The Fort Worth Press - La Russie sous forte pression diplomatique à l'ONU pour arrêter son invasion de l'Ukraine

USD -
AED 3.67301
AFN 69.999956
ALL 93.783995
AMD 388.729723
ANG 1.802556
AOA 856.502153
ARS 905.695202
AUD 1.503196
AWG 1.8
AZN 1.698985
BAM 1.825011
BBD 2.0194
BDT 117.519164
BGN 1.82172
BHD 0.376891
BIF 2881.5
BMD 1
BND 1.354047
BOB 6.910871
BRL 5.410497
BSD 1.000135
BTN 83.409431
BWP 13.543664
BYN 3.272405
BYR 19600
BZD 2.016059
CAD 1.372225
CDF 2840.000111
CHF 0.884335
CLF 0.033891
CLP 935.149601
CNY 7.254701
CNH 7.27066
COP 4148.5
CRC 525.542269
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.224949
CZK 23.123035
DJF 177.719796
DKK 6.94767
DOP 59.193524
DZD 134.60299
EGP 47.711701
ERN 15
ETB 57.502223
EUR 0.93139
FJD 2.260497
FKP 0.784602
GBP 0.787016
GEL 2.864974
GGP 0.784602
GHS 15.050143
GIP 0.784602
GMD 67.774988
GNF 8594.999731
GTQ 7.760966
GYD 209.164415
HKD 7.80693
HNL 25.105003
HRK 7.018438
HTG 132.523993
HUF 367.440276
IDR 16367.45
ILS 3.71857
IMP 0.784602
INR 83.342401
IQD 1310
IRR 42098.500677
ISK 139.059848
JEP 0.784602
JMD 155.440366
JOD 0.708903
JPY 157.837496
KES 128.499452
KGS 87.601601
KHR 4115.000489
KMF 459.000218
KPW 900.000131
KRW 1380.070015
KWD 0.30668
KYD 0.833493
KZT 459.909765
LAK 21937.497601
LBP 89550.000213
LKR 305.048686
LRD 194.149947
LSL 18.259912
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.85498
MAD 9.997498
MDL 17.863192
MGA 4474.999981
MKD 57.405725
MMK 3247.960992
MNT 3450.000098
MOP 8.042944
MRU 39.450063
MUR 46.670099
MVR 15.398703
MWK 1732.999642
MXN 18.47205
MYR 4.714019
MZN 63.69504
NAD 18.260237
NGN 1489.999675
NIO 36.829839
NOK 10.595603
NPR 133.442501
NZD 1.628373
OMR 0.384936
PAB 1.000145
PEN 3.793011
PGK 3.844984
PHP 58.642503
PKR 278.625004
PLN 4.041405
PYG 7521.940159
QAR 3.64075
RON 4.634101
RSD 109.033019
RUB 85.374597
RWF 1308
SAR 3.751949
SBD 8.447127
SCR 15.033246
SDG 601.500947
SEK 10.445885
SGD 1.351135
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.000137
SRD 31.231054
STD 20697.981008
SVC 8.751884
SYP 2512.530426
SZL 18.260196
THB 36.670333
TJS 10.701865
TMT 3.51
TND 3.1315
TOP 2.36145
TRY 32.61026
TTD 6.794228
TWD 32.355992
TZS 2615.000171
UAH 40.591422
UGX 3718.512782
UYU 39.285031
UZS 12650.000382
VEF 3622552.534434
VES 36.371721
VND 25450
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.102889
XAG 0.033899
XAU 0.000429
XCD 2.70255
XDR 0.759039
XOF 612.5004
XPF 111.070502
YER 250.349937
ZAR 18.06722
ZMK 9001.204736
ZMW 25.829449
ZWL 321.999592
  • AEX

    5.1700

    928.19

    +0.56%

  • BEL20

    32.5800

    3865.43

    +0.85%

  • PX1

    57.5400

    7628.8

    +0.76%

  • ISEQ

    66.9600

    9498.6

    +0.71%

  • OSEBX

    9.4800

    1403.06

    +0.68%

  • PSI20

    50.8600

    6570.95

    +0.78%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    8.4800

    2076.09

    +0.41%

  • N150

    39.2500

    3337.31

    +1.19%

La Russie sous forte pression diplomatique à l'ONU pour arrêter son invasion de l'Ukraine
La Russie sous forte pression diplomatique à l'ONU pour arrêter son invasion de l'Ukraine

La Russie sous forte pression diplomatique à l'ONU pour arrêter son invasion de l'Ukraine

Au banc des accusés sur la scène internationale: la Russie a défendu lundi l'invasion de l'Ukraine à l'Assemblée générale de l'ONU lors d'une "session extraordinaire d'urgence" de ses 193 membres qui ont multiplié de leur côté les appels à arrêter la guerre, jugée "insensée".

