The Fort Worth Press - Ukraine: mission de l'ONU à Moscou, cadavres dans la région libérée de Kiev, explosions à Odessa

USD -
AED 3.672875
AFN 73.305964
ALL 95.779326
AMD 406.937589
ANG 1.805249
AOA 831.00005
ARS 841.122778
AUD 1.534684
AWG 1.8
AZN 1.67429
BAM 1.804327
BBD 2.022418
BDT 109.93127
BGN 1.805439
BHD 0.376952
BIF 2861.847871
BMD 1
BND 1.345634
BOB 6.936667
BRL 4.9339
BSD 1.001614
BTN 82.976032
BWP 13.778311
BYN 3.278011
BYR 19600
BZD 2.019005
CAD 1.354675
CDF 2770.000569
CHF 0.880204
CLF 0.03557
CLP 981.480128
CNY 7.199013
COP 3931.71
CRC 515.337423
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.725172
CZK 23.3868
DJF 178.375386
DKK 6.8843
DOP 58.840352
DZD 134.46302
EGP 30.896299
ERN 15
ETB 56.824023
EUR 0.923525
FJD 2.263499
FKP 0.787953
GBP 0.789805
GEL 2.659968
GGP 0.787953
GHS 12.570691
GIP 0.787953
GMD 67.902368
GNF 8608.330643
GTQ 7.817704
GYD 209.566862
HKD 7.826805
HNL 24.733613
HRK 7.030095
HTG 132.967388
HUF 361.406995
IDR 15674.55
ILS 3.618969
IMP 0.787953
INR 82.909502
IQD 1312.145394
IRR 42042.497878
ISK 137.889899
JEP 0.787953
JMD 156.151114
JOD 0.709011
JPY 150.595963
KES 145.999953
KGS 89.429589
KHR 4079.523963
KMF 453.950198
KPW 900.01383
KRW 1335.05994
KWD 0.30767
KYD 0.834725
KZT 450.86028
LAK 20900.410536
LBP 89698.694589
LKR 311.08446
LRD 190.798518
LSL 19.079969
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.840629
MAD 10.085152
MDL 17.829236
MGA 4538.032197
MKD 56.847641
MMK 2103.51031
MNT 3396.082004
MOP 8.073066
MRU 39.929879
MUR 45.750125
MVR 15.400416
MWK 1686.147885
MXN 17.07842
MYR 4.762498
MZN 63.504164
NAD 19.08012
NGN 1574.930272
NIO 36.865169
NOK 10.560915
NPR 132.762581
NZD 1.63623
OMR 0.384946
PAB 1.001614
PEN 3.807463
PGK 3.817519
PHP 56.232499
PKR 277.20965
PLN 3.97965
PYG 7292.771807
QAR 3.640502
RON 4.587204
RSD 108.227018
RUB 92.050243
RWF 1278.564509
SAR 3.750485
SBD 8.475185
SCR 13.370342
SDG 601.000263
SEK 10.33587
SGD 1.345229
SHP 1.26825
SLE 22.725545
SLL 19750.000109
SOS 571.498365
SRD 35.303007
STD 20697.981008
SVC 8.764242
SYP 13001.870728
SZL 19.184464
THB 36.011502
TJS 10.97808
TMT 3.51
TND 3.11975
TOP 2.36255
TRY 31.163025
TTD 6.799207
TWD 31.647497
TZS 2549.999859
UAH 38.346049
UGX 3938.373541
UYU 39.143872
UZS 12501.499147
VEF 3601201.313605
VES 36.02554
VND 24617.5
VUV 119.845532
WST 2.740874
XAF 605.154297
XAG 0.044508
XAU 0.000492
XCD 2.70255
XDR 0.75474
XOF 605.154297
XPF 115.499662
YER 250.350285
ZAR 19.1374
ZMK 9001.190528
ZMW 23.238157
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.0900

