The Fort Worth Press - Ukraine: intensification des combats dans l'Est, Poutine avertit contre l'élargissement de l'Otan

USD -
AED 3.672975
AFN 71.770291
ALL 92.547357
AMD 387.332869
ANG 1.800986
AOA 848.359016
ARS 890.741803
AUD 1.50727
AWG 1.8025
AZN 1.686806
BAM 1.802763
BBD 2.017698
BDT 117.21004
BGN 1.802151
BHD 0.376915
BIF 2868.414988
BMD 1
BND 1.349311
BOB 6.904847
BRL 5.139119
BSD 0.999309
BTN 83.056998
BWP 13.576992
BYN 3.270314
BYR 19600
BZD 2.014288
CAD 1.36639
CDF 2809.999753
CHF 0.91461
CLF 0.032842
CLP 906.21989
CNY 7.242014
CNH 7.259065
COP 3864.74
CRC 512.328893
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.639374
CZK 22.719198
DJF 177.923215
DKK 6.877715
DOP 58.846845
DZD 134.526048
EGP 46.901002
ERN 15
ETB 57.41697
EUR 0.921899
FJD 2.228198
FKP 0.796099
GBP 0.78503
GEL 2.709876
GGP 0.796099
GHS 14.538868
GIP 0.796099
GMD 67.775017
GNF 8590.127667
GTQ 7.762328
GYD 209.063633
HKD 7.81095
HNL 24.694658
HRK 6.979956
HTG 132.857077
HUF 354.107014
IDR 16068.15
ILS 3.66295
IMP 0.796099
INR 83.075898
IQD 1308.980634
IRR 42075.000506
ISK 138.195888
JEP 0.796099
JMD 156.390284
JOD 0.708899
JPY 156.779846
KES 132.749626
KGS 87.955697
KHR 4076.139558
KMF 455.650334
KPW 899.999697
KRW 1365.01047
KWD 0.30692
KYD 0.832711
KZT 442.579432
LAK 21388.210352
LBP 89486.380606
LKR 299.350141
LRD 193.575003
LSL 18.480158
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.842144
MAD 9.96737
MDL 17.727796
MGA 4428.261972
MKD 56.795609
MMK 2098.538969
MNT 3449.999773
MOP 8.041331
MRU 39.740079
MUR 46.270223
MVR 15.460036
MWK 1732.589759
MXN 16.67914
MYR 4.708503
MZN 63.464817
NAD 18.479668
NGN 1468.459806
NIO 36.779278
NOK 10.57578
NPR 132.892105
NZD 1.631675
OMR 0.38484
PAB 0.999272
PEN 3.735678
PGK 3.883486
PHP 58.090389
PKR 277.991612
PLN 3.920675
PYG 7516.246486
QAR 3.641498
RON 4.586697
RSD 108.000995
RUB 91.624992
RWF 1314.098723
SAR 3.750597
SBD 8.475185
SCR 13.702027
SDG 600.999967
SEK 10.65563
SGD 1.34977
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.99978
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.743744
SYP 2512.529855
SZL 18.372125
THB 36.53953
TJS 10.771968
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.362549
TRY 32.22115
TTD 6.785941
TWD 32.174498
TZS 2589.999641
UAH 40.109693
UGX 3802.246321
UYU 38.456752
UZS 12703.533522
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25463
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.652256
XAG 0.032421
XAU 0.000427
XCD 2.70255
XDR 0.754851
XOF 604.652256
XPF 110.725372
YER 250.350113
ZAR 18.40105
ZMK 9001.197352
ZMW 26.670968
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.7300

    914.51

    -0.08%

  • BEL20

    7.1500

    3977.01

    +0.18%

  • PX1

    12.1400

    8106.15

    +0.15%

  • ISEQ

    -14.1000

    10057.92

    -0.14%

  • OSEBX

    5.5500

    1428.96

    +0.39%

  • PSI20

    31.0500

    6931.15

    +0.45%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    16.8500

    3526.37

    +0.48%

Ukraine: intensification des combats dans l'Est, Poutine avertit contre l'élargissement de l'Otan
Ukraine: intensification des combats dans l'Est, Poutine avertit contre l'élargissement de l'Otan / Photo: © AFP

