The Fort Worth Press - Le métro de Kiev, ultime refuge pour une population sous les missiles

USD -
AED 3.672987
AFN 70.500239
ALL 93.595037
AMD 388.780375
ANG 1.801862
AOA 856.498055
ARS 902.491597
AUD 1.511603
AWG 1.8025
AZN 1.700338
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82179
BHD 0.376951
BIF 2880
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.423015
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.371285
CDF 2849.999781
CHF 0.88838
CLF 0.033577
CLP 926.489881
CNY 7.255977
CNH 7.27006
COP 4130.63
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.224975
CZK 23.019687
DJF 177.720074
DKK 6.946297
DOP 59.302368
DZD 134.822871
EGP 47.709803
ERN 15
ETB 57.508119
EUR 0.93115
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78665
GEL 2.864996
GGP 0.784602
GHS 15.050372
GIP 0.784602
GMD 67.775008
GNF 8594.999727
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81049
HNL 24.809895
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 368.537028
IDR 16466.5
ILS 3.72354
IMP 0.784602
INR 83.50635
IQD 1310
IRR 42098.4977
ISK 139.219912
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708899
JPY 157.608504
KES 128.501057
KGS 87.859904
KHR 4115.000025
KMF 458.999628
KPW 900.000131
KRW 1379.11974
KWD 0.306702
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21937.501116
LBP 89549.999795
LKR 303.717706
LRD 194.149745
LSL 18.260309
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.854964
MAD 9.997498
MDL 17.851525
MGA 4474.999499
MKD 57.317249
MMK 2093.723681
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.450244
MUR 47.107134
MVR 15.404244
MWK 1733.000227
MXN 18.538303
MYR 4.717499
MZN 63.69504
NAD 18.260293
NGN 1495.000379
NIO 36.830038
NOK 10.654397
NPR 133.621788
NZD 1.630455
OMR 0.384936
PAB 0.99979
PEN 3.792962
PGK 3.845002
PHP 58.675005
PKR 278.624961
PLN 4.047491
PYG 7529.697309
QAR 3.64075
RON 4.633902
RSD 109.013
RUB 88.724219
RWF 1308
SAR 3.75206
SBD 8.447127
SCR 13.913018
SDG 586.000399
SEK 10.473525
SGD 1.351498
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.000488
SRD 31.367499
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.259969
THB 36.809742
TJS 10.761656
TMT 3.51
TND 3.131497
TOP 2.360897
TRY 32.823897
TTD 6.795024
TWD 32.317948
TZS 2604.999653
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12649.999779
VEF 3622552.534434
VES 36.372187
VND 25450
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.033879
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.504821
XPF 110.925026
YER 250.349769
ZAR 18.23835
ZMK 9001.201876
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    4.4100

    923.12

    +0.48%

  • BEL20

    -0.3800

    3832.88

    -0.01%

  • PX1

    68.2800

    7571.57

    +0.91%

  • ISEQ

    45.0600

    9431.73

    +0.48%

  • OSEBX

    2.0900

    1393.52

    +0.15%

  • PSI20

    -18.3100

    6519.97

    -0.28%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -31.0600

    2067.57

    -1.48%

  • N150

    9.5400

    3298.18

    +0.29%

Le métro de Kiev, ultime refuge pour une population sous les missiles
Le métro de Kiev, ultime refuge pour une population sous les missiles

Le métro de Kiev, ultime refuge pour une population sous les missiles

Dans le métro de Kiev, un soldat ukrainien blessé laisse tomber ses béquilles au sol, essuie les larmes sur le visage de sa femme bouleversée et prend son fils de cinq ans dans les bras.

Taille du texte:

Dans la moiteur du souterrain, Sergeïi et Natalyia Badylevytch célèbrent ainsi leurs retrouvailles. Ils avaient été séparés mardi dans les scènes de chaos qui ont suivi la chute d'un missile russe sur la tour de la télévision d'Etat ukrainienne, à quelque centaines de mètres de là. L'attaque a tué une famille de quatre personnes et un journaliste.

