The Fort Worth Press - "On n'y arrive plus!" En Israël, la classe moyenne fragilisée par l'inflation

USD -
AED 3.672499
AFN 72.212319
ALL 95.002939
AMD 395.240482
ANG 1.801387
AOA 832.824502
ARS 868.740901
AUD 1.559953
AWG 1.8
AZN 1.702384
BAM 1.839688
BBD 2.018126
BDT 109.696505
BGN 1.838598
BHD 0.376878
BIF 2869
BMD 1
BND 1.364199
BOB 6.931452
BRL 5.2716
BSD 0.999516
BTN 83.574368
BWP 13.815062
BYN 3.271048
BYR 19600
BZD 2.01474
CAD 1.38216
CDF 2790.000133
CHF 0.912195
CLF 0.035826
CLP 988.550084
CNY 7.238498
CNH 7.26287
COP 3940.25
CRC 500.599647
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.718789
CZK 23.749795
DJF 177.995795
DKK 7.013029
DOP 59.052322
DZD 134.811465
EGP 48.558103
ERN 15
ETB 56.872616
EUR 0.94001
FJD 2.277955
FKP 0.802762
GBP 0.80349
GEL 2.669991
GGP 0.802762
GHS 13.423633
GIP 0.802762
GMD 67.825026
GNF 8590.792153
GTQ 7.77425
GYD 209.279248
HKD 7.832199
HNL 24.67654
HRK 7.08016
HTG 132.53505
HUF 371.209468
IDR 16280.25
ILS 3.756915
IMP 0.802762
INR 83.66855
IQD 1309.359759
IRR 42075.000171
ISK 141.660174
JEP 0.802762
JMD 155.270126
JOD 0.708697
JPY 154.47962
KES 131.506315
KGS 89.1061
KHR 4041.89575
KMF 462.85009
KPW 900.00035
KRW 1391.494987
KWD 0.30814
KYD 0.83293
KZT 448.643844
LAK 21259.964727
LBP 89507.912992
LKR 300.071018
LRD 193.000177
LSL 18.90281
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.831086
MAD 10.166351
MDL 17.791887
MGA 4393.650794
MKD 57.889792
MMK 2099.020332
MNT 3450.000346
MOP 8.063116
MRU 39.674975
MUR 46.699594
MVR 15.445008
MWK 1732.533804
MXN 17.044497
MYR 4.791946
MZN 63.502122
NAD 18.894952
NGN 1147.694249
NIO 36.788118
NOK 10.96927
NPR 133.718989
NZD 1.69795
OMR 0.384966
PAB 0.999516
PEN 3.728501
PGK 3.785103
PHP 56.993985
PKR 278.121746
PLN 4.095973
PYG 7401.763668
QAR 3.64075
RON 4.677598
RSD 110.113469
RUB 93.324988
RWF 1288.195539
SAR 3.751182
SBD 8.475185
SCR 13.567225
SDG 586.000027
SEK 10.92729
SGD 1.36381
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.529093
SRD 34.784498
STD 20697.981008
SVC 8.745996
SYP 2512.53037
SZL 19.052501
THB 36.641992
TJS 10.929853
TMT 3.5
TND 3.1125
TOP 2.390501
TRY 32.49078
TTD 6.784715
TWD 32.507503
TZS 2589.999608
UAH 39.558091
UGX 3833.075443
UYU 38.885727
UZS 12660.906863
VEF 3622552.534434
VES 36.237127
VND 25290
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 617.014152
XAG 0.035259
XAU 0.000418
XCD 2.70255
XDR 0.759466
XOF 617.014152
XPF 112.450068
YER 250.324939
ZAR 19.00915
ZMK 9001.200677
ZMW 25.062904
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

"On n'y arrive plus!" En Israël, la classe moyenne fragilisée par l'inflation
"On n'y arrive plus!" En Israël, la classe moyenne fragilisée par l'inflation / Photo: © AFP

"On n'y arrive plus!" En Israël, la classe moyenne fragilisée par l'inflation

Tête découverte, tatouages sur les poignets et t-shirt court, Talia détonne dans un supermarché fréquenté par des juifs ultra-orthodoxes. Face à l'inflation galopante, cette Israélienne a été forcée de se rendre dans des épiceries à rabais pour les familles nombreuses.