    852.98

    +0.01%

  • BEL20

    11.4200

    3696.65

    +0.31%

  • PX1

    18.2400

    7948.4

    +0.23%

  • ISEQ

    40.6500

    9495.06

    +0.43%

  • OSEBX

    -2.2700

    1260.06

    -0.18%

  • PSI20

    40.1700

    6220.07

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -0.2300

    2294.64

    -0.01%

  • N150

    2.6200

    3273.12

    +0.08%

Ukraine: mission de l'ONU à Moscou, cadavres dans la région libérée de Kiev, explosions à Odessa
Ukraine: mission de l'ONU à Moscou, cadavres dans la région libérée de Kiev, explosions à Odessa

Ukraine: mission de l'ONU à Moscou, cadavres dans la région libérée de Kiev, explosions à Odessa

Un haut responsable de l'ONU tentera dimanche à Moscou d'obtenir un "cessez-le-feu humanitaire" en Ukraine, où de possibles exactions sur des civils ont été rapportées dans la région dévastée de Kiev, reprise aux Russes par les Ukrainiens, et une série d'explosions entendues dans le port stratégique d'Odessa.

Taille du texte:

Les forces russes se retirent de villes-clés situées près de la capitale et de Tcherniguiv, dans le nord de l'Ukraine, pour se redéployer vers l'Est et le Sud dans le but de "garder le contrôle" des territoires qu'elles y occupent déjà, a confirmé l'Ukraine.

Plus d'un mois après le lancement de l'invasion russe, les localités d'"Irpin, Boutcha, Gostomel et toute la région de Kiev ont été libérées de l'envahisseur", a affirmé samedi la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar.

Mais les Russes, en se repliant "d'eux-mêmes" ou après des combats, laissent derrière eux "un désastre total et de nombreux dangers", a dénoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur Facebook. "Les bombardements peuvent se poursuivre", a-t-il mis en garde, accusant aussi les militaires russes de "miner les territoires qu'ils quittent, des maisons, des munitions et même des cadavres".

- "Mains attachées" -

A Boutcha, une ville proche de Kiev, les corps d'une vingtaine d'hommes, dont l'un présente une large blessure à la tête, gisent dans une rue, éparpillés sur plusieurs centaines de mètres, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Dans certaines rues, on voit 15 à 20 cadavres sur le sol" mais "je ne peux pas dire combien il y en a encore dans des cours, derrière les palissades", a poursuivi le maire. Plusieurs personnes retrouvées mortes ont les mains attachées par une bande de tissu blanche, utilisée pour montrer qu'elles n'avaient pas d'armes, a encore raconté M. Fedorouk.

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss s'est dite, sur Twitter, "horrifiée par les atrocités à Boutcha et d'autres villes".

Boutcha et la ville voisine d'Irpin, rendues méconnaissables par les bombardements, ont été le théâtre de certains des combats les plus féroces depuis que la Russie a attaqué l'Ukraine le 24 février, quand les soldats russes tentaient alors d'encercler Kiev.

Toujours près de la capitale, le corps d'un photographe ukrainien chevronné, Maks Levine, a été retrouvé tué par balle après le retrait de troupes russes, ont annoncé samedi les autorités ukrainiennes. Pour le parquet ukrainien, il a été victime de tirs de soldats russes.

- Accord "oral" de la Russie -

Alors que la guerre a fait, a minima, des milliers de morts et contraint à l'exil plus de 4,1 millions d'Ukrainiens, un dirigeant onusien se rend à Moscou dimanche afin d'essayer d'obtenir un "cessez-le-feu humanitaire".

Jusqu'à présent, la Russie refusait toute visite d'un haut responsable de l'ONU ayant l'Ukraine pour sujet principal.

Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, le Britannique Martin Griffiths, "sera à Moscou dimanche et après il ira à Kiev", avait annoncé vendredi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, en rappelant qu'il lui avait donné pour mission de "rechercher un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine".

