The Fort Worth Press - Ukraine: Moscou, dans le viseur occidental, se concentre sur l'Est

USD -
AED 3.672996
AFN 73.220452
ALL 95.962281
AMD 405.948237
ANG 1.80202
AOA 828.514014
ARS 841.753897
AUD 1.539565
AWG 1.8
AZN 1.702706
BAM 1.808138
BBD 2.018925
BDT 109.738228
BGN 1.804644
BHD 0.376944
BIF 2856.984371
BMD 1
BND 1.346258
BOB 6.909654
BRL 4.962403
BSD 0.99994
BTN 82.904596
BWP 13.800946
BYN 3.27227
BYR 19600
BZD 2.015504
CAD 1.357335
CDF 2770.000357
CHF 0.879105
CLF 0.035499
CLP 979.540059
CNY 7.1983
COP 3923.13
CRC 514.20251
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.940065
CZK 23.382302
DJF 177.720328
DKK 6.877475
DOP 58.678057
DZD 134.80405
EGP 30.939799
ERN 15
ETB 56.731736
EUR 0.922651
FJD 2.263504
FKP 0.787953
GBP 0.789951
GEL 2.659689
GGP 0.787953
GHS 12.598978
GIP 0.787953
GMD 67.896778
GNF 8593.23358
GTQ 7.803566
GYD 209.196008
HKD 7.827705
HNL 24.691563
HRK 7.030095
HTG 132.887724
HUF 363.50031
IDR 15722.9
ILS 3.59418
IMP 0.787953
INR 82.899706
IQD 1309.832527
IRR 42042.501428
ISK 137.760066
JEP 0.787953
JMD 156.175895
JOD 0.709001
JPY 150.647499
KES 146.4992
KGS 89.43011
KHR 4070.57638
KMF 453.94994
KPW 900.01383
KRW 1336.609891
KWD 0.30768
KYD 0.833252
KZT 450.388984
LAK 20867.635843
LBP 89539.649155
LKR 310.179214
LRD 190.800263
LSL 19.079701
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.833289
MAD 10.137797
MDL 17.813114
MGA 4527.237849
MKD 56.901034
MMK 2099.818336
MNT 3396.082004
MOP 8.060165
MRU 39.929809
MUR 44.750089
MVR 15.426387
MWK 1683.145891
MXN 17.096198
MYR 4.769022
MZN 63.500496
NAD 19.079749
NGN 1630.659898
NIO 36.804371
NOK 10.584381
NPR 132.644901
NZD 1.64186
OMR 0.384951
PAB 0.99994
PEN 3.788569
PGK 3.811716
PHP 56.257996
PKR 279.090123
PLN 3.986141
PYG 7296.159162
QAR 3.640502
RON 4.583701
RSD 108.128034
RUB 92.050321
RWF 1276.088253
SAR 3.750479
SBD 8.475185
SCR 13.406471
SDG 601.000292
SEK 10.33314
SGD 1.346075
SHP 1.26825
SLE 22.725545
SLL 19750.000125
SOS 571.497745
SRD 35.329523
STD 20697.981008
SVC 8.749474
SYP 13001.870728
SZL 19.2555
THB 36.018002
TJS 10.97362
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.19988
TTD 6.788546
TWD 31.652796
TZS 2549.999812
UAH 38.150536
UGX 3939.297287
UYU 39.069398
UZS 12483.532332
VEF 3601201.313605
VES 36.02554
VND 24630
VUV 119.845532
WST 2.740874
XAF 606.432676
XAG 0.044563
XAU 0.000492
XCD 2.70255
XDR 0.753376
XOF 606.438282
XPF 115.480604
YER 250.35026
ZAR 19.29805
ZMK 9001.195506
ZMW 23.222317
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.5400

    847.46

    -0.65%

  • BEL20

    3.3300

    3700.02

    +0.09%

  • PX1

    6.3600

    7954.39

    +0.08%

  • ISEQ

    35.1300

    9530.01

    +0.37%

  • OSEBX

    3.7800

    1263.82

    +0.3%

  • PSI20

    -27.3700

    6192.9

    -0.44%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    -10.8000

    3262.45

    -0.33%

Ukraine: Moscou, dans le viseur occidental, se concentre sur l'Est
Ukraine: Moscou, dans le viseur occidental, se concentre sur l'Est

Ukraine: Moscou, dans le viseur occidental, se concentre sur l'Est

Une nouvelle salve occidentale contre Moscou est attendue mercredi après les accusations de crimes de guerre contre la Russie en Ukraine, où une offensive russe majeure est attendue dans l'est du pays, désormais cible prioritaire du Kremlin.