Ukraine: intensification des combats dans l'Est, Poutine avertit contre l'élargissement de l'Otan

Kiev s'attendait lundi à une intensification de l'offensive russe dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, tandis que Vladimir Poutine prévenait que Moscou réagirait au "déploiement d'infrastructures militaires" de l'Otan en Finlande et en Suède, proches de présenter formellement leur candidature à l'Alliance atlantique.

Taille du texte:

Après bientôt , le ministère ukrainien de la Défense s'est félicité lundi que ses forces aient "expulsé les Russes" de la région frontalière au nord de Kharkiv (nord-est), publiant sur son compte Facebook une vidéo de soldats ukrainiens devant un poteau-frontière peint aux couleurs de l'Ukraine, jaune et bleu.

Les forces russes ont bombardé des semaines durant des quartiers nord et est de Kharkiv, la deuxième ville du pays, à partir de localités repassées récemment sous contrôle ukrainien.

Les autorités ukrainiennes s'attendent à ce que le désengagement de la région de Kharkiv serve à renforcer les forces russes dans le Donbass, où elles ne progressent que laborieusement, selon Oleksiï Arestovytch, conseiller de la présidence ukrainienne.

"On se prépare à de nouvelles tentatives de la Russie d'attaquer dans le Donbass", pour "intensifier son mouvement vers le sud de l'Ukraine", a aussi indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky dimanche soir.

Plusieurs responsables occidentaux, notamment les services de renseignement militaire britanniques, ont souligné ces derniers jours que l'offensive russe dans l'est de l'Ukraine n'avait récemment réalisé aucun gain territorial substantiel.

Les Russes transfèrent notamment dans la région de Lougansk des troupes venues de la région de Kharkiv, plus au nord, selon Oleksiï Arestovytch.

Après trois semaines de tentatives infructueuses, ils tentent de boucler l'encerclement de Severodonetsk, devenue capitale régionale ukrainienne depuis que des forces séparatistes soutenues par Moscou se sont emparées d'une partie du Donbass en 2014.

Malgré les appels des autorités ukrainiennes à évacuer la ville de Lyssytchansk, séparée de Severodonetsk uniquement par la rivière Siversky Donets et régulièrement bombardée, plus de 20.000 civils - sur une population de 100.000 avant la guerre - sont restés, selon des volontaires qui distribuent de l'aide dans la région.

"Je pense que les gens ne saisissent pas entièrement la situation", a déploré Viktor Levtchenko, un policier tentant de les convaincre d'évacuer. "Nous devons esquiver les bombardements et traverser des zones très dangereuses pour arriver jusqu'à eux, les nourrir et essayer de les évacuer."

Selon les autorités ukrainiennes, 10 personnes ont été tuées dans des frappes de missiles au cours des dernières 24 heures, dont six dans la région de Donetsk, deux dans le bombardement d'un hôpital à Severodonetsk, dans la région de Lougansk, et deux à Mykolaïv (sud), selon les autorités ukrainiennes.

A Marioupol, grande ville dévastée par les bombes au sud du Donbass, le ministère russe de la Défense a annoncé lundi avoir instauré un cessez-le-feu autour d'Azovtsal, afin d'évacuer les soldats ukrainiens blessés - au nombre de 600, selon les Ukrainiens - retranchés dans cette immense aciérie, dernière poche de résistance ukrainienne de ce port stratégique.

Moscou propose cependant de les transférer vers des hôpitaux situés en territoire contrôlé par les forces russes et prorusses, ce que les Ukrainiens risquent de refuser.