Parallèlement, le négociateur en chef ukrainien dans les pourparlers de paix avec la Russie, David Arakhamia, a affirmé samedi que Moscou avait accepté "oralement" les principales propositions ukrainiennes, à l'exception de celles concernant la Crimée, ajoutant que Kiev attendait une confirmation écrite.

S'exprimant dans une émission télévisée, il a laissé entendre que les discussions visant à mettre fin aux hostilités avaient considérablement avancé.

Vendredi, la Russie, accusant l'Ukraine d'avoir mené une frappe par hélicoptères sur son sol, avait pourtant agité la menace d'un durcissement des négociations.

Les efforts des troupes russes pour consolider leurs positions dans le Sud et l'Est de l'Ukraine se sont heurtés jusqu'ici à la résistance des Ukrainiens à Marioupol, où quelque 160.000 personnes seraient toujours bloquées et dont au moins 5.000 habitants ont été tués, selon les autorités locales.

Pour Moscou, contrôler Marioupol permettrait d'assurer une continuité territoriale de la Crimée jusqu'aux deux républiques séparatistes prorusses du Donbass, Donetsk et Lougansk.

- "Odessa attaquée depuis les airs" -

Impossibles pendant des semaines, des évacuations ont commencé à petite échelle. Samedi, quelque "1.263 personnes" ont voyagé de Marioupol et Berdiansk à Zaporojie par leurs propres moyens, et une dizaine de bus en convoi sont partis de Berdiansk, avec à leur bord 300 habitants de Marioupol, a annoncé en soirée la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk sur Telegram. D'autres évacuations ont eu lieu dans l'Est du pays.

A Odessa, principal port ukrainien, qui offre l'accès à la mer Noire dans le Sud-Ouest, une série d'explosions ont été entendues dimanche matin, provoquant au moins trois colonnes de fumée noire et des flammes visibles, , apparemment dans une zone industrielle, a constaté l'AFP.

Une employée d'hôtel du centre-ville a dit avoir entendu un avion, mais un militaire près du lieu d'une des frappes a affirmé qu'il s'agissait d'une roquette ou d'un missile.

"Odessa a été attaquée depuis les airs. Des incendies ont été signalés dans certaines zones. Une partie des missiles a été abattue par la défense aérienne. Il est recommandé de fermer les fenêtres", a écrit Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre de l'Intérieur ukrainien, sur son compte Telegram.

Les forces russes continuent par ailleurs "de bloquer partiellement la ville de Kharkiv", la deuxième ville d'Ukraine, située dans l'Est, où des zones industrielles et résidentielles sont la cible de tirs d'artillerie, selon l'état-major de l'armée ukrainienne, qui note toutefois une diminution de leur intensité.

La Russie prévoit également "de créer des bataillons formés de résidents +volontaires+ des territoires temporairement occupés de l'Ukraine et de mercenaires", relève la même source.

- Fin du gaz russe chez les Baltes -

Pression supplémentaire sur Moscou, les Etats baltes ont cessé d'importer du gaz naturel russe qui "n'est plus acheminé vers la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie depuis le 1er avril", a indiqué samedi le dirigeant de l'entreprise de stockage lettone Conexus Baltic Grid. Les pays baltes sont désormais desservis par des réserves de gaz stockées sous terre en Lettonie.

"A partir de ce mois-ci, plus de gaz russe en Lituanie", a tweeté le président lituanien Gitanas Nauseda, en appelant le reste de l'Union européenne à suivre l'exemple balte.

Selon Eurostat, en 2020, la Russie comptait pour 93% des importations estoniennes de gaz naturel, 100% des importations lettones et 41,8% des importations lituaniennes.

Les Etats-Unis ont interdit l'importation de pétrole et de gaz russes après l'invasion de l'Ukraine, mais pas l'UE qui s'approvisionnait en Russie à hauteur de 40% environ en 2021.

K.Ibarra--TFWP