The Fort Worth Press - Afghanistan: les talibans célèbrent un an de pouvoir

USD -
AED 3.672975
AFN 70.774255
ALL 92.738997
AMD 388.390267
ANG 1.802659
AOA 872.636047
ARS 927.508597
AUD 1.513833
AWG 1.8
AZN 1.700714
BAM 1.804227
BBD 2.019631
BDT 117.526591
BGN 1.801455
BHD 0.376901
BIF 2881.430983
BMD 1
BND 1.345006
BOB 6.911375
BRL 5.6095
BSD 1.000268
BTN 83.726811
BWP 13.571831
BYN 3.273402
BYR 19600
BZD 2.016218
CAD 1.379315
CDF 2864.999966
CHF 0.883805
CLF 0.034341
CLP 947.639884
CNY 7.263703
CNH 7.26483
COP 4032.51
CRC 530.253411
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.719541
CZK 23.399202
DJF 178.116438
DKK 6.87363
DOP 59.215321
DZD 134.690362
EGP 48.358899
ERN 15
ETB 57.818563
EUR 0.92107
FJD 2.250298
FKP 0.77056
GBP 0.773965
GEL 2.71497
GGP 0.77056
GHS 15.503547
GIP 0.77056
GMD 67.749905
GNF 8619.84668
GTQ 7.760999
GYD 209.269287
HKD 7.809125
HNL 24.770067
HRK 6.90795
HTG 132.028302
HUF 362.394504
IDR 16220.7
ILS 3.649715
IMP 0.77056
INR 83.70685
IQD 1310.320015
IRR 42105.00022
ISK 137.889448
JEP 0.77056
JMD 156.539146
JOD 0.7087
JPY 153.371502
KES 133.000311
KGS 84.227297
KHR 4107.895684
KMF 453.749957
KPW 900.00035
KRW 1379.849926
KWD 0.30563
KYD 0.833572
KZT 474.073117
LAK 22170.459682
LBP 89571.867418
LKR 303.631885
LRD 195.044326
LSL 18.312377
LTL 2.952739
LVL 0.60489
LYD 4.833904
MAD 9.889484
MDL 17.789504
MGA 4545.161022
MKD 56.844494
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.046051
MRU 39.589118
MUR 46.7304
MVR 15.360353
MWK 1734.393594
MXN 18.37366
MYR 4.672497
MZN 63.899991
NAD 18.312377
NGN 1591.749811
NIO 36.817004
NOK 11.014329
NPR 133.962786
NZD 1.681395
OMR 0.384943
PAB 1.000268
PEN 3.75919
PGK 3.867123
PHP 58.525989
PKR 278.568094
PLN 3.95448
PYG 7575.575871
QAR 3.649136
RON 4.5787
RSD 107.840967
RUB 86.196599
RWF 1313.733268
SAR 3.75134
SBD 8.475946
SCR 13.60904
SDG 586.000147
SEK 10.75406
SGD 1.34166
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.673693
SRD 29.152015
STD 20697.981008
SVC 8.751764
SYP 2512.53037
SZL 18.307949
THB 35.9835
TJS 10.652577
TMT 3.51
TND 3.106706
TOP 2.376599
TRY 32.848095
TTD 6.79883
TWD 32.6995
TZS 2692.838014
UAH 41.250634
UGX 3720.445383
UYU 40.147231
UZS 12587.522255
VEF 3622552.534434
VES 36.511852
VND 25360
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 605.120801
XAG 0.034056
XAU 0.000412
XCD 2.70255
XDR 0.754421
XOF 605.120801
XPF 110.017435
YER 250.350124
ZAR 18.296301
ZMK 9001.197507
ZMW 26.056033
ZWL 321.999592
  • AEX

    -11.5300

    903.46

    -1.26%

  • BEL20

    8.8800

    4047.18

    +0.22%

  • PX1

    -85.1100

    7513.73

    -1.12%

  • ISEQ

    -56.4400

    9349.85

    -0.6%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    44.5500

    6898.82

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -5.0400

    2393.25

    -0.21%

  • N150

    -16.9300

    3368.77

    -0.5%

Afghanistan: les talibans célèbrent un an de pouvoir
Afghanistan: les talibans célèbrent un an de pouvoir / Photo: © AFP

Afghanistan: les talibans célèbrent un an de pouvoir

Les talibans ont décrété ce lundi jour férié pour célébrer le premier anniversaire de leur retour au pouvoir en Afghanistan, une année marquée par une forte régression des droits des femmes et une profonde crise humanitaire.

