The Fort Worth Press - La France "moche" des périphéries commerciales dans le viseur du gouvernement

USD -
AED 3.672497
AFN 72.212319
ALL 95.002939
AMD 395.240193
ANG 1.801387
AOA 832.824991
ARS 868.721399
AUD 1.558094
AWG 1.8
AZN 1.701
BAM 1.839688
BBD 2.018126
BDT 109.696505
BGN 1.841504
BHD 0.376872
BIF 2869
BMD 1
BND 1.364199
BOB 6.931452
BRL 5.244499
BSD 0.999516
BTN 83.574368
BWP 13.815062
BYN 3.271048
BYR 19600
BZD 2.01474
CAD 1.38055
CDF 2789.999981
CHF 0.912195
CLF 0.035826
CLP 988.549785
CNY 7.236965
CNH 7.26296
COP 3915.5
CRC 500.599647
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.250139
CZK 23.72675
DJF 177.719939
DKK 7.017805
DOP 59.474987
DZD 134.807561
EGP 48.497302
ERN 15
ETB 56.872616
EUR 0.94057
FJD 2.278983
FKP 0.802762
GBP 0.803425
GEL 2.669886
GGP 0.802762
GHS 13.423633
GIP 0.802762
GMD 67.825011
GNF 8590.792153
GTQ 7.77425
GYD 209.279248
HKD 7.832015
HNL 24.67654
HRK 7.08016
HTG 132.53505
HUF 371.994004
IDR 16288
ILS 3.756915
IMP 0.802762
INR 83.645902
IQD 1309.359759
IRR 42074.999928
ISK 141.749864
JEP 0.802762
JMD 155.270126
JOD 0.708701
JPY 154.623994
KES 131.50031
KGS 89.106099
KHR 4041.89575
KMF 462.84983
KPW 900.00035
KRW 1390.294972
KWD 0.30819
KYD 0.83293
KZT 448.643844
LAK 21259.964727
LBP 89507.912992
LKR 300.071018
LRD 193.000256
LSL 18.898309
LTL 2.95274
LVL 0.604889
LYD 4.831086
MAD 10.166351
MDL 17.791887
MGA 4393.650794
MKD 57.889792
MMK 2099.020332
MNT 3450.000346
MOP 8.063116
MRU 39.674993
MUR 46.701281
MVR 15.444961
MWK 1732.533804
MXN 16.95515
MYR 4.791983
MZN 63.495732
NAD 18.906863
NGN 1147.703014
NIO 36.788118
NOK 10.97259
NPR 133.718989
NZD 1.69657
OMR 0.384961
PAB 0.999516
PEN 3.728505
PGK 3.785103
PHP 57.020498
PKR 278.121746
PLN 4.106695
PYG 7401.763668
QAR 3.64075
RON 4.679737
RSD 110.15103
RUB 93.324979
RWF 1288.195539
SAR 3.75123
SBD 8.475185
SCR 13.58487
SDG 586.000204
SEK 10.94092
SGD 1.36361
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.503664
SOS 571.470907
SRD 34.784502
STD 20697.981008
SVC 8.745996
SYP 2512.53037
SZL 19.052501
THB 36.645001
TJS 10.929853
TMT 3.5
TND 3.112501
TOP 2.390497
TRY 32.514955
TTD 6.784715
TWD 32.517299
TZS 2589.999839
UAH 39.558091
UGX 3833.075443
UYU 38.885727
UZS 12660.906863
VEF 3622552.534434
VES 36.237127
VND 25290
VUV 118.722038
WST 2.803608
XAF 617.014152
XAG 0.0353
XAU 0.000418
XCD 2.70255
XDR 0.759466
XOF 617.014152
XPF 112.45005
YER 250.325021
ZAR 18.997104
ZMK 9001.204736
ZMW 25.062904
ZWL 321.999592
  • AEX

    -9.3700

    874.67

    -1.06%

  • BEL20

    -56.6500

    3796.92

    -1.47%

  • PX1

    -112.6300

    7932.61

    -1.4%

  • ISEQ

    -119.7700

    9778.52

    -1.21%

  • OSEBX

    -18.7900

    1343.16

    -1.38%

  • PSI20

    -44.5100

    6224.16

    -0.71%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -44.6300

    2080.62

    -2.1%

  • N150

    -41.3000

    3316.46

    -1.23%

La France "moche" des périphéries commerciales dans le viseur du gouvernement
La France "moche" des périphéries commerciales dans le viseur du gouvernement / Photo: © AFP/Archives

La France "moche" des périphéries commerciales dans le viseur du gouvernement

"Boîtes à chaussures" alignées sur des kilomètres, publicités tapageuses et parkings XXL, la "France moche" des zones commerciales périurbaines des années 1970 n'est plus en phase avec l'objectif de sobriété foncière et énergétique du XXIe siècle et va faire l'objet d'un dispositif national de requalification.

