The Fort Worth Press - Ethiopie: rebelles tigréens et gouvernement discutent à Pretoria

USD -
AED 3.672498
AFN 71.621368
ALL 95.406791
AMD 394.646823
ANG 1.797095
AOA 837.502932
ARS 869.241864
AUD 1.549355
AWG 1.8
AZN 1.756834
BAM 1.832964
BBD 2.01328
BDT 109.436137
BGN 1.832735
BHD 0.376851
BIF 2856.982193
BMD 1
BND 1.35895
BOB 6.905213
BRL 5.234096
BSD 0.997095
BTN 83.421272
BWP 13.781631
BYN 3.262653
BYR 19600
BZD 2.009906
CAD 1.37549
CDF 2790.0001
CHF 0.90988
CLF 0.035477
CLP 978.930203
CNY 7.2348
CNH 7.24386
COP 3892.15
CRC 499.6298
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.338238
CZK 23.644001
DJF 177.560765
DKK 6.987397
DOP 58.941508
DZD 134.765709
EGP 48.496797
ERN 15
ETB 56.735864
EUR 0.936555
FJD 2.269703
FKP 0.802762
GBP 0.80206
GEL 2.660193
GGP 0.802762
GHS 13.411057
GIP 0.802762
GMD 67.950481
GNF 8571.696345
GTQ 7.755171
GYD 208.768345
HKD 7.83024
HNL 24.616913
HRK 7.08016
HTG 132.164948
HUF 367.910126
IDR 16168.35
ILS 3.788405
IMP 0.802762
INR 83.526299
IQD 1306.167205
IRR 42062.498224
ISK 140.75986
JEP 0.802762
JMD 155.032802
JOD 0.708704
JPY 154.178985
KES 132.498831
KGS 89.005097
KHR 4032.802249
KMF 463.590528
KPW 900.00035
KRW 1372.960167
KWD 0.30804
KYD 0.830916
KZT 447.75378
LAK 21213.385004
LBP 89290.684761
LKR 301.120415
LRD 193.301658
LSL 19.097496
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.865979
MAD 10.120897
MDL 17.817931
MGA 4374.882849
MKD 57.749891
MMK 2093.908154
MNT 3450.000346
MOP 8.04253
MRU 39.675017
MUR 46.550224
MVR 15.449917
MWK 1728.397376
MXN 16.960801
MYR 4.777502
MZN 63.498534
NAD 19.019838
NGN 1160.560042
NIO 36.701031
NOK 10.980885
NPR 133.479227
NZD 1.687095
OMR 0.384943
PAB 0.997076
PEN 3.751681
PGK 3.790066
PHP 57.014019
PKR 277.570126
PLN 4.062374
PYG 7379.465143
QAR 3.640503
RON 4.659704
RSD 109.708811
RUB 94.150405
RWF 1285.285848
SAR 3.751142
SBD 8.475185
SCR 13.509539
SDG 585.999901
SEK 10.924509
SGD 1.358755
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.500197
SRD 34.775505
STD 20697.981008
SVC 8.724338
SYP 2512.53037
SZL 18.975633
THB 36.713505
TJS 10.89338
TMT 3.505
TND 3.162974
TOP 2.39395
TRY 32.472697
TTD 6.770289
TWD 32.342801
TZS 2577.507051
UAH 39.427366
UGX 3804.016757
UYU 38.789912
UZS 12636.185996
VEF 3622552.534434
VES 36.243564
VND 25405
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 614.767573
XAG 0.035222
XAU 0.000421
XCD 2.70255
XDR 0.757638
XOF 614.767573
XPF 111.574964
YER 250.349887
ZAR 18.983702
ZMK 9001.200413
ZMW 25.202082
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Ethiopie: rebelles tigréens et gouvernement discutent à Pretoria
Ethiopie: rebelles tigréens et gouvernement discutent à Pretoria / Photo: © AFP/Archives

Ethiopie: rebelles tigréens et gouvernement discutent à Pretoria

Rebelles de la région du Tigré et gouvernement éthiopien devaient poursuivre mercredi dans la capitale sud-africaine Pretoria des pourparlers visant à "trouver une solution pacifique et durable" au conflit qui ravage le nord de l'Ethiopie depuis bientôt deux ans.

Taille du texte:

Le début de ces discussions très attendues, sous l'égide de l'Union africaine (UA), a été annoncé par la présidence sud-africaine.

