The Fort Worth Press - L'inculpation du cimentier français Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" en Syrie confirmée

USD -
AED 3.672975
AFN 71.770291
ALL 92.547357
AMD 387.332869
ANG 1.800986
AOA 848.359016
ARS 890.741803
AUD 1.50727
AWG 1.8025
AZN 1.686806
BAM 1.802763
BBD 2.017698
BDT 117.21004
BGN 1.802151
BHD 0.376915
BIF 2868.414988
BMD 1
BND 1.349311
BOB 6.904847
BRL 5.139119
BSD 0.999309
BTN 83.056998
BWP 13.576992
BYN 3.270314
BYR 19600
BZD 2.014288
CAD 1.36639
CDF 2809.999753
CHF 0.91461
CLF 0.032842
CLP 906.21989
CNY 7.242014
CNH 7.259065
COP 3864.74
CRC 512.328893
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.639374
CZK 22.719198
DJF 177.923215
DKK 6.877715
DOP 58.846845
DZD 134.526048
EGP 46.901002
ERN 15
ETB 57.41697
EUR 0.921899
FJD 2.228198
FKP 0.796099
GBP 0.78503
GEL 2.709876
GGP 0.796099
GHS 14.538868
GIP 0.796099
GMD 67.775017
GNF 8590.127667
GTQ 7.762328
GYD 209.063633
HKD 7.81095
HNL 24.694658
HRK 6.979956
HTG 132.857077
HUF 354.107014
IDR 16068.15
ILS 3.66295
IMP 0.796099
INR 83.075898
IQD 1308.980634
IRR 42075.000506
ISK 138.195888
JEP 0.796099
JMD 156.390284
JOD 0.708899
JPY 156.779846
KES 132.749626
KGS 87.955697
KHR 4076.139558
KMF 455.650334
KPW 899.999697
KRW 1365.01047
KWD 0.30692
KYD 0.832711
KZT 442.579432
LAK 21388.210352
LBP 89486.380606
LKR 299.350141
LRD 193.575003
LSL 18.480158
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.842144
MAD 9.96737
MDL 17.727796
MGA 4428.261972
MKD 56.795609
MMK 2098.538969
MNT 3449.999773
MOP 8.041331
MRU 39.740079
MUR 46.270223
MVR 15.460036
MWK 1732.589759
MXN 16.67914
MYR 4.708503
MZN 63.464817
NAD 18.479668
NGN 1468.459806
NIO 36.779278
NOK 10.57578
NPR 132.892105
NZD 1.631675
OMR 0.38484
PAB 0.999272
PEN 3.735678
PGK 3.883486
PHP 58.090389
PKR 277.991612
PLN 3.920675
PYG 7516.246486
QAR 3.641498
RON 4.586697
RSD 108.000995
RUB 91.624992
RWF 1314.098723
SAR 3.750597
SBD 8.475185
SCR 13.702027
SDG 600.999967
SEK 10.65563
SGD 1.34977
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.99978
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.743744
SYP 2512.529855
SZL 18.372125
THB 36.53953
TJS 10.771968
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.362549
TRY 32.22115
TTD 6.785941
TWD 32.174498
TZS 2589.999641
UAH 40.109693
UGX 3802.246321
UYU 38.456752
UZS 12703.533522
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25463
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.652256
XAG 0.032421
XAU 0.000427
XCD 2.70255
XDR 0.754851
XOF 604.652256
XPF 110.725372
YER 250.350113
ZAR 18.40105
ZMK 9001.197352
ZMW 26.670968
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.9200

    914.27

    -0.1%

  • BEL20

    9.5300

    3979.37

    +0.24%

  • PX1

    15.3800

    8110.7

    +0.19%

  • ISEQ

    -8.0600

    10064.1

    -0.08%

  • OSEBX

    3.1300

    1426.63

    +0.22%

  • PSI20

    35.8800

    6936.49

    +0.52%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    15.7900

    3525.34

    +0.45%

L'inculpation du cimentier français Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" en Syrie confirmée
L'inculpation du cimentier français Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" en Syrie confirmée / Photo: © AFP/Archives

L'inculpation du cimentier français Lafarge pour "complicité de crimes contre l'humanité" en Syrie confirmée

Nouveau revers judiciaire pour Lafarge: la cour d'appel de Paris a confirmé mercredi l'inculpation pour "complicité de crimes contre l'humanité" concernant ses activités jusqu'en 2014 en Syrie, à la satisfaction des parties civiles.

