The Fort Worth Press - Israël: vers le retour au pouvoir de Netanyahu?

USD -
AED 3.672698
AFN 71.945485
ALL 94.960531
AMD 393.846385
ANG 1.801124
AOA 837.000352
ARS 868.489782
AUD 1.551771
AWG 1.8
AZN 1.698722
BAM 1.83576
BBD 2.017834
BDT 109.678146
BGN 1.832914
BHD 0.376857
BIF 2863.860782
BMD 1
BND 1.361392
BOB 6.92047
BRL 5.230089
BSD 0.999343
BTN 83.424286
BWP 13.880363
BYN 3.270509
BYR 19600
BZD 2.014455
CAD 1.372375
CDF 2804.999968
CHF 0.91155
CLF 0.03476
CLP 959.139721
CNY 7.242904
CNH 7.252865
COP 3914.37
CRC 501.88194
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.497311
CZK 23.679801
DJF 177.961329
DKK 6.996897
DOP 58.973709
DZD 134.593008
EGP 48.258197
ERN 15
ETB 56.783619
EUR 0.937815
FJD 2.27695
FKP 0.802762
GBP 0.807533
GEL 2.665044
GGP 0.802762
GHS 13.442026
GIP 0.802762
GMD 67.898929
GNF 8591.300757
GTQ 7.77274
GYD 209.087752
HKD 7.832649
HNL 24.672655
HRK 7.08016
HTG 132.571793
HUF 369.80985
IDR 16213.15
ILS 3.757303
IMP 0.802762
INR 83.42295
IQD 1309.179651
IRR 42062.50203
ISK 141.149674
JEP 0.802762
JMD 155.755169
JOD 0.708696
JPY 154.690503
KES 131.419549
KGS 89.016501
KHR 4061.442577
KMF 462.57499
KPW 900.00035
KRW 1381.804969
KWD 0.30837
KYD 0.832833
KZT 445.917026
LAK 21309.367374
LBP 89493.241975
LKR 301.830298
LRD 193.195038
LSL 19.150432
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.876103
MAD 10.12418
MDL 17.898442
MGA 4405.89831
MKD 57.772271
MMK 2098.648395
MNT 3450.000346
MOP 8.062869
MRU 39.706258
MUR 46.52986
MVR 15.449709
MWK 1732.323375
MXN 17.047026
MYR 4.784018
MZN 63.510149
NAD 19.14986
NGN 1075.749595
NIO 36.784997
NOK 11.004255
NPR 133.47882
NZD 1.688975
OMR 0.38498
PAB 0.999352
PEN 3.728775
PGK 3.79767
PHP 57.4865
PKR 278.12632
PLN 4.03895
PYG 7393.467242
QAR 3.640497
RON 4.666699
RSD 109.953726
RUB 93.893009
RWF 1288.636086
SAR 3.751398
SBD 8.440171
SCR 14.389367
SDG 585.999628
SEK 10.907199
SGD 1.361398
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.470907
SRD 34.527027
STD 20697.981008
SVC 8.744134
SYP 2512.53037
SZL 19.212683
THB 36.982015
TJS 10.918161
TMT 3.51
TND 3.150996
TOP 2.391649
TRY 32.611099
TTD 6.786184
TWD 32.618006
TZS 2579.354025
UAH 39.789467
UGX 3807.995194
UYU 38.370925
UZS 12689.249946
VEF 3622552.534434
VES 36.296673
VND 25450
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 615.696599
XAG 0.035382
XAU 0.000422
XCD 2.70255
XDR 0.758877
XOF 615.69082
XPF 112.449768
YER 250.350252
ZAR 19.068403
ZMK 9001.197777
ZMW 25.658907
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

Israël: vers le retour au pouvoir de Netanyahu?
Israël: vers le retour au pouvoir de Netanyahu? / Photo: © AFP

Israël: vers le retour au pouvoir de Netanyahu?

La campagne pour les législatives israéliennes le 1er novembre bat son plein avec en toile de fond une grande question: l'ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu, jugé pour corruption, peut-il revenir au pouvoir?

