The Fort Worth Press - Tanzanie: les procureurs abandonnent les poursuites pour terrorisme contre un leader d'opposition

USD -
AED 3.673012
AFN 70.815701
ALL 93.734399
AMD 388.72951
ANG 1.802556
AOA 852.483971
ARS 906.225702
AUD 1.50516
AWG 1.8025
AZN 1.696236
BAM 1.825011
BBD 2.0194
BDT 117.519164
BGN 1.82153
BHD 0.376925
BIF 2875.605967
BMD 1
BND 1.354047
BOB 6.910871
BRL 5.409503
BSD 1.000135
BTN 83.409431
BWP 13.543664
BYN 3.272405
BYR 19600
BZD 2.016059
CAD 1.37239
CDF 2850.000203
CHF 0.885099
CLF 0.033931
CLP 936.140247
CNY 7.254506
CNH 7.27292
COP 4114.38
CRC 525.542269
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.892255
CZK 23.125703
DJF 178.081361
DKK 6.94721
DOP 59.161383
DZD 134.586001
EGP 47.705703
ERN 15
ETB 57.68748
EUR 0.93127
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.788028
GEL 2.86501
GGP 0.784602
GHS 15.052559
GIP 0.784602
GMD 67.77497
GNF 8610.047077
GTQ 7.760966
GYD 209.164415
HKD 7.80795
HNL 24.726944
HRK 7.018438
HTG 132.523993
HUF 367.463501
IDR 16379.85
ILS 3.716955
IMP 0.784602
INR 83.363897
IQD 1309.202208
IRR 42098.509472
ISK 139.229612
JEP 0.784602
JMD 155.440366
JOD 0.708903
JPY 157.941966
KES 128.500427
KGS 87.601603
KHR 4120.767605
KMF 459.000116
KPW 900.000131
KRW 1381.469967
KWD 0.30669
KYD 0.833493
KZT 459.909765
LAK 21931.703129
LBP 89565.947679
LKR 305.048686
LRD 194.189253
LSL 18.133057
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.849463
MAD 9.995101
MDL 17.863192
MGA 4479.095223
MKD 57.405725
MMK 3247.960992
MNT 3450.000098
MOP 8.042944
MRU 39.386743
MUR 46.689687
MVR 15.400827
MWK 1734.156367
MXN 18.389498
MYR 4.714007
MZN 63.69504
NAD 18.133057
NGN 1490.000075
NIO 36.81222
NOK 10.605075
NPR 133.442501
NZD 1.631415
OMR 0.38494
PAB 1.000145
PEN 3.796371
PGK 3.897673
PHP 58.66401
PKR 278.581833
PLN 4.040765
PYG 7521.940159
QAR 3.647722
RON 4.634498
RSD 109.039736
RUB 86.494385
RWF 1302.962296
SAR 3.751903
SBD 8.447127
SCR 14.778738
SDG 586.00016
SEK 10.453075
SGD 1.352045
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.588523
SRD 31.23095
STD 20697.981008
SVC 8.751884
SYP 2512.530426
SZL 18.127102
THB 36.697969
TJS 10.701865
TMT 3.51
TND 3.131296
TOP 2.36145
TRY 32.5933
TTD 6.794228
TWD 32.395949
TZS 2615.00032
UAH 40.591422
UGX 3718.512782
UYU 39.285031
UZS 12629.064391
VEF 3622552.534434
VES 36.37246
VND 25452.5
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.102889
XAG 0.034194
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.759039
XOF 612.091465
XPF 111.285815
YER 250.350268
ZAR 18.092045
ZMK 9001.202673
ZMW 25.829449
ZWL 321.999592
  • AEX

    5.1700

    928.19

    +0.56%

  • BEL20

    32.5800

    3865.43

    +0.85%

  • PX1

    57.5400

    7628.8

    +0.76%

  • ISEQ

    66.9600

    9498.6

    +0.71%

  • OSEBX

    9.4800

    1403.06

    +0.68%

  • PSI20

    50.8600

    6570.95

    +0.78%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.4800

    2076.09

    +0.41%

  • N150

    39.2500

    3337.31

    +1.19%

Tanzanie: les procureurs abandonnent les poursuites pour terrorisme contre un leader d'opposition
Tanzanie: les procureurs abandonnent les poursuites pour terrorisme contre un leader d'opposition

Tanzanie: les procureurs abandonnent les poursuites pour terrorisme contre un leader d'opposition

Les procureurs tanzaniens ont annoncé vendredi qu'ils abandonnaient les poursuites pour terrorisme contre le chef du principal parti d'opposition Freeman Mbowe, mettant fin à un procès qualifié de politique par sa formation et critiqué par les organisations de défense des droits civiques.

