The Fort Worth Press - Ukraine: appels multiples à l'arrêt des combats à l'ONU lors d'une séance extraordinaire

USD -
AED 3.673025
AFN 70.797452
ALL 93.724474
AMD 387.967047
ANG 1.801862
AOA 855.501128
ARS 903.228898
AUD 1.51676
AWG 1.8
AZN 1.69623
BAM 1.82576
BBD 2.018717
BDT 117.482322
BGN 1.82612
BHD 0.376895
BIF 2873.439287
BMD 1
BND 1.35275
BOB 6.908913
BRL 5.399936
BSD 0.99979
BTN 83.513734
BWP 13.565777
BYN 3.271955
BYR 19600
BZD 2.015263
CAD 1.37465
CDF 2844.999821
CHF 0.892498
CLF 0.033583
CLP 926.649958
CNY 7.256105
CNH 7.27022
COP 4138.57
CRC 525.379822
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.933557
CZK 23.056297
DJF 178.011155
DKK 6.96443
DOP 59.240589
DZD 134.820562
EGP 47.713497
ERN 15
ETB 57.662863
EUR 0.93352
FJD 2.24275
FKP 0.784602
GBP 0.78952
GEL 2.870336
GGP 0.784602
GHS 14.9951
GIP 0.784602
GMD 67.74981
GNF 8606.968657
GTQ 7.768676
GYD 209.147337
HKD 7.81059
HNL 24.716563
HRK 7.018438
HTG 132.623865
HUF 369.880392
IDR 16458.85
ILS 3.727055
IMP 0.784602
INR 83.5395
IQD 1309.715513
IRR 42099.999742
ISK 139.570415
JEP 0.784602
JMD 155.774931
JOD 0.708896
JPY 157.860128
KES 129.480258
KGS 87.859902
KHR 4117.715699
KMF 457.50218
KPW 900.000131
KRW 1382.239784
KWD 0.30675
KYD 0.833158
KZT 453.602184
LAK 21901.094541
LBP 89536.371911
LKR 303.717706
LRD 193.964853
LSL 18.219515
LTL 2.952741
LVL 0.60489
LYD 4.847721
MAD 9.990712
MDL 17.851525
MGA 4480.851362
MKD 57.458548
MMK 2093.698478
MNT 3450.000098
MOP 8.042003
MRU 39.372681
MUR 47.109917
MVR 15.410175
MWK 1733.062615
MXN 18.53975
MYR 4.719505
MZN 63.694956
NAD 18.219515
NGN 1483.040261
NIO 36.798992
NOK 10.72277
NPR 133.621788
NZD 1.636135
OMR 0.384943
PAB 0.99979
PEN 3.770636
PGK 3.844197
PHP 58.654048
PKR 278.494714
PLN 4.070191
PYG 7529.697309
QAR 3.646573
RON 4.645804
RSD 109.278026
RUB 88.798745
RWF 1306.575816
SAR 3.75203
SBD 8.4616
SCR 14.133804
SDG 585.999745
SEK 10.542304
SGD 1.353355
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.501917
SOS 571.4019
SRD 31.571995
STD 20697.981008
SVC 8.747929
SYP 2512.530426
SZL 18.212794
THB 36.786498
TJS 10.761656
TMT 3.5
TND 3.126607
TOP 2.360898
TRY 32.855725
TTD 6.795024
TWD 32.377497
TZS 2623.013999
UAH 40.641789
UGX 3704.170459
UYU 39.291465
UZS 12624.798712
VEF 3622552.534434
VES 36.365932
VND 25455
VUV 118.721975
WST 2.800615
XAF 612.342878
XAG 0.034189
XAU 0.000431
XCD 2.70255
XDR 0.758757
XOF 612.342878
XPF 111.330486
YER 250.293986
ZAR 18.29115
ZMK 9001.202255
ZMW 25.819972
ZWL 321.999592
  • AEX

    1.7500

    920.49

    +0.19%

  • BEL20

    0.0000

    3833.28

    0%

  • PX1

    22.5100

    7525.64

    +0.3%

  • ISEQ

    25.3400

    9411.44

    +0.27%

  • OSEBX

    2.3700

    1393.9

    +0.17%

  • PSI20

    -25.5000

    6512.79

    -0.39%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -8.4300

    2098.54

    -0.4%

  • N150

    2.6300

    3290.98

    +0.08%

Ukraine: appels multiples à l'arrêt des combats à l'ONU lors d'une séance extraordinaire
Ukraine: appels multiples à l'arrêt des combats à l'ONU lors d'une séance extraordinaire

Ukraine: appels multiples à l'arrêt des combats à l'ONU lors d'une séance extraordinaire

Au banc des accusés sur la scène internationale: la Russie est jugée lundi à l'Assemblée générale de l'ONU lors d'une "session extraordinaire d'urgence" de ses 193 membres appelés à se positionner en faveur de la démocratie et la souveraineté de l'Ukraine ou de l'invasion guerrière décidée par Vladimir Poutine.

