The Fort Worth Press - Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, Kiev veut un "échange"

USD -
AED 3.673015
AFN 71.913174
ALL 92.41957
AMD 387.83739
ANG 1.80347
AOA 849.000261
ARS 886.778599
AUD 1.497005
AWG 1.8025
AZN 1.698703
BAM 1.800457
BBD 2.020435
BDT 117.188938
BGN 1.79877
BHD 0.376928
BIF 2866.532572
BMD 1
BND 1.346872
BOB 6.915344
BRL 5.118497
BSD 1.00069
BTN 83.345147
BWP 13.522345
BYN 3.274727
BYR 19600
BZD 2.01703
CAD 1.36243
CDF 2805.000219
CHF 0.90971
CLF 0.032344
CLP 892.460395
CNY 7.233197
CNH 7.243795
COP 3829.53
CRC 512.192652
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.506978
CZK 22.783003
DJF 178.165416
DKK 6.869705
DOP 58.546824
DZD 134.487027
EGP 46.669091
ERN 15
ETB 57.482119
EUR 0.920755
FJD 2.2549
FKP 0.796099
GBP 0.78768
GEL 2.749703
GGP 0.796099
GHS 14.410649
GIP 0.796099
GMD 67.897294
GNF 8601.715004
GTQ 7.775205
GYD 209.365909
HKD 7.79991
HNL 24.732361
HRK 6.979956
HTG 132.671144
HUF 355.076496
IDR 15981.05
ILS 3.706625
IMP 0.796099
INR 83.2979
IQD 1310.987959
IRR 42062.512517
ISK 138.389752
JEP 0.796099
JMD 156.348322
JOD 0.708903
JPY 155.828021
KES 131.502985
KGS 88.195505
KHR 4073.479119
KMF 452.724972
KPW 899.999697
KRW 1360.815027
KWD 0.30693
KYD 0.833947
KZT 443.799021
LAK 21358.678142
LBP 89608.689649
LKR 299.85732
LRD 193.495805
LSL 18.209978
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.836379
MAD 9.91586
MDL 17.666498
MGA 4431.352695
MKD 56.661266
MMK 2101.348552
MNT 3449.999773
MOP 8.039548
MRU 39.701507
MUR 45.940393
MVR 15.459692
MWK 1734.984121
MXN 16.60195
MYR 4.684959
MZN 63.497294
NAD 18.209731
NGN 1494.059868
NIO 36.831616
NOK 10.69096
NPR 133.356961
NZD 1.636375
OMR 0.384893
PAB 1.000755
PEN 3.740656
PGK 3.887472
PHP 57.907988
PKR 278.482533
PLN 3.91594
PYG 7491.140056
QAR 3.641497
RON 4.580703
RSD 107.852082
RUB 90.890184
RWF 1293.873982
SAR 3.750439
SBD 8.475946
SCR 13.609543
SDG 600.999734
SEK 10.69264
SGD 1.34687
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999629
SRD 32.182972
STD 20697.981008
SVC 8.75649
SYP 2512.529855
SZL 18.227091
THB 36.102027
TJS 10.857836
TMT 3.5
TND 3.115011
TOP 2.356973
TRY 32.199603
TTD 6.793828
TWD 32.253499
TZS 2589.99976
UAH 39.67064
UGX 3798.284052
UYU 38.820562
UZS 12703.906912
VEF 3622552.534434
VES 36.580745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 603.81737
XAG 0.031996
XAU 0.000413
XCD 2.70255
XDR 0.755926
XOF 603.81737
XPF 110.350237
YER 249.897402
ZAR 18.236598
ZMK 9001.203383
ZMW 25.84158
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.3700

