The Fort Worth Press - L'Est de l'Ukraine se prépare à de violents combats, nouvelles sanctions contre Moscou

USD -
AED 3.672997
AFN 72.498872
ALL 95.650422
AMD 406.14512
ANG 1.801734
AOA 831.000162
ARS 841.142225
AUD 1.527592
AWG 1.8
AZN 1.698055
BAM 1.80083
BBD 2.018498
BDT 109.7182
BGN 1.803396
BHD 0.376922
BIF 2866
BMD 1
BND 1.342989
BOB 6.923158
BRL 4.933899
BSD 0.999673
BTN 82.815209
BWP 13.751226
BYN 3.271567
BYR 19600
BZD 2.015008
CAD 1.35325
CDF 2769.999893
CHF 0.879245
CLF 0.03557
CLP 981.479938
CNY 7.198403
COP 3931.71
CRC 514.333857
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.000046
CZK 23.356602
DJF 177.720166
DKK 6.875081
DOP 58.72499
DZD 134.637031
EGP 30.901602
ERN 15
ETB 56.715011
EUR 0.922335
FJD 2.263504
FKP 0.788585
GBP 0.78865
GEL 2.659758
GGP 0.788585
GHS 12.575005
GIP 0.788585
GMD 67.896955
GNF 8597.498491
GTQ 7.80248
GYD 209.158752
HKD 7.824445
HNL 24.769971
HRK 7.030095
HTG 132.709669
HUF 360.710192
IDR 15658.1
ILS 3.60829
IMP 0.788585
INR 82.94605
IQD 1310
IRR 42042.510825
ISK 137.710032
JEP 0.788585
JMD 155.842003
JOD 0.709005
JPY 150.5225
KES 145.999742
KGS 89.429694
KHR 4080.000017
KMF 453.949659
KPW 899.994433
KRW 1331.914972
KWD 0.30769
KYD 0.833084
KZT 449.967775
LAK 20870.000044
LBP 89700.000012
LKR 310.468649
LRD 190.796279
LSL 19.080261
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840319
MAD 10.063989
MDL 17.794515
MGA 4545.000265
MKD 56.8142
MMK 2099.346285
MNT 3402.777104
MOP 8.057345
MRU 39.930263
MUR 45.706908
MVR 15.393911
MWK 1682.999644
MXN 17.069799
MYR 4.759031
MZN 63.49719
NAD 19.080446
NGN 1579.079484
NIO 36.770172
NOK 10.53495
NPR 132.50404
NZD 1.620495
OMR 0.38493
PAB 0.999632
PEN 3.800998
PGK 3.72475
PHP 56.089047
PKR 279.485341
PLN 3.97185
PYG 7278.335328
QAR 3.640503
RON 4.581297
RSD 108.093981
RUB 92.050294
RWF 1291.5
SAR 3.750321
SBD 8.475185
SCR 13.497187
SDG 600.999699
SEK 10.30927
SGD 1.344196
SHP 1.26825
SLE 22.506526
SLL 19750.000036
SOS 571.500471
SRD 35.30297
STD 20697.981008
SVC 8.746852
SYP 13001.799027
SZL 19.079623
THB 35.89102
TJS 10.95645
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.149299
TTD 6.785966
TWD 31.591002
TZS 2549.999741
UAH 38.270141
UGX 3930.740156
UYU 39.066204
UZS 12529.999923
VEF 3602106.910905
VES 36.02554
VND 24635
VUV 119.966238
WST 2.723064
XAF 603.964699
XAG 0.044567
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.753256
XOF 603.498241
XPF 115.504591
YER 250.350419
ZAR 19.093302
ZMK 9001.201177
ZMW 23.192903
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

L'Est de l'Ukraine se prépare à de violents combats, nouvelles sanctions contre Moscou
L'Est de l'Ukraine se prépare à de violents combats, nouvelles sanctions contre Moscou

L'Est de l'Ukraine se prépare à de violents combats, nouvelles sanctions contre Moscou

L'Est de l'Ukraine, désormais cible prioritaire du Kremlin, a appelé sa population civile à fuir les combats qui s'annoncent, en dépit de nouvelles sanctions américaines "dévastatrices" contre la Russie.

Taille du texte:

Les forces russes ont bombardé mercredi plusieurs localités dans l'Est de l'Ukraine, dont Severodonetsk ou Rubizhne, faisant au moins un mort, a dénoncé mercredi soir le gouverneur de la région de Lougansk (est), encore sous contrôle ukrainien, Serguiï Gaïdaï.

"Je demande aux gens d'évacuer, parce que nous voyons clairement qu'avant de passer à l'offensive totale, l'ennemi va juste détruire complètement tous ces endroits", a-t-il déclaré, interrogé par une chaîne de télévision ukrainienne. "S'il-vous-plaît, partez" pendant qu'il en est encore temps, a-t-il insisté.

"Nous n'avons nulle part où aller, ça fait des jours que c'est comme ça", a déploré auprès de l'AFP mercredi un habitant de Severodonetsk, Volodymyr, 38 ans, devant le spectacle d'un bâtiment en flammes. "Je ne sais pas pour qui est cette guerre, mais nous, nous sommes là sous les bombes..."

