The Fort Worth Press - Emmanuel Macron, le président qui voulait rester inclassable

USD -
AED 3.673025
AFN 70.797452
ALL 93.724474
AMD 387.967047
ANG 1.801862
AOA 855.501128
ARS 903.228898
AUD 1.51676
AWG 1.8
AZN 1.69623
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82612
BHD 0.376895
BIF 2873.439287
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.399936
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.37465
CDF 2844.999821
CHF 0.892498
CLF 0.033583
CLP 926.649958
CNY 7.256105
CNH 7.27022
COP 4138.57
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.933557
CZK 23.056297
DJF 178.011155
DKK 6.96443
DOP 59.240589
DZD 134.820562
EGP 47.713497
ERN 15
ETB 57.662863
EUR 0.93352
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78952
GEL 2.870336
GGP 0.784602
GHS 14.9951
GIP 0.784602
GMD 67.74981
GNF 8606.968657
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81059
HNL 24.716563
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 369.880392
IDR 16458.85
ILS 3.727055
IMP 0.784602
INR 83.5395
IQD 1309.715513
IRR 42099.999742
ISK 139.570415
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708896
JPY 157.860128
KES 129.480258
KGS 87.859902
KHR 4117.715699
KMF 457.50218
KPW 900.000131
KRW 1382.239784
KWD 0.30675
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21901.094541
LBP 89536.371911
LKR 303.717706
LRD 193.964853
LSL 18.219515
LTL 2.952741
LVL 0.60489
LYD 4.847721
MAD 9.990712
MDL 17.851525
MGA 4480.851362
MKD 57.458548
MMK 2093.698478
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.372681
MUR 47.109917
MVR 15.410175
MWK 1733.062615
MXN 18.53975
MYR 4.719505
MZN 63.694956
NAD 18.219515
NGN 1483.040261
NIO 36.798992
NOK 10.72277
NPR 133.621788
NZD 1.636135
OMR 0.384943
PAB 0.99979
PEN 3.770636
PGK 3.844197
PHP 58.654048
PKR 278.494714
PLN 4.070191
PYG 7529.697309
QAR 3.646573
RON 4.645804
RSD 109.278026
RUB 88.798745
RWF 1306.575816
SAR 3.75203
SBD 8.4616
SCR 14.133804
SDG 585.999745
SEK 10.542304
SGD 1.353355
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.4019
SRD 31.571995
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.212794
THB 36.786498
TJS 10.761656
TMT 3.5
TND 3.126607
TOP 2.360898
TRY 32.855725
TTD 6.795024
TWD 32.377497
TZS 2623.013999
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12624.798712
VEF 3622552.534434
VES 36.365932
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.034189
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.342878
XPF 111.330486
YER 250.293986
ZAR 18.29115
ZMK 9001.202255
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    2.6600

    921.25

    +0.29%

  • BEL20

    2.3000

    3835.52

    +0.06%

  • PX1

    26.2600

    7529.82

    +0.35%

  • ISEQ

    21.5900

    9408.09

    +0.23%

  • OSEBX

    1.6700

    1393.23

    +0.12%

  • PSI20

    -11.7700

    6526.39

    -0.18%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    5.2600

    3293.77

    +0.16%

Emmanuel Macron, le président qui voulait rester inclassable
Emmanuel Macron, le président qui voulait rester inclassable

Emmanuel Macron, le président qui voulait rester inclassable

Séducteur ou arrogant, protecteur ou distant : cinq ans après son irruption à l'Elysée, Emmanuel Macron continue de diviser les Français, intrigués par son hyperactivité, ses paris risqués et son exercice vertical du pouvoir.

Taille du texte:

Les électeurs, qui l'ont porté au pouvoir en 2017 sans vraiment le connaître, ont découvert peu à peu la personnalité aux multiples facettes, et la volonté de rester inclassable de celui qui qui s'était voulu candidat hors des partis.