Taille du texte:

Le 15 août 2021, les fondamentalistes islamistes s'emparaient sans combattre de la capitale Kaboul, au terme d'une offensive éclair menée sur tout le territoire contre des forces gouvernementales en déroute, à la faveur du retrait des troupes américaines et de l'Otan après 20 ans d'intervention militaire dans le pays.

"Nous avons rempli l'obligation du jihad et libéré notre pays", résume Niamatullah Hekmat, un combattant taliban entré à Kaboul ce jour-là, quelques heures seulement après la fuite hors du pays du président déchu Ashraf Ghani.

Le retrait chaotique des forces étrangères s'est poursuivi jusqu'au 31 août, avec des dizaines de milliers de civils en panique se précipitant vers l'unique aéroport de la capitale pour être évacuées hors du pays, sur n'importe quel vol disponible.

Les images stupéfiantes de foules prenant d'assaut des avions stationnés sur le tarmac, grimpant sur des appareils ou s'accrochant à un avion-cargo de l'armée américaine en train de décoller ont marqué le monde.

Excepté ce lundi décrété férié, aucune célébration officielle n'a jusque-là été annoncée pour marquer l'anniversaire, mais la télévision d'État a indiqué qu'elle diffuserait des programmes spéciaux, sans autre précision.

Un an après, les combattants talibans expriment leur joie de voir aujourd'hui leur mouvement exercer le pouvoir, au moment où, de leur côté, les agences d'aides humanitaire s'alarment de voir la moitié des 38 millions d'habitants du pays confrontés à une pauvreté extrême.

"Quand nous sommes entrés dans Kaboul, et quand les Américains sont partis, ce furent des moments de joie", poursuit Niamatullah Hekmat, désormais membre des forces spéciales et affecté à la garde du palais présidentiel.

Mais pour les Afghans ordinaires, et particulièrement les femmes, le retour des talibans n'a fait qu'amplifier les difficultés.

Très vite et en dépit de leur promesse initiale, les nouveaux maîtres du pays sont largement revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait caractérisé leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001, restreignant très fortement les droits des femmes.

- "Tout nous a été arraché" -

Celles-ci sont exclues de nombreux emplois publics et interdites de voyager seules en dehors de leur ville.

En mars, les islamistes ont fait refermer aux filles les lycées et collèges, quelques heures à peine après leur réouverture pourtant annoncée de longue date.

Et début mai, le chef suprême de talibans a ordonné aux femmes de porter un voile intégral en public, de préférence la burqa.

"Depuis le jour où ils sont arrivés, la vie a perdu son sens", se désole Ogai Amail, une habitante de Kaboul. "Tout nous a été arraché, ils sont même entrés dans notre espace personnel", poursuit-elle.

Samedi à Kaboul, des combattants talibans ont violemment dispersé à coups de crosse de fusil et de tirs en l'air une quarantaine de femmes qui manifestaient pour le droit au travail et à l'éducation.

Si les Afghans reconnaissent une baisse de la violence avec la fin de la guerre depuis l'arrivée au pouvoir des talibans, beaucoup d'entre-eux sont touchés de plein fouet par une crise économique et humanitaire aigüe.

"Les gens qui viennent dans nos magasins se plaignent tellement des prix élevés que nous, commerçants, commençons même à détester ce que nous faisons", déplore Noor Mohammad, un commerçant de Kandahar, dans le sud du pays, berceau historique et centre du pouvoir taliban.

Pour les combattants islamistes cependant, la joie de la victoire éclipse la crise économique actuelle.

"Nous sommes peut-être pauvres, nous sommes peut-être confrontés à des difficultés, mais le drapeau blanc de l'islam flottera désormais haut pour toujours en Afghanistan", se réjouit l'un d'eux, en faction dans un parc public de Kaboul.

T.Harrison--TFWP