    912.9

    -0.04%

  • BEL20

    -0.8000

    4004.05

    -0.02%

  • PX1

    37.5700

    8204.89

    +0.46%

  • ISEQ

    -54.0500

    9955.18

    -0.54%

  • OSEBX

    7.3300

    1416.42

    +0.52%

  • PSI20

    44.0800

    6931.63

    +0.64%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -20.7700

    2056

    -1%

  • N150

    -9.2400

    3544

    -0.26%

Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, Kiev veut un "échange"
Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, Kiev veut un "échange" / Photo: © Russian Defence Ministry/AFP

Moscou annonce la reddition de 265 combattants de Marioupol, Kiev veut un "échange"

Moscou a annoncé mardi la reddition de 265 soldats ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal, l’ultime poche de résistance face à l'armée russe dans le port ukrainien de Marioupol, des combattants que Kiev espère faire libérer en échange de prisonniers russes.

Taille du texte:

A Marioupol, "265 combattants ont rendu les armes et se sont constitués prisonniers, dont 51 gravement blessés" ces dernières 24 heures, a affirmé mardi matin le ministère russe de la Défense dans un communiqué sur l'état de l'offensive russe en Ukraine.

"Ces héros ukrainiens" qui ont "rempli leur mission" seront échangés contre des prisonniers russes pour leur permettre de rentrer au pays "le plus rapidement possible", a de son côté indiqué sur Telegram le Département du renseignement militaire du ministère ukrainien de la Défense, confirmant indirectement que ces hommes sont bien aux mains des Russes.

La prise totale de Marioupol, ville stratégique sur la mer d'Azov assiégée depuis début mars par les Russes, défendue chèrement par les Ukrainiens et largement détruite par les combats, serait une avancée importante pour Moscou dans ce conflit.

Elle lui permettrait de contrôler une bande de territoire allant de la péninsule de Crimée, que les Russes ont annexée en 2014, aux territoires du Donbass (est) déjà aux mains de séparatistes prorusses.

L'Ukraine avait affirmé la semaine dernière que plus de 1.000 soldats ukrainiens - dont 600 blessés - se trouvaient dans ce complexe industriel, véritable "ville dans la ville" avec ses kilomètres de galeries souterraines.

Kiev n'a pas reprécisé le nombre des combattants ukrainiens qui se trouvent toujours dans Azovstal. Mais ordre a été donné à leurs commandants de "sauver (leur) vie", a indiqué l'état-major de l'armée ukrainienne. L'essentiel est de "sauver la vie de nos gars", avait également souligné le président ukrainien Volodymyr Zelensky lundi dans une vidéo.

Les derniers résistants pourraient n'avoir d'autre choix que la reddition, car si "l’Etat ukrainien fait tout le nécessaire" pour les sauver, il ne "peut pas aujourd’hui débloquer Azovstal par la voie militaire", a admis le ministère ukrainien de la Défense sur Telegram.

- Frappe meurtrière près de Kiev -

A la Haye, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a annoncé le déploiement en Ukraine d'une équipe de 42 enquêteurs et experts, soit la plus importante mission en termes d'effectifs jamais envoyée sur le terrain, afin d'enquêter sur les crimes commis pendant l'invasion russe.

M. Khan avait ouvert le 3 mars une enquête sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en Ukraine, après avoir reçu le feu vert de près de 40 Etats parties.

Sur le terrain de la guerre, huit personnes sont mortes et 12 ont été blessées dans un bombardement russe sur Desna, un village situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Kiev connu pour abriter un grand camp d'entraînement militaire, ont annoncé les secours locaux.

Une autre attaque russe a touché mardi matin une base militaire ukrainienne dans la région de Lviv (ouest) située à seulement 15 kilomètres de la frontière avec la Pologne, selon Maxim Kozitsky, le gouverneur régional de Lviv.

Sur le front est, objectif prioritaire de Moscou depuis son retrait de la région de Kiev fin mars, l'armée russe "ne cesse de mener des opérations offensives", a indiqué le ministère ukrainien de la Défense mardi matin.

Elle se concentre notamment sur la ville de Severodonetsk, qu'elle encercle quasiment.

