The Fort Worth Press - Ukraine : nouvelles sanctions américaines, Kiev appelle à évacuer l'Est

USD -
AED 3.67295
AFN 72.503991
ALL 95.850403
AMD 406.095122
ANG 1.802595
AOA 831.503981
ARS 837.498454
AUD 1.525553
AWG 1.8
AZN 1.70397
BAM 1.806769
BBD 2.019548
BDT 109.776714
BGN 1.80721
BHD 0.376764
BIF 2866
BMD 1
BND 1.344887
BOB 6.91095
BRL 4.995504
BSD 1.000212
BTN 83.134148
BWP 13.805463
BYN 3.273255
BYR 19600
BZD 2.01613
CAD 1.34865
CDF 2765.000362
CHF 0.88059
CLF 0.035523
CLP 980.203912
CNY 7.195404
COP 3963.32
CRC 514.644409
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.250394
CZK 23.428104
DJF 177.720394
DKK 6.88885
DOP 58.803886
DZD 134.497417
EGP 30.846676
ERN 15
ETB 56.690392
EUR 0.92305
FJD 2.235204
FKP 0.788863
GBP 0.788706
GEL 2.650391
GGP 0.788863
GHS 12.37504
GIP 0.788863
GMD 67.27504
GNF 8595.000355
GTQ 7.816202
GYD 209.259251
HKD 7.82205
HNL 24.82504
HRK 7.030095
HTG 132.650327
HUF 359.530388
IDR 15594.15
ILS 3.63115
IMP 0.788863
INR 82.88205
IQD 1310
IRR 42032.503818
ISK 137.803816
JEP 0.788863
JMD 156.438516
JOD 0.70904
JPY 150.48504
KES 146.000351
KGS 89.430385
KHR 4080.000351
KMF 454.950384
KPW 899.999196
KRW 1331.00035
KWD 0.307804
KYD 0.833557
KZT 451.10719
LAK 20890.000349
LBP 89650.000349
LKR 310.983214
LRD 190.650382
LSL 19.190382
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840381
MAD 10.056504
MDL 17.908628
MGA 4535.000347
MKD 56.924576
MMK 2100.406003
MNT 3406.327173
MOP 8.059806
MRU 39.750379
MUR 45.622141
MVR 15.403741
MWK 1683.000345
MXN 17.116204
MYR 4.777504
MZN 63.503732
NAD 19.190377
NGN 1607.000344
NIO 36.825039
NOK 10.600505
NPR 133.014933
NZD 1.613684
OMR 0.384952
PAB 1.000212
PEN 3.811504
PGK 3.725039
PHP 55.935039
PKR 279.725038
PLN 3.979231
PYG 7281.326935
QAR 3.640504
RON 4.597904
RSD 108.338038
RUB 93.055038
RWF 1275
SAR 3.750554
SBD 8.500465
SCR 13.493038
SDG 601.00034
SEK 10.292915
SGD 1.343038
SHP 1.26625
SLE 22.483622
SLL 19750.000338
SOS 571.503664
SRD 35.701038
STD 20697.981008
SVC 8.752206
SYP 13001.869854
SZL 19.19037
THB 35.930369
TJS 10.952207
TMT 3.51
TND 3.123504
TOP 2.360304
TRY 30.818685
TTD 6.798372
TWD 31.617038
TZS 2550.000335
UAH 38.283133
UGX 3935.443938
UYU 39.122944
UZS 12537.503622
VEF 3618584.714698
VES 36.186223
VND 24640
VUV 120.023184
WST 2.739916
XAF 605.98169
XAG 0.043588
XAU 0.000491
XCD 2.70255
XDR 0.755032
XOF 604.503597
XPF 110.380364
YER 250.350363
ZAR 19.25804
ZMK 9001.203589
ZMW 22.979533
ZWL 321.999592
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

Ukraine : nouvelles sanctions américaines, Kiev appelle à évacuer l'Est
Ukraine : nouvelles sanctions américaines, Kiev appelle à évacuer l'Est

Ukraine : nouvelles sanctions américaines, Kiev appelle à évacuer l'Est

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi une nouvelle salve de sanctions "dévastatrices" contre la Russie, accusée de crimes de guerre, tandis que l'Ukraine appelait les populations civiles à évacuer l'est de son territoire, désormais cible prioritaire du Kremlin.

