The Fort Worth Press - Un manifestant tué lors du premier anniversaire du putsch au Soudan

USD -
AED 3.672698
AFN 71.945485
ALL 94.960531
AMD 393.846385
ANG 1.801124
AOA 836.999659
ARS 871.222503
AUD 1.55364
AWG 1.8
AZN 1.695038
BAM 1.83576
BBD 2.017834
BDT 109.678146
BGN 1.833114
BHD 0.376952
BIF 2863.860782
BMD 1
BND 1.361392
BOB 6.92047
BRL 5.230089
BSD 0.999343
BTN 83.424286
BWP 13.880363
BYN 3.270509
BYR 19600
BZD 2.014455
CAD 1.372055
CDF 2804.999945
CHF 0.911415
CLF 0.03476
CLP 959.140293
CNY 7.243103
CNH 7.25076
COP 3914.37
CRC 501.88194
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.497311
CZK 23.660799
DJF 177.961329
DKK 6.993375
DOP 58.973709
DZD 134.591437
EGP 48.366499
ERN 15
ETB 56.783619
EUR 0.93735
FJD 2.27385
FKP 0.802762
GBP 0.80729
GEL 2.665019
GGP 0.802762
GHS 13.442026
GIP 0.802762
GMD 67.898872
GNF 8591.300757
GTQ 7.77274
GYD 209.087752
HKD 7.83327
HNL 24.672655
HRK 7.08016
HTG 132.571793
HUF 369.308011
IDR 16225.5
ILS 3.761585
IMP 0.802762
INR 83.412902
IQD 1309.179651
IRR 42062.503778
ISK 141.080091
JEP 0.802762
JMD 155.755169
JOD 0.708801
JPY 154.73802
KES 131.420148
KGS 89.016498
KHR 4061.442577
KMF 462.574951
KPW 900.00035
KRW 1379.410487
KWD 0.308205
KYD 0.832833
KZT 445.917026
LAK 21309.367374
LBP 89493.241975
LKR 301.830298
LRD 193.19797
LSL 19.149539
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.876103
MAD 10.12418
MDL 17.898442
MGA 4405.89831
MKD 57.775798
MMK 2098.648395
MNT 3450.000346
MOP 8.062869
MRU 39.699267
MUR 46.530067
MVR 15.449961
MWK 1732.323375
MXN 17.02422
MYR 4.784984
MZN 63.501654
NAD 19.1502
NGN 1075.749863
NIO 36.784997
NOK 11.00678
NPR 133.47882
NZD 1.691655
OMR 0.384961
PAB 0.999352
PEN 3.728775
PGK 3.79767
PHP 57.482502
PKR 278.12632
PLN 4.034967
PYG 7393.467242
QAR 3.640502
RON 4.664701
RSD 109.828002
RUB 93.902594
RWF 1288.636086
SAR 3.751203
SBD 8.440171
SCR 14.107988
SDG 586.000211
SEK 10.90442
SGD 1.361175
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.504567
SRD 34.527002
STD 20697.981008
SVC 8.744134
SYP 2512.53037
SZL 19.212683
THB 36.971976
TJS 10.918161
TMT 3.51
TND 3.150987
TOP 2.39395
TRY 32.608898
TTD 6.786184
TWD 32.642497
TZS 2580.000227
UAH 39.789467
UGX 3807.995194
UYU 38.370925
UZS 12689.249946
VEF 3622552.534434
VES 36.296673
VND 25450.5
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 615.696599
XAG 0.035874
XAU 0.000423
XCD 2.70255
XDR 0.758877
XOF 615.69082
XPF 112.45032
YER 250.349427
ZAR 19.07945
ZMK 9001.201861
ZMW 25.658907
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

Un manifestant tué lors du premier anniversaire du putsch au Soudan
Un manifestant tué lors du premier anniversaire du putsch au Soudan / Photo: © AFP/Archives

Un manifestant tué lors du premier anniversaire du putsch au Soudan

Un manifestant pro-démocratie a été tué mardi au Soudan où des milliers de personnes ont défilé pour dire "non au pouvoir militaire", un an jour pour jour après le putsch qui a plongé le pays dans le chaos.

Taille du texte:

Alors que la répression a fait 119 morts en un an, les chancellleries occidentales avaient appelé le pouvoir militaire à ne pas tirer sur la foule.

