The Fort Worth Press - Ukraine: la difficile reprise de la vie quotidienne à Kharkiv

USD -
AED 3.673015
AFN 71.913174
ALL 92.41957
AMD 387.83739
ANG 1.80347
AOA 849.000261
ARS 886.778599
AUD 1.497005
AWG 1.8025
AZN 1.698703
BAM 1.800457
BBD 2.020435
BDT 117.188938
BGN 1.79877
BHD 0.376928
BIF 2866.532572
BMD 1
BND 1.346872
BOB 6.915344
BRL 5.118497
BSD 1.00069
BTN 83.345147
BWP 13.522345
BYN 3.274727
BYR 19600
BZD 2.01703
CAD 1.36243
CDF 2805.000219
CHF 0.90971
CLF 0.032344
CLP 892.460395
CNY 7.233197
CNH 7.243795
COP 3829.53
CRC 512.192652
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.506978
CZK 22.783003
DJF 178.165416
DKK 6.869705
DOP 58.546824
DZD 134.487027
EGP 46.669091
ERN 15
ETB 57.482119
EUR 0.920755
FJD 2.2549
FKP 0.796099
GBP 0.78768
GEL 2.749703
GGP 0.796099
GHS 14.410649
GIP 0.796099
GMD 67.897294
GNF 8601.715004
GTQ 7.775205
GYD 209.365909
HKD 7.79991
HNL 24.732361
HRK 6.979956
HTG 132.671144
HUF 355.076496
IDR 15981.05
ILS 3.706625
IMP 0.796099
INR 83.2979
IQD 1310.987959
IRR 42062.512517
ISK 138.389752
JEP 0.796099
JMD 156.348322
JOD 0.708903
JPY 155.828021
KES 131.502985
KGS 88.195505
KHR 4073.479119
KMF 452.724972
KPW 899.999697
KRW 1360.815027
KWD 0.30693
KYD 0.833947
KZT 443.799021
LAK 21358.678142
LBP 89608.689649
LKR 299.85732
LRD 193.495805
LSL 18.209978
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.836379
MAD 9.91586
MDL 17.666498
MGA 4431.352695
MKD 56.661266
MMK 2101.348552
MNT 3449.999773
MOP 8.039548
MRU 39.701507
MUR 45.940393
MVR 15.459692
MWK 1734.984121
MXN 16.60195
MYR 4.684959
MZN 63.497294
NAD 18.209731
NGN 1494.059868
NIO 36.831616
NOK 10.69096
NPR 133.356961
NZD 1.636375
OMR 0.384893
PAB 1.000755
PEN 3.740656
PGK 3.887472
PHP 57.907988
PKR 278.482533
PLN 3.91594
PYG 7491.140056
QAR 3.641497
RON 4.580703
RSD 107.852082
RUB 90.890184
RWF 1293.873982
SAR 3.750439
SBD 8.475946
SCR 13.609543
SDG 600.999734
SEK 10.69264
SGD 1.34687
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999629
SRD 32.182972
STD 20697.981008
SVC 8.75649
SYP 2512.529855
SZL 18.227091
THB 36.102027
TJS 10.857836
TMT 3.5
TND 3.115011
TOP 2.356973
TRY 32.199603
TTD 6.793828
TWD 32.253499
TZS 2589.99976
UAH 39.67064
UGX 3798.284052
UYU 38.820562
UZS 12703.906912
VEF 3622552.534434
VES 36.580745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 603.81737
XAG 0.031996
XAU 0.000413
XCD 2.70255
XDR 0.755926
XOF 603.81737
XPF 110.350237
YER 249.897402
ZAR 18.236598
ZMK 9001.203383
ZMW 25.84158
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.2700

    912.96

    -0.03%

  • BEL20

    -0.4000

    4004.38

    -0.01%

  • PX1

    46.5500

    8213.74

    +0.57%

  • ISEQ

    -24.0200

    9985.63

    -0.24%

  • OSEBX

    7.3300

    1416.42

    +0.52%

  • PSI20

    41.3200

    6928.56

    +0.6%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -20.7700

    2056

    -1%

  • N150

    -9.5900

    3543.31

    -0.27%

Ukraine: la difficile reprise de la vie quotidienne à Kharkiv
Ukraine: la difficile reprise de la vie quotidienne à Kharkiv / Photo: © AFP

Ukraine: la difficile reprise de la vie quotidienne à Kharkiv

Trois femmes plantent des fleurs pour une composition sur un rond-point du centre de Kharkiv. A quelques kilomètres de là, à la sortie nord de la ville, des hommes remplissent des sacs de sable pour mettre en place un barrage.

Taille du texte:

Cette double-image illustre la vie de Kharkiv, qui essaie de reprendre un quotidien normal. La capitale régionale a été une des villes ukrainiennes les plus affectées par la guerre, subissant un assaut de plusieurs jours et des combats dans sa banlieue, fin février et début mars, puis subissant un pilonnage régulier.

