The Fort Worth Press - La baisse du chômage en France s'enraye au 3ème trimestre

USD -
AED 3.672698
AFN 71.945485
ALL 94.960531
AMD 393.846385
ANG 1.801124
AOA 837.000352
ARS 868.489782
AUD 1.551771
AWG 1.8
AZN 1.698722
BAM 1.83576
BBD 2.017834
BDT 109.678146
BGN 1.832914
BHD 0.376857
BIF 2863.860782
BMD 1
BND 1.361392
BOB 6.92047
BRL 5.230089
BSD 0.999343
BTN 83.424286
BWP 13.880363
BYN 3.270509
BYR 19600
BZD 2.014455
CAD 1.372375
CDF 2804.999968
CHF 0.91155
CLF 0.03476
CLP 959.139721
CNY 7.242904
CNH 7.252865
COP 3914.37
CRC 501.88194
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.497311
CZK 23.679801
DJF 177.961329
DKK 6.996897
DOP 58.973709
DZD 134.593008
EGP 48.258197
ERN 15
ETB 56.783619
EUR 0.937815
FJD 2.27695
FKP 0.802762
GBP 0.807533
GEL 2.665044
GGP 0.802762
GHS 13.442026
GIP 0.802762
GMD 67.898929
GNF 8591.300757
GTQ 7.77274
GYD 209.087752
HKD 7.832649
HNL 24.672655
HRK 7.08016
HTG 132.571793
HUF 369.80985
IDR 16213.15
ILS 3.757303
IMP 0.802762
INR 83.42295
IQD 1309.179651
IRR 42062.50203
ISK 141.149674
JEP 0.802762
JMD 155.755169
JOD 0.708696
JPY 154.690503
KES 131.419549
KGS 89.016501
KHR 4061.442577
KMF 462.57499
KPW 900.00035
KRW 1381.804969
KWD 0.30837
KYD 0.832833
KZT 445.917026
LAK 21309.367374
LBP 89493.241975
LKR 301.830298
LRD 193.195038
LSL 19.150432
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.876103
MAD 10.12418
MDL 17.898442
MGA 4405.89831
MKD 57.772271
MMK 2098.648395
MNT 3450.000346
MOP 8.062869
MRU 39.706258
MUR 46.52986
MVR 15.449709
MWK 1732.323375
MXN 17.047026
MYR 4.784018
MZN 63.510149
NAD 19.14986
NGN 1075.749595
NIO 36.784997
NOK 11.004255
NPR 133.47882
NZD 1.688975
OMR 0.38498
PAB 0.999352
PEN 3.728775
PGK 3.79767
PHP 57.4865
PKR 278.12632
PLN 4.03895
PYG 7393.467242
QAR 3.640497
RON 4.666699
RSD 109.953726
RUB 93.893009
RWF 1288.636086
SAR 3.751398
SBD 8.440171
SCR 14.389367
SDG 585.999628
SEK 10.907199
SGD 1.361398
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.470907
SRD 34.527027
STD 20697.981008
SVC 8.744134
SYP 2512.53037
SZL 19.212683
THB 36.982015
TJS 10.918161
TMT 3.51
TND 3.150996
TOP 2.391649
TRY 32.611099
TTD 6.786184
TWD 32.618006
TZS 2579.354025
UAH 39.789467
UGX 3807.995194
UYU 38.370925
UZS 12689.249946
VEF 3622552.534434
VES 36.296673
VND 25450
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 615.696599
XAG 0.035382
XAU 0.000422
XCD 2.70255
XDR 0.758877
XOF 615.69082
XPF 112.449768
YER 250.350252
ZAR 19.068403
ZMK 9001.197777
ZMW 25.658907
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

La baisse du chômage en France s'enraye au 3ème trimestre
La baisse du chômage en France s'enraye au 3ème trimestre / Photo: © AFP/Archives

La baisse du chômage en France s'enraye au 3ème trimestre

Après avoir longtemps résisté, le marché du travail semble être rattrapé par la dégradation du contexte économique avec un arrêt au troisième trimestre de la baisse du nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi.

Taille du texte:

Le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) est ainsi resté stable en France (hors Mayotte) au troisième trimestre par rapport au deuxième, à 3,164 millions d'inscrits (-1.700), selon les chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail.

La stabilité est identique en incluant l'activité réduite (catégories B et C de Pôle emploi) à 5,436 millions (-1.000 personnes).

Sur un an, la baisse reste certes très marquée, aussi bien pour la catégorie A (-10,9%, 388.000 chômeurs de moins) que pour les ABC (-7,1%).

Mais ce plateau intervient après une baisse déjà faible de 0,8% au deuxième trimestre, loin des nets reculs de 5% enregistrés au premier trimestre 2022 et au dernier trimestre 2021.

Le dynamisme du marché du travail serait-il enfin rattrapé par les conséquences du ralentissement économique, de la guerre en Ukraine ou encore de la hausse des prix de l’énergie ?

"C'est sûr que depuis le début de l'année, les mauvaises nouvelles s’amoncellent. Et il y a toujours un décalage d'un trimestre ou deux sur le marché du travail, c'est plutôt logique que le chômage arrête de baisser", commente Éric Heyer, économiste à l'OFCE.

Dans sa dernière note de conjoncture, l'Insee prévoit ainsi que le taux de chômage en France devrait se maintenir à 7,4% de la population active "jusque fin 2022".

- Les créations d'emploi résistent -

Mais l'économiste reste prudent sur les interprétations de cette stabilisation du chômage.

"En dépit du ralentissement économique, les créations d'emplois ont continué d'être dynamiques au premier semestre. Et on pense que l'emploi (les chiffres pour le 3ème trimestre seront connus le 4 novembre, NDLR) continuera de bien se porter au troisième trimestre", souligne-t-il.

L'Insee prévoit encore 58.000 créations nettes au second semestre, un chiffre encore conséquent même si nettement inférieur au premier semestre (+187.000 emplois salariés).

"La stabilisation du nombre de demandeurs d'emploi pourrait être aussi la conséquence de retour d'inactivité de personnes qui reviennent sur le marché du travail quand il est dynamique. Tout cela reste assez flou", reconnait Éric Heyer.

D'ailleurs, les entrées à Pôle emploi en catégories A, B et C ont continué de légèrement diminuer sur le trimestre (-0,8%), avec une forte baisse des entrées pour licenciement économique (-14,5%). En revanche, les sorties de Pôle emploi ont fortement baissé (-5,5%).

En catégorie A, le nombre de demandeurs d'emploi est en hausse de 1,5% trimestre pour les moins de 25 ans (-16,1% sur un an). Il reste stable pour les 25-49 ans et recule de 0,7% les 50 ans et plus (-9% sur un an).

Autre bonne nouvelle, sur le front du chômage longue durée, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue de 2,2% au troisième trimestre (-14,4% sur un an) à 2,369 millions (catégories A, B et C). La part des demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus atteint 46,3% (-3,8 points sur un an).

Cette incertitude sur l'évolution de l'emploi et chômage ne manquera pas d'être mise en avant par les syndicats opposés à la nouvelle réforme de l'assurance chômage qui prévoit de faire évoluer les règles en fonction de l'état du marché du travail.

Le Sénat a adopté mardi soir en première lecture le projet de loi qui permettra cette modulation. Elle fait l'objet d'une concertation entre le gouvernement et les partenaires sociaux qui "devrait durer six à huit semaines", a précisé le ministre du Travail Olivier Dussopt.

L.Holland--TFWP