Taille du texte:

"Les combats en Ukraine doivent cesser", a martelé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. "Ils font rage dans tout le pays, dans les airs, à terre et en mer. Il faut que ça s'arrête maintenant. Trop c'est trop. Les soldats doivent retourner dans leurs casernes", a-t-il lancé.

Le chef de l'ONU a aussi exhorté les dirigeants impliqués à "aller vers la paix" alors que de premiers pourparlers entre Russie et Ukraine se sont conclus lundi. "Les armes parlent maintenant (...) mais "il n'est jamais trop tard pour s'engager dans des négociations de bonne foi et régler pacifiquement toutes les questions", a-t-il plaidé.

A la tribune, l'Ukraine et la Russie se sont une nouvelle fois opposées de manière virulente, alors que le Danemark dénonçait une entreprise russe "insensée".

Prenant souvent à témoin l'assistance, l'ambassadeur ukrainien à l'ONU, Sergiy Kyslytsya, a mis en garde avec émotion contre une destruction de son pays. "Si l'Ukraine ne survit pas, l'ONU ne survivra pas", a-t-il lancé.

"Ne vous faites pas d'illusions. Maintenant, nous pouvons sauver l'Ukraine, sauver les Nations unies, sauver la démocratie et défendre les valeurs auxquelles nous croyons", a ajouté le diplomate.

- Résolutions attendues -

Réaffirmant que la Russie agissait militairement en "légitime défense", comme le prévoit la Charte des Nations unies, son homologue russe, Vassily Nebenzia, ferme dans son expression, s'est longuement étendu sur le Donbass séparatiste dans l'est de l'Ukraine. Il a parlé de "souffrance" de la population locale, de "provocations" et de "fables" ukrainiennes, de "clichés anti-russes" de l'Occident.

"La Russie continue de devoir faire face à un afflux de réfugiés" en provenance de l'est de l'Ukraine, a assuré le diplomate russe alors que l'ONU n'a pas à ce jour évoqué une crise à ce sujet.

Depuis le début du conflit, les Occidentaux et l'ONU accusent la Russie de violer l'article 2 de la Charte des Nations unies intimant à ses membres de s'abstenir de toute menace et de tout recours à la force pour régler une crise.

La Russie est aussi sur la sellette à l'ONU à Genève où un débat urgent au Conseil des droits de l'homme de l'ONU doit être organisé cette semaine.

La réunion de l'Assemblée générale est sans précédent depuis 40 ans. Elle a débuté par une "minute de silence, de prière et de méditation", à l'initiative de son président, l'ex-ministre des Affaires étrangères des Maldives Abdulla Shahid.

Une mise au vote d'une résolution est attendue à la fin des interventions dont le nombre dépasse la centaine et qui devraient se prolonger mardi.

Intitulé "L'agression armée non provoquée de la Russie contre l'Ukraine", le projet initial de cette résolution obtenu par l'AFP, piloté par les Européens en coordination avec Kiev, "condamne dans les termes les plus forts l'agression de la Russie contre l'Ukraine".

- "Protéger les civils" -

Similaire à un texte américano-albanais co-parrainé par plus de 80 nations issues de tous les continents et rejeté vendredi au Conseil de sécurité à la suite d'un veto de la Russie, il réclame le retrait immédiat des troupes russes d'Ukraine et l'arrêt des combats. Ses auteurs espèrent dépasser la centaine de votes favorables émis en 2014 après l'annexion de la Crimée. A l'Assemblée générale, il n'y a pas de droit de veto.

Au Conseil de sécurité, l'Afrique et l'Amérique latine avaient fait corps avec les Etats-Unis et l'Europe pour dénoncer l'invasion russe. A l'Assemblée générale, les habituels soutiens de Moscou - Syrie, Cuba, Chine, Inde... - devraient appuyer sa politique ou s'abstenir lorsqu'il s'agira de passer au vote.

Outre un positionnement à l'égard de l'Ukraine, la session extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU - une dizaine organisée seulement depuis 1950 - sera un baromètre de l'évolution du monde, avec le constat au cours de la dernière décennie d'un recul de la démocratie au profit de régimes autocratiques (Soudan, Birmanie, Mali, Burkina Faso...), selon des diplomates.

Dans l'immédiat, à défaut d'avoir la capacité de mettre un terme aux hostilités, l'ONU va devoir se concentrer sur la crise humanitaire déclenchée par l'invasion russe. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont prévu que le conflit, s'il se poursuivait, pourrait faire entre 5 et 7 millions de réfugiés.

La France a convoqué lundi à 15H00 (20H00 GMT) une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU et entend lui faire adopter a priori mardi une résolution appelant à l'"arrêt des hostilités", à "protéger les civils" et à "permettre un acheminement de l'aide humanitaire sans entrave". Ce texte a été co-écrit avec le Mexique.

La position de la Russie sur ce projet de résolution, après son premier veto vendredi, reste inconnue.

J.P.Cortez--TFWP