The Fort Worth Press - Au Brésil, le tourisme tente de remonter la pente

USD -
AED 3.673025
AFN 70.797452
ALL 93.724474
AMD 387.967047
ANG 1.801862
AOA 855.501128
ARS 903.228898
AUD 1.51676
AWG 1.8
AZN 1.69623
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82612
BHD 0.376895
BIF 2873.439287
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.399936
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.37465
CDF 2844.999821
CHF 0.892498
CLF 0.033583
CLP 926.649958
CNY 7.256105
CNH 7.27022
COP 4138.57
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.933557
CZK 23.056297
DJF 178.011155
DKK 6.96443
DOP 59.240589
DZD 134.820562
EGP 47.713497
ERN 15
ETB 57.662863
EUR 0.93352
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78952
GEL 2.870336
GGP 0.784602
GHS 14.9951
GIP 0.784602
GMD 67.74981
GNF 8606.968657
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81059
HNL 24.716563
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 369.880392
IDR 16458.85
ILS 3.727055
IMP 0.784602
INR 83.5395
IQD 1309.715513
IRR 42099.999742
ISK 139.570415
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708896
JPY 157.860128
KES 129.480258
KGS 87.859902
KHR 4117.715699
KMF 457.50218
KPW 900.000131
KRW 1382.239784
KWD 0.30675
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21901.094541
LBP 89536.371911
LKR 303.717706
LRD 193.964853
LSL 18.219515
LTL 2.952741
LVL 0.60489
LYD 4.847721
MAD 9.990712
MDL 17.851525
MGA 4480.851362
MKD 57.458548
MMK 2093.698478
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.372681
MUR 47.109917
MVR 15.410175
MWK 1733.062615
MXN 18.53975
MYR 4.719505
MZN 63.694956
NAD 18.219515
NGN 1483.040261
NIO 36.798992
NOK 10.72277
NPR 133.621788
NZD 1.636135
OMR 0.384943
PAB 0.99979
PEN 3.770636
PGK 3.844197
PHP 58.654048
PKR 278.494714
PLN 4.070191
PYG 7529.697309
QAR 3.646573
RON 4.645804
RSD 109.278026
RUB 88.798745
RWF 1306.575816
SAR 3.75203
SBD 8.4616
SCR 14.133804
SDG 585.999745
SEK 10.542304
SGD 1.353355
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.4019
SRD 31.571995
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.212794
THB 36.786498
TJS 10.761656
TMT 3.5
TND 3.126607
TOP 2.360898
TRY 32.855725
TTD 6.795024
TWD 32.377497
TZS 2623.013999
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12624.798712
VEF 3622552.534434
VES 36.365932
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.034189
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.342878
XPF 111.330486
YER 250.293986
ZAR 18.29115
ZMK 9001.202255
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    2.1100

    920.86

    +0.23%

  • BEL20

    -0.7700

    3832.7

    -0.02%

  • PX1

    43.5200

    7546.85

    +0.58%

  • ISEQ

    34.7300

    9421.23

    +0.37%

  • OSEBX

    2.0900

    1393.52

    +0.15%

  • PSI20

    -29.4200

    6508.67

    -0.45%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    7.8900

    3296.25

    +0.24%

Au Brésil, le tourisme tente de remonter la pente
Au Brésil, le tourisme tente de remonter la pente

Au Brésil, le tourisme tente de remonter la pente

Sans les défilés somptueux des chars monumentaux au sambodrome, reportés au mois d'avril, la semaine du carnaval de Rio de Janeiro perd de sa splendeur, un rude coup pour le secteur du tourisme au Brésil, déjà ébranlé par la pandémie.

Taille du texte:

Dans un monde sans Covid-19, les rues de Rio seraient remplies de touristes, pour une semaine de fête jour et nuit: en 2020, la "Ville merveilleuse" avait reçu pas moins de 2,1 millions de visiteurs à la même époque.

