The Fort Worth Press - Près de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, les pensées sombres des Ukrainiens

USD -
AED 3.67297
AFN 70.774255
ALL 92.738997
AMD 388.096051
ANG 1.802659
AOA 875.498214
ARS 925.9958
AUD 1.51434
AWG 1.8
AZN 1.702819
BAM 1.804227
BBD 2.019631
BDT 117.526591
BGN 1.804077
BHD 0.37691
BIF 2881.430983
BMD 1
BND 1.345006
BOB 6.911375
BRL 5.602101
BSD 1.000268
BTN 83.726811
BWP 13.571831
BYN 3.273402
BYR 19600
BZD 2.016218
CAD 1.378445
CDF 2864.999828
CHF 0.885601
CLF 0.034305
CLP 947.000059
CNY 7.2764
CNH 7.284285
COP 4016.5
CRC 530.253411
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.719541
CZK 23.434959
DJF 178.116438
DKK 6.87834
DOP 59.215321
DZD 134.628079
EGP 48.3405
ERN 15
ETB 57.818563
EUR 0.92178
FJD 2.250796
FKP 0.77056
GBP 0.77405
GEL 2.714974
GGP 0.77056
GHS 15.503547
GIP 0.77056
GMD 67.750313
GNF 8619.84668
GTQ 7.760999
GYD 209.269287
HKD 7.809509
HNL 24.770067
HRK 6.90795
HTG 132.028302
HUF 362.530293
IDR 16244.65
ILS 3.63182
IMP 0.77056
INR 83.708501
IQD 1310.320015
IRR 42104.999871
ISK 137.999662
JEP 0.77056
JMD 156.539146
JOD 0.708705
JPY 154.1525
KES 132.497052
KGS 84.227301
KHR 4107.895684
KMF 453.749997
KPW 900.00035
KRW 1382.750139
KWD 0.30573
KYD 0.833572
KZT 474.073117
LAK 22170.459682
LBP 89571.867418
LKR 303.631885
LRD 195.044326
LSL 18.312377
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.833904
MAD 9.889484
MDL 17.789504
MGA 4545.161022
MKD 56.844494
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.046051
MRU 39.589118
MUR 46.729801
MVR 15.359763
MWK 1734.393594
MXN 18.262505
MYR 4.672499
MZN 63.899991
NAD 18.312377
NGN 1591.750221
NIO 36.817004
NOK 11.01007
NPR 133.962786
NZD 1.683995
OMR 0.384957
PAB 1.000268
PEN 3.75919
PGK 3.867123
PHP 58.606503
PKR 278.568094
PLN 3.954298
PYG 7575.575871
QAR 3.649136
RON 4.582035
RSD 107.906977
RUB 86.724587
RWF 1313.733268
SAR 3.751303
SBD 8.475946
SCR 13.608998
SDG 585.999964
SEK 10.77394
SGD 1.343735
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.673693
SRD 29.32097
STD 20697.981008
SVC 8.751764
SYP 2512.53037
SZL 18.307949
THB 36.138495
TJS 10.652577
TMT 3.51
TND 3.106706
TOP 2.376595
TRY 32.865225
TTD 6.79883
TWD 32.756987
TZS 2685.67594
UAH 41.250634
UGX 3720.445383
UYU 40.147231
UZS 12587.522255
VEF 3622552.534434
VES 36.514229
VND 25360
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 605.120801
XAG 0.034065
XAU 0.000414
XCD 2.70255
XDR 0.754421
XOF 605.120801
XPF 110.017435
YER 250.349975
ZAR 18.313699
ZMK 9001.205525
ZMW 26.056033
ZWL 321.999592
  • AEX

    -10.7100

    904.31

    -1.17%

  • BEL20

    14.1300

    4052.1

    +0.35%

  • PX1

    -80.5500

    7518.24

    -1.06%

  • ISEQ

    -5.6400

    9401.01

    -0.06%

  • OSEBX

    -7.0900

    1439.78

    -0.49%

  • PSI20

    43.1800

    6897.45

    +0.63%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -13.2000

    3372.36

    -0.39%

Près de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, les pensées sombres des Ukrainiens
Près de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, les pensées sombres des Ukrainiens / Photo: © AFP

Près de la plus grande centrale nucléaire d'Europe, les pensées sombres des Ukrainiens

Un vent violent souffle sur Marganets, dans le sud de l'Ukraine. Il vient du fleuve Dnipro, de la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par les troupes russes, où Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de bombardements.