Taille du texte:

Après plusieurs trains de mesures en réponse à l'invasion de l'Ukraine par Moscou, les Etats-Unis doivent adopter dans la journée, en coordination avec l'Union européenne et le G7, de nouvelles sanctions contre la Russie visant notamment à interdire "tout nouvel investissement" dans ce pays, selon une source proche du dossier.

La situation en Ukraine sera également au menu de la réunion mercredi et jeudi à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan, qui doivent notamment discuter avec leur homologue ukrainien Dmytro Kouleba des besoins des forces ukrainiennes.

"Je ne veux pas donner de détails, mais la fourniture d'armes anti-chars et de systèmes de défense anti-aériens est examinée", a indiqué le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

L'Otan n'intervient militairement que pour défendre ses membres lorsque l'un d'eux est attaqué ou sous mandat de l'ONU. L'Ukraine n'en est pas membre, et c'est notamment une éventuelle adhésion que le président russe Vladimir Poutine a mis en avant pour justifier l'invasion de cette ancienne république soviétique. Mais rien n'empêche les trente pays de l'Alliance de lui apporter une aide.

Ces nouvelles démarches contre Moscou interviennent au lendemain d'un nouvel appel passionné du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a exhorté lors d'une réunion du Conseil de sécurité l'ONU à agir "immédiatement" contre la Russie au regard de ses "crimes de guerre" commis selon lui en Ukraine.

Le président ukrainien a notamment fait projeter devant les diplomates des images dramatiques montrant de nombreux cadavres, selon Kiev des victimes civiles d'exactions, filmées dans des localités récemment évacuées par l'armée russe, qui effectue un regroupement vers les zones de l'Est du pays.

- "Toujours plus horrible" -

Le pape François a fustigé mercredi "une cruauté toujours plus horrible (y compris) contre les civils, des femmes et des enfants".

Les autorités ukrainiennes affirment de leur côté que Boutcha "n'est pas le pire", redoutant la découverte d'autres massacres.

Moscou rejette toute accusation d'exactions, accusant les autorités ukrainiennes de préparer des "mises en scène" de civils tués dans plusieurs villes pour faire condamner le Kremlin.

Mais les découvertes de victimes, notamment dans la localité de Boutcha, près de Kiev, ont créé une onde de choc et conduit l'Union européenne et Washington à intensifier leur pression économique et diplomatique sur Moscou, déjà visé par un épais mille-feuilles de sanctions décidées à travers le monde.

Sur le terrain, la nouvelle stratégie de Moscou consistant à concentrer les efforts sur le Donbass, région en partie tenue depuis 2014 par des séparatistes prorusses, continue à se mettre en place.

"Les troupes russes (...) vont se réarmer, recevoir des renforts en effectifs, car elles ont subi beaucoup de pertes, et se réapprovisionner pour lancer une nouvelle offensive très concentrée dans la région du Donbass", a averti mardi M. Stoltenberg, évoquant "une phase cruciale de la guerre".

Le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, a appelé les habitants à quitter la région: "Evacuez tant que c’est sûr (…) Tant qu’il y a des bus et trains, profitez de cette possibilité. Hier les Russes ont endommagé les communications ferroviaires dans la région de Donetsk. Les réparations ont duré plusieurs heures, des trains ont été retardés (…) c’est encore un signal du danger. Mettez-vous et vos proches en sécurité".

Le long d'une route reliant la ville d'Izioum, récemment prise par les forces russes, aux villes jumelles de Sloviansk et Kramatorsk, capitale du Donbass contrôlé par Kiev, les forces ukrainiennes se préparent, ont constaté des journalistes de l'AFP.

