The Fort Worth Press - La transformation de bureaux en logements, une solution qui peine à décoller

USD -
AED 3.672968
AFN 71.737228
ALL 92.504722
AMD 387.156217
ANG 1.800157
AOA 848.358955
ARS 889.736749
AUD 1.508705
AWG 1.8025
AZN 1.703903
BAM 1.801999
BBD 2.016769
BDT 117.160363
BGN 1.801999
BHD 0.376468
BIF 2867.093564
BMD 1
BND 1.348689
BOB 6.901921
BRL 5.138619
BSD 0.998848
BTN 83.019118
BWP 13.570738
BYN 3.268807
BYR 19600
BZD 2.01336
CAD 1.36674
CDF 2810.000183
CHF 0.914375
CLF 0.032935
CLP 908.785185
CNY 7.242031
CNH 7.26256
COP 3864.744092
CRC 512.092873
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.593956
CZK 22.69575
DJF 177.841249
DKK 6.878025
DOP 58.819736
DZD 134.383379
EGP 47.152913
ERN 15
ETB 57.390519
EUR 0.92192
FJD 2.26765
FKP 0.796099
GBP 0.78483
GEL 2.709748
GGP 0.796099
GHS 14.532639
GIP 0.796099
GMD 67.774974
GNF 8586.17036
GTQ 7.758787
GYD 208.974064
HKD 7.81165
HNL 24.683282
HRK 6.979956
HTG 132.795872
HUF 354.33503
IDR 16045
ILS 3.658575
IMP 0.796099
INR 83.05875
IQD 1308.425853
IRR 42075.000226
ISK 138.202706
JEP 0.796099
JMD 156.318238
JOD 0.708903
JPY 157.017031
KES 130.34505
KGS 87.955702
KHR 4074.261759
KMF 455.650003
KPW 899.999697
KRW 1366.7023
KWD 0.30701
KYD 0.832358
KZT 442.391855
LAK 21378.357212
LBP 89445.15594
LKR 299.212236
LRD 193.574965
LSL 18.480059
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.839913
MAD 9.963146
MDL 17.71963
MGA 4426.221956
MKD 56.774312
MMK 2097.572212
MNT 3449.999773
MOP 8.03796
MRU 39.739648
MUR 46.080489
MVR 15.460081
MWK 1731.791588
MXN 16.697005
MYR 4.711502
MZN 63.505683
NAD 18.480117
NGN 1468.459891
NIO 36.762335
NOK 10.59558
NPR 132.830884
NZD 1.634575
OMR 0.384669
PAB 0.998848
PEN 3.734095
PGK 3.881697
PHP 58.204498
PKR 277.863546
PLN 3.922729
PYG 7512.783895
QAR 3.641504
RON 4.587975
RSD 107.934675
RUB 91.624968
RWF 1313.493343
SAR 3.750598
SBD 8.475185
SCR 13.658967
SDG 600.999704
SEK 10.67024
SGD 1.349995
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999872
SRD 32.2745
STD 20697.981008
SVC 8.740038
SYP 2512.529855
SZL 18.363661
THB 36.669016
TJS 10.767402
TMT 3.51
TND 3.11875
TOP 2.364803
TRY 31.718165
TTD 6.783065
TWD 32.246499
TZS 2596.950293
UAH 40.091215
UGX 3800.617312
UYU 38.439213
UZS 12698.207951
VEF 3622552.534434
VES 36.500745
VND 25471
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 604.373704
XAG 0.032955
XAU 0.000428
XCD 2.70255
XDR 0.754503
XOF 604.373704
XPF 110.701412
YER 250.350324
ZAR 18.410221
ZMK 9001.173613
ZMW 26.658682
ZWL 321.999592
  • AEX

    0.9100

    915.21

    +0.1%

  • BEL20

    -5.9600

    3969.92

    -0.15%

  • PX1

    -7.2900

    8094.97

    -0.09%

  • ISEQ

    -49.6000

    10071.84

    -0.49%

  • OSEBX

    -1.5700

    1423.46

    -0.11%

  • PSI20

    -24.2400

    6900.34

    -0.35%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    10.3800

    2045.74

    +0.51%

  • N150

    12.5900

    3509.44

    +0.36%

La transformation de bureaux en logements, une solution qui peine à décoller
La transformation de bureaux en logements, une solution qui peine à décoller / Photo: © AFP

La transformation de bureaux en logements, une solution qui peine à décoller

A l'image de l'ancienne préfecture de Paris Morland, où se sont installés fin avril des premiers locataires, la transformation de bureaux en logements a le vent en poupe à Paris... malgré des écueils toujours conséquents.

