The Fort Worth Press - Les arbres, "assurance sécheresse" des éleveurs sur l'Aubrac

USD -
AED 3.672498
AFN 71.621368
ALL 95.406791
AMD 394.646823
ANG 1.797095
AOA 837.502932
ARS 869.241864
AUD 1.549355
AWG 1.8
AZN 1.756834
BAM 1.832964
BBD 2.01328
BDT 109.436137
BGN 1.832735
BHD 0.376851
BIF 2856.982193
BMD 1
BND 1.35895
BOB 6.905213
BRL 5.234096
BSD 0.997095
BTN 83.421272
BWP 13.781631
BYN 3.262653
BYR 19600
BZD 2.009906
CAD 1.37549
CDF 2790.0001
CHF 0.90988
CLF 0.035477
CLP 978.930203
CNY 7.2348
CNH 7.24386
COP 3892.15
CRC 499.6298
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.338238
CZK 23.644001
DJF 177.560765
DKK 6.987397
DOP 58.941508
DZD 134.765709
EGP 48.496797
ERN 15
ETB 56.735864
EUR 0.936555
FJD 2.269703
FKP 0.802762
GBP 0.80206
GEL 2.660193
GGP 0.802762
GHS 13.411057
GIP 0.802762
GMD 67.950481
GNF 8571.696345
GTQ 7.755171
GYD 208.768345
HKD 7.83024
HNL 24.616913
HRK 7.08016
HTG 132.164948
HUF 367.910126
IDR 16168.35
ILS 3.788405
IMP 0.802762
INR 83.526299
IQD 1306.167205
IRR 42062.498224
ISK 140.75986
JEP 0.802762
JMD 155.032802
JOD 0.708704
JPY 154.178985
KES 132.498831
KGS 89.005097
KHR 4032.802249
KMF 463.590528
KPW 900.00035
KRW 1372.960167
KWD 0.30804
KYD 0.830916
KZT 447.75378
LAK 21213.385004
LBP 89290.684761
LKR 301.120415
LRD 193.301658
LSL 19.097496
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.865979
MAD 10.120897
MDL 17.817931
MGA 4374.882849
MKD 57.749891
MMK 2093.908154
MNT 3450.000346
MOP 8.04253
MRU 39.675017
MUR 46.550224
MVR 15.449917
MWK 1728.397376
MXN 16.960801
MYR 4.777502
MZN 63.498534
NAD 19.019838
NGN 1160.560042
NIO 36.701031
NOK 10.980885
NPR 133.479227
NZD 1.687095
OMR 0.384943
PAB 0.997076
PEN 3.751681
PGK 3.790066
PHP 57.014019
PKR 277.570126
PLN 4.062374
PYG 7379.465143
QAR 3.640503
RON 4.659704
RSD 109.708811
RUB 94.150405
RWF 1285.285848
SAR 3.751142
SBD 8.475185
SCR 13.509539
SDG 585.999901
SEK 10.924509
SGD 1.358755
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.500197
SRD 34.775505
STD 20697.981008
SVC 8.724338
SYP 2512.53037
SZL 18.975633
THB 36.713505
TJS 10.89338
TMT 3.505
TND 3.162974
TOP 2.39395
TRY 32.472697
TTD 6.770289
TWD 32.342801
TZS 2577.507051
UAH 39.427366
UGX 3804.016757
UYU 38.789912
UZS 12636.185996
VEF 3622552.534434
VES 36.243564
VND 25405
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 614.767573
XAG 0.035222
XAU 0.000421
XCD 2.70255
XDR 0.757638
XOF 614.767573
XPF 111.574964
YER 250.349887
ZAR 18.983702
ZMK 9001.200413
ZMW 25.202082
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3600

    865.35

    -1.07%

  • BEL20

    -2.2800

    3794.57

    -0.06%

  • PX1

    49.1800

    7981.51

    +0.62%

  • ISEQ

    49.8700

    9828.81

    +0.51%

  • OSEBX

    4.5700

    1347.78

    +0.34%

  • PSI20

    9.9600

    6234.41

    +0.16%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -38.0700

    2042.5

    -1.83%

  • N150

    9.6200

    3326.21

    +0.29%

Les arbres, "assurance sécheresse" des éleveurs sur l'Aubrac
Les arbres, "assurance sécheresse" des éleveurs sur l'Aubrac / Photo: © AFP

Les arbres, "assurance sécheresse" des éleveurs sur l'Aubrac

Pour pallier la sécheresse inédite des derniers mois et compenser le manque d'herbe, des agriculteurs du plateau de l'Aubrac, en Aveyron, recourent à une pratique ancestrale: nourrir leur bêtes avec des feuilles d'arbres.