Sergeïi, qui boîte en raison d'une jambe cassée, avoue qu'il a craint le pire pour sa famille. "Hier ils sont sortis et deux minutes après il y a eu l'explosion", raconte l'homme de 41 ans, butant sur les mots à cause du stress.

"J'ai appelé ma femme pour lui dire de rentrer à la maison, mais quelqu’un d'autre dans la rue lui a hurlé de rejoindre l'abri". "Je ne savais absolument pas si elle était en vie", ajoute-t-il, regardant sa femme qui tente pour sa part de faire cesser le tremblement de ses mains.

Près d'eux, leur fils aîné observe avec des yeux ahuris leur nouvelle maison provisoire, un couloir de métro transformé en vaste refuge, où des dizaines de familles sont abritées. Le plus jeune reste collé à sa mère Natalyia.

"Maintenant le petit a peur de sortir. Il dit +Maman, non tout mais pas ça+ et le grand a pleuré en m'appelant toute la nuit", dit la mère de 42 ans.

- Deuxième guerre mondiale -

Le réseau métropolitain de Kiev a été construit au début des années 1960, quand les souvenirs de la Deuxième guerre mondiale et des bombardements étaient encore vifs.

Les stations ont été creusées volontairement très profondément pour pouvoir servir d'abri. Celle d'Arsenalna, à 105 m sous terre, est même la plus profonde du monde.

Mais aujourd'hui le transport public préféré des habitants de Kiev, avec ses 52 stations et ses 67 kilomètres de tunnels, est quasiment à l'arrêt.

Toutes les stations restent cependant ouvertes pour ceux qui n'ont pas d'abri à proximité de chez eux, ce qui est le cas de beaucoup d'habitants à Kiev, dont beaucoup habitent de hautes barres d'immeubles très vulnérables aux bombardements.

Le chef de l'entreprise qui gère le système, Viktor Braginsky, ne pensait pas que de son vivant le métro servirait un jour d'abri en temps de guerre pour une ville entière.

"Je n'arrive toujours pas à y croire", dit-il à la presse à l'entrée de la station Dorohozhychi, sur la rive ouest de la ville. "Tout semble encore surréaliste", complète-t-il.

Chaque station peut accueillir jusqu'à 1.000 personnes et peut résister aux assauts des roquettes, des mortiers ou des missiles Grad utilisés par les forces armées russes sur la ville.

Jusqu'à 100.0000 personnes pourraient théoriquement y être hébergées.

- Pèle ses carottes -

Les premières familles déjà installées dans la station de Dorohozhychi, certaines depuis déjà 6 jours, ont compris qu'elles étaient là pour rester.

Une famille y a même dressé une tente. Certains installent leurs quelques affaires sur des serviettes de toilette, pour éviter qu'elles ne traînent sur le sol sale.

Une retraitée, Antonina Puziy, y a installé de quoi cuisiner: ce midi une soupe pour laquelle elle pèle ses carottes et ses pommes de terre.

Cette réfugiée de 75 ans s'est précipitée à l'abri avec ses petits-enfants dès la première frappe de missile tôt jeudi sur la capitale. "Nous on habite au 12e étage. C'est terrifiant là-haut" dit-elle.

"Mes filles nous descendent à manger. Les voisins sont venus avec des gâteaux pour les enfants. On se serre tous les coudes", assure la vieille dame.

Pour échapper à l'air saturé du métro, quelques hommes sortent prendre l'air, glacé en ce deuxième jour du mois de mars, à la sortie de la bouche, gardée par une rangée de soldats.

Dehors, l'avenue enneigée est déserte, si ce n'est quelques badauds venus voir les résidus pulvérisés au sol tombés de l'antenne télévisée.

Volodymyr Dovgan, ingénieur en informatique quadragénaire, se demande ce qu'il adviendrait d'eux dans un avenir plus ou moins proche si ces rues tombaient aux mains des forces russes.

"Et si à un moment on n'a plus de nourriture ? Comment va-t-on faire ? On essaie de sortir en courant ?", s'interroge cet homme.

T.Gilbert--TFWP