The Fort Worth Press - Le Liban se dirige vers une vacance du pouvoir

USD -
AED 3.672499
AFN 72.212319
ALL 95.002939
AMD 395.240482
ANG 1.801387
AOA 832.824502
ARS 868.740901
AUD 1.559953
AWG 1.8
AZN 1.702384
BAM 1.839688
BBD 2.018126
BDT 109.696505
BGN 1.838598
BHD 0.376878
BIF 2869
BMD 1
BND 1.364199
BOB 6.931452
BRL 5.2716
BSD 0.999516
BTN 83.574368
BWP 13.815062
BYN 3.271048
BYR 19600
BZD 2.01474
CAD 1.38216
CDF 2790.000133
CHF 0.912195
CLF 0.035826
CLP 988.550084
CNY 7.238498
CNH 7.26287
COP 3940.25
CRC 500.599647
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.718789
CZK 23.749795
DJF 177.995795
DKK 7.013029
DOP 59.052322
DZD 134.811465
EGP 48.558103
ERN 15
ETB 56.872616
EUR 0.94001
FJD 2.277955
FKP 0.802762
GBP 0.80349
GEL 2.669991
GGP 0.802762
GHS 13.423633
GIP 0.802762
GMD 67.825026
GNF 8590.792153
GTQ 7.77425
GYD 209.279248
HKD 7.832199
HNL 24.67654
HRK 7.08016
HTG 132.53505
HUF 371.209468
IDR 16280.25
ILS 3.756915
IMP 0.802762
INR 83.66855
IQD 1309.359759
IRR 42075.000171
ISK 141.660174
JEP 0.802762
JMD 155.270126
JOD 0.708697
JPY 154.47962
KES 131.506315
KGS 89.1061
KHR 4041.89575
KMF 462.85009
KPW 900.00035
KRW 1391.494987
KWD 0.30814
KYD 0.83293
KZT 448.643844
LAK 21259.964727
LBP 89507.912992
LKR 300.071018
LRD 193.000177
LSL 18.90281
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.831086
MAD 10.166351
MDL 17.791887
MGA 4393.650794
MKD 57.889792
MMK 2099.020332
MNT 3450.000346
MOP 8.063116
MRU 39.674975
MUR 46.699594
MVR 15.445008
MWK 1732.533804
MXN 17.044497
MYR 4.791946
MZN 63.502122
NAD 18.894952
NGN 1147.694249
NIO 36.788118
NOK 10.96927
NPR 133.718989
NZD 1.69795
OMR 0.384966
PAB 0.999516
PEN 3.728501
PGK 3.785103
PHP 56.993985
PKR 278.121746
PLN 4.095973
PYG 7401.763668
QAR 3.64075
RON 4.677598
RSD 110.113469
RUB 93.324988
RWF 1288.195539
SAR 3.751182
SBD 8.475185
SCR 13.567225
SDG 586.000027
SEK 10.92729
SGD 1.36381
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.529093
SRD 34.784498
STD 20697.981008
SVC 8.745996
SYP 2512.53037
SZL 19.052501
THB 36.641992
TJS 10.929853
TMT 3.5
TND 3.1125
TOP 2.390501
TRY 32.49078
TTD 6.784715
TWD 32.507503
TZS 2589.999608
UAH 39.558091
UGX 3833.075443
UYU 38.885727
UZS 12660.906863
VEF 3622552.534434
VES 36.237127
VND 25290
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 617.014152
XAG 0.035259
XAU 0.000418
XCD 2.70255
XDR 0.759466
XOF 617.014152
XPF 112.450068
YER 250.324939
ZAR 19.00915
ZMK 9001.200677
ZMW 25.062904
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

Le Liban se dirige vers une vacance du pouvoir
Le Liban se dirige vers une vacance du pouvoir / Photo: © DALATI AND NOHRA/AFP/Archives

Le Liban se dirige vers une vacance du pouvoir

Le Liban en plein effondrement économique s'apprête à entrer dans une période de vacance du pouvoir: le mandat du président Michel Aoun expire le 31 octobre sans accord au sein de la classe politique, profondément divisée sur un éventuel successeur.