Taille du texte:

"Nous ne sommes absolument pas d'accord avec (cette) décision", qui n'est pas "un jugement sur le fond de l'affaire mais vise à déterminer l'étendue des charges objet de l'enquête" ,a indiqué dans un communiqué Holcim, qui avait fusionné avec Lafarge en 2015.

"Nous croyons résolument que cette infraction ne devrait pas être retenue contre Lafarge, qui va former un pourvoi en cassation", a ajouté le groupe. Le pourvoi sera déposé jeudi, a indiqué à l'AFP l'un des avocats du groupe.

La chambre de l'instruction parisienne était invitée à se prononcer une nouvelle fois sur les demandes du groupe Lafarge d'annulation de ses inculpations pour l'infraction, rarissime pour une entreprise, de "complicité de crimes contre l'humanité", et pour celle de "mise en danger de la vie d'autrui".

En novembre 2019, cette chambre d'appel avait accédé à la première demande du groupe, estimant que la seule intention du groupe était "la poursuite de l'activité de la cimenterie", tout en rejetant la seconde.

Mais en septembre dernier, la Cour de cassation l'avait invitée à revoir sa copie.

Sa chambre criminelle avait estimé que, pour que cette complicité de crimes contre l'humanité puisse être retenue, il suffisait que l'auteur de l'infraction "ait connaissance de ce que les auteurs principaux commettent ou vont commettre un tel crime contre l'humanité et que par son aide ou assistance, il en facilite la préparation ou la consommation".

Après un retour à la chambre de l'instruction et une longue audience en mars, la cour d'appel de Paris a donc décidé de maintenir la "complicité de crimes contre l'humanité" et la "mise en danger de la vie d'autrui" au dossier pour le groupe cimentier.

Avec le pourvoi de Lafarge, l'affaire devrait donc revenir devant la Cour de cassation, possiblement devant une formation élargie.

-Faits "cachés" à Holcim ?-

Dans le cadre de cette information judiciaire ouverte en juin 2017, le groupe désormais filiale d'Holcim est soupçonné d'avoir versé en 2013 et 2014, via sa filiale syrienne Lafarge Cement Syria (LCS), plusieurs millions d'euros à des groupes terroristes, dont l'organisation Etat islamique (EI), ainsi qu'à des intermédiaires, afin de maintenir l'activité d'une cimenterie en Syrie à Jalabiya alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

L'enquête a évalué que ces versements pourraient avoir atteint entre 4,8 et 10 millions d'euros pour le seul groupe EI.

Lafarge est également suspecté d'avoir vendu du ciment de l'usine à l'EI et d'avoir payé des intermédiaires pour s'approvisionner en matières premières auprès de factions jihadistes.

Le groupe avait investi 680 millions d'euros dans la construction du site de Jalabiya, achevé en 2010.

Une représentante de l'association ECCHR (European Center for Constitutional and Human Rights), dont le statut de partie civile dans ce dossier a été confirmé par la cour d'appel mercredi, a salué auprès de la presse "une décision emblématique". "On espère que les juges d'instruction vont pouvoir finir leur travail", a-t-elle ajouté.

"C'est un pas de plus contre l'impunité des auteurs des pires crimes d'acteurs économiques: aujourd'hui, il n'est plus possible de se cacher derrière le petit doigt de l'ignorance organisée", a applaudi Me Joseph Breham, avocat d'une centaine d'ex-salariés syriens.

"C'est un soulagement et une étape importante pour les anciens salariés syriens", ont aussi relevé Me Mathieu Bagard et Elise Le Gall, avocat d'une cinquantaine d'entre eux.

"Il faut désormais faire la lumière sur les responsabilités et le degré de connaissance de cette complicité de crime contre l'humanité des acteurs publics", a demandé Me Arié Alimi, avocat de la Ligue des droits de l'homme (LDH).

Deux des qualifications pénales retenues contre le groupe Lafarge, "complicité de crimes contre l'humanité" et "financement d'une entreprise terroriste", sont très lourdes en termes d'image publique.

Dans un interrogatoire de novembre révélé mardi par Le Parisien, le président du conseil d'administration d'Holcim, Beat Hess, a accusé les anciens dirigeants de Lafarge d'avoir "caché" leurs activités en Syrie lors de la fusion de 2015. Holcim a été "trahie", a-t-il asséné.

Dans ce dossier, huit cadres et dirigeants, dont l'ex-PDG de Lafarge Bruno Lafont, mais aussi un intermédiaire syro-canadien ou un ex-gestionnaire des risques jordanien sont mis en examen.

C.M.Harper--TFWP