The Fort Worth Press - Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

USD -
AED 3.672987
AFN 70.500239
ALL 93.595037
AMD 388.780375
ANG 1.801862
AOA 856.498055
ARS 902.491597
AUD 1.511603
AWG 1.8025
AZN 1.700338
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82179
BHD 0.376951
BIF 2880
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.423015
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.371285
CDF 2849.999781
CHF 0.88838
CLF 0.033577
CLP 926.489881
CNY 7.255977
CNH 7.27006
COP 4130.63
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.224975
CZK 23.019687
DJF 177.720074
DKK 6.946297
DOP 59.302368
DZD 134.822871
EGP 47.709803
ERN 15
ETB 57.508119
EUR 0.93115
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78665
GEL 2.864996
GGP 0.784602
GHS 15.050372
GIP 0.784602
GMD 67.775008
GNF 8594.999727
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81049
HNL 24.809895
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 368.537028
IDR 16466.5
ILS 3.72354
IMP 0.784602
INR 83.50635
IQD 1310
IRR 42098.4977
ISK 139.219912
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708899
JPY 157.608504
KES 128.501057
KGS 87.859904
KHR 4115.000025
KMF 458.999628
KPW 900.000131
KRW 1379.11974
KWD 0.306702
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21937.501116
LBP 89549.999795
LKR 303.717706
LRD 194.149745
LSL 18.260309
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.854964
MAD 9.997498
MDL 17.851525
MGA 4474.999499
MKD 57.317249
MMK 2093.723681
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.450244
MUR 47.107134
MVR 15.404244
MWK 1733.000227
MXN 18.538303
MYR 4.717499
MZN 63.69504
NAD 18.260293
NGN 1495.000379
NIO 36.830038
NOK 10.654397
NPR 133.621788
NZD 1.630455
OMR 0.384936
PAB 0.99979
PEN 3.792962
PGK 3.845002
PHP 58.675005
PKR 278.624961
PLN 4.047491
PYG 7529.697309
QAR 3.64075
RON 4.633902
RSD 109.013
RUB 88.724219
RWF 1308
SAR 3.75206
SBD 8.447127
SCR 13.913018
SDG 586.000399
SEK 10.473525
SGD 1.351498
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.000488
SRD 31.367499
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.259969
THB 36.809742
TJS 10.761656
TMT 3.51
TND 3.131497
TOP 2.360897
TRY 32.823897
TTD 6.795024
TWD 32.317948
TZS 2604.999653
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12649.999779
VEF 3622552.534434
VES 36.372187
VND 25450
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.033879
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.504821
XPF 110.925026
YER 250.349769
ZAR 18.23835
ZMK 9001.201876
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    4.4100

    923.12

    +0.48%

  • BEL20

    -0.3800

    3832.88

    -0.01%

  • PX1

    68.2800

    7571.57

    +0.91%

  • ISEQ

    45.0600

    9431.73

    +0.48%

  • OSEBX

    2.0900

    1393.52

    +0.15%

  • PSI20

    -18.3100

    6519.97

    -0.28%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -31.0600

    2067.57

    -1.48%

  • N150

    9.5400

    3298.18

    +0.29%

Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine
Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

Les "saboteurs", l'ennemi russe infiltré qui hante l'Ukraine

Pour démasquer un "infiltré" russe, tous les habitants de Kiev connaissent désormais la technique : faire prononcer à une personne suspecte le mot "palyanytsa". Une voyelle trop appuyée et c'est fini. En russe, c'est une fraise. En ukrainien, c'est le pain traditionnel connu de tous.

Taille du texte:

Et aucun Russe, se dit-il à propos de cette ruse vieille comme les guerres soviétiques, ne peut prononcer ce mot correctement.

Aux points de contrôle tenus par des volontaires armés, la méthode a aussi sa version modernisée. Depuis une semaine, on demande à toute personne suspecte où se trouve l'agence la plus proche d'une certaine "Monobank". La banque en ligne qui n'a... justement pas d'agence.

Pasha, un chauffeur de taxi de Kiev, a quant à lui inventé la sienne. Il entame la rengaine de "Oleinïi, Oleinïi" un tube 100% ukrainien et récent. "Vous commencez et vous voyez s'il peut continuer", explique-t-il à l'AFP.

Au coeur de cette première phase de la guerre, la traque des "saboteurs" russes envoyés par Moscou ou agissant de l'intérieur pour aider l'ennemi selon Kiev, a fait plonger en une semaine l'Ukraine dans un climat de suspicion maximale.

