The Fort Worth Press - Corse: nouvelle manifestation pour Yvan Colonna, nouvelles violences

USD -
AED 3.67285
AFN 73.13357
ALL 95.849301
AMD 405.46655
ANG 1.799898
AOA 828.513972
ARS 841.749999
AUD 1.539101
AWG 1.8
AZN 1.701579
BAM 1.805976
BBD 2.01651
BDT 109.607003
BGN 1.80443
BHD 0.376986
BIF 2853.594349
BMD 1
BND 1.34466
BOB 6.901519
BRL 4.978703
BSD 0.998753
BTN 82.806224
BWP 13.78457
BYN 3.268689
BYR 19600
BZD 2.013094
CAD 1.35863
CDF 2769.999636
CHF 0.880155
CLF 0.035433
CLP 977.580344
CNY 7.195098
COP 3924.94
CRC 513.597119
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.819105
CZK 23.4072
DJF 177.847546
DKK 6.88097
DOP 58.608431
DZD 134.330979
EGP 30.901497
ERN 15
ETB 56.664943
EUR 0.923135
FJD 2.27435
FKP 0.78944
GBP 0.79065
GEL 2.660326
GGP 0.78944
GHS 12.584145
GIP 0.78944
GMD 67.897324
GNF 8583.116331
GTQ 7.79445
GYD 208.947782
HKD 7.82705
HNL 24.662265
HRK 7.030095
HTG 132.731269
HUF 362.952003
IDR 15721.7
ILS 3.5845
IMP 0.78944
INR 82.90765
IQD 1308.266233
IRR 42042.501624
ISK 137.819724
JEP 0.78944
JMD 155.989141
JOD 0.709011
JPY 149.97204
KES 147.079741
KGS 89.420703
KHR 4065.783885
KMF 454.349744
KPW 900.053605
KRW 1336.055033
KWD 0.30771
KYD 0.832248
KZT 449.846256
LAK 20844.992381
LBP 89442.489726
LKR 309.805442
LRD 190.795316
LSL 19.079809
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.827554
MAD 10.125768
MDL 17.793785
MGA 4521.907752
MKD 56.807129
MMK 2097.326746
MNT 3398.173417
MOP 8.050713
MRU 39.930005
MUR 45.750043
MVR 15.39797
MWK 1681.148714
MXN 17.076298
MYR 4.745503
MZN 63.501438
NAD 19.080516
NGN 1630.660041
NIO 36.761039
NOK 10.61046
NPR 132.489958
NZD 1.64426
OMR 0.384949
PAB 0.998753
PEN 3.784073
PGK 3.807193
PHP 56.152996
PKR 278.764117
PLN 3.982548
PYG 7287.501731
QAR 3.640498
RON 4.587702
RSD 108.17597
RUB 92.049804
RWF 1274.562311
SAR 3.750265
SBD 8.475185
SCR 13.531426
SDG 601.000353
SEK 10.35277
SGD 1.34538
SHP 1.26825
SLE 22.748055
SLL 19750.00024
SOS 571.498309
SRD 35.330262
STD 20697.981008
SVC 8.738931
SYP 13001.958869
SZL 19.232652
THB 35.920995
TJS 10.961004
TMT 3.51
TND 3.119749
TOP 2.370702
TRY 31.2243
TTD 6.780428
TWD 31.644026
TZS 2550.000318
UAH 38.105268
UGX 3934.62302
UYU 39.023399
UZS 12468.604565
VEF 3604243.760226
VES 36.02554
VND 24650
VUV 120.204805
WST 2.741326
XAF 605.707505
XAG 0.044758
XAU 0.000493
XCD 2.70255
XDR 0.752482
XOF 605.713098
XPF 115.503238
YER 250.34984
ZAR 19.230445
ZMK 9001.201353
ZMW 23.194763
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.5300

    845.91

    -0.18%

  • BEL20

    -17.0200

    3683.04

    -0.46%

  • PX1

    -3.1800

    7951.39

    -0.04%

  • ISEQ

    -26.6800

    9502.7

    -0.28%

  • OSEBX

    1.6400

    1265.45

    +0.13%

  • PSI20

    11.1500

    6203.93

    +0.18%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -45.2000

    2249.36

    -1.97%

  • N150

    0.6500

    3263.18

    +0.02%

Corse: nouvelle manifestation pour Yvan Colonna, nouvelles violences
Corse: nouvelle manifestation pour Yvan Colonna, nouvelles violences

Corse: nouvelle manifestation pour Yvan Colonna, nouvelles violences

Comme les précédentes, la nouvelle manifestation pour Yvan Colonna, militant indépendantiste corse mortellement agressé en prison, a dégénéré en violents affrontements dimanche à Ajaccio, au risque de retarder l'ouverture des discussions annoncées avec le gouvernement autour d'une possible autonomie pour l'île.

