The Fort Worth Press - Pour Berlin, un accord sur le nucléaire iranien "ne peut plus être reporté"

USD -
AED 3.672991
AFN 70.737778
ALL 93.90921
AMD 387.684865
ANG 1.800666
AOA 855.500838
ARS 902.188398
AUD 1.511984
AWG 1.8
AZN 1.699256
BAM 1.82663
BBD 2.017344
BDT 117.416866
BGN 1.823845
BHD 0.376571
BIF 2871.819298
BMD 1
BND 1.352461
BOB 6.903798
BRL 5.350492
BSD 0.999145
BTN 83.469738
BWP 13.60306
BYN 3.269311
BYR 19600
BZD 2.013981
CAD 1.373595
CDF 2844.999892
CHF 0.89062
CLF 0.033537
CLP 925.379759
CNY 7.255298
CNH 7.270245
COP 4138.57
CRC 526.750816
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.982586
CZK 23.113597
DJF 177.899815
DKK 6.970801
DOP 59.324844
DZD 134.813653
EGP 47.729798
ERN 15
ETB 57.144712
EUR 0.934405
FJD 2.238696
FKP 0.784602
GBP 0.78849
GEL 2.869929
GGP 0.784602
GHS 15.038549
GIP 0.784602
GMD 67.74986
GNF 8601.728751
GTQ 7.761169
GYD 209.056565
HKD 7.81215
HNL 24.694713
HRK 7.018438
HTG 132.537603
HUF 372.329952
IDR 16486.5
ILS 3.724175
IMP 0.784602
INR 83.55205
IQD 1308.845024
IRR 42100.00005
ISK 139.470006
JEP 0.784602
JMD 155.494226
JOD 0.7089
JPY 157.334002
KES 129.376996
KGS 87.859899
KHR 4115.007262
KMF 457.498588
KPW 900.000131
KRW 1383.280182
KWD 0.30672
KYD 0.832715
KZT 451.707504
LAK 21821.866697
LBP 89484.876928
LKR 303.871712
LRD 193.833093
LSL 18.346058
LTL 2.95274
LVL 0.604889
LYD 4.844426
MAD 10.040861
MDL 17.789981
MGA 4447.495365
MKD 57.545659
MMK 2612.965168
MNT 3450.000098
MOP 8.038834
MRU 39.355944
MUR 46.749769
MVR 15.409952
MWK 1732.393774
MXN 18.466494
MYR 4.719498
MZN 63.695036
NAD 18.346058
NGN 1495.494684
NIO 36.779162
NOK 10.6824
NPR 133.551879
NZD 1.629875
OMR 0.384911
PAB 0.999145
PEN 3.776262
PGK 3.89366
PHP 58.69891
PKR 278.3087
PLN 4.093431
PYG 7514.604727
QAR 3.643733
RON 4.650202
RSD 109.335818
RUB 89.003719
RWF 1310.993121
SAR 3.751599
SBD 8.4616
SCR 14.340133
SDG 586.000017
SEK 10.518975
SGD 1.353205
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.0203
SRD 31.57202
STD 20697.981008
SVC 8.742756
SYP 2512.530426
SZL 18.335411
THB 36.69019
TJS 10.685757
TMT 3.5
TND 3.127256
TOP 2.35645
TRY 32.7952
TTD 6.789855
TWD 32.364009
TZS 2623.01396
UAH 40.655823
UGX 3711.538551
UYU 39.160748
UZS 12603.727416
VEF 3622552.534434
VES 36.483634
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.634548
XAG 0.033909
XAU 0.00043
XCD 2.70255
XDR 0.757251
XOF 612.634548
XPF 111.383515
YER 250.300789
ZAR 18.36105
ZMK 9001.203834
ZMW 26.152618
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.9200

    918.72

    -0.64%

  • BEL20

    -35.5900

    3833.37

    -0.92%

  • PX1

    -205.0400

    7503.27

    -2.66%

  • ISEQ

    -164.2700

    9386.26

    -1.72%

  • OSEBX

    -8.5400

    1391.56

    -0.61%

  • PSI20

    -27.5800

    6538.23

    -0.42%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    -77.0700

    3288.5

    -2.29%

Pour Berlin, un accord sur le nucléaire iranien "ne peut plus être reporté"
Pour Berlin, un accord sur le nucléaire iranien "ne peut plus être reporté"

Pour Berlin, un accord sur le nucléaire iranien "ne peut plus être reporté"

Le chancelier allemand Olaf Scholz a estimé mercredi lors d'une visite en Israël qu'un accord sur le nucléaire iranien ne pouvait "plus être reporté" indéfiniment, au moment où des discussions se tiennent à Vienne pour sauver le pacte avec Téhéran.