Taille du texte:

Retour à juin 2021. Après d'intenses tractations en coulisses, une coalition unique dans l'histoire d'Israël, réunissant une partie de la droite, du centre, de la gauche et pour la première fois un parti arabe, accouche d'un gouvernement censé mettre un terme à 15 ans de règne de Benjamin Netanyahu, qui a soufflé ses 73 bougies ce weekend.

Le plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire du seul Etat majoritairement juif au monde est de surcroît en plein démêlés avec la justice pour des affaires présumées de corruption et de malversation. Son avenir politique semble compromis, mais "Bibi", son surnom, s'accroche au titre de chef de l'opposition.

Juin 2022. La coalition est tiraillée par des tensions internes qui font perdre au gouvernement sa majorité au Parlement et le pousse à annoncer de nouvelles élections, les cinquièmes en trois ans et demi en Israël, pays fortement divisé politiquement qui n'est pas arrivé ces dernières années à se doter d'un gouvernement stable.

Après les vacances d'été, les trois semaines de fêtes juives annuelles où le pays est en mode "pause", la campagne pour les législatives du 1er novembre commence véritablement à s'activer avec des partis qui tentent de secouer un électorat jusqu'à présent apathique face à ce nouveau scrutin, porteur de grands enjeux avec notamment la montée de l'extrême-droite sur fond de violences en Israël et dans les Territoires palestiniens.

- Le "plus extrémiste" -

Les derniers sondages créditent le Likoud (droite) de M. Netanyahu de la première place avec 31 sièges sur les 120 élus de la Knesset (Parlement), contre 24 pour Yesh Atid ("Il y a un futur") du Premier ministre centriste Yaïr Lapid, et 14 pour la liste "Sionisme religieux" (extrême-droite) d'Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich, une première. Suivent dans la foulée une dizaine de partis.

Dès les premières minutes de sa campagne, Benjamin Netanyahu affirme qu'il veut réunir les 61 sièges (seuil de la majorité) pour former un "gouvernement de droite" en regroupant les voix des formations ultra-orthodoxes et de l'extrême-droite. Ensemble, ces formations flirtent avec la majorité, selon les sondages.

Pour ce cinquième scrutin, "le taux de participation s'apprête à décliner alors que cette élection est peut-être la plus critique car Netanyahu s'est associé à un parti raciste et cela pourrait être un désastre pour la démocratie israélienne", note Gayil Talshir, professeure de sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem. "Cela pourrait donner lieu à l'émergence du gouvernement le plus extrémiste à droite qu'Israël n'a jamais eu."

Aux yeux de Benjamin Netanyahu, la coalition hétéroclite de M. Lapid est "une expérience dangereuse et catastrophique". "Il est maintenant temps de lui dire +khalas+ (ça suffit, en arabe). (...) C'est assez, khalas!", a-t-il lancé dimanche soir dans un meeting.

- Lapid, "l'adulte responsable" -

Si M. Netanyahu tente de revenir au pouvoir, M. Lapid tente quant à lui de s'y accrocher. Au cours des derniers mois, le leader centriste a vu son parti progresser dans les sondages et a multiplié les initiatives diplomatiques en se rendant à Berlin et surtout Paris pour y rencontrer son "ami" Emmanuel Macron et discuter du programme nucléaire iranien et d'un accord frontalier avec le Liban.

"Lapid a choisi d'observer les élections de haut, de son bureau de Premier ministre, laissant les autres (candidats) se précipiter, transpirer, se salir les mains et faire des erreurs alors que lui, joue le rôle d'adulte responsable", estime le journal le plus vendu en Israël, le Yediot Aharonot. "Cette retenue lui a permis de doper ses appuis dans les sondages, mais elle n'aide pas le bloc anti-Bibi."

Dans le système proportionnel israélien, les partis doivent obtenir un minimum de 3,25% des suffrages pour avoir des députés au Parlement, d'où le risque pour certains partis hostiles à Benjamin Netanyahu de ne pas franchir ce seuil comme c'est le cas pour les partis arabes, qui lui sont ouvertement opposés.

En 2019, ils s'étaient réunis sous une même bannière pour s'imposer comme la troisième force politique d'Israël, mais cette fois-ci ils se sont scindés en trois listes avec le risque pour chacun de ne pas faire élire de députés et donc de favoriser, indirectement, le retour au pouvoir de M. Netanyahu.

C.Rojas--TFWP