The Fort Worth Press - Poutine pose ses conditions pour cesser l'invasion en Ukraine, fin des premiers pourparlers

USD -
AED 3.673025
AFN 70.797452
ALL 93.724474
AMD 387.967047
ANG 1.801862
AOA 855.501128
ARS 903.228898
AUD 1.51676
AWG 1.8
AZN 1.69623
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82612
BHD 0.376895
BIF 2873.439287
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.399936
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.37465
CDF 2844.999821
CHF 0.892498
CLF 0.033583
CLP 926.649958
CNY 7.256105
CNH 7.27022
COP 4138.57
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.933557
CZK 23.056297
DJF 178.011155
DKK 6.96443
DOP 59.240589
DZD 134.820562
EGP 47.713497
ERN 15
ETB 57.662863
EUR 0.93352
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78952
GEL 2.870336
GGP 0.784602
GHS 14.9951
GIP 0.784602
GMD 67.74981
GNF 8606.968657
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81059
HNL 24.716563
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 369.880392
IDR 16458.85
ILS 3.727055
IMP 0.784602
INR 83.5395
IQD 1309.715513
IRR 42099.999742
ISK 139.570415
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708896
JPY 157.860128
KES 129.480258
KGS 87.859902
KHR 4117.715699
KMF 457.50218
KPW 900.000131
KRW 1382.239784
KWD 0.30675
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21901.094541
LBP 89536.371911
LKR 303.717706
LRD 193.964853
LSL 18.219515
LTL 2.952741
LVL 0.60489
LYD 4.847721
MAD 9.990712
MDL 17.851525
MGA 4480.851362
MKD 57.458548
MMK 2093.698478
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.372681
MUR 47.109917
MVR 15.410175
MWK 1733.062615
MXN 18.53975
MYR 4.719505
MZN 63.694956
NAD 18.219515
NGN 1483.040261
NIO 36.798992
NOK 10.72277
NPR 133.621788
NZD 1.636135
OMR 0.384943
PAB 0.99979
PEN 3.770636
PGK 3.844197
PHP 58.654048
PKR 278.494714
PLN 4.070191
PYG 7529.697309
QAR 3.646573
RON 4.645804
RSD 109.278026
RUB 88.798745
RWF 1306.575816
SAR 3.75203
SBD 8.4616
SCR 14.133804
SDG 585.999745
SEK 10.542304
SGD 1.353355
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.4019
SRD 31.571995
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.212794
THB 36.786498
TJS 10.761656
TMT 3.5
TND 3.126607
TOP 2.360898
TRY 32.855725
TTD 6.795024
TWD 32.377497
TZS 2623.013999
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12624.798712
VEF 3622552.534434
VES 36.365932
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.034189
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.342878
XPF 111.330486
YER 250.293986
ZAR 18.29115
ZMK 9001.202255
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    3.2200

    921.91

    +0.35%

  • BEL20

    -1.1500

    3832.06

    -0.03%

  • PX1

    56.2700

    7559.22

    +0.75%

  • ISEQ

    39.4200

    9425.27

    +0.42%

  • OSEBX

    2.0900

    1393.52

    +0.15%

  • PSI20

    -34.0000

    6503.96

    -0.52%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    8.5500

    3296.96

    +0.26%

Poutine pose ses conditions pour cesser l'invasion en Ukraine, fin des premiers pourparlers

Poutine pose ses conditions pour cesser l'invasion en Ukraine, fin des premiers pourparlers

Reconnaissance de la Crimée comme étant un territoire russe, démilitarisation et "dénazification" de l'Ukraine : Vladimir Poutine a posé ses conditions lundi à l'arrêt de l'invasion russe en Ukraine, tandis qu'avaient lieu de premiers pourparlers russo-ukrainiens et que d'intenses combats se déroulaient à Kharkiv, la deuxième ville du pays.

Taille du texte:

Peu après, les délégations russe et ukrainienne, qui négociaient depuis 11h00 GMT à la frontière ukraino-bélarusse pour la première fois depuis le début de l'attaque russe jeudi, se séparaient pour consultations.

On ignorait si cette interruption était liée aux déclarations du président russe. Mais les deux parties ont convenu de se retrouver "bientôt" pour un deuxième round.

Vladimir Poutine a adressé ces exigences au cours d'un échange avec son homologue français Emmanuel Macron, le président en exercice de l'Union européenne.

Un règlement du conflit "n'est possible que si les intérêts sécuritaires légitimes de la Russie sont pris en compte sans conditions", a répété le Kremlin après leur conversation, ajoutant espérer que les négociations "mèneraient aux résultats espérés".

Emmanuel Macron n'a pas dans l'immédiat commenté ces exigences. L'Elysée a simplement fait savoir que le président français avait demandé à M. Poutine l'arrêt des frappes contre les civils et la sécurisation des axes routiers en Ukraine. Et assuré que ce dernier avait "confirmé sa volonté de s'engager".

- Bataille pour Kharkiv -

Car, sur le terrain, les négociations n'ont pas entraîné de répit dans les combats, bien que la présidence ukrainienne eut annoncé, avant leur ouverture, qu'elle réclamerait "un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien".

Au moins onze personnes ont été tuées dans des bombardements russes sur des quartiers d'habitation, selon le gouverneur régional, qui a dit craindre qu'il n'y ait eu des "dizaines de morts".

Un photographe de l'AFP a vu les corps sans vie de deux soldats russes devant une école en ruines, non loin du centre de cette ville de 1,4 million d'habitants.