Mardi, face à une mobilisation d'une ampleur inédite depuis des mois, aucun tir n'a retenti mais un manifestant "a été tué, renversé par un véhicule militaire" dans la banlieue de Khartoum, ont indiqué des médecins pro-démocratie.

Toute la journée, malgré une coupure d'internet - finalement rétabli en fin de journée - les manifestants ont scandé "les militaires à la caserne", à Khartoum et dans ses banlieues, où en soirée encore de nombreuses routes étaient bloquées.

Car dès l'aube, les deux camps s'étaient activés: les manifestants ont érigé des barricades pour ralentir l'avancée des forces de sécurité et celles-ci ont bloqué ponts et avenues pour empêcher un déferlement de protestataires vers le palais présidentiel où siège le général Abdel Fattah al-Burhane, l'auteur du coup d'Etat du 25 octobre 2021.

- "Un an qu'on manifeste" -

C'est aux abords de ce bâtiment que la police, qui accuse certains manifestants d'être "armés et formés à la violence", a tiré des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser la foule.

Depuis le putsch, manifestants et militants répètent le même mot d'ordre: "pas de négociation ni de partenariat avec les putschistes" et retour au pouvoir des civils, condition sine qua non pour la reprise de l'aide internationale interrompue à la suite du putsch.

"Ca fait un an qu'on manifeste et ça nous a permis de contenir le putsch: il n'a pas pu gagner la reconnaissance internationale ou régionale", affirme à l'AFP un manifestant à Khartoum.

"C'est la première fois de l'histoire qu'on voit un putsch ne pas réussir à avancer d'un pouce en une année entière", se félicite un peu plus loin un autre manifestant, jellaba blanche et drapeau soudanais sur l'épaule.

Il y a un an, le général Burhane, chef de l'armée, rompait tous les engagements pris deux ans auparavant au Soudan.

A l'aube, il faisait arrêter les dirigeants civils avec lesquels il avait accepté de partager le pouvoir quand, en 2019, l'armée avait été forcée par la rue de déposer l'un des siens, le dictateur Omar el-Béchir après trois décennies au pouvoir.

Un an plus tard, de nouveau, des milliers de Soudanais l'ont conspué à Atbara, dans le nord du pays, ainsi qu'à Wad Madani et al-Obeid, dans le centre, à Gedaref et Port-Soudan, dans l'est, et à Niyala, dans l'ouest, ont rapporté des habitants à l'AFP.

Le Soudan nage dans l'incertitude. Aucun observateur n'imagine possible la tenue des élections promises à l'été 2023, aucune figure politique ne semblant jusqu'ici prête à rejoindre le gouvernement civil régulièrement promis par le général Burhane, tandis que les médiations internationales n'ont pas abouti.

Et l'aide internationale est cruellement nécessaire dans ce pays, l'un des plus pauvres au monde.

- Inflation et vide sécuritaire -

Entre inflation à trois chiffres et pénuries alimentaires, un tiers des 45 millions d'habitants souffrent de la faim. C'est 50% de plus qu'il y a un an, souligne le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le prix du panier alimentaire minimum a augmenté de 137% en un an, forçant quasiment tous les foyers à "consacrer plus des deux tiers de leurs revenus à la nourriture", ajoute le PAM.

Outre les conditions de vie difficiles, de nombreux Soudanais s'inquiètent, trois ans après la "révolution" de 2019, du retour de la dictature islamo-militaire dans un pays quasiment toujours sous la coupe des généraux depuis l'indépendance.

Car depuis le putsch, plusieurs fidèles de M. Béchir, aujourd'hui en prison, ont retrouvé leurs postes, notamment à la Justice qui mène actuellement le procès de l'ex-président.

Surtout, avec la mobilisation des forces de sécurité pour la répression des anti-putsch, les experts constatent un vide sécuritaire dans le reste du pays.

En l'absence des autorités, les conflits tribaux prospèrent dans le sud et l'est Soudan.

Ces combats à l'arme automatique généralement pour l'accès à la terre et à l'eau ont fait depuis janvier près de 600 morts et plus de 210.000 déplacés, selon l'ONU.

Ces derniers jours, 250 personnes, selon l'ONU, ont ainsi été tuées dans un seul district de l'Etat du Nil Bleu, frontalier de l'Ethiopie et du Soudan du Sud.

T.Harrison--TFWP