Sur les réseaux sociaux, chaque jour, des images de saboteurs "en civil" apparaissent.

Le 26 février, les corps de trois hommes en uniformes ukrainiens tués par balles ont été présentés sur place à l'AFP comme ceux d'infiltrés russes déguisés en soldats locaux.

Et depuis jeudi dernier, dans le village d'Irpin, au nord-ouest de Kiev, a quelques kilomètres de l'aéroport militaire d'Antonov où des parachutistes russes ont été héliportés jeudi aux premières heures de l'invasion, d'étranges choses se sont passées.

La population dit vivre dans la peur d'attaques d'un résidu de forces russes évoluant selon elle dans les bois, attaquant les civils et agissant "sous couverture".

"On a des gens qui ressemblent à des gens d'ici mais qui se mettent à tirer sur les habitants" de la localité, raconte un habitant, Andrïi Levanchouk, un employé de banque.

- "Déjà implanté" -

Envoyé dans le secteur pour contenir ces mystérieuses infiltrations, Viktor Chelovan, un collaborateur du ministre ukrainien de l'Intérieur, le chef de l'unité des forces spéciales "Lance", assure à l'AFP que la population "fait des signalements" et que ses hommes "s'occupent des saboteurs".

Selon le commandant Chelovan, certains groupes de "saboteurs" sont constitués de membres des "forces d'opérations spéciales russes, qui tentent de déstabiliser la vie quotidienne dans nos villes et nos villages, ainsi que les bases militaires arrière".

Il mentionne aussi la présence de cellules des services secrets russes et le GRU (renseignement militaire), "déjà implantés ici avant la guerre" et chargés de "d'aider à préparer l'invasion".

Un troisième groupe est constitué selon lui d'"agents de renseignement dont le seul but est de tuer divers dirigeants ukrainiens", affirme-t-il.

En 2014, la déroute ukrainienne en Crimée, annexée sans résistance, a en partie été causée par le ralliement à Moscou de deux commandants ukrainiens, qui se sont rendus avec l'intégralité de leurs navires aux forces ennemies.

Depuis, Kiev assure avoir procédé à des purges dans ses rangs, de l'armée au renseignement.

"Le réseau d'espionnage russe a été mis en place il y a des années. Nous ne l'avons pas encore éliminé, il y a encore du travail", estimait le 22 février, la veille du déclenchement de l'invasion russe, le conseiller à la sécurité nationale, Oleksiy Danilov, dans le Wall Street Journal.

Depuis le début de l'offensive russe, le ministère ukrainien de l'Intérieur inonde chaque jour la presse de portraits d'"infiltrés" russes capturés, comme cet homme arrêté avec des explosifs dans son sac à dos dans un centre commercial de Kiev.

- "Nostalgiques" -

Selon Mykola Beleskov, un analyste militaire à l'Institut national des études stratégiques dans la capitale ukrainienne, Moscou "essaie de combiner différents leviers, des frappes aériennes à l'artillerie en passant par ces commandos infiltrés, qui sont essentiellement un moyen de soutenir une progression très lente de leur troupes".

Dans Kiev, on voit ces "saboteurs" partout. On dit qu'ils disséminent la nuit des mines le long des pelouses et qu'ils marquent les toits de certains immeubles. Ces rumeurs récurrentes, impossibles à confirmer, nourrissent une certaine paranoïa.

Ibrahim Ibrahim Shelia, un étudiant de 19 ans resté en ville pour défendre du fond d'une tranchée le "bloc", une tour d'habitation où sont restées quelques familles, a déjà fait son évaluation.

"Dans ce quartier, je pense qu'il y a peut-être 10% de saboteurs", autrement dit les "traîtres", les Ukrainiens prorusses ou les nostalgiques de l'Union soviétique et de la "Grande Russie", dit-il.

"Nous avons arrêté une voiture suspecte et nous y avons vu quatre personnes qui avaient avec elles deux cartes de l'Ukraine marquées, deux ordinateurs portables", des passeports ukrainiens périmés et "des téléphones en mode avion ou des téléphones sans connexion internet", relate-t-il.

Avaient-ils regardé trop de films d'espionnage ou débusqué une cellule d'agents russes ? Les hommes ont été remis à la police, sans que leur sort soit connu.

X.Silva--TFWP