The Fort Worth Press - Ukraine: l'Otan prépare son élargissement, le sort des combattants d'Azovstal incertain

USD -
AED 3.672965
AFN 71.770291
ALL 92.547357
AMD 387.332869
ANG 1.800986
AOA 848.358962
ARS 890.745987
AUD 1.505459
AWG 1.8025
AZN 1.702255
BAM 1.802763
BBD 2.017698
BDT 117.21004
BGN 1.80453
BHD 0.376945
BIF 2868.414988
BMD 1
BND 1.349311
BOB 6.904847
BRL 5.171302
BSD 0.999309
BTN 83.056998
BWP 13.576992
BYN 3.270314
BYR 19600
BZD 2.014288
CAD 1.365845
CDF 2809.999894
CHF 0.914202
CLF 0.032842
CLP 906.220195
CNY 7.242036
CNH 7.258875
COP 3864.74
CRC 512.328893
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.639374
CZK 22.763298
DJF 177.923215
DKK 6.875949
DOP 58.846845
DZD 134.501318
EGP 47.110303
ERN 15
ETB 57.41697
EUR 0.92145
FJD 2.228197
FKP 0.796099
GBP 0.78475
GEL 2.710115
GGP 0.796099
GHS 14.538868
GIP 0.796099
GMD 67.775035
GNF 8590.127667
GTQ 7.762328
GYD 209.063633
HKD 7.80735
HNL 24.694658
HRK 6.979956
HTG 132.857077
HUF 354.519498
IDR 16086.2
ILS 3.676545
IMP 0.796099
INR 83.087797
IQD 1308.980634
IRR 42074.999854
ISK 138.130276
JEP 0.796099
JMD 156.390284
JOD 0.708904
JPY 156.924986
KES 132.999575
KGS 87.955698
KHR 4076.139558
KMF 455.650221
KPW 899.999697
KRW 1363.609723
KWD 0.30691
KYD 0.832711
KZT 442.579432
LAK 21388.210352
LBP 89486.380606
LKR 299.350141
LRD 193.574997
LSL 18.479865
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.842144
MAD 9.96737
MDL 17.727796
MGA 4428.261972
MKD 56.721411
MMK 2098.538969
MNT 3449.999773
MOP 8.041331
MRU 39.740151
MUR 46.108899
MVR 15.460355
MWK 1732.589759
MXN 16.69031
MYR 4.701353
MZN 63.49719
NAD 18.480219
NGN 1475.96001
NIO 36.779278
NOK 10.548685
NPR 132.892105
NZD 1.629555
OMR 0.384854
PAB 0.999272
PEN 3.735678
PGK 3.883486
PHP 58.202502
PKR 277.991612
PLN 3.920074
PYG 7516.246486
QAR 3.641501
RON 4.585804
RSD 107.942977
RUB 91.62501
RWF 1314.098723
SAR 3.750501
SBD 8.475185
SCR 14.570623
SDG 601.000233
SEK 10.647495
SGD 1.349605
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 571.000219
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.743744
SYP 2512.529855
SZL 18.372125
THB 36.610479
TJS 10.771968
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.36255
TRY 32.178905
TTD 6.785941
TWD 32.145502
TZS 2600.00023
UAH 40.109693
UGX 3802.246321
UYU 38.456752
UZS 12703.533522
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.652256
XAG 0.032462
XAU 0.000427
XCD 2.70255
XDR 0.754851
XOF 604.652256
XPF 110.698121
YER 250.349705
ZAR 18.416098
ZMK 9001.204962
ZMW 26.670968
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.5500

    914.66

    -0.06%

  • BEL20

    7.9400

    3977.94

    +0.2%

  • PX1

    13.7600

    8108.83

    +0.17%

  • ISEQ

    -21.1500

    10050.8

    -0.21%

  • OSEBX

    6.2600

    1429.79

    +0.44%

  • PSI20

    30.3600

    6930.57

    +0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    16.8500

    3526.41

    +0.48%

Ukraine: l'Otan prépare son élargissement, le sort des combattants d'Azovstal incertain
Ukraine: l'Otan prépare son élargissement, le sort des combattants d'Azovstal incertain / Photo: © AFP

Ukraine: l'Otan prépare son élargissement, le sort des combattants d'Azovstal incertain

Le conflit en Ukraine, où le devenir des derniers combattants retranchés dans l'usine Azovstal de Marioupol restait incertain, sera en filigrane de la rencontre jeudi du président américain avec les dirigeants suédois et finlandais qui frappent à la porte de l'Otan pour se protéger de Moscou.

