The Fort Worth Press - Turquie: pêche en terrain miné

USD -
AED 3.67285
AFN 73.13357
ALL 95.849301
AMD 405.46655
ANG 1.799898
AOA 828.513972
ARS 841.749999
AUD 1.539101
AWG 1.8
AZN 1.701579
BAM 1.805976
BBD 2.01651
BDT 109.607003
BGN 1.80443
BHD 0.376986
BIF 2853.594349
BMD 1
BND 1.34466
BOB 6.901519
BRL 4.978703
BSD 0.998753
BTN 82.806224
BWP 13.78457
BYN 3.268689
BYR 19600
BZD 2.013094
CAD 1.35863
CDF 2769.999636
CHF 0.880155
CLF 0.035433
CLP 977.580344
CNY 7.195098
COP 3924.94
CRC 513.597119
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.819105
CZK 23.4072
DJF 177.847546
DKK 6.88097
DOP 58.608431
DZD 134.330979
EGP 30.901497
ERN 15
ETB 56.664943
EUR 0.923135
FJD 2.27435
FKP 0.78944
GBP 0.79065
GEL 2.660326
GGP 0.78944
GHS 12.584145
GIP 0.78944
GMD 67.897324
GNF 8583.116331
GTQ 7.79445
GYD 208.947782
HKD 7.82705
HNL 24.662265
HRK 7.030095
HTG 132.731269
HUF 362.952003
IDR 15721.7
ILS 3.5845
IMP 0.78944
INR 82.90765
IQD 1308.266233
IRR 42042.501624
ISK 137.819724
JEP 0.78944
JMD 155.989141
JOD 0.709011
JPY 149.97204
KES 147.079741
KGS 89.420703
KHR 4065.783885
KMF 454.349744
KPW 900.053605
KRW 1336.055033
KWD 0.30771
KYD 0.832248
KZT 449.846256
LAK 20844.992381
LBP 89442.489726
LKR 309.805442
LRD 190.795316
LSL 19.079809
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.827554
MAD 10.125768
MDL 17.793785
MGA 4521.907752
MKD 56.807129
MMK 2097.326746
MNT 3398.173417
MOP 8.050713
MRU 39.930005
MUR 45.750043
MVR 15.39797
MWK 1681.148714
MXN 17.076298
MYR 4.745503
MZN 63.501438
NAD 19.080516
NGN 1630.660041
NIO 36.761039
NOK 10.61046
NPR 132.489958
NZD 1.64426
OMR 0.384949
PAB 0.998753
PEN 3.784073
PGK 3.807193
PHP 56.152996
PKR 278.764117
PLN 3.982548
PYG 7287.501731
QAR 3.640498
RON 4.587702
RSD 108.17597
RUB 92.049804
RWF 1274.562311
SAR 3.750265
SBD 8.475185
SCR 13.531426
SDG 601.000353
SEK 10.35277
SGD 1.34538
SHP 1.26825
SLE 22.748055
SLL 19750.00024
SOS 571.498309
SRD 35.330262
STD 20697.981008
SVC 8.738931
SYP 13001.958869
SZL 19.232652
THB 35.920995
TJS 10.961004
TMT 3.51
TND 3.119749
TOP 2.370702
TRY 31.2243
TTD 6.780428
TWD 31.644026
TZS 2550.000318
UAH 38.105268
UGX 3934.62302
UYU 39.023399
UZS 12468.604565
VEF 3604243.760226
VES 36.02554
VND 24650
VUV 120.204805
WST 2.741326
XAF 605.707505
XAG 0.044758
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.752482
XOF 605.713098
XPF 115.503238
YER 250.34984
ZAR 19.230445
ZMK 9001.201353
ZMW 23.194763
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.7800

    845.65

    -0.21%

  • BEL20

    -15.5400

    3684.46

    -0.42%

  • PX1

    -3.9800

    7950.41

    -0.05%

  • ISEQ

    -28.5900

    9501.61

    -0.3%

  • OSEBX

    1.6400

    1265.4

    +0.13%

  • PSI20

    1.2400

    6194.38

    +0.02%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    0.3300

    3262.72

    +0.01%

Turquie: pêche en terrain miné
Turquie: pêche en terrain miné

Turquie: pêche en terrain miné

Sahin Afsut imagine le pire: heurter une mine en mer et "disparaître sous l'eau en un clin d'œil".

