The Fort Worth Press - Pour le Charles de Gaulle, fin d'une mission où "la guerre a changé le plan"

USD -
AED 3.672504
AFN 73.671318
ALL 95.840841
AMD 404.387377
ANG 1.800674
AOA 831.503981
ARS 837.498454
AUD 1.525553
AWG 1.8
AZN 1.70397
BAM 1.804826
BBD 2.017349
BDT 109.657177
BGN 1.804826
BHD 0.376505
BIF 2854.150325
BMD 1
BND 1.343423
BOB 6.903521
BRL 4.957689
BSD 0.999123
BTN 83.045541
BWP 13.79043
BYN 3.26969
BYR 19600
BZD 2.013934
CAD 1.34865
CDF 2765.000362
CHF 0.88059
CLF 0.035523
CLP 978.692382
CNY 7.195404
COP 3925.160338
CRC 514.09588
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.753334
CZK 23.428104
DJF 177.917224
DKK 6.88885
DOP 58.708993
DZD 134.49804
EGP 30.846676
ERN 15
ETB 56.665529
EUR 0.92305
FJD 2.235204
FKP 0.788863
GBP 0.788706
GEL 2.650391
GGP 0.788863
GHS 12.539104
GIP 0.788863
GMD 67.27504
GNF 8587.643612
GTQ 7.807872
GYD 209.034282
HKD 7.82285
HNL 24.669404
HRK 7.030095
HTG 132.505883
HUF 359.530388
IDR 15594.15
ILS 3.63115
IMP 0.788863
INR 82.88205
IQD 1308.817423
IRR 42032.503818
ISK 137.803816
JEP 0.788863
JMD 156.268168
JOD 0.70904
JPY 150.48504
KES 143.376551
KGS 89.430385
KHR 4071.425276
KMF 454.950384
KPW 899.999196
KRW 1331.00035
KWD 0.30774
KYD 0.832649
KZT 450.615974
LAK 20847.136991
LBP 89392.977437
LKR 310.644581
LRD 190.650382
LSL 19.190382
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.826282
MAD 10.030637
MDL 17.88954
MGA 4532.828865
MKD 56.863378
MMK 2098.186684
MNT 3406.327173
MOP 8.051216
MRU 39.750379
MUR 45.620379
MVR 15.403741
MWK 1681.908365
MXN 17.116204
MYR 4.777504
MZN 63.503732
NAD 19.190377
NGN 1607.000344
NIO 36.773866
NOK 10.600505
NPR 132.87316
NZD 1.613684
OMR 0.38496
PAB 0.999123
PEN 3.786924
PGK 3.807502
PHP 55.935039
PKR 279.13007
PLN 3.979237
PYG 7273.566188
QAR 3.640504
RON 4.597904
RSD 108.141928
RUB 93.055038
RWF 1274.304434
SAR 3.750554
SBD 8.500465
SCR 13.403497
SDG 601.00034
SEK 10.292915
SGD 1.343038
SHP 1.26625
SLE 22.483622
SLL 19750.000338
SOS 571.503664
SRD 35.701038
STD 20697.981008
SVC 8.742675
SYP 13001.869854
SZL 19.261754
THB 35.930369
TJS 10.940433
TMT 3.51
TND 3.123504
TOP 2.360304
TRY 30.818685
TTD 6.790938
TWD 31.617038
TZS 2547.778342
UAH 38.242329
UGX 3931.158584
UYU 39.080884
UZS 12479.121488
VEF 3618584.714698
VES 36.186223
VND 24640
VUV 120.023184
WST 2.739916
XAF 605.321829
XAG 0.043588
XAU 0.000491
XCD 2.70255
XDR 0.75421
XOF 605.321829
XPF 110.380364
YER 250.350363
ZAR 19.25804
ZMK 9001.203589
ZMW 22.954829
ZWL 321.999592
  • AEX

    -2.5700

    854.97

    -0.3%

  • BEL20

    11.4600

    3707.48

    +0.31%

  • PX1

    55.3800

    7966.68

    +0.7%

  • ISEQ

    98.4900

    9660.86

    +1.03%

  • OSEBX

    -2.7800

    1260.8

    -0.22%

  • PSI20

    42.7800

    6242.11

    +0.69%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    7.0800

    2291.87

    +0.31%

  • N150

    0.6500

    3268.76

    +0.02%

Pour le Charles de Gaulle, fin d'une mission où "la guerre a changé le plan"
Pour le Charles de Gaulle, fin d'une mission où "la guerre a changé le plan"

Pour le Charles de Gaulle, fin d'une mission où "la guerre a changé le plan"

Un changement complet de mission en cours de route, une densité inédite de Russes, l'adrénaline provoquée par l'irruption d'une guerre majeure en Ukraine... C'est un engagement hors-norme de plus de deux mois que le porte-avions français Charles de Gaulle et son escorte sont en passe d'achever.

