The Fort Worth Press - Libye: combats à Tripoli après un coup de force du gouvernement rival

USD -
AED 3.672965
AFN 71.770291
ALL 92.547357
AMD 387.332869
ANG 1.800986
AOA 848.358962
ARS 890.745987
AUD 1.505459
AWG 1.8025
AZN 1.702255
BAM 1.802763
BBD 2.017698
BDT 117.21004
BGN 1.80453
BHD 0.376945
BIF 2868.414988
BMD 1
BND 1.349311
BOB 6.904847
BRL 5.171302
BSD 0.999309
BTN 83.056998
BWP 13.576992
BYN 3.270314
BYR 19600
BZD 2.014288
CAD 1.365845
CDF 2809.999894
CHF 0.914202
CLF 0.032842
CLP 906.220195
CNY 7.242036
CNH 7.258875
COP 3864.74
CRC 512.328893
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.639374
CZK 22.763298
DJF 177.923215
DKK 6.875949
DOP 58.846845
DZD 134.501318
EGP 47.110303
ERN 15
ETB 57.41697
EUR 0.92145
FJD 2.228197
FKP 0.796099
GBP 0.78475
GEL 2.710115
GGP 0.796099
GHS 14.538868
GIP 0.796099
GMD 67.775035
GNF 8590.127667
GTQ 7.762328
GYD 209.063633
HKD 7.80735
HNL 24.694658
HRK 6.979956
HTG 132.857077
HUF 354.519498
IDR 16086.2
ILS 3.676545
IMP 0.796099
INR 83.087797
IQD 1308.980634
IRR 42074.999854
ISK 138.130276
JEP 0.796099
JMD 156.390284
JOD 0.708904
JPY 156.924986
KES 132.999575
KGS 87.955698
KHR 4076.139558
KMF 455.650221
KPW 899.999697
KRW 1363.609723
KWD 0.30691
KYD 0.832711
KZT 442.579432
LAK 21388.210352
LBP 89486.380606
LKR 299.350141
LRD 193.574997
LSL 18.479865
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.842144
MAD 9.96737
MDL 17.727796
MGA 4428.261972
MKD 56.721411
MMK 2098.538969
MNT 3449.999773
MOP 8.041331
MRU 39.740151
MUR 46.108899
MVR 15.460355
MWK 1732.589759
MXN 16.69031
MYR 4.701353
MZN 63.49719
NAD 18.480219
NGN 1475.96001
NIO 36.779278
NOK 10.548685
NPR 132.892105
NZD 1.629555
OMR 0.384854
PAB 0.999272
PEN 3.735678
PGK 3.883486
PHP 58.202502
PKR 277.991612
PLN 3.920074
PYG 7516.246486
QAR 3.641501
RON 4.585804
RSD 107.942977
RUB 91.62501
RWF 1314.098723
SAR 3.750501
SBD 8.475185
SCR 14.570623
SDG 601.000233
SEK 10.647495
SGD 1.349605
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 571.000219
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.743744
SYP 2512.529855
SZL 18.372125
THB 36.610479
TJS 10.771968
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.36255
TRY 32.178905
TTD 6.785941
TWD 32.145502
TZS 2600.00023
UAH 40.109693
UGX 3802.246321
UYU 38.456752
UZS 12703.533522
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.652256
XAG 0.032462
XAU 0.000427
XCD 2.70255
XDR 0.754851
XOF 604.652256
XPF 110.698121
YER 250.349705
ZAR 18.416098
ZMK 9001.204962
ZMW 26.670968
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.4600

    914.72

    -0.05%

  • BEL20

    6.7500

    3976.51

    +0.17%

  • PX1

    10.5200

    8105.26

    +0.13%

  • ISEQ

    -22.1600

    10049.83

    -0.22%

  • OSEBX

    6.2600

    1429.66

    +0.44%

  • PSI20

    30.3600

    6930.58

    +0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    16.4900

    3526.02

    +0.47%

Libye: combats à Tripoli après un coup de force du gouvernement rival
Libye: combats à Tripoli après un coup de force du gouvernement rival / Photo: © AFP

Libye: combats à Tripoli après un coup de force du gouvernement rival

Le chef du gouvernement libyen soutenu par le maréchal Khalifa Haftar s'est retiré mardi de la capitale Tripoli après avoir tenté de déloger l'exécutif rival en place, au prix de plusieurs heures de combats entre groupes armés.

