The Fort Worth Press - Les Etats-Unis allègent un peu la pression sur le Venezuela pour favoriser le dialogue politique

USD -
AED 3.673029
AFN 71.000265
ALL 92.649577
AMD 388.369638
ANG 1.803234
AOA 850.498008
ARS 890.024802
AUD 1.51159
AWG 1.8025
AZN 1.69797
BAM 1.805659
BBD 2.020191
BDT 117.212059
BGN 1.806935
BHD 0.376813
BIF 2879
BMD 1
BND 1.349398
BOB 6.914157
BRL 5.152501
BSD 1.000586
BTN 83.303836
BWP 13.52075
BYN 3.274431
BYR 19600
BZD 2.016821
CAD 1.36943
CDF 2799.999624
CHF 0.915173
CLF 0.032569
CLP 898.690102
CNY 7.241303
CNH 7.25508
COP 3829.75
CRC 513.03818
CUC 1
CUP 26.5
CVE 102.149905
CZK 22.8413
DJF 177.720172
DKK 6.8932
DOP 58.749724
DZD 134.622974
EGP 46.785601
ERN 15
ETB 57.124983
EUR 0.923802
FJD 2.260017
FKP 0.796099
GBP 0.786301
GEL 2.719871
GGP 0.796099
GHS 14.550293
GIP 0.796099
GMD 67.749965
GNF 8600.99987
GTQ 7.774439
GYD 209.330988
HKD 7.80675
HNL 24.760301
HRK 6.979956
HTG 133.324101
HUF 357.719792
IDR 16037.8
ILS 3.67392
IMP 0.796099
INR 83.28915
IQD 1310
IRR 42062.49576
ISK 138.680454
JEP 0.796099
JMD 156.100263
JOD 0.708901
JPY 156.747994
KES 132.000093
KGS 88.020946
KHR 4076.999925
KMF 454.850131
KPW 899.999697
KRW 1366.825047
KWD 0.30699
KYD 0.833856
KZT 443.007298
LAK 21374.999912
LBP 89549.99983
LKR 300.106172
LRD 193.574992
LSL 18.289639
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.83499
MAD 9.91625
MDL 17.679798
MGA 4444.000299
MKD 56.874469
MMK 2101.166956
MNT 3449.999773
MOP 8.044887
MRU 39.729828
MUR 46.159969
MVR 15.450208
MWK 1732.507189
MXN 16.65357
MYR 4.692503
MZN 63.498111
NAD 18.289678
NGN 1432.501353
NIO 36.750194
NOK 10.708403
NPR 133.288095
NZD 1.641015
OMR 0.384794
PAB 1.000609
PEN 3.734033
PGK 3.8415
PHP 58.034942
PKR 278.549802
PLN 3.944686
PYG 7528.043207
QAR 3.64125
RON 4.5963
RSD 108.222031
RUB 90.201968
RWF 1296
SAR 3.750445
SBD 8.500231
SCR 13.806018
SDG 601.000008
SEK 10.736898
SGD 1.349896
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999926
SRD 32.510249
STD 20697.981008
SVC 8.754899
SYP 2512.529855
SZL 18.29016
THB 36.439908
TJS 10.790969
TMT 3.5
TND 3.121503
TOP 2.36205
TRY 32.196201
TTD 6.790443
TWD 32.274503
TZS 2595.000564
UAH 39.809905
UGX 3813.823379
UYU 38.443429
UZS 12739.999865
VEF 3622552.534434
VES 36.500742
VND 25465
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 605.601256
XAG 0.032485
XAU 0.00042
XCD 2.70255
XDR 0.755851
XOF 603.496475
XPF 110.624981
YER 250.4053
ZAR 18.277499
ZMK 9001.206495
ZMW 26.089887
ZWL 321.999592
  • AEX

    -1.0000

    910.52

    -0.11%

  • BEL20

    5.9900

    3996.7

    +0.15%

  • PX1

    -49.6600

    8092.11

    -0.61%

  • ISEQ

    70.8700

    10053.16

    +0.71%

  • OSEBX

    -6.2700

    1418.31

    -0.44%

  • PSI20

    44.8800

    6950.11

    +0.65%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    49.4400

    2059.11

    +2.46%

  • N150

    -21.5100

    3504.27

    -0.61%

Les Etats-Unis allègent un peu la pression sur le Venezuela pour favoriser le dialogue politique
Les Etats-Unis allègent un peu la pression sur le Venezuela pour favoriser le dialogue politique / Photo: © AFP/Archives

Les Etats-Unis allègent un peu la pression sur le Venezuela pour favoriser le dialogue politique

Les Etats-Unis ont annoncé mardi un allègement très limité des lourdes sanctions contre le Venezuela, présenté comme un geste pour favoriser une reprise imminente du dialogue entre le président Nicolas Maduro et l'opposition soutenue par Washington.

Taille du texte:

Après la levée de certaines restrictions visant Cuba lundi, c'est le deuxième adversaire latino-américain des Etats-Unis qui bénéficie d'un tel coup de pouce.