La ville, capitale régionale pour les Ukrainiens depuis que des forces séparatistes soutenues par Moscou se sont emparées d'une partie du Donbass en 2014, "a subi des frappes très puissantes", tout comme sa ville jumelle de Lyssytchank, avait indiqué lundi le gouverneur de la région, Serguiï Gaïdaï, accompagnant son message d'images des destructions.

Mais les forces ukrainiennes résistent, selon le ministère ukrainien de la Défense, obligeant notamment les Russes près de Sirotyne dans les environs de Severodonetsk à "se replier", après avoir subi "des pertes".

Un peu plus au sud du Donbass, la ville de New York, baptisée ainsi par ses fondateurs allemands au début du XIXe siècle, vit depuis un mois sous un feu nourri d'artillerie qui s'intensifie chaque jour, ont indiqué ses habitants à une équipe de l'AFP venue sur place.

Comme Valeria Kolakevytch, 28 ans, qui en près de trois mois de guerre, a entendu tant de tirs d'artillerie qu'elle sait reconnaître ceux qui atterriront tout près et ceux qui frapperont un peu plus loin. La nuit dernière, des tirs ont ciblé son quartier, dont quatre maisons voisines de la sienne. "C'était terrible", raconte-t-elle. "Et le plus terrible, c'est qu'il n'y a rien ici, juste des civils", ajoute-t-elle, alors qu'un nouveau tir s'abat sur leur rue en pente.

Dans le nord-est en revanche, les forces ukrainiennes ont annoncé avoir repris le contrôle d'une partie de la zone frontalière avec la Russie près de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine. Kiev s'attend désormais à ce que les unités russes désengagées de la région de Kharkiv soient envoyées dans le Donbass.

- Soutien américain -

Autre front pour Moscou: l'élargissement probable de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) à la Finlande et la Suède, après des décennies de non-alignement militaire.

La Suède et la Finlande soumettront ensemble mercredi leurs candidatures à l'Otan au siège de l'alliance à Bruxelles, a annoncé la Première ministre suédoise Magdalena Andersson.

"Je suis heureuse que nous ayons pris le même chemin et que nous puissions le faire ensemble", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse commune avec le président finlandais Sauli Niinistö.

Le Parlement finlandais avait dans la journée ouvert la voie à cette candidature en votant massivement en faveur de l'adhésion à l'Otan.

La Suède avait elle annoncé officiellement lundi sa candidature.

Washington a annoncé que le président américain Joe Biden recevrait jeudi Mme Andersson et M. Niinistö à la Maison Blanche, une marque forte de soutien à leur adhésion à l'Otan.

Avec l'entrée probable de la Finlande dans l'Otan, la Russie partagera 1.300 km de frontières terrestres supplémentaires avec l'Alliance atlantique.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé lundi que ces adhésions ne constituaient pas "une menace immédiate", tout en ajoutant que "le déploiement d'infrastructures militaires sur les territoires de ces pays entraînera bien sûr une réponse".

Mardi, Moscou a annoncé expulser deux diplomates finlandais de Russie en représailles à une mesure similaire prise par Helsinki, et sortir d'un forum des pays de la Baltique.

Les pays de l'UE tentent de leur côté de s'entendre sur un arrêt des achats de pétrole russe, refusé par la Hongrie, très dépendante de Moscou dans ce secteur et qui réclame des compensations financières en échange.

Au terme d'une réunion infructueuse sur le sujet lundi à Bruxelles, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a concédé que finaliser le 6e paquet de sanctions contre la Russie prendrait "du temps". Un sommet européen extraordinaire est prévu les 30 et 31 mai.

M. Poutine a par ailleurs indiqué mardi que la Russie allait devoir réorganiser son secteur de l'énergie face aux sanctions européennes, tout en estimant que l'UE allait être la première à souffrir de son "autodafé économique" en renonçant aux hydrocarbures russes.

burx-emd/uh/sg

L.Davila--TFWP