The Fort Worth Press - "Le désespoir nous ronge": les mieux qualifiés fuient la Turquie

USD -
AED 3.672698
AFN 71.945485
ALL 94.960531
AMD 393.846385
ANG 1.801124
AOA 837.000352
ARS 868.489782
AUD 1.551771
AWG 1.8
AZN 1.698722
BAM 1.83576
BBD 2.017834
BDT 109.678146
BGN 1.832914
BHD 0.376857
BIF 2863.860782
BMD 1
BND 1.361392
BOB 6.92047
BRL 5.230089
BSD 0.999343
BTN 83.424286
BWP 13.880363
BYN 3.270509
BYR 19600
BZD 2.014455
CAD 1.372375
CDF 2804.999968
CHF 0.91155
CLF 0.03476
CLP 959.139721
CNY 7.242904
CNH 7.252865
COP 3914.37
CRC 501.88194
CUC 1
CUP 26.5
CVE 103.497311
CZK 23.679801
DJF 177.961329
DKK 6.996897
DOP 58.973709
DZD 134.593008
EGP 48.258197
ERN 15
ETB 56.783619
EUR 0.937815
FJD 2.27695
FKP 0.802762
GBP 0.807533
GEL 2.665044
GGP 0.802762
GHS 13.442026
GIP 0.802762
GMD 67.898929
GNF 8591.300757
GTQ 7.77274
GYD 209.087752
HKD 7.832649
HNL 24.672655
HRK 7.08016
HTG 132.571793
HUF 369.80985
IDR 16213.15
ILS 3.757303
IMP 0.802762
INR 83.42295
IQD 1309.179651
IRR 42062.50203
ISK 141.149674
JEP 0.802762
JMD 155.755169
JOD 0.708696
JPY 154.690503
KES 131.419549
KGS 89.016501
KHR 4061.442577
KMF 462.57499
KPW 900.00035
KRW 1381.804969
KWD 0.30837
KYD 0.832833
KZT 445.917026
LAK 21309.367374
LBP 89493.241975
LKR 301.830298
LRD 193.195038
LSL 19.150432
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.876103
MAD 10.12418
MDL 17.898442
MGA 4405.89831
MKD 57.772271
MMK 2098.648395
MNT 3450.000346
MOP 8.062869
MRU 39.706258
MUR 46.52986
MVR 15.449709
MWK 1732.323375
MXN 17.047026
MYR 4.784018
MZN 63.510149
NAD 19.14986
NGN 1075.749595
NIO 36.784997
NOK 11.004255
NPR 133.47882
NZD 1.688975
OMR 0.38498
PAB 0.999352
PEN 3.728775
PGK 3.79767
PHP 57.4865
PKR 278.12632
PLN 4.03895
PYG 7393.467242
QAR 3.640497
RON 4.666699
RSD 109.953726
RUB 93.893009
RWF 1288.636086
SAR 3.751398
SBD 8.440171
SCR 14.389367
SDG 585.999628
SEK 10.907199
SGD 1.361398
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.470907
SRD 34.527027
STD 20697.981008
SVC 8.744134
SYP 2512.53037
SZL 19.212683
THB 36.982015
TJS 10.918161
TMT 3.51
TND 3.150996
TOP 2.391649
TRY 32.611099
TTD 6.786184
TWD 32.618006
TZS 2579.354025
UAH 39.789467
UGX 3807.995194
UYU 38.370925
UZS 12689.249946
VEF 3622552.534434
VES 36.296673
VND 25450
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 615.696599
XAG 0.035382
XAU 0.000422
XCD 2.70255
XDR 0.758877
XOF 615.69082
XPF 112.449768
YER 250.350252
ZAR 19.068403
ZMK 9001.197777
ZMW 25.658907
ZWL 321.999592
  • AEX

    -5.3700

    860.01

    -0.62%

  • BEL20

    1.1500

    3827.75

    +0.03%

  • PX1

    -0.8000

    8022.41

    -0.01%

  • ISEQ

    -10.9400

    9931

    -0.11%

  • OSEBX

    -1.3400

    1341.22

    -0.1%

  • PSI20

    -32.2700

    6295.12

    -0.51%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -19.8800

    2029.24

    -0.97%

  • N150

    -17.7000

    3322.2

    -0.53%

"Le désespoir nous ronge": les mieux qualifiés fuient la Turquie
"Le désespoir nous ronge": les mieux qualifiés fuient la Turquie / Photo: © AFP/Archives

"Le désespoir nous ronge": les mieux qualifiés fuient la Turquie

Anesthésiste à Istanbul, Mesut a pris la décision de quitter la Turquie en entendant au printemps le président Recep Tayyip Erdogan fustiger les médecins qui lâchent les hôpitaux publics pour gagner l'étranger.