Taille du texte:

L'Alliance atlantique est inscrite au menu des deux côtés de l'océan puisque son secrétaire général Jens Stoltenberg doit discuter à Copenhague à la mi-journée avec la Première ministre danoise Mette Frederiksen, dont le pays est membre de l'Otan depuis 1949.

En revanche, Suède et Finlande viennent tout juste d'entamer les démarches pour intégrer l'Otan en soumettant mercredi leur candidature formelle.

"Je salue avec chaleur et soutiens avec force les candidatures historiques de la Finlande et de la Suède", a déclaré le président américain Joe Biden.

Selon la porte-parole de l'exécutif Karine Jean-Pierre, il recevra jeudi matin à la Maison Blanche la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö.

Historiquement non-alignés, ces deux pays nordiques ont opéré un revirement spectaculaire depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, qui a également fait basculer leur opinion publique, auparavant réticente à rejoindre l'Otan.

La Finlande partage plus de 1.300 km de frontières avec la Russie.

En attendant que s'achève ce processus d'adhésion --qui peut prendre plusieurs mois et nécessite l'unanimité des membres--, "les Etats-Unis travailleront avec la Finlande et la Suède pour rester vigilants face à toute menace contre notre sécurité commune et pour décourager et faire face à toute agression ou menace d'agression", a martelé mercredi la Maison Blanche.

Tandis que les pays occidentaux s'emploient à resserrer leurs rangs pour essayer d'éteindre toutes éventuelles velléités du président russe Vladimir Poutine de s'en prendre à d'autres pays, des combats se poursuivent sur le sol ukrainien. En particulier à l'usine sidérurgique d'Azovstal, dans le port stratégique de Marioupol (sud-est).

Le ministère russe de la Défense a affirmé mercredi que "959 combattants (ukrainiens) dont 80 blessés se sont constitués prisonniers" depuis lundi. Des informations que l'Ukraine n'avait pas commentées.

- "Surhommes" d'Azovstal -

"Les commandants et les combattants de haut rang du (régiment) Azov ne sont pas encore sortis" du dernier bastion de la résistance ukrainienne dans cette cité portuaire, a assuré Denis Pouchiline, un chef séparatiste prorusse. D'après lui, un millier de membres de cette unité paramilitaire intégrée à l'armée ukrainienne s'y terraient toujours.

L'Ukraine a donné ce même chiffre, mais la semaine dernière. Plusieurs centaines de civils s'étaient réfugiés dans ces sous-sols, ils ont été évacués fin avril.

L'armée russe a concentré ses efforts mercredi "sur le blocage de nos unités près d'Azovstal" avec des tirs d'artillerie et des frappes aériennes, a signalé l'état-major des forces ukrainiennes.

Dans les rues de la capitale ukrainienne, la population a rendu hommage aux "surhommes" de ce complexe sidérurgique. Ils "ont réussi des choses impossibles", a commenté Andriï, 37 ans.

La prise totale de Marioupol, sur la mer d'Azov, constituerait une avancée importante pour la Russie. Elle lui permettrait de relier par voie terrestre la péninsule de Crimée (sud), que Moscou a annexée en 2014, aux parties du Donbass (est) déjà aux mains de séparatistes prorusses.

Mais la ville est détruite "à 90%" et "40% de ses infrastructures" sont "irrécupérables", indiquait début avril son maire Vadim Boïtchenko.

"Les Russes volent à Marioupol. Les occupants essaient désormais de remettre en ordre le port de commerce pour exporter l'équivalent de millions de dollars de céréales, de produits métallurgiques" notamment, a fait valoir mercredi soir sur Telegram la mairie de Marioupol.

Selon un responsable américain s'exprimant mercredi sous couvert d'anonymat, "des responsables russes reconnaissent que bien qu'elles revendiquent être les +libératrices+ de la ville russophone de Marioupol, les troupes russes commettent des actes graves dans la ville, y compris le passage à tabac et l'électrocution de responsables de la ville, et elles pillent des logements".

"Des responsables russes s'inquiètent du fait que ces actes puissent inciter davantage les habitants de Marioupol à résister à l'occupation russe", a-t-il poursuivi.