Taille du texte:

"Je n'ai plus le choix que de venir ici. J'ai peur de ne plus pouvoir nourrir mes deux enfants", confie l'infirmière de 32 ans en remplissant son chariot de paquets de pâtes, vendus par six dans un supermarché de la périphérie de Jérusalem.

"On travaille comme des dingues, j'ai multiplié mes gardes de nuit, et mon mari, dépanneur d'appareils électroménagers, travaille même le week-end mais on n'y arrive plus", souffle cette femme qui préfère taire son nom de famille.

La vie chère sévit depuis des années en Israël, excluant les plus pauvres de l'euphorie du boom économique de la "start-up nation". Mais avec l'envolée récente des prix de la nourriture, même les classes moyennes sont précarisées, un sujet qui s'est imposé comme un enjeu central des législatives du 1er novembre.

Ayelet Benshoshan, institutrice, pousse son chariot dans les rayons d'une des enseignes des supermarchés Rami Lévy, qui se vante de proposer le "panier alimentaire le moins cher du pays".

Les yeux rivés sur sa liste de courses, elle passe devant les pancartes aux couleurs criardes vantant les promotions du moment: concombres à 2 shekels (0,57 euros) le kilo, viande bradée, boîtes de thon au rabais.

"On a toujours fait attention mais maintenant il y a beaucoup de choses qu'on a tout simplement arrêté d'acheter", explique la quarantenaire qui dit avoir renoncé aux "bonbons, biscuits salés, crèmes desserts et certaines céréales à plus de 20 shekels le paquet (environ 6 euros)".

Avec cinq enfants "tous encore à la maison", elle et son mari, qui travaille comme agent de maintenance dans une école, s'en sortent "difficilement". "Je prépare de plus en plus de choses à la maison, du pain et des gâteaux, pour éviter d'acheter".

- Insécurité alimentaire -

La chaîne Rami Lévy a enregistré une hausse de 15% en un an de ses ventes, attirant une classe moyenne qui parvient de moins en moins à joindre les deux bouts, explique à l'AFP le propriétaire Rami Lévy.

"Avec la hausse des prix, les gens (...) ont commencé à venir chez nous car ils savent que c'est moins cher", dit-il. "Chaque année, le gouvernement augmente les taxes sur les propriétés, les droits de douane et l'électricité. Sans mesure sur ces éléments, il ne sera pas possible de véritablement baisser les prix."

En 2021, le magazine The Economist avait classé Tel-Aviv comme la ville la plus chère au monde, devant Paris, Hong Kong et New York, avec les prix de l'immobilier qui ont explosé ces dernières années en Israël, pays dont la croissance est dopée par l'essor des hautes technologies.

A un coût de la vie déjà prohibitif s'est greffée cette année une inflation record en plus d'une décennie -4,6 % ces 12 derniers mois-, selon les chiffres publiés en octobre par le Bureau central des statistiques.

Selon Aron Troen, professeur à l'école de santé publique de l'Université hébraïque de Jérusalem, cette situation menace la sécurité alimentaire de nombreuses familles, bien au-delà des plus pauvres.

"Lorsqu'il y a une inflation rapide des prix des denrées alimentaires et que les salaires ne suivent pas, la classe moyenne qui doit dépenser plus d'argent non seulement pour la nourriture mais aussi pour le loyer, le transport, l'essence, l'éducation, commence à avoir des difficultés à se procurer une alimentation saine", explique-t-il.

- "Dégringoler" -

"Les gens commencent par changer la qualité de ce qu'ils mangent, puis se mettent à sauter des repas ou à ne donner à manger qu'à leurs enfants", souligne M. Troen.

Selon l'agence nationale de la sécurité sociale, plus de 20% de la population israélienne était déjà en situation d'insécurité alimentaire en 2021. Un chiffre estimé à 30% par Latet, principale banque alimentaire du pays.

Pendant la campagne électorale, les partis ont rivalisé de promesses pour juguler l'inflation.

"Je voudrais qu'ils pensent à nous, les citoyens ordinaires, qui travaillons dur et dont les salaires n'ont pas augmenté, qui avons des enfants, payons nos impôts, et avons effectué notre service civil ou militaire. Nous méritons une vie plus facile", lance Ayelet Benshoshan.

"Nous sommes la classe moyenne qui commence vraiment à dégringoler. J'espère qu'ils vont nous écouter."

P.Grant--TFWP