Taille du texte:

Boulevard Morland en plein coeur de la capitale (IVe arrondissement), l'immeuble massif des années 60 qui abritait la préfecture et des services municipaux a fait peau neuve.

Pour en tirer - entre autres usages - quelque 200 logements (dont 40% de logements sociaux), il a fallu des travaux conséquents. "On n'a conservé que la structure en béton. On a refait les isolations, les faux plafonds...", détaille Julien Desenepart, directeur opérationnel chez le promoteur du projet, Emerige.

Plusieurs autres chantiers emblématiques de transformation de bureaux ou de commerces en logements sont en cours dans la capitale, comme l'ancien siège des Hôpitaux de Paris (AP-HP) ou l'ancien magasin Tati Barbès.

- Paris en pointe -

Causes de ce succès : d'une part le développement du télétravail, qui fait baisser la demande pour les locaux de bureaux. Et d'autre part les normes environnementales.

L'objectif "zéro artificialisation nette" (ZAN), inscrit dans la loi, tend à favoriser la réhabilitation des bâtiments ou des friches plutôt que d'accentuer l'étalement urbain.

Le groupe Action Logement, co-géré par patronat et syndicats, a ainsi créé en 2020 une foncière de transformation immobilière (FTI), qui doit y dédier 1,5 milliard d'euros dans les prochaines années.

Elle est par exemple chargée de créer 91 logements dans l'ancien siège de l'Urssaf Lorraine, un immeuble haussmannien en centre-ville de Metz.

"Dans cette volonté de limiter l'artificialisation des terres et l'empreinte carbone dans la construction, la reconquête de ces espaces vacants ou mal occupés est intéressante, notamment dans les zones denses", témoigne Kevin Maruszak, directeur général de la FTI.

Selon une estimation du ministère du Logement, depuis 2013, quelque 5.300 logements autorisés par an étaient auparavant des bureaux. Soit environ 1,2% des permis de construire.

Mais à Paris, ville très dense où le foncier est aussi rare que cher, ce chiffre dépasse les 12%.

"Il y a un gisement extrêmement important en Ile-de-France", se félicite Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président (UDI) de la région francilienne, chargé de l'urbanisme.

"On estime qu'on va avoir 300.000 mètres carrés qui vont se libérer par an, avec un gisement antérieur qui était de 4 millions. Donc il y a une marge qui est absolument énorme", dit-il.

Les promoteurs d'immeubles de bureaux, de leur côté, mettent en avant la "réversibilité" de leurs constructions, c'est-à-dire la possibilité de changer leur usage à l'avenir, comme pour la future Tour Triangle à Paris.

- Obstacles -

Restent cependant d'importants obstacles, économiques surtout.

Pour les propriétaires de bureaux, souvent de grandes entreprises gestionnaires d'actifs, il est plus intéressant, économiquement, de louer des bureaux que des logements. Et accepter leur transformation signifie souvent acter une perte de valeur.

"Un immeuble de bureaux qui fonctionne mal, son propriétaire va quand même le garder, jusqu'à ce qu'il arrive au point de rupture; et là, c'est la loi du marché qui s'impose", explique Hideki Kurata, dirigeant pour la France de la foncière résidentielle américaine Greystar.

Les travaux peuvent également être onéreux. Les immeubles des années 1970-80, explique Kevin Maruszak, "sont des bâtiments très épais, qui peuvent aussi être pollués, notamment avec de l'amiante."

Une tour aura aussi beaucoup d'espaces "aveugles", sans fenêtre, et donc difficiles à transformer en pièce à vivre sans perdre en surface.

Les élus locaux peuvent aussi être réticents, car des logements rapporteront moins d'impôts locaux que des bureaux et entraîneront un besoin en nouveaux services publics coûteux : écoles, crèches...

"Il y a un intérêt +macro+ à le faire. Parce que coûts moindres, bilan énergétique moindre, crise du logement... Mais si on se place d'un point de vue local, il n'y a pas forcément d'intérêt économique, pour un maire, à le faire. Il peut même y avoir des inconvénients", confie Jean-Philippe Dugoin-Clément.

Les pouvoirs publics ont aussi pris des mesures pour favoriser ces changements. La loi Elan de 2018 permet aux chantiers de transformation de bureaux en logements de déroger à certaines règles, notamment les quotas de logements sociaux.

W.Matthews--TFWP