L'étau autour de la ville s'est desserré depuis quelques jours, mais la guerre continue. Des dégâts importants ont été infligés à toutes les infrastructures, et de nombreux habitants ne sont pas encore revenus.

"Nous essayons de maintenir la ville en vie", affirme à l'AFP une porte-parole de la mairie, commentant la reprise de certaines lignes de bus public lundi. La ville de 1,5 millions d'habitants en temps de paix "est immense, et certains ne peuvent pas se déplacer ou aller au travail sans bus".

Selon cette porte-parole, le maire s'abstient pour le moment d'appeler au retour des habitants, tout comme de l'interdire. "Les réalités sont différentes selon les quartiers", précise-t-elle. A la gare de Kharkiv de nombreuses personnes, qui avaient pris la fuite en février, reviennent toutefois.

Certaines zones ont pourtant été durement touchées. Au 40 de la rue Boutchmy, dans le quartier Saltivka (nord-est), les grands barres d'habitations ont subi, notamment dans les tous premiers jours de la guerre, le pilonnage des troupes russes venues de Belgorod, ville russe située à proximité de la frontière distante de quelques dizaines de kilomètres seulement.

- "Etat de choc" -

Caissière de 49 ans, Iana échange avec son mari au 5e étage de son immeuble. L'appartement donne sur le vide, la façade est entièrement tombée. Son mari a accédé à l'appartement en passant par le toit, puis en se laissant descendre par une corde.

"Pour être honnête, mon mari était en état de choc quand il a vu ça. C'était horrible (...) Les sauveteurs nous ont dit qu'il ne serait plus possible de vivre ici, les murs et les sols tremblent. L'immeuble va être détruit. On a demandé un relogement aux services sociaux", raconte-t-elle.

"Je ne veux pas quitter Kharkiv, je suis née et j'ai grandi ici. Mes parents avaient eu cet appartement en 1975, il y a plus de 40 ans... A l'évidence, on ne pourra pas le léguer à nos enfants. Il nous faut surmonter cette épreuve et continuer à vivre. Que pouvons nous faire d'autre?"

Dans la même barre, Olexandre Vendland, veuf de 45 ans, déménageur, visite son appartement ravagé, notamment la chambre de ses deux filles de huit et 14 ans: un sac rose, une grande peluche, des petits dessins, c'est tout ce qui émerge des gravats.

Il a envoyé ses filles en Allemagne, chez leur oncle: "C'est impossible de vivre ici pour des enfants. Ils ont besoin de nourriture, d'éducation. Il n'y a rien ici. Des bénévoles nous aident avec de l'eau et de la nourriture pour qu'on puisse survivre", dit-il.

- "Symbole de Kharkiv" -

"Je ne sais pas si le gouvernement nous aide. Je ne vois que des bénévoles. Qui a dit que +les choses vont mieux+ ? Les gens ont besoin de travailler", ajoute l'homme, amer, soulignant que "les gens ont peur" à cause de tirs sporadiques qui continuent de toucher la zone.

Dans le quartier, l'eau s'échappe de certaines canalisations touchées par les bombardements, créant des petites inondations alors que les services d'électricité, de gaz et d'eau sont à pied d'oeuvre sept jours sur sept.

"En temps de guerre, pas de vacances", lance Serguiï Olechko, du service d'électricité, en travaillant sur des ligne tombées au sol. "Nous ne sommes pas des soldats mais nous sommes là! On a un peu peur avec les tir d'obus qui continuent".

Dans le centre-ville, architectes et experts, casques de guerre sur la tête et vêtus de gilets pare-balles, parcourent déjà l'emblématique siège de l'administration régionale, plans et marteaux la main.

Située sur la place de la Liberté, la place centrale de la ville, l'immeuble monumental des années 1950 a été touché par un missile le 1er mars. La vidéo de la frappe surpuissante avait fait le tour du monde. L'intérieur est en miettes.

"On avait été évacué avant, Dieu merci", rappelle Konstantin Issaïev, 46 ans, contrôleur de gestion venu visiter son ancien bureau. "On a déjà repris le travail ailleurs mais j'espère pouvoir retravailler ici rapidement".

Ce ne sera pas le cas, même si des ouvriers ont commencé à évacuer les gravats. "Pour le moment, on fait des évaluations", explique Anatoliï Boutenko: "Il y a beaucoup de dégâts, on ne pourra pas le faire dans l'année. Cela prendra deux ans au moins mais il faut le faire (...) C'est le symbole de Kharkiv".

En début de soirée, avant le couvre-feu, un concert a été organisé dans un centre culturel. Le premier depuis des mois. On boit, on discute, on danse. "On veut danser tous les jours", dit Ievgen, guitariste du groupe de ska Zhadan i Sobaky, une institution de la ville. "On veut revenir aux slows, pas à la guerre".

J.Ayala--TFWP