Taille du texte:

"Les frênes, c'est notre assurance sècheresse", affirme Christian Bonal, 58 ans. Tronçonneuse en main, cet éleveur de bovins, installé à Saint-Côme-d'Olt, a taillé cette année "plusieurs centaines" de ces arbres.

"D'habitude, on en coupe mi-août, mais là, dès le 15 juillet, tout le monde s'y est mis", ajoute-t-il. En cause: la sécheresse. Les pâturages étaient jaunes cet été, les animaux n'avaient rien à manger.

Christian, qui possède 80 vaches mères de race Aubrac, et ses voisins ont donc coupé les feuillages des frênes pour apporter un "peu de protéine et de vert" à leurs troupeaux et éviter des dépenses.

"C'est deux camions de foin qu'on n'a pas achetés", soit plus de 6.000 euros économisés, évalue l'exploitant.

"La feuille remplace l'herbe et les vaches en raffolent. Vous pouvez leur donner n'importe quoi d'autre, elles préfèrent le frêne", sourit Jean-François Bailleau, 59 ans, autre éleveur, près du village de Saint-Chély-d'Aubrac.

Preuve en est: au bruit du tracteur ou de la tronçonneuse, les vaches s'attroupent sous les arbres et attendent la tombée des branches.

- Tradition -

La pratique ne date pas d'hier. Les rangées de frênes qui bordent les parcelles du haut plateau ont été plantées par leurs aïeux "pour faire de la feuille", raconte à l'AFP Christian Bonal.

"A l'époque, on les coupait à la hache", se souvient Marc Rozières, 59 ans. "Enfant, notre travail consistait à tirer les branches" afin que les bêtes ne se battent pas pour les attraper, et "à faire des fagots" de feuilles destinées aux veaux en hiver, se souvient ce voisin.

Cette pratique offrait un complément fourrager, du bois pour chauffer l'hiver, et des arbres étaient conservés d'une année sur l'autre pour compenser le manque d'herbe en cas de sécheresse.

Le frêne et d'autres arbres étaient aussi utilisés ailleurs en France pour les bovins, ovins ou caprins.

Mais la pratique s'est un peu perdue à partir des années 1950: "les exploitations se sont agrandies, on a intensifié la production et cette ressource qui n'était pas très productive a été délaissée", retrace Bernard Miquel, ex-conseiller en charge de la valorisation du bocage à la Chambre d'agriculture de l'Aveyron.

Elle "ne s'est conservée que très marginalement", observe-t-il. Sur l'Aubrac, de rares personnes tel Christian Bonal ne l'ont jamais abandonnée. D'autres comme Jean-François Bailleau, originaire de Basse-Normandie, l'ont découverte.

"C'est lors de la sécheresse de 2003 que j'ai commencé à y penser" grâce à un employé, explique l'éleveur qui a repris en 1995 l'exploitation de ses beaux-parents.

- Réchauffement climatique -

Près de vingt ans après, la plupart des 700 à 1.000 frênes de ses champs ont retrouvé une forme d'"arbre trogne" ou "têtard".

On intervient "tous les cinq/dix ans pour tailler les branches au même niveau afin de stimuler la pousse", précise Ugolin Bourbon Denis, chargé de mission agro-environnement au Parc naturel de l'Aubrac.

Cette "intervention peut apparaître agressive", mais permet de "fortifier l'arbre" et "de lui donner une grande longévité", dit-il. Elle a aussi "un vrai intérêt face au réchauffement climatique": les arbres, bien enracinés, résistent mieux à la sècheresse.

Toutefois, la valeur nutritive des feuillages varie. Si le frêne dispose d'un fourrage riche, il est menacé par un champignon. L'Institut national de la recherche agronomique (Inrae) de Lusignan (Vienne) continue pourtant de l'étudier, avec d'autres essences, dont l'aulne et le mûrier blanc.

"En Espagne et en Amérique du Nord, le mûrier blanc est une essence qui est très utilisée pour l'alimentation du bétail" et qui a du potentiel en France du fait du réchauffement climatique, explique Sandra Novak, ingénieure de recherche à l'Inrae.

L'intérêt des arbres fourragers est pluriel: outre le complément de nourriture, ils constituent des réservoirs de biodiversité, apportent de l'ombre au bétail et aux cultures, favorisent le bien-être animal.

Pour autant, "ce n'est pas une solution possible à grande échelle", tempère Hélène Alexandre, conseillère bovin viande à la chambre d'agriculture. La pratique est chronophage et risquée pour les personnes sans expérience de l'élagage. "Tous les ans, ajoute-t-elle, il y a des accidents."

S.Jones--TFWP