Propulsé au sommet de l'Etat à 39 ans -un record de jeunesse- avec 66% des suffrages exprimés, sa base était pourtant fragile puisque ses 20,7 millions de voix comportaient en partie un vote de rejet de Marine Le Pen, sur fond d'abstention record.

Tour à tour proche et distant, cet énarque et ex-banquier d'affaires chez Rothschild, ex-ministre de l'Economie de François Hollande qu'il a supplanté, se révèle moins rationnel que prévu.

Les Français le voient enclin à des entêtements surprenants, comme lorsqu’il refuse de licencier son homme de confiance Alexandre Benalla, auteur d'un coup de poing violent contre des manifestants.

Capable aussi de coups de poker, comme lorsqu'il lance ses grands débats marathon après les émeutes des "Gilets jaunes", où cet hypermnésique jongle des heures durant avec les questions les plus techniques.

Il refuse aussi un nouveau confinement réclamé par experts et ministres en janvier 2021. Et il impose en juillet 2021, le premier en Europe, un pass sanitaire pas loin d'une obligation vaccinale.

Les Français le voient aussi s'enferrer dans des maladresses à répétition, ces petites phrases assassines sur les chômeurs qui n'auraient qu'à "traverser la rue" pour trouver un emploi, sur des aides sociales qui coûtent "un pognon de dingue", contre des Français "Gaulois réfractaires" ou des journalistes "qui ne cherchent plus la vérité".

Ses partisans s'extasient devant son intelligence ou sa capacité de travail. Ses ennemis le jugent arrogant et donneur de leçons, au point de susciter une forme de haine. Comme chez ces "Gilets jaunes" qui le pendaient en effigie ou lui criaient des menaces de mort au Puy-en-Velay en 2018.

Il reste en décalage avec les Français. Sa vie privée, ce couple fusionnel qu'il forme avec son épouse Brigitte de 24 ans son aînée, continue d'étonner certains d'entre eux.

- Brouiller les cartes -

Les Français ont eu du mal à cerner tant sa personnalité que son "en même temps" politique, mélange d'ingrédients libéraux, comme la suppression de l'ISF, et de flots d'aides sociales déboursées après les "Gilets jaunes" ou l'épidémie de Covid. Mais lui, qui se veut pragmatique, y voit justement une action tous azimuts.

Inclassable, il veut l'être, en prônant le dépassement du clivage gauche-droite et en brouillant les cartes, au risque de favoriser des opposants extrêmes.

Pour l'ancienne figure de la gauche Jean-Pierre Chevènement, qui a appelé ces derniers jours à voter pour lui, "le macronisme n’existe pas. Il y a Emmanuel Macron, qui est un être libre, qui pense par lui-même et qui décide."

En cinq ans, le jeune homme a changé, marqué par une succession de crises, de l'épidémie de Covid jusqu'au conflit russo-ukrainien qui chamboule les dernières semaines de son quinquennat. Ses traits se sont creusés, ses mots sont plus prudents. Il garde pourtant intactes ses ambitions pour des réformes en France comme en Europe, ainsi que son credo de la réussite individuelle par le travail. Mais avance moins brusquement.

"J'étais sabre au clair", a-t-il admis l'an dernier, "On a pu croire que je voulais réformer contre les gens. Il faut les embarquer".

Son entourage aussi a changé, avec le départ des "Mormons", cette bande de trentenaires qui formaient son équipe de campagne, un à un éloignés de l'Elysée. Les seuls qui demeurent depuis ses débuts sont ses deux piliers : son épouse Brigitte, très influente, et son bras droit, l'indispensable et secret secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler.

En disciple de Machiavel, il laisse s'affronter les divers clans qui combattent pour son attention et pioche dans leur propositions pour son futur programme. Mais comme en 2017, il pense toujours, selon ses proches, qu'une élection présidentielle est une rencontre entre un homme et les Français. Et qu'il gagnera donc seul.

T.M.Dan--TFWP