The Fort Worth Press - L'Arizona, gangréné par la suspicion pour les élections de mi-mandat

USD -
AED 3.672498
AFN 71.621368
ALL 95.406791
AMD 394.646823
ANG 1.797095
AOA 837.502932
ARS 869.241864
AUD 1.549355
AWG 1.8
AZN 1.756834
BAM 1.832964
BBD 2.01328
BDT 109.436137
BGN 1.832735
BHD 0.376851
BIF 2856.982193
BMD 1
BND 1.35895
BOB 6.905213
BRL 5.234096
BSD 0.997095
BTN 83.421272
BWP 13.781631
BYN 3.262653
BYR 19600
BZD 2.009906
CAD 1.37549
CDF 2790.0001
CHF 0.90988
CLF 0.035477
CLP 978.930203
CNY 7.2348
CNH 7.24386
COP 3892.15
CRC 499.6298
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.338238
CZK 23.644001
DJF 177.560765
DKK 6.987397
DOP 58.941508
DZD 134.765709
EGP 48.496797
ERN 15
ETB 56.735864
EUR 0.936555
FJD 2.269703
FKP 0.802762
GBP 0.80206
GEL 2.660193
GGP 0.802762
GHS 13.411057
GIP 0.802762
GMD 67.950481
GNF 8571.696345
GTQ 7.755171
GYD 208.768345
HKD 7.83024
HNL 24.616913
HRK 7.08016
HTG 132.164948
HUF 367.910126
IDR 16168.35
ILS 3.788405
IMP 0.802762
INR 83.526299
IQD 1306.167205
IRR 42062.498224
ISK 140.75986
JEP 0.802762
JMD 155.032802
JOD 0.708704
JPY 154.178985
KES 132.498831
KGS 89.005097
KHR 4032.802249
KMF 463.590528
KPW 900.00035
KRW 1372.960167
KWD 0.30804
KYD 0.830916
KZT 447.75378
LAK 21213.385004
LBP 89290.684761
LKR 301.120415
LRD 193.301658
LSL 19.097496
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.865979
MAD 10.120897
MDL 17.817931
MGA 4374.882849
MKD 57.749891
MMK 2093.908154
MNT 3450.000346
MOP 8.04253
MRU 39.675017
MUR 46.550224
MVR 15.449917
MWK 1728.397376
MXN 16.960801
MYR 4.777502
MZN 63.498534
NAD 19.019838
NGN 1160.560042
NIO 36.701031
NOK 10.980885
NPR 133.479227
NZD 1.687095
OMR 0.384943
PAB 0.997076
PEN 3.751681
PGK 3.790066
PHP 57.014019
PKR 277.570126
PLN 4.062374
PYG 7379.465143
QAR 3.640503
RON 4.659704
RSD 109.708811
RUB 94.150405
RWF 1285.285848
SAR 3.751142
SBD 8.475185
SCR 13.509539
SDG 585.999901
SEK 10.924509
SGD 1.358755
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.500197
SRD 34.775505
STD 20697.981008
SVC 8.724338
SYP 2512.53037
SZL 18.975633
THB 36.713505
TJS 10.89338
TMT 3.505
TND 3.162974
TOP 2.39395
TRY 32.472697
TTD 6.770289
TWD 32.342801
TZS 2577.507051
UAH 39.427366
UGX 3804.016757
UYU 38.789912
UZS 12636.185996
VEF 3622552.534434
VES 36.243564
VND 25405
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 614.767573
XAG 0.035222
XAU 0.000421
XCD 2.70255
XDR 0.757638
XOF 614.767573
XPF 111.574964
YER 250.349887
ZAR 18.983702
ZMK 9001.200413
ZMW 25.202082
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

L'Arizona, gangréné par la suspicion pour les élections de mi-mandat
L'Arizona, gangréné par la suspicion pour les élections de mi-mandat / Photo: © AFP

L'Arizona, gangréné par la suspicion pour les élections de mi-mandat

Fermement plantés dans leurs chaises pliantes sur un parking en banlieue de Phoenix, Gabor Zolna et deux de ses amies filment sans discontinuer une boîte métallique où les électeurs d'Arizona peuvent déposer leur bulletin de vote pour les élections de mi-mandat.

Taille du texte:

"C'est une arme de dissuasion", lance à l'AFP ce retraité de 78 ans, en désignant leurs petites caméras braquées sur l'urne, pendant qu'un étui de pistolet dépasse sous sa doudoune.