Dans la capitale Kiev, la situation semblait plus calme lundi, après un week-end sous couvre-feu. Mais beaucoup se préparaient à un nouvel assaut russe.

La ville était hérissée de barricades de fortune et des panneaux électroniques publics prévenaient les Russes qu'ils seraient accueillis "par des balles".

En l'absence jusqu'ici de victoire majeure de l'armée russe, Vladimir Poutine avait franchi dimanche un nouveau cap dans la menace d'élargir le conflit, dont beaucoup redoutent qu'il ne devienne le plus grave en Europe depuis 1945.

Alors que la Russie dispose du plus grand nombre d'ogives nucléaires dans le monde, il avait déclaré avoir mis ses forces nucléaires en "état spécial d'alerte" face aux "déclarations belliqueuses de l'Otan" et aux sanctions "illégitimes" imposées à la Russie.

- Mesures pour soutenir le rouble -

Lundi, le maître du Kremlin a aussi ordonné des mesures-choc pour soutenir le rouble, qui touchait des planchers historiques face au dollar et à l'euro après l'annonce de nouvelles sanctions économiques européennes et américaines.

De nombreux Russes commençaient à retirer leur épargne bancaire et les résidents en Russie ne pourront plus, à compter de mardi, transférer des devises à l'étranger. Les exportateurs russes devront quant à eux convertir en roubles 80% de leurs revenus engrangés en devises étrangères depuis le 1er janvier.

Auparavant, la Banque centrale russe avait annoncé relever de 10,5 points, à 20%, son taux directeur.

Une riposte aux nouvelles sanctions annoncées par les Européens pendant le week-end, avec l'exclusion de plusieurs banques russes du système interbancaire international Swift et l'interdiction de toute transaction avec la Banque centrale de Russie. Des mesures que même la Suisse, malgré son attachement à la neutralité et ses banques très prisées des oligarques russes, a annoncé reprendre dans leur "intégralité".

Les Etats-Unis ont annoncé une sanction similaire lundi, de sorte que la Banque centrale devrait voir tous ses actifs gelés dans l'UE et aux Etats-Unis.

La Russie a aussi fermé lundi ses portes aux compagnies aériennes de 36 pays, dont beaucoup d'européennes, après que les Européens eurent fermé leur espace aérien aux compagnies russes.

L'ensemble des marchés mondiaux ont replongé lundi, craignant que le conflit n'alimente la flambée des prix de l'énergie et la reprise de l'inflation.

Si les pays européens sont pour la plupart membres de l'Alliance atlantique -qui a annoncé qu'elle n'enverrait pas de troupes en Ukraine-, ils ont aussi annoncé dimanche des mesures inédites de soutien militaire à Kiev : déblocage de 450 millions d'euros pour financer des livraisons d'armes et envoi d'avions de combat.

Après de nombreuses manifestations contre l'invasion russe dans le monde ce week-end, un nouveau rassemblement s'est déroulé lundi en Allemagne : quelque 250.000 personnes ont défilé à Cologne, transformant la parade du traditionnel Carnaval en mobilisation contre la guerre.

Dans ce contexte, le président américain Joe Biden devaient à nouveau s'entretenir avec ses alliés à partir de 16H15 GMT, pour coordonner leur réponse à l'attaque russe.

Emmanuel Macron participera à cette visioconférence, avant de dîner avec le chancelier allemand Olaf Scholz et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

- 500.000 réfugiés -

Le conflit a jeté sur les routes des flots de réfugiés toujours plus nombreux.

Depuis le début de l'invasion jeudi, plus de 500.000 Ukrainiens ont fui vers les pays voisins, a déclaré lundi le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés. L'UE a dit s'attendre à plus de sept millions de personnes déplacées.

La majeure partie se rend en Pologne. Mais Roumanie, Slovaquie et Hongrie -toutes membres de l'Otan- sont aussi concernées.

Malgré ses positions contre les migrants, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a assoupli les règles d'asile et les Hongrois ont accouru à la frontière ukrainienne pour proposer bols de goulash, offres d'hébergement et réconfort.

De longues files de voiture patientent aux points de passage frontaliers avec la Pologne.

Depuis la Russie, les départs d'Occidentaux devraient aussi s'accélérer. Les Etats-Unis ont recommandé lundi à leurs ressortissants de quitter immédiatement le pays, après l'Italie et la Belgique.

Le bilan de cinq jours de conflit reste incertain.

L'ONU a indiqué lundi avoir enregistré 102 civils tués et 304 blessés, mais averti que les chiffres réels étaient "considérablement" plus élevés.

L'Ukraine a fait état lundi de 352 civils tués et 2.040 blessés depuis jeudi. Elle affirme que plusieurs milliers de soldats russes ont péri.

Les Russes, quant à eux, n'ont donné aucun chiffre.

Les 193 membres de l'Assemblée générale des Nations unies ont eu à New York une rare "session extraordinaire d'urgence" consacrée au conflit. Les appels à arrêter la guerre s'y sont multipliés, tandis qu'Ukraine et Russie s'opposaient avec virulence à la tribune.

"Les combats en Ukraine doivent cesser", a martelé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. "Trop, c'est trop. Les soldats doivent retourner dans leurs casernes", a-t-il ajouté.

La France devait soumettre une résolution sur l'aide humanitaire à l'Ukraine au Conseil de sécurité. La Russie y détient un droit de veto qui exclut toute condamnation officielle de l'offensive.

burx-cat/gkg/bd

L.Davila--TFWP