Taille du texte:

Ces nouvelles mesures américaines, en réponse aux "atrocités" commises en Ukraine, interdisent "tout nouvel investissement" en Russie et vont appliquer les contraintes les plus sévères possibles aux grandes banques russes Sberbank et Alfa Bank, ainsi qu'à plusieurs importantes entreprises publiques. Elles visent également les filles du président russe Vladimir Poutine.

Elles devaient être décidées en coordination avec le G7 et l'Union européenne, pressée par Kiev d'en faire plus contre Moscou, notamment en matière de sanctions énergétiques, un sujet qui divise l'UE, dont certains Etats membres sont très dépendants des livraisons russes.

Le Royaume-Uni a dans la foulée annoncé interdire tout investissement en Russie et des sanctions dans la finance et l'énergie.

Le président du Conseil européen Charles Michel a estimé mercredi que l'UE devrait "tôt ou tard" prendre des sanctions sur le pétrole et le gaz russes.

"Nous ne pouvons tolérer aucune indécision après ce que nous avons traversé", a de son côté lancé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, s'adressant au Parlement irlandais.

Il faisait allusion aux accusations portées contre la Russie d'exactions sur les populations civiles, notamment dans la ville de Boutcha, près de Kiev. Mardi, il avait déjà lancé un appel passionné au Conseil de sécurité de l'ONU, sommé d'agir "immédiatement" face aux "crimes de guerre" dont il accuse Moscou.

M. Zelensky a notamment fait projeter aux diplomates des images dramatiques montrant, selon Kiev, de nombreux cadavres des victimes civiles de violences filmées dans des localités récemment évacuées par l'armée russe.

Des accusations formellement rejetées par Moscou, Vladimir Poutine dénonçant mercredi une "provocation grossière et cynique" de l'Ukraine à Boutcha.

Mais l'Allemagne, très dépendante du gaz russe, a estimé que la thèse de Moscou d'une mise en scène ukrainienne n'était "pas tenable" au vu des photos satellites qui ont été diffusées.

- Conditions -

La Chine, très prudente sur le conflit, a de son côté évoqué des images "profondément dérangeantes", mais rappelé que "toute accusation" devait "être fondée sur des faits".

Le pape François a fustigé "une cruauté toujours plus horrible (y compris) contre les civils, des femmes et des enfants".

Les autorités ukrainiennes affirment de leur côté redouter la découverte d'autres massacres et que celui de Boutcha ne soit "pas le pire".

Sur le plan militaire, elles craignent également une offensive russe de grande envergure dans l'est, sur les zones qu'elles contrôlent près de la frontière russe.

La vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a d'ailleurs appelé mercredi la population civile de ces régions, dont la grande ville de Kharkiv, à "évacuer (...) maintenant", pendant qu'il en est temps, sous peine de "risquer la mort".

Sur le plan diplomatique, le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, tout juste réélu et proche de Vladimir Poutine, a annoncé mercredi avoir suggéré au président russe de décréter un "cessez-le-feu immédiat" et de se rendre à Budapest pour des discussions avec les dirigeants ukrainien, français et allemand. "Il a dit oui, mais avec des conditions", a-t-il dit sans plus de détails.

Mais le conflit ne donne aucun signe d'affaiblissement, et l'Otan doit à nouveau se pencher dessus à l'occasion d'une réunion mercredi et jeudi à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'Alliance.

"La guerre peut durer longtemps, plusieurs mois, voire des années. Et c'est la raison pour laquelle nous devons également être préparés à un long parcours, à la fois en ce qui concerne le soutien à l'Ukraine, le maintien des sanctions et le renforcement de nos défenses", a déclaré en ouverture son secrétaire général Jens Stoltenberg.

L'Otan n'intervient militairement que pour défendre ses membres lorsque l'un d'eux est attaqué ou sous mandat de l'ONU. L'Ukraine n'en est pas membre, mais rien n'empêche les trente pays de l'Alliance de lui apporter une aide.

