avec femmes et enfants dans un hôtel de la capitale, où les ont rejoints leur compatriote Vitinho et l'Uruguayen Carlos De Pena, joueurs du Dynamo Kiev.

Avant le début du conflit, il y avait environ 500 Brésiliens en Ukraine. Il n'en reste à présent qu'une centaine, selon l'ambassade du Brésil à Kiev.

"Tout a explosé du jour au lendemain. Jeudi matin, nous étions chez nous et nous avons commencé à entendre le bruit des bombes, des avions de chasse. C'était le début du cauchemar", a dit à l'AFP De Pena, 29 ans, à Guarulhos, en attendant son vol pour Montevidéo.

"C'était compliqué d'organiser une évacuation parce qu'il y avait beaucoup de gens désespérés et en fuite, les troupes russes se rapprochaient de la capitale", a-t-il raconté, révélant qu'il se cachait dans les toilettes pour pleurer à chaque fois qu'il recevait des messages de proches.

"On entendait des explosions sans arrêt. La nourriture a commencé à manquer. C'était dur de garder son calme", a renchéri Marlon, défenseur de 26 ans du Skakhtar, qui était le porte-parole des footballeurs dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux pour réclamer l'aide du gouvernement brésilien.

- Train de nuit -

Confinés à l'hôtel trois jours durant, les joueurs et leurs familles ont fini par se rendre en toute hâte à la gare centrale de Kiev, grâce à une escorte mise en place par l'UEFA et la Fédération ukrainienne de football. On venait de leur dire que la situation "allait empirer", selon Pedrinho.

C'était le début d'un périple de 17 heures en train et 15 heures d'autocar, traversant la frontière pour atteindre la Roumanie, d'où ils ont pu prendre l'avion pour le Brésil.

"À notre départ, il faisait très sombre, on ne savait pas ce qu'on pourrait croiser en chemin. On a voyagé de nuit, quand les conflits sont plus intenses", a raconté Maycon, milieu de 24 ans du Shakhtar, qui a fait ce voyage éprouvant avec ses parents, son épouse et leurs deux enfants.

"Je demandais juste à tout le monde de garder son calme pour que mes enfants ne ressentent pas la même peur que nous", a dit sa compagne Lyarah Vojnovic Barberan.

L'avenir professionnel des footballeurs brésiliens qui évoluent en Ukraine reste flou, toutes les compétitions locales étant suspendues, mais ils pensent surtout à leur coéquipiers restés dans le pays en guerre.

"L'Ukraine souffre énormément et ça nous rend très tristes, nous avons de grands amis là-bas, j'espère que tout va s'améliorer", dit Maycon.

F.Garcia--TFWP