The Fort Worth Press - Remaniement: Castex s'apprête à démissionner, le nom de son successeur attendu dans l'après-midi

USD -
AED 3.672965
AFN 71.770291
ALL 92.547357
AMD 387.332869
ANG 1.800986
AOA 848.358962
ARS 890.745987
AUD 1.505459
AWG 1.8025
AZN 1.702255
BAM 1.802763
BBD 2.017698
BDT 117.21004
BGN 1.80453
BHD 0.376945
BIF 2868.414988
BMD 1
BND 1.349311
BOB 6.904847
BRL 5.171302
BSD 0.999309
BTN 83.056998
BWP 13.576992
BYN 3.270314
BYR 19600
BZD 2.014288
CAD 1.365845
CDF 2809.999894
CHF 0.914202
CLF 0.032842
CLP 906.220195
CNY 7.242036
CNH 7.258875
COP 3864.74
CRC 512.328893
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.639374
CZK 22.763298
DJF 177.923215
DKK 6.875949
DOP 58.846845
DZD 134.501318
EGP 47.110303
ERN 15
ETB 57.41697
EUR 0.92145
FJD 2.228197
FKP 0.796099
GBP 0.78475
GEL 2.710115
GGP 0.796099
GHS 14.538868
GIP 0.796099
GMD 67.775035
GNF 8590.127667
GTQ 7.762328
GYD 209.063633
HKD 7.80735
HNL 24.694658
HRK 6.979956
HTG 132.857077
HUF 354.519498
IDR 16086.2
ILS 3.676545
IMP 0.796099
INR 83.087797
IQD 1308.980634
IRR 42074.999854
ISK 138.130276
JEP 0.796099
JMD 156.390284
JOD 0.708904
JPY 156.924986
KES 132.999575
KGS 87.955698
KHR 4076.139558
KMF 455.650221
KPW 899.999697
KRW 1363.609723
KWD 0.30691
KYD 0.832711
KZT 442.579432
LAK 21388.210352
LBP 89486.380606
LKR 299.350141
LRD 193.574997
LSL 18.479865
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.842144
MAD 9.96737
MDL 17.727796
MGA 4428.261972
MKD 56.721411
MMK 2098.538969
MNT 3449.999773
MOP 8.041331
MRU 39.740151
MUR 46.108899
MVR 15.460355
MWK 1732.589759
MXN 16.69031
MYR 4.701353
MZN 63.49719
NAD 18.480219
NGN 1475.96001
NIO 36.779278
NOK 10.548685
NPR 132.892105
NZD 1.629555
OMR 0.384854
PAB 0.999272
PEN 3.735678
PGK 3.883486
PHP 58.202502
PKR 277.991612
PLN 3.920074
PYG 7516.246486
QAR 3.641501
RON 4.585804
RSD 107.942977
RUB 91.62501
RWF 1314.098723
SAR 3.750501
SBD 8.475185
SCR 14.570623
SDG 601.000233
SEK 10.647495
SGD 1.349605
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 571.000219
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.743744
SYP 2512.529855
SZL 18.372125
THB 36.610479
TJS 10.771968
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.36255
TRY 32.178905
TTD 6.785941
TWD 32.145502
TZS 2600.00023
UAH 40.109693
UGX 3802.246321
UYU 38.456752
UZS 12703.533522
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.652256
XAG 0.032462
XAU 0.000427
XCD 2.70255
XDR 0.754851
XOF 604.652256
XPF 110.698121
YER 250.349705
ZAR 18.416098
ZMK 9001.204962
ZMW 26.670968
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.4600

    914.72

    -0.05%

  • BEL20

    6.7500

    3976.51

    +0.17%

  • PX1

    10.5200

    8105.26

    +0.13%

  • ISEQ

    -22.1600

    10049.83

    -0.22%

  • OSEBX

    6.2600

    1429.66

    +0.44%

  • PSI20

    30.3600

    6930.58

    +0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    16.4900

    3526.02

    +0.47%

Remaniement: Castex s'apprête à démissionner, le nom de son successeur attendu dans l'après-midi
Remaniement: Castex s'apprête à démissionner, le nom de son successeur attendu dans l'après-midi / Photo: © AFP

Remaniement: Castex s'apprête à démissionner, le nom de son successeur attendu dans l'après-midi

Jean Castex a quitté Matignon peu avant 16H00 pour présenter sa démission, prélude à la nomination de son successeur, alors que le nom d'Elisabeth Borne revenait avec insistance parmi les conseillers de l'exécutif.