Taille du texte:

Cette perspective inquiète la communauté internationale, d'autant plus que le pays sera gouverné par un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes, les divergences politiques ayant empêché la formation d'un nouveau cabinet depuis les législatives du printemps.

Lundi, le Parlement s'est réuni pour la quatrième fois depuis un mois sans parvenir à élire un président, ni le camp du Hezbollah pro-iranien, le puissant mouvement armé qui domine la vie politique au Liban, ni celui de ses opposants ne disposant d'une claire majorité pour imposer un candidat.

"Le scénario le plus probable après la fin du mandat Aoun est un vide présidentiel prolongé jusqu'à ce que les principaux partis politiques libanais s'entendent sur un candidat", estime Lina Khatib, directrice du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord au centre de réflexion Chatham House.

"Comme en 2016, le Hezbollah insistera pour imposer un candidat", ajoute-t-elle.

Par le passé, l'élection d'un président a déjà débouché sur des violences ou des crises politiques, dans un pays fondé sur un partage communautaire du pouvoir, la présidence de la République étant réservée à un chrétien maronite.

Selon des analystes, la crise actuelle est principalement liée au refus du Hezbollah de tout processus électoral qui ne mènerait pas son candidat à la présidence, à l'instar de ce qui s'est passé lors de l'élection de son allié Michel Aoun.

Il avait alors fallu plus de deux ans et 46 sessions électorales pour l'élection en 2016 de M. Aoun. Son mandat a été marqué par un effondrement économique sans précédent, un soulèvement populaire en 2019 qui n'a pas abouti et une explosion sur le port de Beyrouth qui ravagé la capitale l'année suivante.

- "Blocage systématique" -

Le Hezbollah n'a pas annoncé quel candidat il favorisait cette fois-ci, et son camp a jusqu'à présent voté blanc au Parlement. Mais certains analystes estiment que l'ancien ministre et député Sleimane Frangié, allié du Hezbollah et du régime syrien, est son candidat favori.

Interrogée par l'AFP, une source proche du parti chiite reconnaît cependant que la candidature de ce dernier "se heurte à l'opposition de l'Arabie saoudite" et de Gebran Bassil, gendre du président Aoun et chef du Courant patriotique libre (CPL) qui aspire également à la présidence.

Pour le moment, le candidat ayant réuni le plus grand nombre de voix est Michel Moawad, qui a obtenu 39 votes lundi, loin des 65 voix requises pour être élu à la majorité simple.

Proche de Washington, il est rejeté par le Hezbollah dont il appelle au désarmement.

Le camp du Hezbollah et de ses alliés s'emploie à une "obstruction systématique", dénonce Elias Hankache, membre du parti chrétien des Kataëb qui soutient M. Moawad.

Il estime "inacceptable" que le parti pro-iranien et ses alliés "misent sur la vacance du pouvoir" afin d'imposer par la suite leur candidat, comme en 2016.

- Inquiétude diplomatique -

La perspective du vide politique s'inscrit cette fois dans un contexte d'effondrement économique accéléré alors que le gouvernement démissionnaire n'a pas les prérogatives pour imposer les réformes nécessaires au déblocage des aides internationales.

Depuis 2019, le Liban est en proie à une grave crise financière, sa monnaie a perdu plus de 95% de sa valeur et plus de 80% des habitants vivent désormais sous le seuil de pauvreté, selon l'ONU.

Une source diplomatique occidentale indique à l'AFP que la plupart des chancelleries à Beyrouth sont "préoccupées" par la possibilité que "le Liban n'ait pas de président après la fin du mandat de Aoun".

"La crise politique est la dernière chose dont les Libanais ont besoin maintenant", ajoute cette source.

Le fait qu'un gouvernement démissionnaire dirige le pays conduirait à "créer une situation très préoccupante", selon la même source.

Pour le directeur de l'Institut du Levant pour les affaires stratégiques, Sami Nader, "faute d'accord sur un candidat entre les parties au Liban, des pressions ou une ingérence étrangères pourraient être nécessaires" pour imposer une solution, comme à plusieurs reprises dans l'histoire du Liban.

T.M.Dan--TFWP