Taille du texte:

"Les combats en Ukraine doivent cesser", a martelé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. "Ils font rage dans tout le pays, depuis les airs, la terre et la mer. Il faut que ça s'arrête maintenant. Trop c'est trop. Les soldats doivent retourner dans leurs casernes", a-t-il lancé.

Le chef de l'ONU a aussi exhorté les dirigeants impliqués à "aller vers la paix" alors que de premiers pourparlers entre Russie et Ukraine étaient prévus lundi. "Les armes parlent maintenant (...) mais "il n'est jamais trop tard pour s'engager dans des négociations de bonne foi et régler pacifiquement toutes les questions", a-t-il plaidé.

La réunion de l'Assemblée générale est sans précédent depuis 40 ans. Elle a débuté par une "minute de silence, de prière et de méditation", à l'initiative de son président, l'ex-ministre des Affaires étrangères des Maldives Abdulla Shahid.

Une mise au vote d'une résolution est attendue à la fin des interventions dont le nombre dépasse la centaine et qui devraient se prolonger mardi.

Intitulé "L'agression armée non provoquée de la Russie contre l'Ukraine", le projet initial de cette résolution obtenu par l'AFP, piloté par les Européens en coordination avec Kiev, "condamne dans les termes les plus forts l'agression de la Russie contre l'Ukraine".

Similaire à un texte américano-albanais co-parrainé par plus de 80 nations issues de tous les continents et rejeté vendredi au Conseil de sécurité à la suite d'un veto de la Russie, il réclame le retrait immédiat des troupes russes d'Ukraine et l'arrêt des combats. Ses auteurs espèrent dépasser la centaine de votes favorables pour ce texte alors qu'à l'Assemblée générale il n'y a pas de droit de veto.

Au Conseil de sécurité, l'Afrique et l'Amérique latine avaient fait corps avec les Etats-Unis et l'Europe pour dénoncer l'invasion russe. A l'Assemblée générale, les habituels soutiens de Moscou - Syrie, Cuba, Chine, Inde... - devraient appuyer sa politique ou s'abstenir lorsqu'il s'agira de passer au vote.

Outre un positionnement à l'égard de l'Ukraine, la session extraordinaire de l'Assemblée générale de l'ONU - une dizaine organisée seulement depuis 1950 - sera un baromètre de l'évolution du monde, selon des diplomates.

Ces dernières années, les régimes autocratiques, militaires ou non - en Russie, Birmanie, au Soudan, Mali, Burkina Faso, Venezuela, Nicaragua... - semblent avoir pris le pas sur les développements démocratiques.

- "Protéger les civils" -

Pour l'ambassadeur albanais à l'ONU, Ferit Hoxha, dont le pays est membre non permanent du Conseil de sécurité depuis janvier, la question va au-delà de l'Ukraine. "Qui sera le prochain?", a-t-il demandé après l'entrée en guerre de la Russie le 24 février, alors que des inquiétudes se développent pour la Moldavie et la Géorgie.

Plusieurs pays craignent aussi "de voir l'ordre international modifié à jamais si la Russie devait l'emporter en Ukraine", indique à l'AFP un diplomate sous couvert de l'anonymat.

Dans l'immédiat, à défaut d'avoir la capacité de mettre un terme aux hostilités, l'ONU va devoir se concentrer sur la crise humanitaire déclenchée par l'invasion russe. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont prévu que le conflit, s'il se poursuivait, pourrait faire entre 5 et 7 millions de réfugiés.

La France a convoqué lundi à 15H00 (20H00 GMT) une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU et entend lui faire adopter a priori mardi une résolution appelant à l'"arrêt des hostilités", à "protéger les civils" et à "permettre un acheminement de l'aide humanitaire sans entrave". Ce texte a été co-écrit avec le Mexique.

La position de la Russie sur ce projet de résolution, après son premier veto vendredi, reste inconnue.

Depuis le début de son invasion, la Russie plaide la "légitime défense" prévue par l'article 51 de la Charte des Nations unies. Après avoir déployé des dizaine de milliers de militaires en Ukraine et ses alentours, dotés de chars, d'avions de combat et de navires, Vladimir Poutine a évoqué dimanche implicitement la menace de recourir à l'arme nucléaire pour faire plier l'Ukraine, suscitant une levée de boucliers de l'Amérique à l'Europe.

Moscou a aussi assuré ne viser que des cibles militaires, une assertion rejetée par les Occidentaux et l'ONU qui a comptabilisé des victimes civiles et des attaques d'infrastructures civiles pouvant s'apparenter à des crimes de guerre.

L'argument russe de l'autodéfense a été rejeté catégoriquement par les Occidentaux comme par l'ONU qui accusent Moscou - et devaient à nouveau le faire lundi à New York - de violer l'article 2 de la Charte des Nations unies intimant à ses membres de s'abstenir de toute menace et de tout recours à la force pour régler une crise.

La Russie est aussi sur la sellette à l'ONU à Genève où un débat urgent au Conseil des droits de l'homme de l'ONU doit être organisé cette semaine.

G.Dominguez--TFWP