The Fort Worth Press - Présidentielle: Macron cherche une fenêtre pour se déclarer, craintes de débats escamotés

USD -
AED 3.672991
AFN 70.737778
ALL 93.90921
AMD 387.684865
ANG 1.800666
AOA 855.500838
ARS 902.188398
AUD 1.511984
AWG 1.8
AZN 1.699256
BAM 1.82663
BBD 2.017344
BDT 117.416866
BGN 1.823845
BHD 0.376571
BIF 2871.819298
BMD 1
BND 1.352461
BOB 6.903798
BRL 5.350492
BSD 0.999145
BTN 83.469738
BWP 13.60306
BYN 3.269311
BYR 19600
BZD 2.013981
CAD 1.373595
CDF 2844.999892
CHF 0.89062
CLF 0.033537
CLP 925.379759
CNY 7.255298
CNH 7.270245
COP 4138.57
CRC 526.750816
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.982586
CZK 23.113597
DJF 177.899815
DKK 6.970801
DOP 59.324844
DZD 134.813653
EGP 47.729798
ERN 15
ETB 57.144712
EUR 0.934405
FJD 2.238696
FKP 0.784602
GBP 0.78849
GEL 2.869929
GGP 0.784602
GHS 15.038549
GIP 0.784602
GMD 67.74986
GNF 8601.728751
GTQ 7.761169
GYD 209.056565
HKD 7.81215
HNL 24.694713
HRK 7.018438
HTG 132.537603
HUF 372.329952
IDR 16486.5
ILS 3.724175
IMP 0.784602
INR 83.55205
IQD 1308.845024
IRR 42100.00005
ISK 139.470006
JEP 0.784602
JMD 155.494226
JOD 0.7089
JPY 157.334002
KES 129.376996
KGS 87.859899
KHR 4115.007262
KMF 457.498588
KPW 900.000131
KRW 1383.280182
KWD 0.30672
KYD 0.832715
KZT 451.707504
LAK 21821.866697
LBP 89484.876928
LKR 303.871712
LRD 193.833093
LSL 18.346058
LTL 2.95274
LVL 0.604889
LYD 4.844426
MAD 10.040861
MDL 17.789981
MGA 4447.495365
MKD 57.545659
MMK 2612.965168
MNT 3450.000098
MOP 8.038834
MRU 39.355944
MUR 46.749769
MVR 15.409952
MWK 1732.393774
MXN 18.466494
MYR 4.719498
MZN 63.695036
NAD 18.346058
NGN 1495.494684
NIO 36.779162
NOK 10.6824
NPR 133.551879
NZD 1.629875
OMR 0.384911
PAB 0.999145
PEN 3.776262
PGK 3.89366
PHP 58.69891
PKR 278.3087
PLN 4.093431
PYG 7514.604727
QAR 3.643733
RON 4.650202
RSD 109.335818
RUB 89.003719
RWF 1310.993121
SAR 3.751599
SBD 8.4616
SCR 14.340133
SDG 586.000017
SEK 10.518975
SGD 1.353205
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.0203
SRD 31.57202
STD 20697.981008
SVC 8.742756
SYP 2512.530426
SZL 18.335411
THB 36.69019
TJS 10.685757
TMT 3.5
TND 3.127256
TOP 2.35645
TRY 32.7952
TTD 6.789855
TWD 32.364009
TZS 2623.01396
UAH 40.655823
UGX 3711.538551
UYU 39.160748
UZS 12603.727416
VEF 3622552.534434
VES 36.483634
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.634548
XAG 0.033909
XAU 0.00043
XCD 2.70255
XDR 0.757251
XOF 612.634548
XPF 111.383515
YER 250.300789
ZAR 18.36105
ZMK 9001.203834
ZMW 26.152618
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.9200

    918.72

    -0.64%

  • BEL20

    -35.5900

    3833.37

    -0.92%

  • PX1

    -205.0400

    7503.27

    -2.66%

  • ISEQ

    -164.2700

    9386.26

    -1.72%

  • OSEBX

    -8.5400

    1391.56

    -0.61%

  • PSI20

    -27.5800

    6538.23

    -0.42%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    -77.0700

    3288.5

    -2.29%

Présidentielle: Macron cherche une fenêtre pour se déclarer, craintes de débats escamotés
Présidentielle: Macron cherche une fenêtre pour se déclarer, craintes de débats escamotés

Présidentielle: Macron cherche une fenêtre pour se déclarer, craintes de débats escamotés

Comment se déclarer candidat à sa succession en pleine guerre en Ukraine?

Taille du texte:

Emmanuel Macron cherche toujours une fenêtre d'opportunité pour officialiser sa candidature avant la date butoir de vendredi, ses adversaires craignant pour leur part que la situation internationale n'escamote les nécessaires débats nationaux de la présidentielle.