Taille du texte:

Entamés vers 16h00, aussitôt après l'arrivée du cortège à la préfecture, ces heurts entre 150 à 200 jeunes gens, souvent cagoulés et équipés de masques à gaz, et les policiers, se poursuivaient encore vers 23h00.

Répondant aux jets de cocktails Molotov et de bombes agricoles, les policiers répliquaient avec des lances à eau, des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes. En fin de soirée, les manifestants utilisaient notamment des panneaux électoraux comme projectiles.

Selon la préfecture, ces affrontements ont fait 15 blessés, 14 manifestants et un policier, dont trois blessés graves. Parmi eux, une femme de 54 ans touchée à une jambe.

En fin d'après-midi, alors que les affrontements les plus virulents se déroulaient vers la mairie, les pompiers ont été longtemps mobilisés autour d'un geyser de flammes jaillissant d'une canalisation de gaz. Face au risque d'explosion, une trentaine d'habitants ont dû être évacués, a précisé la préfecture.

Des heurts ont également été constatés en fin d'après-midi aux abords de la caserne de CRS de Furiani, près de Bastia, déjà cible des manifestants il y a une semaine, ainsi que devant la préfecture de Bastia en soirée.

Au plus fort de la journée, cette manifestation a rassemblé 4.000 personnes selon la préfecture, 14.000 selon les organisateurs.

Aux grilles de la préfecture, un drap blanc portant le visage d'Yvan Colonna au pochoir avait été accroché par des manifestants, accompagné de deux phrases: "On va se réveiller" et "moi j'ai confiance". Selon une vidéo diffusée par BFMTV la semaine dernière, ces mots avaient été prononcés en janvier par le militant nationaliste, dans une discussion avec un codétenu basque à qui il exprimait sa conviction que la Corse serait un jour indépendante.

- "La France dehors" -

Détenu à la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône), où il a été agressé le 2 mars, Yvan Colonna a été condamné par trois fois à la prison à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Erignac, abattu de plusieurs balles dans la tête et le cou, en 1998, à Ajaccio.

La manifestation s'était élancée vers 15h00, sur le front de mer, derrière deux larges banderoles portant le désormais traditionnel slogan "Etat français assassin". Le cortège était mené par Stéphane Colonna, le frère d'Yvan, et le fils ainé de celui-ci, entourés de très jeunes manifestants, des enfants pour certains, qui reprenaient en chœur ce même cri d'"Etat français assassin".

Derrière lui, dans la foule, plusieurs personnalités locales: Gilles Simeoni, le président autonomiste du conseil exécutif de Corse, Charles Pieri, ex-leader présumé du Front de libération nationale de la Corse (FLNC), mouvement qui a récemment menacé de reprendre la lutte armée, ou encore Paul-Félix Benedetti, le leader du parti indépendantiste Core in Fronte.

"Je suis venu pour honorer la mémoire d'Yvan Colonna, montrer qu'on est toujours là", a expliqué à l'AFP Camellu Tomasi, 23 ans, secrétaire de Ghjuventu Paolina, un des syndicats étudiants membres du large collectif nationaliste à l'origine de la manifestation.

Ce collectif était également à l'origine des deux autres grandes manifestations pour Colonna, décédé le 21 mars, les 6 et 13 mars à Corte et Bastia. Elles aussi s'étaient terminées dans la violence et le chaos.

Face aux risques de débordements, le dispositif policier était plus important dimanche, mieux organisé et plus offensif. Des contrôles préventifs avant la manifestation ont notamment permis la saisie de plusieurs dizaines de projectiles, dont des boules de pétanque, des hachettes et des barres de fer.

Lors de sa visite en Corse, du 16 au 18 mars, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'était engagé à ouvrir "dès la première semaine du mois d'avril" des négociations sur "l'ensemble des problématiques corses", dont "l'évolution institutionnelle vers un statut d'autonomie restant à préciser".

Il avait également promis le "prompt rapprochement en Corse, dans les prochaines semaines" de Pierre Alessandri et Alain Ferrandi, les derniers membres du +commando Erignac+ encore incarcérés. Les deux hommes, incarcérés à Poissy (Yvelines), ont signé vendredi leur ordre de transfèrement à la prison de Borgo.

Reste à savoir si ces nouvelles violences ne vont pas perturber ce scénario. Dans un document qu'ils avaient co-signé le 18 mars, MM. Darmanin et Simeoni avaient en effet convenu "que la mise en œuvre de ce processus historique ne" pouvait "s’envisager que dans un cadre général apaisé et calme".

Du côté des manifestants, la colère était en tous cas perceptible dimanche soir, avec notamment une cible, Laurent Marcangeli, maire de la ville et leader de l'opposition de droite à l'assemblée de Corse, visé par plusieurs tags injurieux le traitant de "salope collabo".

"Aujourd'hui plus que jamais, la France dehors !", a insisté Stéphane Colonna sur Twitter.

G.Dominguez--TFWP