Taille du texte:

Malgré sa cathédrale classée au patrimoine mondial de l'Unesco, Chartres n'échappe pas, comme la plupart des villes, à la présence d'une zone commerciale bien en vue sur son entrée Est, jouxtée d'entrepôts et de barres entrecoupées de parkings.

"Avec la cathédrale, cette entrée de ville, on ne peut pas la salir", clame le maire Jean-Pierre Gorges (DVD) qui prévoit de déménager 200 m plus loin les supermarchés, magasins de meubles et autres commerces sur une ancienne base militaire dont les sols doivent être dépollués.

Objectif? Faire "plus beau" avec des bâtiments plus respectueux de l'environnement de la cathédrale, moins de bitume, davantage d'espaces verts et probablement des surfaces commerciales amaigries.

A la place de l'actuelle zone commerciale, 3.000 logements doivent pousser. "Ça a l'air simple mais c'est plus de dix ans de travail et encore, nous sommes propriétaires du foncier", observe M. Gorges.

Apparues durant les Trente Glorieuses, les zones commerciales périphériques furent d'abord le symbole de l'accès des classes moyennes à la consommation de masse. Cinquante ans plus tard, les voilà l'emblème de l'étalement urbain le plus spectaculaire d'Europe.

En 1982, les lois de décentralisation confient aux communes le soin d'élaborer leurs plans d'aménagement. "Chacune se lance alors dans la création d'une Zac (zone d'aménagement concertée) sans forcément de projet, pensant que ça va apporter de l'emploi et de la fiscalité", retrace Christophe Demazière, professeur en urbanisme à l'université de Tours.

- "Fuite en avant" -

Contre toute attente, le phénomène s'accélère dans les années 2000, alors que la consommation stagne et qu'internet grignote des parts de marché.

"La France a vu autant de surfaces commerciales émerger ces vingt dernières années que lors des quarante précédentes", souligne Pascal Madry, directeur de l'Institut pour la ville et le commerce (IVC), qui en recense 1.500.

En cause selon lui, la compétition entre collectivités, "chaque maire voulant son Decathlon", et la "fuite en avant des enseignes qui ont accéléré leurs ouvertures pour compenser leurs pertes grâce à des économies d'échelle".

Si le commerce de périphérie concentre toujours 70% des dépenses des Français, la vacance augmente pour atteindre 15 millions de m2, selon l'IVC, avec un risque "d'enfrichement".

Conscients de la situation, les promoteurs sont aujourd'hui plus enclins à réaménager ces zones par ailleurs rattrapées par l'enjeu climatique. L'objectif du "zéro artificialisation nette" en 2050, qui rend désormais impossible l'extension incontrôlée, en font aussi des réserves foncières stratégiques.

"Ces espaces qui génèrent des déséquilibres environnementaux importants et une concurrence avec les commerces de centre ville doivent aujourd'hui être réintégrés à la ville", plaide Nicolas Gillio, chargé de mission au Cerema, un établissement public dédié aux politiques d'aménagement et de transport.

L'accent a jusqu'ici surtout porté sur la revitalisation des centres des villes moyennes, avec le programme "Action coeur de ville" (ACV). La ministre des Collectivités territoriales Caroline Cayeux a confirmé vendredi que les entrées de ville figureraient dans la version II de ce dispositif.

- "Recyclage possible" -

"Nous voulons démontrer que le recyclage des entrées de villes est possible. Il y a les zones commerciales mais aussi les friches, les casses, le pavillonnaire diffus. On a beaucoup mis la ville à la campagne et aujourd'hui il faut faire l'inverse", insiste Rollon Mouchel-Blaisot, préfet directeur d'ACV.

A Montigny-les-Cormeilles (Val-d'Oise), 21.000 habitants, l'enfilade de surfaces commerciales de la "route du meuble" fait ainsi peau neuve.

"Le boulevard déshumanisait la ville et la coupait en deux, avec beaucoup d'embouteillages et un taux de vacance énorme", raconte le maire Jean-Noël Carpentier (MDP). Cette portion de 1,5 km doit accueillir un millier de logements, avec des commerces, une école, un cabinet médical et des bureaux.

Les foncières changent aussi leur fusil d'épaule. "On travaille au réenchantement des zones commerciales là où la ville les rattrape, en installant des crèches, des services, dans un esprit de quartier plus urbain", assure Eric Grimonpon, directeur général de la foncière Etixia.

Parmi les freins, la longueur des opérations, qui dépasse souvent la durée d'un mandat, et l'équilibre financier compliqué dans les villes en déclin.

De plus, chasser une enseigne oblige à l'indemniser, "ce qui peut représenter 2,5 millions d'euros pour une surface standard de 1.000 m2", prévient Pascal Madry.

T.Mason--TFWP