De l'Ukraine, il en sera question dans l'après-midi avec un débat à l'Assemblée nationale et un autre au Sénat, précédés d'une déclaration du gouvernement.

Jamais sous la Vème république une crise internationale n'a autant impacté une campagne présidentielle au risque d'éclipser les autres sujets de préoccupation des Français comme le pouvoir d'achat, la santé ou la sécurité.

Début février, le président Macron, donné grand favori dans les sondages, avait indiqué attendre que "la phase aiguë de l'épidémie (de Covid) et le pic de la crise géopolitique" en Ukraine soient dépassés pour se déclarer candidat. C'est chose faite pour la situation sanitaire.

Pour le chef de l'Etat, le temps est compté. Le quasi candidat doit comme les autres prétendants fournir au Conseil constitutionnel avant vendredi 18h00, en plus des plus des 500 parrainages d'élus validés, une déclaration de patrimoine et une lettre indiquant son consentement à être candidat.

Et en attendant, ses adversaires sont quasiment contraints de "boxer dans le vide".

- "Omission de débat démocratique" -

"Il faut qu'on soit attentif, nous sommes maintenant à cinq semaines et demi de l'échéance du 1er tour, s'il n'y a pas de débat, s'il n'y a pas de bilan, de projet, imaginons le président de la République réélu, alors ce sera dans une forme d'omission de débat démocratique, avec un risque" sur la "légitimité au cours du mandat", a averti le président LR du Sénat Gérard Larcher sur Europe 1.

"Je réclame réellement qu'il y ait débat, tous les esprits sont dans cette guerre, mais il nous faut aussi prévoir l'avenir du pays pour les cinq ans qui viennent", a-t-il insisté.

Pour M. Larcher, la candidate LR Valérie Pécresse "est la seule qui peut challenger Emmanuel Macron" car, selon lui, Eric Zemmour et Marine Le Pen, "candidats pro-Poutine, ne peuvent aujourd'hui espérer être au second tour".

Dans plusieurs récents sondages, la candidate de droite a pourtant sensiblement baissé, passant derrière ses rivaux d'extrême droite, voire derrière Jean-Luc Mélenchon (LFI).

A gauche aussi, on s'inquiète d'une campagne gelée par la crise ukrainienne. Il ne faut pas que le débat de la présidentielle soit "anesthésié" car "c'est le moment où il faut parler politique" et "le moment où jamais de dire: un autre monde est possible, une autre vision du monde, d'autres relations internationales", a insisté sur RFI Alexis Corbière, porte-parole du candidat LFI Jean-Luc Mélenchon.

Selon lui, Macron "va se déclarer candidat sans doute de manière assez sobre, il en est quasiment obligé". Le premier meeting de campagne du candidat Macron, initialement prévu samedi à Marseille, a d'ailleurs été annulé.

Le chef de l'Etat pourrait officialiser sa candidature à l'occasion d'une intervention dans un journal télévisé, comme François Mitterrand en 1988 à 33 jours du premier tour ou Nicolas Sarkozy en 2012 à 67 jours du scrutin.

- Campagne "la plus normalement possible" -

Face à ces inquiétudes, l'exécutif se veut rassurant. "Je mettrai tout en œuvre pour que la campagne se déroule le plus normalement possible", a insisté lundi le Premier ministre Jean Castex.

Dans l'entourage du chef du gouvernement, on souligne que "la situation actuelle n’empêche pas que l’on parle de tous les thèmes qui intéressent les Français, qu’il s’agisse de pouvoir d’achat, d’Europe, d’énergie, de souveraineté".

Et mardi matin, quatre candidats - Valérie Pécresse, la socialiste Anne Hidalgo, l'écologiste Yannick Jadot et le communiste Fabien Roussel - ont participé à un "grand oral" consacré à la santé et organisé par la Mutualité française.

Du côté des parrainages, le Conseil constitutionnel publiera vers 17h00 une nouvelle liste actualisée des candidats qualifiés pour la course à l'Elysée.

Eric Zemmour et Marine Le Pen restaient pour l'instant en deçà de la barre fatidique des 500 signatures, mais ils s'en rapprochaient: l'ex-polémiste d'extrême droite en avait au dernier pointage de jeudi 415. Et la candidate RN en disposait de 414. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan était aussi proche du but avec 457 signatures au compteur.

Mais d'autres en sont encore très loin comme François Asselineau (247), le NPA Philippe Poutou (243), le syndicaliste Annasse Kazib (130), l'ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira (128) et l'animaliste Hélène Thouy (97).

T.Harrison--TFWP