Même si les responsables américains parlent de "coïncidences", l'approche du sommet des Amériques organisé en juin par le président Joe Biden à Los Angeles n'y est peut-être pas étrangère : le Mexique menace de boycotter la réunion si Cuba, le Venezuela et le Nicaragua ne sont pas invités et pourrait donc être sensible à ces assouplissements de la position américaine.

Concernant le Venezuela, l'allègement des sanctions est "lié à un accord des deux camps pour reprendre les négociations" à Mexico afin de trouver une issue à la crise politique vénézuélienne, qu'"ils devraient annoncer très prochainement", a déclaré un haut responsable américain à des journalistes.

Dans la foulée, le gouvernement chaviste et l'opposition vénézuélienne se sont rencontrés mardi, après l'interruption en octobre du processus de négociations qu'ils menaient au Mexique.

Les chefs des deux délégations, Jorge Rodríguez, représentant du président Nicolás Maduro, et le leader de l'opposition Gerardo Blyde ont écrit le même message sur leurs comptes Twitter : "En réunion de travail pour les plans futurs. Pour ressusciter l'esprit du Mexique", accompagné d'une photo d'eux se serrant la main.

"Le Venezuela aspire à ce que ces décisions des Etats-Unis ouvrent la voie à la levée absolue des sanctions illicites qui affectent tout notre peuple", a réagi le vice-président Delcy Rodriguez.

Le haut responsable américain a précisé auparavant que cette mesure avait été prise "à la demande du gouvernement vénézuélien de transition" de l'opposant Juan Guaido, reconnu par les Etats-Unis comme étant le président légitime du Venezuela.

Une rare visite d'émissaires du gouvernement américain auprès du président socialiste, en mars, avait conduit à la libération de deux Américains détenus au Venezuela et à la promesse d'une reprise du dialogue avec l'opposition.

A l'époque, ce déplacement avait alimenté les conjectures sur une possible entorse à l'embargo sur le pétrole vénézuélien imposé par Washington en 2019 dans l'espoir d'évincer Nicolas Maduro.

Les Etats-Unis faisaient en effet le tour du monde en quête d'hydrocarbures pour compenser la perte du brut russe à la suite des sanctions en réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

- "Dérogation limitée" -

Mais les mesures de mardi n'ont aucun lien avec une volonté de faire baisser les prix du pétrole, a assuré le responsable américain.

Cet "allègement de sanctions" concerne avant tout une "dérogation limitée" octroyée au groupe pétrolier américain Chevron dans le cadre de l'embargo.

Cette société pourra "négocier les termes de potentielles futures activités au Venezuela", sans toutefois conclure de nouvel accord avec la compagnie nationale vénézuélienne PDVSA, a expliqué ce responsable.

"Le Venezuela a vérifié et confirmé les informations diffusées selon lesquelles les Etats-Unis d'Amérique ont autorisé des entreprises pétrolières américaines et européennes à négocier et à reprendre leurs opérations au Venezuela", a réagi sur Twitter la vice-présidente vénézuélienne, Delcy Rodriguez.

Mme Rodriguez a dit espérer que ces décisions "ouvrent la voie à la levée complètes des sanctions illégales qui touchent tout notre peuple".

De son côté, la Plate-forme unitaire, qui regroupe les principaux partis de l'opposition vénézuélienne, a réclamé dans un communiqué une date pour la reprise des pourparlers, précisant qu'elle n'avait pas demandé à Washington d'assouplir les sanctions individuelles.

Selon des médias américains, Carlos Erik Malpica Flores, un ex-cadre de PDVSA et neveu de la Première dame vénézuélienne, doit être retiré de la liste noire du Trésor américain.

Le haut responsable américain a martelé que la politique américaine à l'égard du Venezuela demeurait inchangée : les sanctions seront "allégées" en cas d'avancées vers la démocratie et des élections "libres" et "alourdies" si le processus déraille.

Cette garantie n'a pas suffi à rassurer certains élus américains en première ligne dans l'opposition au pouvoir à Caracas.

"Le président Biden affirme soutenir la démocratie et les droits humains, mais sa politique étrangère est bâtie sur la recherche de conciliation et l'octroi de concessions aux dictateurs", a dénoncé le sénateur républicain de Floride Marco Rubio, dont l'Etat accueille la plus grosse communauté de la diaspora vénézuélienne aux Etats-Unis.

"Faire pour Maduro une poignée de gestes non mérités seulement pour que son régime promette de s'asseoir à la table des négociations est une stratégie vouée à l'échec", a pesté son collègue Bob Menendez, membre du parti démocrate comme Joe Biden.

Ces mêmes sénateurs avaient déjà dénoncé la veille la décision de lever une série de restrictions visant Cuba.

Cette timide ouverture à l'égard de l'île communiste des Caraïbes reste toutefois loin de celle, historique, décidée pendant son mandat à la Maison Blanche par Barack Obama avant d'être remise en cause par son successeur républicain Donald Trump.

T.Mason--TFWP