Sur le terrain, Moscou poursuit sa nouvelle stratégie : concentrer les efforts sur le Donbass, le vaste bassin minier de l'est de l'Ukraine en partie aux mains depuis 2014 de séparatistes prorusses.

- "Surprises" -

Des journalistes de l'AFP ont constaté mercredi matin des pilonnages réguliers sur Severodonetsk, 100.000 habitants avant le conflit, la ville la plus à l'est tenue par l'armée ukrainienne dans le Donbass, tout près de la ligne de front.

L'AFP y a vu un bâtiment en feu tandis que de très rares civils étaient visibles dans les rues, courant se mettre à couvert dès que les frappes reprenaient.

Selon le gouverneur régional, dix immeubles, un centre commercial et des garages avoisinants ont au total été touchés, ce qui a provoqué un important incendie.

A Vougledar, une ville de 15.000 habitants à 50 kilomètres au sud-ouest de Donetsk, deux civils ont été tués et cinq blessés dans le bombardement d'un centre de distribution d'aide, selon le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kirilenko.

Un peu plus loin, les forces ukrainiennes se préparaient à défendre une route reliant Izioum, récemment prise par les forces russes, aux cités voisines de Sloviansk et Kramatorsk, la capitale de fait de l'Est contrôlé par Kiev.

Encombrée d'obstacles antichars, la route est entourée de tranchées creusées au bulldozer. Pièces d'artillerie et autres engins blindés plus ou moins enterrés parsèment les environs et la forêt est truffée d'abris et autres matériels.

"Les Russes s'activent, nous savons qu'ils se préparent à attaquer", a expliqué à l'AFP un officier supérieur, évoquant une multiplication des vols d'hélicoptères russes au-dessus du front.

"Nous sommes prêts. (...) Nous leur avons préparé quelques surprises", a ajouté cet ancien combattant de la guerre de 2014, deux fois blessé.

La logistique ukrainienne est également visée. Selon le ministère russe de la Défense, cinq dépôts de carburant qui approvisionnaient les forces ukrainiennes dans les régions de Kharkiv et de Mykolaïv (sud), ainsi que dans le Donbass et près de Dnipro (est) ont été détruits dans la nuit par des missiles.

Les frappes aériennes russes ont au total atteint 24 sites militaires ukrainiens, selon le ministère.

- "Ma mère ou mes petits-enfants" -

Les forces russes continuent également à consolider leurs positions sur la bande côtière le long de la mer d'Azov, dans le sud de l'Ukraine, pour relier les régions du Donbass à la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Les combats se concentrent notamment toujours sur la grande ville portuaire de Marioupol, dont le maire qualifiait mardi à la situation comme ayant "dépassé le stade de la catastrophe humanitaire".

Quelque 120.000 de ses habitants y sont toujours coincés, selon lui, et les évacués, après un éprouvant voyage de 200 kilomètres, se retrouvent dans des centres d'accueil à Zaporojie, dans les terres, où un convoi du CICR est arrivé mercredi avec plus de 500 réfugiés.

Des personnes arrivées auparavant ont raconté à l'AFP l'enfer de Marioupol, comme Angela Berg, 55 ans, qui a tout laissé dans cette ville, y compris sa mère, trop âgée pour le périple.

"Un homme armé d'une mitraillette nous a forcés à nous coucher au sol devant notre immeuble de 12 étages, sur des bouts de verre brisé. Puis ils ont commencé à tirer dessus avec des chars, l'immeuble a pris feu. Et l'homme à la mitraillette tirait sur les gens qui tentaient de sortir. Ils ne nous ont rien laissé récupérer jusqu'à ce que tout ait brûlé".

Pire, elle explique avoir dû abandonner sa mère et sa belle-soeur invalide pour sauver le reste de sa famille, dont sa petite-fille de trois mois, malade. "C'est la plus pénible décision que j'aie jamais prise. J'ai dû choisir entre ma mère et mes petits-enfants".

A.Nunez--TFWP