La vice-Première ministre Iryna Verechtchouk a également lancé depuis Kiev mercredi un appel aux habitants de l'est du pays à évacuer la région "immédiatement", en raison des craintes d'une offensive majeure de l'armée russe sur le Donbass (est) dont la Russie a désormais fait sa cible numéro un.

"Il faut évacuer tant que cette possibilité existe. Pour l'instant, elle existe encore", a insisté Mme Verechtchouk, qui coordonne l'organisation des couloirs humanitaires depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

- Un enfer -

Au moins deux cars affrétés par les autorités ont évacué mercredi quelques dizaines de personnes, pour l'essentiel âgées.

Pavlo Kirilenko, gouverneur de la région de Donetsk encore sous contrôle ukrainien, a assuré mercredi que la population commençait à répondre aux appels d'évacuation. "Ils écoutent. La route (pour l'évacuation) est plus empruntée", a-t-il affirmé dans une vidéo postée sur sa page Facebook.

Les autorités ukrainiennes redoutent dans l'est du pays une situation analogue à celle de Marioupol dans le sud, où des milliers de personnes encore bloquées dans cette ville assiégée et bombardée depuis des semaines, vivent un enfer.

Un convoi de sept autobus et d'environ 40 véhicules privés sous protection du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est arrivé mercredi du sud-est de l'Ukraine à Zaporojie (sud), a constaté une journaliste de l'AFP.

"Ceux qui faisaient partie du convoi avaient réussi à fuir Marioupol", a expliqué la Croix-Rouge, dont l'une des équipes chargées d'aider à évacuer les civils avait été "retenue" lundi par la police dans une localité sous contrôle russe, contrainte ensuite de rebrousser chemin.

- "Pas d'eau, pas d'électricité" -

"Ces gens ont vraiment vécu le pire", a déclaré à l'AFP Lucile Marbeau, porte-parole du CICR.

"Nous entendons des gens dire qu'ils ont dû quitter Marioupol à pied. Là-bas, à Marioupol, il n'y a toujours pas de nourriture, pas d'eau, pas d'électricité".

"Il y a eu de très gros bombardements. C'est pourquoi nous avons été retardés", a raconté l'une des personnes évacuées, Iryna Nikolaïenko, qui a pu se frayer un chemin hors de cette cité portuaire pendant une pause dans les combats.

"Il y a une semaine, des estimations prudentes faisaient état d'un bilan de 5.000 morts", a écrit mercredi sur la messagerie Telegram le conseil municipal de Marioupol.

"Mais étant donné la taille de la ville, les destructions catastrophiques, la durée du blocus et la résistance acharnée, il pourrait y avoir des dizaines de milliers de victimes dans la population civile de Marioupol", a-t-il averti.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé mercredi la Russie de bloquer l'accès humanitaire à Marioupol pour dissimuler les "milliers" de victimes dans cette ville.

"Je pense que l'une des principales raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas faire entrer d'aide humanitaire dans Marioupol est que, tant que tout n'a pas été +nettoyé+ par les soldats russes, ils ont peur que le monde voie ce qu'il s'y passe", a déclaré M. Zelensky dans un entretien avec la chaîne de télévision turque Habertürk.

La Russie a été accusée de "crimes de guerre" après la découverte de dizaines de cadavres dans plusieurs localités près de Kiev, dont Boutcha, après le retrait des forces russes.

"Ce qui se passe, ce n'est rien de moins que des crimes de guerre majeurs. Les nations responsables doivent s'unir pour que les responsables rendent des comptes", a dit mercredi le président américain Joe Biden à Washington, en promettant "d'étouffer pour des années" le développement économique de la Russie.

- "Dévastatrices" -

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi une nouvelle volée de sanctions économiques et financières contre la Russie, qu'ils qualifient de "dévastatrices" et qui visent notamment les grandes banques et les filles du président russe Vladimir Poutine.

Selon Washington, la Russie pourrait voir son économie s'effondrer de quelque 15% cette année.

En plus d'interdire tous les nouveaux investissements en Russie, une mesure connue depuis mardi, l'exécutif américain va imposer les contraintes les plus sévères qui soient à l'incontournable banque publique Sberbank et à la plus grande banque privée du pays, Alfa Bank.

Et en Europe, le président du Conseil européen Charles Michel a estimé mercredi que l'UE devrait "tôt ou tard" prendre des sanctions sur le pétrole et le gaz russes.

Plusieurs pays européens très dépendants du gaz russe, Allemagne en tête, sont toutefois très réticents à une telle mesure qui pénaliserait lourdement leurs économies.

Risque de défaut, effondrement du secteur automobile, inflation... Après des semaines de sanctions de plus en plus dures, l'économie russe commence à se fissurer, selon des données publiées mercredi.

Pour Timothy Ash, analyste de Blue Bay Asset, "Poutine appauvrit la Russie pour des années".

Le conflit ne donne aucun signe d'affaiblissement. L'Otan a discuté du sujet à l'occasion d'une réunion qui s'est ouverte mercredi à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'Alliance.

"La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. Et c'est la raison pour laquelle nous devons être préparés à un long parcours en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses", a déclaré en ouverture son secrétaire général Jens Stoltenberg.

burx-ob/elm

A.Maldonado--TFWP