Taille du texte:

Comme la plupart des pêcheurs de Rumelifeneri, gros village posé sur un rocher à l'embouchure du Bosphore, au nord d'Istanbul, lui et son équipe restent au port depuis la découverte il y a huit jours d'une mine à la dérive en mer Noire à quelques encablures de là.

D'autant qu'une autre, qui pourrait aussi avoir dérivé depuis l'Ukraine, a été découverte lundi 100 km plus à l'ouest. Et une troisième le même jour dans les eaux roumaines, à 300 km au nord.

"Si tu heurtes [une mine], tu es fini", assure Sahin Afsut, bonnet gris et barbe mal taillée devant son petit chalutier qui ramène d'ordinaire dans ses filets merlans, rougets et anchois.

Lui n'a pas vu la mine aperçue à 2 km au large par un marin-pêcheur du coin, mais plusieurs au port racontent la scène.

"Elle était grosse comme un demi-tonneau. On a regardé là-haut du sommet, les unités (spéciales de la marine turque) l'ont neutralisée", rembobine Ahmet Tarlaci, 55 ans dont 43 à pêcher.

- "90% ont arrêté" -

La marine turque avait mis en garde cinq jours plus tôt, le 21 mars, contre le risque émanant de mines en provenance des eaux ukrainiennes, qui pourraient s'être désamarrées à cause d'une tempête. Mais "les mines sont arrivées très vite, même les forces armées turques ont été surprises", affirme Ahmet Tarlaci.

Le ministère russe de la Défense a affirmé jeudi qu'un barrage de 370 mines a été formé en mer Noire par les Ukrainiens pour protéger leurs côtes, dont 10 se seraient détachées. Une version contestée par Kiev, qui accuse la marine russe d'avoir dispersé des mines afin de discréditer l'Ukraine.

Au port de Rumelifeneri, où une centaine de navires patientaient vendredi, de la grosse barque au chalutier de 40 mètres, "90% des gens que nous connaissons ont arrêté" de sortir en mer, dit Sefki Deniz, pêcheur depuis 42 ans.

Par peur d'un accident, les autorités ont interdit la pêche de nuit, et la hausse spectaculaire du prix du gasoil a convaincu nombre d'équipes de clore avec trois semaines d'avance la saison de la pêche.

"Déjà qu'on a des pertes financières, il ne faudrait pas en plus qu'on ait des pertes humaines", dit Sefki Deniz, bottes en plastique et polaire bleue.

Le pêcheur déplore le peu d'informations fourni par les autorités turques, qui disent ne pouvoir, pour l'heure, se prononcer sur le nombre, la provenance et le degré de dangerosité de ces mines vagabondes.

"Pour l'instant, [les mines] ne sont pas un problème, mais nous ne baisserons pas la garde", a tenté de rassurer vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan, preuve que le sujet préoccupe jusqu'au sommet de l'Etat.

"Là maintenant ils [les Russes, NDLR] parlent de 10 mines, et si les 370 autres se retrouvaient à se balader ? La mer Noire n'est pas une très grande mer, c'est comme un lac", s'inquiète Sefki Deniz, malgré les patrouilles 24h/24 dans la zone de chasseurs de mines.

- "Jamais retrouvé leurs corps" -

"En face de nous il y a l'Ukraine, la Russie: si le vent souffle du Nord violemment, ce n'est qu'une question de temps" avant que les mines arrivent jusque là, redoute aussi Saban Ucar, 32 ans, capitaine de pêche.

Les chalutiers de "30-40 mètres ont des radars, des sonars (...) mais les bateaux de 9-10 mètres n'ont que des jumelles", souligne-t-il depuis le belvédère qui surplombe le port.

Lui n'était pas né à l'époque, mais dans le village, le souvenir est encore vif de deux accidents causés dans les années 80 par des mines de la Seconde Guerre mondiale.

"Il y en a une qui a explosé au port en 1983, cinq personnes du village sont décédées. Et en 1989 c'est arrivé en mer en relevant un filet, la mine a explosé et le bateau a explosé avec: quatre personnes sont mortes, on n'a jamais retrouvé leurs corps", raconte Sefki Deniz, qui figure parmi les vétérans du port.

Le pêcheur s'inquiète désormais qu'une mine puisse se frayer un chemin jusqu'au Bosphore, emprunté l'an dernier par plus de 38.500 navires. Le détroit, qui traverse Istanbul, est par endroits large de moins de 700 mètres.

"En pleine mer, le risque [d'accident] est de 10%. Dans le Bosphore, il est de 100%", dit-il.

C.M.Harper--TFWP