The Fort Worth Press - Daniel Ortega et son épouse à la poursuite du pouvoir absolu au Nicaragua

USD -
AED 3.673042
AFN 70.642244
ALL 92.090162
AMD 387.733554
ANG 1.801038
AOA 872.635041
ARS 924.134417
AUD 1.495886
AWG 1.8
AZN 1.70397
BAM 1.795712
BBD 2.01772
BDT 117.421843
BGN 1.79863
BHD 0.376624
BIF 2878.299591
BMD 1
BND 1.344259
BOB 6.905385
BRL 5.600504
BSD 0.999311
BTN 83.605013
BWP 13.532571
BYN 3.27044
BYR 19600
BZD 2.014323
CAD 1.37715
CDF 2830.000362
CHF 0.888794
CLF 0.03413
CLP 941.752743
CNY 7.270395
CNH 7.285695
COP 4046.274618
CRC 524.353854
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.239499
CZK 23.180504
DJF 177.927742
DKK 6.855904
DOP 59.165404
DZD 134.516825
EGP 48.216499
ERN 15
ETB 57.287059
EUR 0.91805
FJD 2.235704
FKP 0.77056
GBP 0.774144
GEL 2.71504
GGP 0.77056
GHS 15.419364
GIP 0.77056
GMD 67.803851
GNF 8602.12092
GTQ 7.764771
GYD 209.071294
HKD 7.81075
HNL 24.750494
HRK 6.90795
HTG 131.910205
HUF 359.030388
IDR 16213.05
ILS 3.645304
IMP 0.77056
INR 83.72985
IQD 1309.094248
IRR 42092.503816
ISK 137.570386
JEP 0.77056
JMD 156.167654
JOD 0.708704
JPY 157.48504
KES 128.412064
KGS 84.642704
KHR 4105.954184
KMF 452.750384
KPW 900.00035
KRW 1389.803789
KWD 0.30582
KYD 0.832759
KZT 476.114401
LAK 22160.400312
LBP 89490.428316
LKR 303.401735
LRD 195.023642
LSL 18.32989
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.819355
MAD 9.846853
MDL 17.688105
MGA 4501.675619
MKD 56.567048
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.038011
MRU 39.433503
MUR 46.670378
MVR 15.350378
MWK 1732.819171
MXN 18.063904
MYR 4.687504
MZN 63.899991
NAD 18.32989
NGN 1605.503725
NIO 36.780976
NOK 10.923104
NPR 133.767617
NZD 1.662649
OMR 0.384639
PAB 0.999311
PEN 3.742001
PGK 3.914061
PHP 58.398038
PKR 277.914888
PLN 3.938426
PYG 7556.351283
QAR 3.647248
RON 4.566404
RSD 107.469678
RUB 87.866685
RWF 1309.369692
SAR 3.750859
SBD 8.457605
SCR 14.112038
SDG 586.000339
SEK 10.67998
SGD 1.345038
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.087545
SRD 29.708038
STD 20697.981008
SVC 8.744434
SYP 2512.53037
SZL 18.333563
THB 36.362038
TJS 10.627921
TMT 3.51
TND 3.098104
TOP 2.363104
TRY 33.028038
TTD 6.786944
TWD 32.795804
TZS 2683.193316
UAH 41.463618
UGX 3692.787954
UYU 40.269935
UZS 12592.38856
VEF 3622552.534434
VES 36.560996
VND 25327.5
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 602.265069
XAG 0.034225
XAU 0.000417
XCD 2.70255
XDR 0.753799
XOF 602.265069
XPF 109.498233
YER 250.350363
ZAR 18.27755
ZMK 9001.203587
ZMW 25.507965
ZWL 321.999592
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Daniel Ortega et son épouse à la poursuite du pouvoir absolu au Nicaragua
Daniel Ortega et son épouse à la poursuite du pouvoir absolu au Nicaragua / Photo: © AFP/Archives

Daniel Ortega et son épouse à la poursuite du pouvoir absolu au Nicaragua

Le président nicaraguayen Daniel Ortega et son épouse vice-présidente Rosario Murillo poursuivent leur quête du pouvoir absolu et s'attaquent maintenant à l'Eglise catholique, après avoir emprisonné ou contraint à l'exil leurs opposants.

Taille du texte:

L'ancien guérillero sandiniste, avec le soutien indéfectible de sa femme, a patiemment tissé sa toile depuis son retour au pouvoir en 2007. Des révisions constitutionnelles en 2011 et 2014 ont permis notamment de lever l'interdiction de la réélection à la présidence, auparavant inscrite dans la loi fondamentale, explique à l'AFP la sociologue Elvira Cuadra, qui vit en exil au Costa Rica.