Taille du texte:

Ces affrontements sont d'une ampleur sans précédent à Tripoli depuis l'échec en juin 2020 de la tentative de M. Haftar, l'homme fort de l'Est, de chasser ce même exécutif par la force. Et ils sont symptomatiques du chaos auquel la Libye est en proie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Les affrontements entre milices rivales ont débuté dans la nuit après l'arrivée à Tripoli (ouest) du Premier ministre désigné par le Parlement siégeant dans l'est du pays, Fathi Bachagha, accompagné de plusieurs ministres, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Après plusieurs heures de combats, le service de presse de M. Bachagha a indiqué dans un communiqué que ce dernier et ses ministres avaient "quitté Tripoli pour préserver la sécurité (...) des citoyens".

M. Bachagha, investi par le Parlement en mars, entendait par ce coup de force inattendu prendre ses fonctions à Tripoli en dépit du refus de l'exécutif actuel, dirigé par Abdelhamid Dbeibah, de céder le pouvoir avant la tenue d'élections.

Le scrutin initialement prévu en décembre a été reporté sine die.

Le gouvernement Dbeibah a dénoncé dans un communiqué une "tentative désespérée de semer la peur et le désordre parmi les habitants", exhortant la communauté internationale à "condamner ces agissements".

On ignorait dans l'immédiat si ces combats avaient fait des victimes.

- "Très grave" -

Dans la région de Tripoli, les deux camps rivaux disposent du soutien de groupes armés encore très influents dans l'ouest du pays, mais aux allégeances mouvantes. "Al Nawasi", une importante milice de la capitale, a apporté son soutien à M. Bachagha.

Selon des médias libyens, le départ de M. Bachagha de la capitale a été décidé lors d'une médiation menée par une brigade de l'armée loyale au gouvernement de Tripoli pour mettre fin aux combats.

Le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit s'est dit "très inquiet", appelant au respect du cessez-le-feu pour "éviter le déclenchement d'une nouvelle vague de violences" en Libye.

La conseillère spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, Stephanie Williams, a appelé à la "retenue", en soulignant "sur la nécessité absolue de s'abstenir de toute action provocatrice".

Les Etats-Unis se sont dits "très préoccupés" par les affrontements armés à Tripoli.

Et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a évoqué une situation "devenue très grave ces dernières heures". "Tôt ou tard, quand il y a deux gouvernements, ils s'affrontent."

Après que les armes se sont tues, M. Dbeibah a effectué un tour dans la capitale, selon des images diffusées par les télévisions le montrant près de voitures calcinées et immeubles endommagés.

D'après son gouvernement, les forces de sécurité vont "traquer" tous ceux impliqués dans cet "acte lâche".

- Blocus pétrolier -

Depuis 2011, la Libye, vaste pays de sept millions d'habitants, est minée par les divisions entre institutions concurrentes dans l'Est et l'Ouest et par l'insécurité.

La production pétrolière, principale source de revenus du pays, est otage des divisions politiques, avec une vague de fermetures forcées de sites pétroliers ces dernières semaines.

Considérés comme proches du camp de l'Est, les groupes à l'origine des blocages réclament le transfert du pouvoir à M. Bachagha ainsi qu'une meilleure répartition des revenus pétroliers.

Entre 2014 et 2021, le pays s'était déjà retrouvé avec deux gouvernements rivaux dans l'Est et l'Ouest.

Mais cette fois-ci, M. Bachagha, lui-même un poids lourd de l'Ouest, a choisi de nouer des alliances aussi bien avec Khalifa Haftar qu'avec le président du Parlement basé dans l'Est, Aguila Saleh, au nom de la réconciliation nationale.

H.Carroll--TFWP