Mais à Rio comme dans les autres destinations normalement très prisées pour le carnaval, on attend moins de voyageurs, et surtout très peu d'étrangers.

Pour une véritable embellie, il faudra encore attendre, pour ce secteur qui a touché le fond en 2020.

"C'était un vrai traumatisme", dit à l'AFP Alexandre Sampaio, président de la Fédération brésilienne d’hôtellerie et de restauration (FBHA), citant l'effondrement du chiffre d'affaires de 35% en cette année marquée par le début des restrictions dues à la pandémie.

Et le rebond de 20% en 2021 est loin d'avoir compensé les pertes.

Mais l'augmentation exponentielle des contaminations due au variant Omicron a poussé les autorités à reporter les défilés du sambodrome à fin avril.

"Il y aura de quoi gagner de l'argent en avril", grâce aux défilés qui auront bien lieu, contrairement à l'année dernière, "mais sera loin des recettes d'avant la pandémie", déplore Fabio Bentes, économiste de la Confédération nationale du commerce et du tourisme (CNC).

Et pour la semaine du carnaval, il prévoit un chiffre d'affaires amputé d'un tiers par rapport à la période pré-pandémie.

Selon lui, le secteur du tourisme, représentait 7,7% de Produit Intérieur Brut brésilien en 2019, avec un chiffre d'affaires de 551,5 milliards de réais (environ 95 milliards d'euros).

Depuis l'arrivée du Covid, il a subi 84 milliards d'euros de pertes, et la suppression de 340.000 emplois.

- "Pas beaucoup d'affluence" -

Le Brésil est pourtant une destination touristique de choix, et pas seulement à Rio, avec la forêt amazonienne, la faune exubérante du Pantanal, les spectaculaires chutes d'Iguaçu ou les plages paradisiaques du nord-est.

Mais le coronavirus a fait des ravages dans tout le pays, le deuxième le plus endeuillé après les Etats-Unis, avec près de 650.000 morts.

La situation s'est améliorée grâce à l'avancée de la vaccination, mais les visiteurs étrangers se font encore rares, seulement 5 à 7% du total d'avant l'arrivée du coronavirus, estime Alexandre Sampaio.

Flavio Miranda attend des clients au pied de la colline du Corcovado, où l'iconique statue du Christ rédempteur étend ses bras sur la ville de Rio.

Ce chauffeur de 52 ans, qui habite une favela toute proche, propose aux visiteurs de les amener aux principales attractions touristiques.

Au plus fort de la pandémie, il s'est retrouvé huit mois sans travailler, dépendant de dons pour nourrir sa famille.

"Ici, ça grouillait de touristes. En ce moment, il n'y a pratiquement personne, même si ça commence à revenir", dit-il à l'AFP, précisant que ses revenus actuels étaient en baisse de 80% par rapport à avant la pandémie.

- Tourisme local -

Selon les spécialistes, la chute drastique du nombre de touristes étrangers a été en partie compensée par l'augmentation du nombre de touristes brésiliens.

"Avant, on voyageait surtout à l'étranger. Mais après de longs mois d'isolement, on a décidé de partir à Rio", dit Maria Augusta Rosa, 40 ans, fonctionnaire venue de Goiania (centre-ouest).

La remise à flot complète du secteur n'est attendue que courant 2023, mais ceux qui vivent du tourisme ne sont pas à l'abri d'autres mauvaises surprises.

Remy Harbonnier, qui propose dans son agence Heliconia des croisières sur l'Amazone et des séjours au coeur de la forêt vierge, a vu son activité chuter de 80% depuis le début de la pandémie.

Il espère revenir à 50% cette année, mais s'inquiète à présent du conflit armé en Ukraine.

"Ça joue sur le taux de change, l'euro baisse, c'est un peu flippant. Mais on essaie de dire qu'on sort de deux années de Covid et on va essayer de résister à un conflit en Europe".

C.Dean--TFWP