Taille du texte:

"Vous étiez partis en février pour aller appuyer la lutte contre le terrorisme au Levant", mais "le retour de la guerre en Europe a changé le plan": figés dans la lumière rouge de nuit des coursives, les marins écoutent le message du chef d'état-major des armées, diffusé partout à bord du fleuron de la Marine française.

Le général Thierry Burkhard est venu leur rendre visite mardi, avant leur retour à Toulon. Le 1er février, l'équipage quittait son port d'attache pour participer à la mission Chammal, en envoyant les Rafale marine et des avions de détection Hawkeye au-dessus de l'Irak et la Syrie.

Mais après l'invasion de l'Ukraine le 24 février, Paris décide que son unique porte-avions, qui croise alors en Méditerranée orientale quadrillée de bâtiments russes, doit contribuer avec ses avions à la protection des frontières de la Roumanie et la Bulgarie, pays de l'Otan proches du terrain de guerre.

"C'est la première fois que le groupe aéronaval (le porte-avions et son escorte, ndlr) change de mission en déploiement. En trois jours on a fait une bascule", explique le contre-amiral Christophe Cluzel, qui le dirige. "Tout le monde était très conscient que l'instant était grave pour l'Europe".

- "Un gros travail" -

Mais "il n'y a pas eu de bouleversement à bord", affirme le capitaine de vaisseau Sébastien Martinot, qui dirige les quelque 1.800 marins et 42.500 tonnes que représente le porte-avions, pour paraphraser la formule d'Henry Kissinger.

Tout juste y a-t-il eu "une petite montée d'adrénaline", explique le lieutenant de vaisseau Jean-Marc, chef de bordée du personnel du pont d'envol. A 48 ans, il fait partie des anciens. "On avait déjà connu ce genre de situation, comme en ex-Yougoslavie. On a pu rassurer les plus jeunes".

Assis dans un Hawkeye à son poste de contrôleur tactique, le lieutenant de vaisseau Cédric, 36 ans, se remémore ces moments. "Il peut y avoir un petit sentiment d'inquiétude, d'inconnu, comme tout un chacun peut avoir en France, mais du fait d'être en groupe, soudés, tous vers la mission, on se pose beaucoup moins de questions".

"Cela a été un gros travail de se réapproprier la nouvelle zone, intégrer les règles pour y opérer", explique le capitaine de corvette Florentin, 37 ans, officier de lutte de l'état-major, qui collecte et analyse les informations remontées par les éléments du groupe.

Il a fallu aussi changer l'armement des Rafale, pour remplacer les missiles air-sol destinés au théâtre irako-syrien par des missiles air-air, afin de pouvoir éventuellement faire face à des avions russes. "Nous avons 300 tonnes de munitions à bord, la panoplie d'armement est suffisante", explique dans l'immense hangar du porte-avions le lieutenant de vaisseau Michaël, 50 ans, responsable des munitions.

- Trois sous-marins russes -

L'autre aspect extraordinaire de la mission a tenu à la présence russe autour du groupe.

"Ce qui a été très particulier (...) c'était la densité des unités autour de nous, à la fois aérienne et de surface (...) Il a fallu gérer plus d'interactions", résume le capitaine de corvette Edouard, 34 ans, un des responsable du centre opérationnel du porte-avions.

En Méditerranée orientale, "il y avait une vingtaine de bâtiments russes, dont trois sous-marins" se rappelle l'amiral Cluzel. "Quand on a autant de milliers de tonnes d'acier en Méditerranée, forcement la tension monte (...) J'ai renforcé très singulièrement le dispositif défensif du porte-avions, nous étions prêts à utiliser n'importe quelle arme dans des délais très courts".

Avec toujours la volonté d'éviter l'escalade ou la méprise sur les intentions rivales qui pourraient conduire à l'irréversible. Après le déclenchement de l'offensive russe en Ukraine, le message aux armées françaises d'Emmanuel Macron appelant "une grande vigilance et la retenue nécessaire" leur était en grande partie destiné.

Mais "les Russes sont restés très professionnels", affirme le capitaine de corvette Florentin, et n'étaient pas plus agressifs que d'habitude. "Le sous-marin, c'est un bon moyen de juger l'intentionnalité. Or ils ne se sont jamais approchés", fait valoir l'amiral Cluzel.

Entre l'Italie et la Corse, alors que les marins devraient arriver à Toulon jeudi, le lieutenant de vaisseau Cédric, pilote de Rafale de 30 ans, confie sa "fierté": "C'est beaucoup plus concret (...) de défendre une frontière est aussi proche de la France. Car on sait que si ça va plus loin, c'est potentiellement nos territoires, donc nos familles, qui vont être en danger".

X.Silva--TFWP