The Fort Worth Press - Sel, soleil et sécheresse, la combinaison gagnante des paludiers

USD -
AED 3.673021
AFN 70.642244
ALL 92.090162
AMD 387.733554
ANG 1.801038
AOA 872.635017
ARS 924.686266
AUD 1.49545
AWG 1.8
AZN 1.707781
BAM 1.795712
BBD 2.01772
BDT 117.421843
BGN 1.79863
BHD 0.376624
BIF 2878.299591
BMD 1
BND 1.344259
BOB 6.905385
BRL 5.600497
BSD 0.999311
BTN 83.605013
BWP 13.532571
BYN 3.27044
BYR 19600
BZD 2.014323
CAD 1.37218
CDF 2830.000105
CHF 0.88889
CLF 0.03413
CLP 941.752743
CNY 7.270387
CNH 7.28535
COP 4046.274618
CRC 524.353854
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.239499
CZK 23.189039
DJF 177.927742
DKK 6.85428
DOP 59.165404
DZD 134.516825
EGP 48.245292
ERN 15
ETB 57.287059
EUR 0.918715
FJD 2.235699
FKP 0.77056
GBP 0.77431
GEL 2.714983
GGP 0.77056
GHS 15.419364
GIP 0.77056
GMD 67.805413
GNF 8602.12092
GTQ 7.764771
GYD 209.071294
HKD 7.81016
HNL 24.750494
HRK 6.90795
HTG 131.910205
HUF 358.856
IDR 16213.05
ILS 3.645115
IMP 0.77056
INR 83.72985
IQD 1309.094248
IRR 42092.498585
ISK 137.570208
JEP 0.77056
JMD 156.167654
JOD 0.708697
JPY 157.383998
KES 128.412064
KGS 84.642699
KHR 4105.954184
KMF 452.750008
KPW 900.00035
KRW 1389.751962
KWD 0.30582
KYD 0.832759
KZT 476.114401
LAK 22160.400312
LBP 89490.428316
LKR 303.401735
LRD 195.023642
LSL 18.32989
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.819355
MAD 9.846853
MDL 17.688105
MGA 4501.675619
MKD 56.567048
MMK 3247.960992
MNT 3450.000346
MOP 8.038011
MRU 39.433503
MUR 46.669969
MVR 15.350198
MWK 1732.819171
MXN 18.074199
MYR 4.6875
MZN 63.899991
NAD 18.32989
NGN 1605.499584
NIO 36.780976
NOK 10.895298
NPR 133.767617
NZD 1.663176
OMR 0.384639
PAB 0.999311
PEN 3.742001
PGK 3.914061
PHP 58.398
PKR 277.914888
PLN 3.937285
PYG 7556.351283
QAR 3.647248
RON 4.564639
RSD 107.469678
RUB 87.919155
RWF 1309.369692
SAR 3.750859
SBD 8.457605
SCR 14.112001
SDG 585.999802
SEK 10.657855
SGD 1.34523
SHP 0.77056
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.087545
SRD 29.708044
STD 20697.981008
SVC 8.744434
SYP 2512.53037
SZL 18.333563
THB 36.337982
TJS 10.627921
TMT 3.51
TND 3.098104
TOP 2.363099
TRY 33.053501
TTD 6.786944
TWD 32.795801
TZS 2683.193316
UAH 41.463618
UGX 3692.787954
UYU 40.269935
UZS 12592.38856
VEF 3622552.534434
VES 36.560996
VND 25327.5
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 602.265069
XAG 0.034225
XAU 0.000417
XCD 2.70255
XDR 0.753799
XOF 602.265069
XPF 109.498233
YER 250.350074
ZAR 18.295026
ZMK 9001.194136
ZMW 25.507965
ZWL 321.999592
  • AEX

    -8.7000

    907.31

    -0.95%

  • BEL20

    -19.6200

    3983.85

    -0.49%

  • PX1

    -52.3500

    7534.52

    -0.69%

  • ISEQ

    -67.4200

    9703.52

    -0.69%

  • OSEBX

    -0.7200

    1443.02

    -0.05%

  • PSI20

    13.5800

    6802.6

    +0.2%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    2.6200

    2385.37

    +0.11%

  • N150

    -39.7700

    3359.43

    -1.17%

Sel, soleil et sécheresse, la combinaison gagnante des paludiers
Sel, soleil et sécheresse, la combinaison gagnante des paludiers / Photo: © AFP

Sel, soleil et sécheresse, la combinaison gagnante des paludiers

"Notre ennemi, c'est la pluie, le froid, les nuages", énumère Erwan Rivalant, producteur de sel de Guérande, dans l'ouest de la France, où les paludiers font une saison record grâce aux fortes chaleurs et à la sécheresse qui perdure.

