The Fort Worth Press - Session de rattrapage à l'ONU pour tenter de protéger la haute mer

USD -
AED 3.67297
AFN 70.774255
ALL 92.738997
AMD 388.096051
ANG 1.802659
AOA 875.498214
ARS 925.9958
AUD 1.51434
AWG 1.8
AZN 1.702819
BAM 1.804227
BBD 2.019631
BDT 117.526591
BGN 1.804077
BHD 0.37691
BIF 2881.430983
BMD 1
BND 1.345006
BOB 6.911375
BRL 5.602101
BSD 1.000268
BTN 83.726811
BWP 13.571831
BYN 3.273402
BYR 19600
BZD 2.016218
CAD 1.378445
CDF 2864.999828
CHF 0.885601
CLF 0.034305
CLP 947.000059
CNY 7.2764
CNH 7.284285
COP 4016.5
CRC 530.253411
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.719541
CZK 23.434959
DJF 178.116438
DKK 6.87834
DOP 59.215321
DZD 134.628079
EGP 48.3405
ERN 15
ETB 57.818563
EUR 0.92178
FJD 2.250796
FKP 0.77056
GBP 0.77405
GEL 2.714974
GGP 0.77056
GHS 15.503547
GIP 0.77056
GMD 67.750313
GNF 8619.84668
GTQ 7.760999
GYD 209.269287
HKD 7.809509
HNL 24.770067
HRK 6.90795
HTG 132.028302
HUF 362.530293
IDR 16244.65
ILS 3.63182
IMP 0.77056
INR 83.708501
IQD 1310.320015
IRR 42104.999871
ISK 137.999662
JEP 0.77056
JMD 156.539146
JOD 0.708705
JPY 154.1525
KES 132.497052
KGS 84.227301
KHR 4107.895684
KMF 453.749997
KPW 900.00035
KRW 1382.750139
KWD 0.30573
KYD 0.833572
KZT 474.073117
LAK 22170.459682
LBP 89571.867418
LKR 303.631885
LRD 195.044326
LSL 18.312377
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.833904
MAD 9.889484
MDL 17.789504
MGA 4545.161022
MKD 56.844494
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.046051
MRU 39.589118
MUR 46.729801
MVR 15.359763
MWK 1734.393594
MXN 18.262505
MYR 4.672499
MZN 63.899991
NAD 18.312377
NGN 1591.750221
NIO 36.817004
NOK 11.01007
NPR 133.962786
NZD 1.683995
OMR 0.384957
PAB 1.000268
PEN 3.75919
PGK 3.867123
PHP 58.606503
PKR 278.568094
PLN 3.954298
PYG 7575.575871
QAR 3.649136
RON 4.582035
RSD 107.906977
RUB 86.724587
RWF 1313.733268
SAR 3.751303
SBD 8.475946
SCR 13.608998
SDG 585.999964
SEK 10.77394
SGD 1.343735
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.673693
SRD 29.32097
STD 20697.981008
SVC 8.751764
SYP 2512.53037
SZL 18.307949
THB 36.138495
TJS 10.652577
TMT 3.51
TND 3.106706
TOP 2.376595
TRY 32.865225
TTD 6.79883
TWD 32.756987
TZS 2685.67594
UAH 41.250634
UGX 3720.445383
UYU 40.147231
UZS 12587.522255
VEF 3622552.534434
VES 36.514229
VND 25360
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 605.120801
XAG 0.034065
XAU 0.000414
XCD 2.70255
XDR 0.754421
XOF 605.120801
XPF 110.017435
YER 250.349975
ZAR 18.313699
ZMK 9001.205525
ZMW 26.056033
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.8800

    905.08

    -1.08%

  • BEL20

    15.7500

    4053.79

    +0.39%

  • PX1

    -72.1900

    7526.43

    -0.95%

  • ISEQ

    -18.8100

    9388.2

    -0.2%

  • OSEBX

    -6.6600

    1440.21

    -0.46%

  • PSI20

    45.2400

    6899.67

    +0.66%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    11.2200

    2398.23

    +0.47%

  • N150

    -10.1600

    3375.6

    -0.3%

Session de rattrapage à l'ONU pour tenter de protéger la haute mer
Session de rattrapage à l'ONU pour tenter de protéger la haute mer / Photo: © AFP/Archives

Session de rattrapage à l'ONU pour tenter de protéger la haute mer

Après quatre sessions infructueuses, les Etats membres de l'ONU reprennent lundi leurs négociations pour enfin accoucher d'un traité destiné à protéger la haute mer, trésor fragile et vital qui couvre près de la moitié de la planète.