Daniel Ortega, 76 ans, a ainsi "modifié le modèle de gouvernement prévu par la Constitution" pour passer à un régime "autoritaire" qui "concentre la prise de décision de manière discrétionnaire entre les mains du couple présidentiel", insiste Mme Cuadra.

Depuis la répression sanglante des manifestations de 2018 qui réclamaient la démission du couple présidentiel, le Nicaragua traverse "une crise prolongée qui n'a pas pu être surmontée" car M. Ortega et son épouse ont "assuré leur continuité au pouvoir aux élections de novembre (2021) et en institutionnalisant l'Etat policier", constate la sociologue.

Daniel Ortega a été réélu pour un quatrième mandat consécutif lors d'un scrutin d'où étaient absents tous ses adversaires potentiels de poids, arrêtés ou contraints à l'exil.

La communauté internationale n'a cessé de condamner la dérive du régime. Vendredi encore, l'Organisation des Etats Américains (OEA) a exigé du gouvernement nicaraguayen qu'il arrête le "harcèlement et les restrictions arbitraires" contre les ONG, les médias, les organisations religieuses et les opposants. Elle a aussi demandé "la libération immédiate" des prisonniers politiques, dont le nombre est évalué à environ 190.

Le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) de Daniel Ortega "est en train de passer de la position de parti hégémonique à parti unique (...) avec la fabrication d'un culte de la personnalité sans équivalent actuellement en Amérique latine", renchérit l'analyste et ancien député nicaraguayen Eliseo Nunez, également en exil.

Depuis un an, 46 opposants ou simplement critiques du gouvernement ont été arrêtés et condamnés à des peines pouvant aller jusqu'à 13 ans de prison. Sept d'entre eux voulaient être candidats à la présidentielle.

- Presse bâillonnée -

La presse a été aussi parmi les premières cibles du pouvoir: en près d'un siècle d'existence, pourtant marqué par la dictature des Somoza et une sanglante guerre civile, jamais le quotidien La Prensa n'avait été fermé par les autorités. Ses locaux ont été mis sous séquestre tandis que son gérant, Lorenzo Holmann, était jeté en prison. Le journal n'est désormais présent que sur internet et ses journalistes ont pris en juillet le chemin de l'exil, de peur d'être arrêtés.

La chaîne de télévision de l'Eglise catholique a elle aussi été fermée par les autorités, de même que des radios dans les différents diocèses, à l'instar de dizaines de médias indépendants.

Au nom de la loi sur les "agents étrangers" de 2020, plus de mille fondations et ONG, qui se dédiaient notamment à la défense de droits humains, ont été déclarées illégales. Des universités privées et des organisations culturelles ont été fermées du jour au lendemain.

En juillet, les religieuses de la congrégation des Missionnaires de la Charité, fondée par Mère Teresa, ont même dû quitter le Nicaragua, expulsées comme des "délinquantes", a dénoncé le Centre nicaraguayen de défense des droits de l'homme (Cenidh).

- Dernier rempart -

L'Eglise catholique fait figure de dernier rempart contre l'arbitraire. Mais les évêques et prêtres critiques du pouvoir s'exposent à être qualifiés de "faux prophètes" par les partisans du gouvernement.

Dans ses discours empreints de mysticisme New-Age, Rosario Murillo vilipende ainsi les "péchés de lèse-spiritualité" du clergé nicaraguayen.

Depuis le 4 août, l'évêque de Matagalpa (nord-est) Rolando Alvarez est empêché de circuler par la police, symbole d'une crise à son paroxysme avec le pouvoir qui souhaite bâillonner le clergé catholique après avoir réduit l'opposition pratiquement au silence.

"Le gouvernement a toujours souhaité une Eglise muette, elle ne veut pas que nous parlions, que nous dénoncions l'injustice", a déploré Mgr Alvarez dans l'une de ses homélies.

"Une chose c'est l'Evangile de Dieu, une autre sont les agissements d'hommes qui revêtent la soutane pour faire de la politique", critique le député sandiniste Wilfredo Navarro.

Signe de la nervosité du pouvoir, la police a interdit une procession prévue pour samedi autour de la cathédrale de Managua en l'honneur de la Vierge de Fatima, le quartier était bouclé dès vendredi par la police.

En réalité le pouvoir de Daniel Ortega et Rosario Murillo "est faible. Il ne tient qu'à la force de la police", juge la sociologue Elvira Cuadra.

J.P.Cortez--TFWP