- "Pas une menace immédiate" -

Le Kremlin multiplie depuis la semaine dernière les avertissements sur un autre front, celui de l'élargissement probable de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) à la Finlande et la Suède, deux pays que l'invasion russe de l'Ukraine, lancée le 24 février, a poussés à renoncer à des décennies de non-alignement militaire.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé lundi que les adhésions de la Finlande et de la Suède à l'Otan ne constituaient pas "une menace immédiate, mais le déploiement d'infrastructures militaires sur les territoires de ces pays entraînera bien sûr une réponse", a-t-il déclaré lors d'un sommet d'une alliance militaire régionale au Kremlin.

La Russie avait notamment justifié son attaque en Ukraine par le rapprochement de son voisin occidental avec l'Otan, estimant que cela posait une menace "existentielle" pour sa sécurité.

Avec l'entrée probable de la Finlande dans l'Otan, c'est 1.300 km de frontière supplémentaires que la Russie partagera avec l'Alliance atlantique.

Après la Finlande dimanche, la Suède a annoncé lundi qu'elle allait demander son adhésion à l'Otan, après une consultation de son Parlement.

Ces candidatures prouvent "qu'une agression ne paie pas", a jugé le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg, assurant que son organisation était prête à renforcer les "garanties de sécurité" pour ces deux pays.

Il s'est aussi dit "confiant" dans la possibilité pour les pays de l'Alliance de trouver un compromis avec la Turquie, qui a la semaine dernière manifesté son hostilité à l'adhésion des deux pays nordiques.

- L'UE "prise en otage" par la Hongrie -

Après une visite en Allemagne où il s'est félicité de l'évolution de la position de Berlin, désormais prêt à livrer des armes lourdes à Kiev, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba était lundi à Bruxelles, pour discuter notamment de nouvelles sanctions contre la Russie.

Ses homologues de l'UE y sont réunis pour tenter de débloquer un projet d'embargo sur le pétrole russe, refusé par la Hongrie qui en est très dépendante - au grand dam des Etats membres les plus proches de Kiev.

"Toute l'Union est malheureusement prise en otage par un État membre qui ne peut pas nous aider à trouver un consensus", a déploré le chef de la diplomatie lituanienne, Gabrielius Landsbergis, à son arrivée au siège du Conseil européen.

En attendant, les effets de sanctions inédites déjà adoptées par les Occidentaux se ressentent de plus en plus sur l'économie européenne.

La Commission européenne a annoncé lundi avoir abaissé de 1,3 point sa prévision de croissance économique pour la zone euro en 2022, à 2,7%, et augmenté de 3,5 points sa prévision d'inflation, à 6,1%, à cause du conflit.

Les sanctions ont notamment poussé le groupe automobile français Renault, leader en Russie avec 45.000 employés, et la marque Lada qu'il avait commencé à redresser après huit ans comme actionnaire majoritaire, à vendre ses actifs à l'Etat russe, première nationalisation d'ampleur depuis l'offensive russe en Ukraine.

La marque au losange a indiqué lundi avoir cédé sa participation majoritaire (67,69%) dans le groupe Avtovaz au NAMI, l'institut russe de recherche et de développement des automobiles et des moteurs. Le ministre russe du Commerce et de l'Industrie avait indiqué fin avril que la transaction se ferait pour "un rouble symbolique", ce que Renault n'a pas voulu confirmer.

La direction du groupe avait déjà annoncé qu'elle allait passer au premier semestre une provision de 2,2 milliards d'euros environ en raison de cette vente.

Le marché russe s'est effondré avec le conflit ukrainien et les usines du groupe tournaient au ralenti, voire pas du tout, en raison de la pénurie de composants importés provoquée par les sanctions.

Lundi également, le géant américain de la restauration rapide McDonald's, présent en Russie depuis plus de 30 ans mais qui avait fermé temporairement ses 850 restaurants début mars, a annoncé se retirer définitivement du pays.

Le groupe, qui employait 62.000 personnes en Russie, cherche à revendre l'intégralité de son portefeuille russe à un acteur local, mais aucun repreneur n'a été annoncé pour l'instant.

burx-cat/uh/mba

S.Weaver--TFWP