Taille du texte:

Après deux années d'interruption à cause du Covid-19, le 4e rendez-vous de mars devait être le dernier, mais malgré des progrès, les négociateurs avaient manqué de temps. D'où cette nouvelle séance jusqu'au 26 août au siège des Nations unies à New York.

Vraiment la dernière? Difficile à prédire, selon les observateurs.

"L'humeur des négociateurs est un optimisme prudent", indique à l'AFP une source au sein de la Coalition pour une haute ambition de cet accord, qui rassemble une cinquantaine de pays emmenés par l'Union européenne (UE).

"Il faut trouver un compromis entre deux grandes idées: d'un côté le besoin de protéger l'environnement et de réguler les activités humaines, et de l'autre, l'idée qu'il y a une certaine liberté dans la haute mer", explique cette source.

La haute mer commence où s'arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques (370 km) des côtes, et elle n'est donc sous la juridiction d'aucun Etat.

Même si elle représente plus de 60% des océans et près de la moitié de la planète, elle a longtemps été ignorée, au profit des zones côtières et de quelques espèces emblématiques, et environ 1% seulement de cet espace est protégé.

Pourtant la science a prouvé l'importance de protéger tout entier les écosystèmes océaniques qui fabriquent la moitié de l'oxygène que nous respirons et limitent le réchauffement climatique en absorbant une partie importante du CO2 émis par les activités humaines.

Mais ces services qu'ils rendent à l'humanité sont en danger, victimes du CO2 (réchauffement, acidification de l'eau...), des pollutions en tout genre et de la surpêche.

- Une "boussole" -

Il est donc capital de parvenir à enfin finaliser ce traité sur "la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale" et qu'il soit ambitieux, plaident à la fois les ONG et les Etats de la Coalition pour une haute ambition.

"Ce traité est majeur parce qu'il va donner un cadre, une boussole, des principes et des règles à l'ensemble de la communauté internationale pour gérer cet espace commun", renchérit Julien Rochette, chercheur à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).

Mais le dernier projet de texte sur la table comporte encore de nombreux crochets et diverses options sur plusieurs piliers du traité, comme les conditions de création des aires marines protégées.

La future Conférence des parties (COP, organe rassemblant les Etats signataires) doit avoir "le pouvoir de créer ces aires marines sans en référer à d'autres organismes", défend James Hanson, de Greenpeace, alors que certaines questions de coopération avec les nombreuses organisations maritimes régionales (notamment celles gérant la pêche) doivent encore être réglées.

Les compétences de la COP entrent aussi en jeu dans les discussions sur l'obligation de procéder à des études d'impact sur l'environnement des activités en haute mer, explique à l'AFP Julien Rochette.

"Est-ce que c'est la COP qui dira oui ou non à cette activité sur la base de l'étude, ou est-ce que c'est l'Etat qui cherche à développer cette activité?".

Autre question sensible, la répartition des possibles bénéfices issus de l'exploitation des ressources génétiques de la haute mer, où industries pharmaceutiques, chimiques ou cosmétiques espèrent découvrir des molécules miraculeuses.

Alors que les recherches en mer, très couteuses, sont l'apanage des plus riches, les pays en développement ne veulent pas passer à côté de retombées potentielles issues de ressources marines qui n'appartiennent à personne.

Face à ces obstacles potentiels, "il va falloir prendre le pouls pour voir si les blocs ont changé", commente Julien Rochette, classant du côté des enthousiastes l'UE, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays en développement, et de l'autre la Russie et certains pays "précautionneux" sur la pêche comme l'Islande ou le Japon.

L.Coleman--TFWP