Taille du texte:

Depuis une semaine, les installations de la centrale ont été touchées plusieurs fois. Les dernières frappes en date, jeudi, ont endommagé une station de pompage et des capteurs de mesures de radioactivité.

Plus grave, un transformateur de ligne électrique haute tension a été touché le 5 août, entraînant l'arrêt automatique du réacteur n°3 de la plus grande centrale nucléaire d'Europe et le démarrage de ses groupes électrogènes de secours.

"L'heure est grave", a lancé jeudi le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

Marganets n'est qu'à treize kilomètres, de l'autre côté du fleuve. La ville verdoyante, au sommet d'une colline, reste sous contrôle ukrainien mais entre les fourrés on peut apercevoir la station datant de l'ère soviétique.

"Vous savez, si nous mourons, cela se produira en une seconde, nous ne souffrirons pas", veut croire Anastasia, 30 ans. "Ça me calme de savoir que mon enfant et ma famille ne souffriront pas", poursuit-elle, bravache, en continuant ses courses.

- "Constamment peur" -

La centrale nucléaire de Zaporijjia --en fait située dans la ville d'Energodar-- se trouve sur la ligne de front depuis qu'elle a été capturée par les troupes russes début mars, quelques jours le début de l'invasion de l'Ukraine.

À Marganets, les militaires déconseillent de se rendre sur les rives du Dnipro, large ici de six kilomètres, de peur que les troupes ennemies n'ouvrent le feu.

Le centre de cette ville industrielle qui comptait 50.000 habitants avant la guerre est animé et semble contredire les bruits alarmistes qui circulent sur l'état des six réacteurs de la centrale.

"J'ai peur pour mes parents, pour moi-même. Je veux vivre et profiter de la vie", confie Ksenia, 18 ans, tout en servant les clients d'un kiosque à café le long de la principale artère commerciale.

"On a constamment peur. Et les informations disent que la situation dans la centrale est très tendue, donc ça devient plus terrible chaque seconde".

"Tu as juste peur d'aller te coucher parce que la nuit, il se passe des choses terribles ici", reprend la jeune fille.

A Marganets et Nikopol, quelques kilomètres en aval, 17 civils ont été tués dans des frappes nocturnes cette semaine, selon les autorités locales. Vendredi soir, le bourdonnement de la sirène des raids aériens s'élève au-dessus de la ville alors que le soleil commence à baisser.

L'Ukraine accuse la Russie de tirer, et de stocker armes et munitions, depuis le territoire de la centrale, empêchant les forces ukrainiennes de riposter. Vendredi, un haut responsable ukrainien a en outre affirmé à l'AFP que les troupes russes "tirent sur des parties de la centrale pour donner l'impression que c'est l'Ukraine qui le fait".

Volodymyr Zelensky a dénoncé un "chantage nucléaire".

- Souvenirs des radiations -

"Je pense que les Russes utilisent la centrale comme un atout", suppose Anton, 37 ans. "Une roquette est tombée près de notre maison il y a environ deux semaines. Je suis quelqu'un de calme, mais on peut vite se mettre à trembler".

A l'époque soviétique, l'Ukraine a été le théâtre de la pire catastrophe nucléaire de l'histoire à Tchernobyl, 530 kilomètres au nord-ouest.

Quelque 600.000 "liquidateurs" ont été dépêchés sur les lieux de l'accident avec une faible, voire aucune, protection pour éteindre l'incendie et nettoyer les dégâts.

Aujourd'hui, le bilan humain de la catastrophe fait toujours débat, d'une trentaine de morts officiellement reconnus par l'ONU aux dizaines de milliers dénoncés par des ONG.

À Marganets se dresse un monument aux liquidateurs, sur lequel sont gravés quelques vers.

"De nombreuses années ont passé mais la douleur est toujours présente. Nous avons repoussé l'atome au prix d'une vie jeune", peut-on lire.

Debout près d'un cratère de missile ayant touché Marganets dans la nuit, Serguiï Volokitine, 54 ans, médite sur le passé tandis qu'un homme déblaie les restes des fenêtres voisines.

"Après mon diplôme, j'ai travaillé à la mine et dans mon équipe, il y avait deux personnes qui ont été liquidateurs", se souvient-il: "On savait tout de ce qui se passait là-bas".

"On sait ce que font les radiations, et quelles seront les conséquences si quelque chose se passe".

T.Harrison--TFWP