Taille du texte:

"C'est le moment de prendre une décision, cela ne peut pas être reporté plus longtemps", a affirmé M. Scholz lors d'une conférence de presse à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, dont le pays est vivement opposé à l'accord.

"Il est temps de dire oui à quelque chose qui représente une solution bonne et raisonnable", a ajouté M. Scholz, qui effectuait mercredi sa première visite à Jérusalem en tant que chef du gouvernement allemand.

A ses côtés, Naftali Bennett a dit suivre les négociations à Vienne "avec préoccupation". Ce dernier estime qu'un accord rendant possible l'installation de centrifugeuses "à grande échelle en l'espace de quelques années" ne serait "pas acceptable" pour l'Etat hébreu.

Israël, qui considère Téhéran et son programme nucléaire comme une menace à sa sécurité et celle du Moyen-Orient, "saura se défendre et assurer sa sécurité et son futur", a-t-il assuré.

M. Bennett avait récemment dit craindre que le possible accord soit "plus fragile" que celui conclu en 2015.

Ces derniers jours, des négociateurs ont fait état d'avancées dans les pourparlers visant à sauver cet accord conclu entre l'Iran, les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l'Allemagne.

- "Urgence critique" -

La France a elle affirmé lundi qu'il y avait "une urgence critique à conclure les négociations cette semaine".

L'enjeu est de faire revenir dans l'accord les Etats-Unis, qui s'en étaient retirés en 2018 en rétablissant des sanctions contre l'Iran. Téhéran avait en réaction rompu ses engagements liés à ses activités nucléaires sensibles.

L'accord de 2015 avait permis, jusqu'au retrait américain, la levée de sanctions économiques internationales contre la République islamique. En échange cette dernière devait respecter les restrictions liées à son programme nucléaire, censées l'empêcher de se doter de la bombe atomique, intention qu'elle a toujours niée.

Israël était opposé à l'accord car, selon lui, la levée des sanctions prévue dans le texte permettait à Téhéran de s'armer davantage.

Téhéran a déclaré samedi attendre des "décisions politiques" des Occidentaux pour conclure les pourparlers, ajoutant que l'invasion de l'Ukraine par Moscou ne devait pas affecter les négociations car "il n'y a aucun lien entre les deux dans le domaine diplomatique".

La visite d'Olaf Scholz intervient au moment où les forces russes continuent leur offensive en Ukraine, poussant Berlin à suspendre le gazoduc germano-russe controversé Nord Stream 2 et à livrer des armes à Kiev.

M. Scholz a assuré mardi que de nouvelles sanctions seraient prises "à coup sûr contre la Russie".

- "Politique très mesurée" -

"Sous votre direction, l'Allemagne aujourd'hui représente un pilier de stabilité, de commandement et de responsabilité en Europe", a loué Naftali Bennett à Jérusalem.

Israël a adopté une position plus prudente sur le conflit, mettant en avant ses bonnes relations avec l'Ukraine et la Russie, principaux viviers de l'aliyah, l'immigration juive en Israël. La Russie a par ailleurs des troupes en Syrie, pays voisin en guerre.

"Nous avons une politique très mesurée et responsable dont l'objectif est d'aider le peuple ukrainien et de faire ce que nous pouvons pour alléger une partie des pressions et des conséquences de cette horrible situation", a déclaré Naftali Bennett lors de la conférence de presse avec M. Scholz.

Plus tard mercredi, M. Bennett s'est entretenu au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour la deuxième fois depuis l'invasion russe lancée jeudi. Ils ont convenu de "maintenir une communication continue", d'après le bureau du Premier ministre israélien.

Cent tonnes d'aide humanitaire, dont des systèmes de purification d'eau et du matériel médical, sont envoyées en Ukraine par Israël, qui a selon des médias locaux refusé de fournir des armes à Kiev.

A Jérusalem, M. Scholz a également rencontré le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid et visité le Parlement israélien. Invoquant la crise ukrainienne, il a reporté une visite prévue en Cisjordanie occupée où il devait notamment rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, d'après la représentation allemande à Ramallah.

M.Cunningham--TFWP