Taille du texte:

"Nous n'avons pas l'intention de poursuivre avec cette affaire", a déclaré un des procureurs, Robert Kidando, lors d'une audience devant la Haute cour de Dar es Salaam, ouvrant la voie à une prochaine remise en liberté de M. Mbowe, détenu depuis son arrestation le 21 juillet dernier.

"Puisque le directeur du ministère public a annoncé sa décision de classer l'affaire et que la défense l'a acceptée, l'affaire est maintenant retirée du tribunal et j'ordonne la libération inconditionnelle des suspects", a ensuite déclaré le juge Joachim Tiganga.

Si le juge a exigé sa libération "immédiatement", il n'était pas clair si Freeman Mbowe, absent à l'audience de vendredi, avait été remis en liberté ou quand cela interviendrait.

Son parti Chadema a diffusé sur Twitter des images de l'audience, montrant ses soutiens en liesse, s'embrassant et entonnant les paroles d'une chanson de l'artiste kényan Juliani: "Je suis prêt à payer le prix. Je ne permettrai pas au mal de régner".

Âgé de 60 ans, Freeman Mbowe était accusé de "financement du terrorisme" et "complot terroriste" avec trois autres membres de son parti. Ils avaient été arrêtés en juillet à Mwanza (ouest), où devait se tenir un rassemblement pour demander des réformes constitutionnelles.

Selon Chadema, les procureurs l'accusaient d'avoir planifié une attaque contre un fonctionnaire et d'avoir donné 600.000 shillings tanzaniens (220 euros) pour l'organisation d'attentats contre des stations-service et des rassemblements publics, et pour abattre des arbres pour bloquer les routes.

Freeman Mbowe a affirmé avoir été torturé en détention et avoir dû enregistrer des déclarations sous la contrainte.

- "Tourner la page" -

Ces arrestations et ce procès avaient suscité l'indignation de l'opposition et d'organisations de défense des droits civiques, douchant les espoirs d'ouverture démocratique suscités par l'arrivée au pouvoir en mars 2021 de Samia Suluhu Hassan après le décès soudain de John Magufuli, surnommé "le bulldozer" pour son style autoritaire.

Plusieurs pays occidentaux s'étaient également émus, et des représentants d'ambassades dans le pays ont régulièrement assisté aux audiences de ce procès, qui s'était ouvert le 31 août.

L'ambassadeur américain Donald Wright a salué vendredi sur Twitter le classement de l'affaire comme "une occasion bienvenue pour la Tanzanie de tourner la page et de se concentrer sur l'avenir".

Chadema n'a eu de cesse de dénoncer un procès "politique", qui reflétait selon lui une dérive du pouvoir vers la "dictature", accusant la présidente Hassan de renouer avec les pratiques de son prédécesseur après avoir affiché sa volonté de rompre avec certaines de ses politiques.

Peu après sa prise de fonctions, elle avait en effet tendu la main à l'opposition et autorisé la réouverture de médias interdits sous Magufuli, faisant le voeu de défendre la démocratie et les libertés fondamentales.

Dans une interview à la BBC en août, Samia Suluhu Hassan avait affirmé que les accusations contre Freeman Mbowe n'étaient "pas politiques" et résultaient d'une enquête de près d'un an.

La cheffe de l'Etat tanzanien avait renouvelé le mois dernier les signaux d'ouverture envers l'opposition, levant l'interdiction de quatre journaux imposée sous le précédent président John Magufuli, dont un détenu par Freeman Mbowe.

Avant le sommet UE-Afrique à Bruxelles, elle avait également rencontré le vice-président de Chadema, Tundu Lissu, candidat du parti à l'élection présidentielle de 2020 qui vit en exil en Belgique depuis une tentative d'assassinat en 2017.

S.Rocha--TFWP