Taille du texte:

"Pour faire du sel, il faut du vent, le soleil, la chaleur et de l'eau de mer, donc tous les éléments sont là pour qu'on puisse continuer", poursuit M. Rivalant, pieds nus et chemise blanche devant ses monticules de sel ramassés à la brouette.

"Tant qu'on produit, on est content. Après, physiquement et mentalement, ça peut être des fois un peu compliqué", tempère le paludier qui protège ses yeux bleus derrière d'épaisses lunettes noires et travaille de l'aube au couchant depuis plusieurs mois.

Pour son confrère Laurent Boulo, membre de la coopérative "Le Guérandais", l'été 2022 s'apparente à un "marathon dont on ne voit pas la ligne d'arrivée".

Les vagues de canicule ont permis aux paludiers (producteurs installés au nord de la Loire) et aux sauniers (au sud) de produire beaucoup de sel depuis le printemps dernier, mais l'absence de précipitations les épuisent, car c'est pendant les jours de pluie estivale qu'ils ont la possibilité de se reposer.

La météo actuelle "qui peut faire le malheur des uns, ou de beaucoup, fait le bonheur d'une filière conditionnée par les éléments naturels", reconnaît Laurent Boulo, espérant malgré tout l'arrivée de la pluie pour avoir du répit après avoir "perdu 5 kilos" à force de travail physique depuis le début de la saison.

Si les paludiers sont fatigués, ils sont aussi rassurés de savoir que leur production est garantie pour l'année et qu'ils peuvent stocker des quantités de sel pour compenser d'éventuelles mauvaises récoltes, en cas de météo défavorable en 2023 ou 2024.

- "Jamais sûr de l'avenir" -

Le métier de paludier, qui consiste à produire manuellement du gros sel et la très raffinée fleur de sel, selon des techniques ancestrales, est extrêmement dépendant du climat.

Ainsi dans la mémoire locale, on se souvient de l'année 1976 qui a été très bonne.

A l'inverse, les "années 1980" ont été toutes mauvaises jusqu'à la bonne récolte de 1989 et par conséquent, "j'ai toujours entendu les anciens dire +le sel, il faut le récolter tant qu'il se donne, parce qu'on n'est jamais sûr de l'avenir", explique Elodie Rio, onzième génération de paludiers installés à Batz-sur-Mer et PDG de la société Tradysel.

"En moyenne, on serait à un peu plus de 2,5 tonnes" en 2022 contre "1,8 tonne environ" en 2021, estime Mme Rio, en référence à la quantité de sel produite par "oeillets", ces rectangles au bord desquels est amassé le sel à l'aide de l'emblématique râteau sans dents baptisé "las du paludier".

Après la récolte, le sel de Guérande est transporté par tracteur jusqu'aux lieux de stockage où il est pesé et donc, "l'année, on ne va pouvoir la juger qu'à la fin de la saison", prévient Elodie Rio.

Malgré l'incertitude sur le poids exact de sel déjà ramassé, les professionnels s'accordent à dire qu'ils produiront en 2022 le double de ce qu'ils avaient produit en 2021.

Laurent Boulo pense ainsi qu'il "s'achemine tout droit vers trois saisons en une, et trois récoltes en une".

"La difficulté, c'est de pouvoir être endurant et de pouvoir continuer le plus longtemps possible, sans se blesser, sans que nos saisonniers se blessent aussi", résume Erwan Rivalant à propos de la saison qui pourrait durer jusqu'à octobre si la sécheresse se maintient, contre mi-septembre habituellement.

"Il faut être assez fort psychologiquement et avoir une famille qui vous tienne", conclut le père de quatre enfants, saluant le soutien de son épouse qui l'épaule dans les moments où il a "des gros coups de barre".

L.Coleman--TFWP