- "Surprises" -

Tranchées creusées au bulldozer, pièces d'artillerie et autres engins blindés plus ou moins enterrés parsèment les environs. La forêt, où fleurissent de doux parterres de clochettes mauves annonciatrices du printemps, est truffée d'abris et autres matériels camouflés promettant de bien plus sinistres averses de feu.

La route fortifiée est encombrée d'obstacles antichars. Alors que l'hiver est terminé, et que la terre noire détrempée limite la progression des chars dans les cultures voisines, il faut tenir l'asphalte.

"Les Russes s'activent, nous savons qu'ils se préparent à attaquer", explique un officier supérieur, évoquant une multiplication des vols d'hélicoptères russes au-dessus du front.

"Nous sommes prêts. (...) Nous leur avons préparé quelques surprises", commente ce robuste vétéran de la guerre de 2014, blessé deux fois, qui a "failli perdre sa jambe droite" et marche désormais comme un gaillard.

Krasnopillia, avec ses maisons campagnardes à enclos et fenêtres à traverses de bois, est truffé de militaires, membres de la 95e Brigade aéromobile, une unité d'élite avec l'aigle en emblème. Craignent-ils l'ouragan russe à venir? "Vous connaissez l'histoire de David et Goliath...", répond l'officier.

Plus loin, c'est la logistique ukrainienne qui est également visée, comme ce dépôt de pétrole à Novomoskovsk, proche de Dnipro, bombardé et détruit par l'armée russe dans la nuit de mardi à mercredi, sans faire de victimes, selon les autorités locales.

Le ministère russe de la défense a de son côté indiqué que les forces russes ont détruit avec des missiles cinq dépôts de carburants à Novomoskovsk, Radekhov, Kazatine, Prossianaïa et Mykolaïv. Ces dépôts fournissaient les forces ukrainiennes dans les régions de Kharkiv et Mykolaïv, ainsi que dans le Donbass.

Pendant la nuit de mardi à mercredi, les frappes aériennes russes ont visé 24 sites militaires ukrainiens, parmi lesquels cinq dépôts de matériel technique, selon un communiqué du ministère.

- Choix tragiques -

Les forces russes cherchent également toujours à consolider leurs positions sur la bande côtière le long de la mer d'Azov, dans le sud de l'Ukraine, pour relier les régions du Donbass à la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Les combats se concentrent notamment toujours sur la grande ville portuaire de Marioupol, dont le maire qualifiait mardi à l'AFP la situation comme ayant "dépassé le stade de la catastrophe humanitaire".

L'armée russe a affirmé mardi avoir abattu deux hélicoptères ukrainiens cherchant à évacuer des chefs d'un bataillon nationaliste défendant le port assiégé, appelant une nouvelle fois les défenseurs à déposer les armes.

Quelque 120.000 habitants sont toujours coincés sur place, selon le maire, et les évacués, après un éprouvant périple de 200 kilomètres, se retrouvent dans des centres d'accueil à Zaporojie, dans les terres.

Angela Berg, une énergique femme de 55 ans aux cheveux courts, a tout laissé dans l'enfer de Marioupol, y compris sa mère, trop âgée pour entreprendre ce périple.

"Un homme armé d'une mitraillette nous a forcés à nous coucher au sol devant notre immeuble de 12 étages, sur des bouts de verre brisé. Puis ils ont commencé à tirer dessus avec des chars, l'immeuble a pris feu. Et l'homme à la mitraillette tirait sur les gens qui tentaient de sortir", raconte-t-elle à l'AFP.

"Ils ne nous ont rien laissé récupérer jusqu'à ce que tout ait brûlé, ni affaires, ni documents". Et sa voix se brise à l'évocation de sa mère et de sa belle-soeur invalide qu'elle a dû abandonner pour sauver le reste de sa famille, dont sa petite-fille de 3 mois, malade: "C'est la plus pénible décision que j'aie jamais prise. J'ai dû choisir entre ma mère et mes petits-enfants".

C.Rojas--TFWP