"Les pourparlers de paix organisés pour trouver une solution pacifique et durable au conflit dévastateur dans la région du Tigré ont commencé aujourd'hui 25 octobre et se termineront le 30 octobre", a déclaré le porte-parole du président sud-africain Cyril Ramaphosa, Vincent Magwenya.

Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, a salué dans un communiqué "l'engagement des parties en faveur de la paix et de la recherche d'une solution politique durable", et assuré les soutenir pour "faire taire les armes vers une Ethiopie unie, stable, pacifique et résiliente".

Rebelles tigréens et armée fédérale -- appuyée par les forces de régions éthiopiennes voisines et de l'armée de l'Erythrée, pays frontalier du Tigré -- s'affrontent depuis novembre 2020 dans un conflit meurtrier qui a plongé le nord de l'Ethiopie dans une grave crise humanitaire.

Après cinq mois de trêve, les combats ont repris le 24 août. Les forces éthiopiennes et érythréennes ont annoncé ces dernières semaines s'être emparées de plusieurs villes dont Shire, une des principales du Tigré.

La communauté internationale s'est alarmée de ce regain des violences, qui a bloqué l'acheminement de l'aide humanitaire dans cette région de six millions d'habitants en proie à la faim.

Face à cette situation "très préoccupante", le haut-commissaire aux réfugiés de l'ONU, Filippo Grandi, a exhorté les belligérants au dialogue. "S'il vous plaît, pour le bien de votre propre peuple, parvenez à une conclusion positive, ou au moins ouvrez une voie vers la paix", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse dans la capitale kényane Nairobi.

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a exhorté les deux parties, dans un communiqué mardi soir, à "s'engager sérieusement dans ces discussions afin d'atteindre une résolution durable au conflit".

Le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, avait indiqué plus tôt que l'émissaire américain Mike Hammer participait aux discussions.

- Médiation panafricaine -

Ces discussions sont le premier dialogue rendu public entre les deux camps.

Selon un responsable occidental, de précédents contacts secrets -- organisés par les Etats-Unis -- ont précédemment eu lieu aux Seychelles et deux fois à Djibouti.

L'équipe de médiation comprend le haut représentant de l'UA pour la Corne de l'Afrique, l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo, l'ancien président kényan Uhuru Kenyatta et l'ancienne vice-présidente sud-africaine Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Jeudi, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait assuré que la guerre allait "se terminer et la paix l'emporter", sans toutefois évoquer ces négociations et alors que les forces progouvernementales ont récemment accentué leur offensive au Tigré.

Un porte-parole des rebelles a répété dimanche soir sur Twitter leurs demandes: "cessation immédiate des hostilités, accès humanitaire sans entraves et retrait des forces érythréennes".

Des demandes auxquelles le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a fait écho dans son communiqué mardi soir.

Le chef des rebelles tigréens Debretsion Gebremichael a adopté lundi un ton plus martial, assurant que "les forces ennemies conjointes qui sont entrées au Tigré (seraient) enterrées".

- Région coupée du monde -

La guerre a commencé en novembre 2020 quand M. Abiy a envoyé l'armée au Tigré pour déloger les autorités régionales, issues du Front de libération du peuple du Tigre (TPLF), qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Le TPLF a dominé la coalition au pouvoir en Éthiopie pendant des décennies, avant que M. Abiy n'arrive au pouvoir en 2018. Ce dernier les a ensuite écartés du pouvoir.

Le bilan exact du conflit, qui se déroule largement à huis clos, est inconnu.

Les journalistes n'ont pas accès au nord de l’Ethiopie et les télécommunications y fonctionnent de manière aléatoire, rendant impossible toute vérification indépendante d'informations.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, a estimé vendredi qu'en deux ans, "jusqu'à un demi-million de personnes sont mortes".

La guerre a également déplacé plus de deux millions d'Ethiopiens et plongé des centaines de milliers dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.

Ce conflit a été jalonné d'accusations d'exactions sur les civils commises par les deux camps.

Dans un communiqué, Amnesty International a mis en garde contre le risque de nouvelles "atrocités".

"Les civils tigréens craignent que les exactions généralisées, telles que les meurtres illégaux, violences sexuelles et attaques systématiques (...) puissent se reproduire", a déclaré sa directrice pour l'Afrique de l'Est et australe, Muleya Mwananyanda.

Selon Amnesty, des frappes aériennes à Mekele et Adi Daero en août et septembre ont tué "des centaines de civils, dont des enfants". L'ONG accuse aussi l'armée érythréenne d'avoir exécuté "au moins 40 personnes" à Sheraro, dans le nord-ouest du Tigré.

J.Barnes--TFWP