Taille du texte:

"C'est une nouvelle ère qui s'ouvre", avait commenté dimanche auprès du journal Le Parisien Jean Castex. Celui qui s'est auto-proclamé "Premier ministre de l'intendance" a affirmé partir "sans remords, ni regrets", après près de deux ans à Matignon, où il se trouvait lundi à la mi-journée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les yeux se tournent désormais vers Emmanuel Macron, qui a reçu lundi à déjeuner le président du Conseil européen, Charles Michel. Il avait assuré il y a une semaine à Berlin qu'il savait déjà le nom de son prochain Premier ministre, doté selon lui d'un profil "social", "écologique" et "productif".

Depuis, les rumeurs vont bon train. Seule certitude, croit savoir son entourage: ce sera une femme. D'autant que 74% des Français sont pour, selon un sondage Ifop publié dans le JDD.

Pour le chef du MoDem François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron, il faut une personne, homme ou femme, qui ait "du leadership, de l'expérience". Et il faut une empathie assez grande avec le chef de l'Etat car, "quand le président de la République déteste le Premier ministre, les choses ne peuvent que tourner mal", a-t-il souligné dimanche au Grand Jury, citant le cas de François Mitterrand et de son Premier ministre Michel Rocard (1988-1991).

- Elisabeth Borne ? -

Après un week-end dominé par les noms des anciennes ministre Catherine Vautrin (ex-LR), Valérie Létard (centriste) ou Marisol Touraine (ex-PS), c'est celui de la ministre du Travail, Elisabeth Borne, qui bruissait parmi plusieurs conseillers de l'exécutif lundi après-midi.

Cette technicienne tenace, jugée loyale, est perçue par la macronie comme ayant fait ses preuves au gouvernement pendant tout le dernier quinquennat, des Transports au Travail en passant par l'Ecologie.

Outre l'avantage d'être une femme, cette ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal a également le mérite d'appartenir à l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales, à commencer par "la mère des batailles" sur les retraites.

Plaçant "la justice sociale et l'égalité des chances" au coeur de ses combats, l'hypothèse de sa nomination était toutefois vue avec circonspection par certains lieutenants d'Emmanuel Macron, jugeant le profil de cette ingénieure devenue préfète "pas assez politique", alors qu'elle doit affronter pour la première fois le suffrage universel lors des législatives de juin dans le Calvados.

- "Machiste" -

Si l'hypothèse d'une femme Première ministre se confirmait, Edith Cresson, la seule à avoir occupé le poste (1991-1992), lui souhaite dans le JDD "beaucoup de courage" avec une classe politique "machiste".

Le choix est d'autant plus attendu qu'il viendra confirmer ou non l'orientation qu'entend se donner le chef de l'Etat, qui a promis de tenir compte de la colère exprimée par de nombreux Français pendant la crise des "gilets jaunes" et lors de l'élection présidentielle, et de changer de méthode.

"La composition du nouveau gouvernement, l'identité des grands ministres, l'identité du ou de la Première ministre peut avoir une importance très forte sur les élections législatives", a souligné dimanche soir sur LCI le sondeur Frédéric Dabi, de l'Ifop.

Il rappelle que "la nomination d'Edouard Philippe en 2017 avait permis à la majorité présidentielle de casser la droite en plusieurs morceaux".

Mais, relève-t-il, "l'impatience des Français" se focalise surtout "sur des questions d'inflation, de pouvoir d'achat, d'environnement et de sécurité" auxquelles il va falloir répondre dans un contexte anxiogène de crise du Covid et de guerre en Ukraine qui favorisent l'envolée les prix de l'énergie et de l'alimentation.

Pour l'heure, le bloc présidentiel est crédité de quelque 26% d'intentions de vote aux législatives et conserverait une majorité à l'Assemblée nationale, défié toutefois par la Nouvelle union populaire écologique et sociale entre LFI, EELV, PS et PCF (Nupes), qui obtiendrait 28% et le Rassemblement national (24%) de Marine Le Pen.

Ces oppositions accusent M. Macron de "casse sociale", fustigeant notamment la réforme de la retraite à 64-65 ans annoncée.

Le chef de LFI Jean-Luc Mélenchon, qui a recueilli 22% des voix au premier tour de la présidentielle, a lui annoncé dimanche vouloir porter le Smic à 1.500 euros net en cas de succès de Nupes aux législatives.

N.Patterson--TFWP