Des enquêtes des autorités ukrainiennes et d'organismes étrangers sont en cours concernant les nombreuses accusations à l'encontre des troupes russes d'exactions et de crimes de guerre. La Cour pénale internationale a dépêché une équipe de 42 enquêteurs et experts, soit sa plus grande mission jamais envoyée sur le terrain.

- Crimes de guerre -

"Plus de 8.000 cas" présumés de crimes de guerre ont été identifiés en Ukraine, affirmait fin avril la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova.

Un procès pour crime de guerre s'est ouvert mercredi à Kiev, le premier depuis l'invasion.

Le soldat de 21 ans Vadim Chichimarine est accusé d'avoir abattu fin février un civil de 62 ans qui circulait, non armé, à bicyclette. Il a plaidé coupable et risque la prison à perpétuité.

Le Kremlin a dit n'avoir "aucune information" sur cette affaire, clamant que les crimes de guerre imputés à l'armée russe étaient "des fakes ou des mises en scène".

Pour Mme Venediktova, cette comparution devant un tribunal est en tout cas "un signal clair". "Aucun bourreau (...) n'échappera à la justice", a-t-elle promis, soulignant avoir ouvert plus de 11.000 enquêtes pour crimes de guerre.

Ceci alors que la guerre n'est pas terminée.

Dans l'est de l'Ukraine, "les occupants ont bombardé 43 localités dans les régions de Donetsk et de Lougansk", provoquant la mort d'"au moins 15 civils", a affirmé dans la soirée l'armée ukrainienne.

Les Russes tentent une percée près de Popasna et en direction de Severodonetsk, l'une des grandes villes aux mains des Ukrainiens dans cette zone, a averti un haut responsable local.

L'armée russe cherche à "encercler" et à "vaincre" les unités ukrainiennes "afin de prendre le contrôle total des régions de Donetsk, Lougansk et Kherson", a noté le ministère ukrainien de la Défense.

L'Institut américain des études de la guerre (ISW) a à cet égard évoqué la préparation d'une grande bataille pour Severodonetsk.

L'est de l'Ukraine est l'objectif prioritaire des troupes russes depuis leur retrait des environs de la capitale ukrainienne fin mars.

- Libération "pas à pas" -

Le président Volodymyr Zelensky s'est voulu rassurant: "Les forces armées ukrainiennes (...) vont libérer notre terre pas à pas. Combien de temps cela prendra-t-il? Seule la situation réelle sur le champ de bataille donnera la réponse à cette question. Nous tentons de le faire le plus vite possible, c'est sûr", a-t-il insisté dans son message vidéo quotidien dans la soirée.

Dans ce contexte, les pourparlers entre Moscou et Kiev "n'avancent pas", a jugé mercredi le Kremlin, qui a accusé les négociateurs ukrainiens d'"absence totale de volonté" de parvenir à un règlement politique.

La veille, la présidence ukrainienne avait fait retomber sur la Russie la responsabilité de la suspension des négociations.

Sur le plan diplomatique, les Etats-Unis ont rouvert leur ambassade à Kiev, fermée juste avant l'offensive russe.

Au même moment, le Kremlin annonçait l'expulsion de 34 diplomates français, 24 italiens et 27 espagnols, en représailles à celles de diplomates russes peu après le déclenchement de l'invasion. Un acte "condamné fermement" par Paris, qualifié d'"hostile" par Rome et "rejeté" par Madrid.

Mais ces mesures de rétorsion n'entament pas la détermination des Occidentaux à aider l'Ukraine en lui livrant des armements et en lui fournissant des fonds.

M. Zelensky s'est dit "reconnaissant" de la "nouvelle assistance macrofinancière exceptionnelle" proposée mercredi par l'Union européenne, d'un montant allant "jusqu'à neuf milliards d'euros en 2022".

Bruxelles a présenté un plan de 210 milliards d'euros pour affranchir l'UE "le plus vite possible" des importations de gaz russe.

Les ministres des Finances du G7 (Etats-Unis, Japon, Canada, France, Italie, Royaume-Uni, Allemagne), réunis jeudi et vendredi en Allemagne, veulent en particulier boucler un nouveau tour de table pour couvrir le budget ukrainien du trimestre en cours mais aussi lutter contre la hausse des prix alimentaires.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé Moscou à ne pas entraver les exportations de céréales ukrainiennes, et les Occidentaux à ouvrir l'accès des engrais russes aux marchés mondiaux.

burx-elm/roc

P.Grant--TFWP