Taille du texte:

"Qu'ils s'en aillent s'ils le veulent. Nous continuerons avec des jeunes diplômés", a martelé le chef de l'Etat turc à la télévision.

"On a déjà du mal à s'en sortir économiquement, on fait tellement de sacrifices. Ce genre de discours c'est la goutte qui fait déborder le vase. J'y pensais depuis un moment, mais les propos du président ont été décisifs", raconte le médecin de 38 ans, qui a souhaité ne donner que son prénom.

Mesut est l'un des milliers de Turcs hautement qualifiés qui, désespérés par la situation économique et politique, cherchent par tous les moyens à partir pour l'étranger.

Même la perspective en juin prochain des élections parlementaires et présidentielle - à laquelle M. Erdogan, au pouvoir depuis 2003, se représente - ne semble pas leur donner confiance.

Les médecins et autres professionnels de la santé, dont de nombreux pays européens manquent pour leur population vieillissante, sont parmi les premiers à faire leur valise.

Selon l'Ordre des médecins de Turquie, dans les neuf premiers mois de cette année, 1.938 médecins ont fait une demande d'attestation de "bonne conduite", nécessaire à l'exercice de leur métier à l'étranger.

Témoins du désir de partir de nombreux médecins, les demandes pour ce document ont triplé ces trois dernières années.

Le taux d'inflation a dépassé 83% sur un an le mois dernier et la livre turque a vu dans le même temps sa valeur fondre de plus de 50% face au dollar, rendant la vie quotidienne difficile.

- Espoir d'un meilleur avenir -

Mais l'économie en berne et les bas salaires ne suffisent pas à expliquer cette fuite des cerveaux les mieux formés, jeunes diplômés comme professionnels expérimentés.

De très longs horaires de travail, des gardes pouvant atteindre 36 heures sans repos, les violences exercées parfois par l'entourage des patients - généralement impunies - s'ajoutent au tableau déjà sombre du quotidien des médecins turcs.

Selon un rapport du syndicat Saglik-Sen, 339 professionnels de la santé ont été victimes de violences sur leur lieu de travail dans les neuf premiers mois de 2022.

Après le meurtre d'un cardiologue par un proche d'un patient en juillet, les organisations de médecins ont reproché au gouvernement son inaction, même si les peines ont été récemment durcies.

"Lorsque je discute avec mes amis, le plus dur c'est le désespoir qui nous ronge. Tous sont malheureux et cherchent des alternatives", raconte Mesut qui a commencé à apprendre l'allemand et compte partir l'été prochain en Allemagne où il espère offrir "un meilleur avenir" à ses deux enfants.

Outre la médecine, de jeunes diplômés et même des étudiants sur lesquels Erdogan compte pour compenser les départs se préparent eux aussi à quitter la Turquie.

"La crise économique, mais aussi les restrictions aux libertés poussent les jeunes à partir à l'étranger. C'est tellement triste. Ces cerveaux devraient être une richesse pour le pays", se désole Tezcan Karakus Candan, présidente de la Chambre des architectes d'Ankara.

De plus en plus d'architectes sollicitent la chambre pour se renseigner sur les conditions d'installation dans un pays tiers, assure-t-elle.

- "Aspirations basses" -

Burcu Basmaci, architecte à Ankara, rêve ainsi de quitter la Turquie comme deux de ses amis qui ont récemment plié bagages pour les Etats-Unis.

"Ils ne sont plus architectes... ils travaillent comme serveurs. Mais ils sont plus heureux que moi. Ici, on est tellement désespéré qu'on n'a envie de rien faire", déplore-t-elle.

Le durcissement du pouvoir envers les opposants depuis 2016 et le coup d'état raté, avec de nombreuses restrictions à la liberté d'expression contribuent pour beaucoup à ce sentiment de "désespoir".

"Les jeunes ont l'impression que leur vie est confisquée. Leur demande principale est en fait la démocratie", estime Mme Candan.

Des critiques balayées comme "de basses aspirations" par le chef de l'Etat turc.

"Ceux qui frappent aux portes d'autres pays pour des aspirations aussi basses que monter dans de meilleures voitures, ou pouvoir assister à davantage de concerts nous font pitié", assénait M. Erdogan fin septembre.

"Nous les jeunes, nous voulons un environnement libre", confie Hale, étudiante en troisième année de médecine à Ankara et qui songe elle aussi au départ.

"Si les choses changent en Turquie, je resterai. Mais on n'arrive pas à envisager un changement à court terme" lâche-t-elle.

M.Delgado--TFWP