"Nous sommes vraiment ici pour décourager les gens qui viennent pour bourrer les boîtes de (faux) bulletins", assure Nicole, une autre retraitée de 52 ans, qui refuse de donner son nom, dissimulée derrière son masque, ses lunettes de soleil et sa casquette.

En mission pour "sauver la République", le trio est persuadé que l'élection présidentielle de 2020 a été truquée aux Etats-Unis, et que Donald Trump aurait dû être réélu face à Joe Biden.

Ce dernier l'a emporté d'à peine 10.000 voix en Arizona. Habituellement républicain, l'Etat n'avait jamais voté pour un président démocrate depuis Bill Clinton.

Peu importe les multiples enquêtes qui ont conclu à l'absence de fraude électorale, la certitude des trois guetteurs demeure absolue. De même, ils soutiennent mordicus que "la Terre est plate" et que l'homme "n'est jamais allé sur la Lune".

Depuis quelques jours, la tension grimpe dangereusement autour de cette boîte électorale esseulée devant le tribunal pour enfants de Mesa, près de Phoenix.

- Guetteurs armés -

Vendredi, le shérif est intervenu pour évacuer deux hommes armés en tenue paramilitaire - il est légal en Arizona de porter une arme à feu - venus faire le planton devant ce symbole de démocratie.

Plusieurs personnes ont porté plainte: certaines soupçonnent une campagne de pression coordonnée par un groupe de "patriotes" autoproclamés, "Clean Elections USA". La présence policière a été renforcée et les autorités du comté de Maricopa tentent de calmer le jeu.

"Bien que le suivi et la transparence de nos élections soient critiques, l'intimidation des électeurs est illégale", ont-elles rappelé lundi dans un communiqué, en invitant les sceptiques à s'inscrire auprès d'un parti pour surveiller l'intégrité du scrutin.

Mais l'engrenage semble lancé. Sur le parking, Kevin Smith a cru bon de venir avec son chien de garde sur le siège avant de son pick-up.

"Je suis venu pour surveiller les guetteurs (de la boîte), et voir comment ils réagissent à l'intimidation", lâche ce quinquagénaire, passablement indigné.

Face à la paranoïa ambiante, rares sont les électeurs qui osent encore venir voter sur ce site en plein air. Hormis Kristin Wilde, qui a bravé le risque sans en avoir conscience.

"C'est bizarre", souffle-t-elle. "J'ai déjà rempli mon bulletin, donc je ne vais pas changer pour qui j'ai voté. Mais si j'avais su pour les armes, je ne serais pas venue ici."

- Tension "sans précédent" -

"La tension autour de cette élection est sans précédent", souligne Gina Woodall, politologue à l'université d'Etat de l'Arizona. Le scrutin complexe de mi-mandat, lors duquel les Américains renouvellent le Congrès et le Sénat ainsi que des myriades d'élus locaux, génère d'habitude beaucoup moins d'intérêt que la présidentielle, rappelle-t-elle.

Mais en Arizona, l'état-major du parti républicain a embrassé les thèses conspirationnistes depuis la courte victoire de Joe Biden.

Ses trois candidats pour les postes de gouverneur, sénateur et secrétaire d'Etat contestent toujours vigoureusement les résultats, même après l'embauche controversée par le Sénat local d'une société d'audit. L'entreprise Cyber Ninjas, qui n'avait aucune expérience en matière électorale, n'a pu que confirmer la victoire du démocrate dans le comté de Maricopa.

Aux Etats-Unis, environ 70% des électeurs républicains continuent de croire, contre toute évidence, que l'actuel locataire président est illégitime, selon plusieurs sondages publiés ces derniers mois.

C'est dans cette ambiance de défiance généralisée que le service électoral du comté de Maricopa a entamé le dépouillement des votes par correspondance lundi.

"Nous avons reçu un nombre croissant de menaces contre les travailleurs électoraux", reconnaît sa directrice de la communication, Megan Gilbertson.

Dans son bâtiment du centre de Phoenix, assiégé par des dizaines de manifestants en 2020, la responsable insiste sur l'intégrité du processus électoral. Au-delà des 16 machines chargées de lire les bulletins et filmées 24 heures sur 24, toutes les inscriptions manuscrites sont vérifiées par un couple d'observateurs, composé d'un démocrate et d'un républicain.

Cette année, nombre d'entre eux sont des nouveaux venus. Et si la plupart attestent que les opérations se déroulent correctement, certains restent inlassablement sceptiques.

"Je ne vois qu'une partie du processus de vote", confie à l'AFP une nouvelle observatrice républicaine, en réclamant l'anonymat. "Ce qui se passe avant et après, je n'en sais rien."

H.M.Hernandez--TFWP