The Fort Worth Press - Dans l'est de l'Ukraine, New York sous le feu des tirs russes

USD -
AED 3.673015
AFN 71.913174
ALL 92.41957
AMD 387.83739
ANG 1.80347
AOA 849.000261
ARS 886.778599
AUD 1.497005
AWG 1.8025
AZN 1.698703
BAM 1.800457
BBD 2.020435
BDT 117.188938
BGN 1.79877
BHD 0.376928
BIF 2866.532572
BMD 1
BND 1.346872
BOB 6.915344
BRL 5.118497
BSD 1.00069
BTN 83.345147
BWP 13.522345
BYN 3.274727
BYR 19600
BZD 2.01703
CAD 1.36243
CDF 2805.000219
CHF 0.90971
CLF 0.032344
CLP 892.460395
CNY 7.233197
CNH 7.243795
COP 3829.53
CRC 512.192652
CUC 1
CUP 26.5
CVE 101.506978
CZK 22.783003
DJF 178.165416
DKK 6.869705
DOP 58.546824
DZD 134.487027
EGP 46.669091
ERN 15
ETB 57.482119
EUR 0.920755
FJD 2.2549
FKP 0.796099
GBP 0.78768
GEL 2.749703
GGP 0.796099
GHS 14.410649
GIP 0.796099
GMD 67.897294
GNF 8601.715004
GTQ 7.775205
GYD 209.365909
HKD 7.79991
HNL 24.732361
HRK 6.979956
HTG 132.671144
HUF 355.076496
IDR 15981.05
ILS 3.706625
IMP 0.796099
INR 83.2979
IQD 1310.987959
IRR 42062.512517
ISK 138.389752
JEP 0.796099
JMD 156.348322
JOD 0.708903
JPY 155.828021
KES 131.502985
KGS 88.195505
KHR 4073.479119
KMF 452.724972
KPW 899.999697
KRW 1360.815027
KWD 0.30693
KYD 0.833947
KZT 443.799021
LAK 21358.678142
LBP 89608.689649
LKR 299.85732
LRD 193.495805
LSL 18.209978
LTL 2.95274
LVL 0.60489
LYD 4.836379
MAD 9.91586
MDL 17.666498
MGA 4431.352695
MKD 56.661266
MMK 2101.348552
MNT 3449.999773
MOP 8.039548
MRU 39.701507
MUR 45.940393
MVR 15.459692
MWK 1734.984121
MXN 16.60195
MYR 4.684959
MZN 63.497294
NAD 18.209731
NGN 1494.059868
NIO 36.831616
NOK 10.69096
NPR 133.356961
NZD 1.636375
OMR 0.384893
PAB 1.000755
PEN 3.740656
PGK 3.887472
PHP 57.907988
PKR 278.482533
PLN 3.91594
PYG 7491.140056
QAR 3.641497
RON 4.580703
RSD 107.852082
RUB 90.890184
RWF 1293.873982
SAR 3.750439
SBD 8.475946
SCR 13.609543
SDG 600.999734
SEK 10.69264
SGD 1.34687
SHP 1.26345
SLE 22.847303
SLL 20969.50094
SOS 570.999629
SRD 32.182972
STD 20697.981008
SVC 8.75649
SYP 2512.529855
SZL 18.227091
THB 36.102027
TJS 10.857836
TMT 3.5
TND 3.115011
TOP 2.356973
TRY 32.199603
TTD 6.793828
TWD 32.253499
TZS 2589.99976
UAH 39.67064
UGX 3798.284052
UYU 38.820562
UZS 12703.906912
VEF 3622552.534434
VES 36.580745
VND 25455
VUV 118.72199
WST 2.803093
XAF 603.81737
XAG 0.031996
XAU 0.000413
XCD 2.70255
XDR 0.755926
XOF 603.81737
XPF 110.350237
YER 249.897402
ZAR 18.236598
ZMK 9001.203383
ZMW 25.84158
ZWL 321.999592
  • AEX

    -0.4600

    912.82

    -0.05%

  • BEL20

    -0.8000

    4003.92

    -0.02%

  • PX1

    45.7300

    8212.44

    +0.56%

  • ISEQ

    -14.0100

    9995.32

    -0.14%

  • OSEBX

    7.3300

    1416.42

    +0.52%

  • PSI20

    48.2100

    6935.54

    +0.7%

  • ENTEC

    -5.8300

    1416.23

    -0.41%

  • BIOTK

    -20.7700

    2056

    -1%

  • N150

    -8.5300

    3544.58

    -0.24%

Dans l'est de l'Ukraine, New York sous le feu des tirs russes
Dans l'est de l'Ukraine, New York sous le feu des tirs russes / Photo: © AFP

Dans l'est de l'Ukraine, New York sous le feu des tirs russes

A quatre ans, le petit garçon sait déjà reconnaître le sifflement des missiles russes qui s'abattent sur New York.

Taille du texte:

"En voilà un", signale le garçonnet avec calme, quelques secondes avant que ne retentisse l'explosion d'un bâtiment, non loin de là.

Sa mère, épuisée, ne prend même pas la peine de se baisser. Après bientôt trois mois de guerre entre l'Ukraine et la Russie, Valéria Kolakévytch a entendu tant de tirs d'artillerie qu'elle sait par instinct reconnaître ceux qui atterriront tout près et ceux qui frapperont un peu plus loin.

La nuit dernière, des tirs ont ciblé son quartier, dont quatre maisons voisines de la sienne. "C'était terrible", raconte-t-elle.

"Et le plus terrible, c'est qu'il n'y a rien ici, juste des civils", ajoute cette femme de 28 ans, tandis qu'un nouveau tir s'abat sur leur rue en pente.

Cette fois, sa fille de 11 ans pousse un léger gémissement et se couvre les oreilles. Son petit frère se recroqueville. Leur mère leur saisit la main et s'éloigne.

Les tirs continuent, tirés depuis des champs qui marquaient jusqu'à récemment la ligne de démarcation entre les territoires saisis par les forces séparatistes prorusses en 2014 et ceux restés sous contrôle ukrainien.

- "De pire en pire" -

L'invasion de l'Ukraine lancée le 24 février par le président russe Vladimir Poutine a soufflé sur les braises du conflit entre Kiev et les républiques autoproclamées du Donbass, soutenues par Moscou, qui a fait 14.000 morts en huit ans.

Et après leur assaut raté dans la région de Kiev, et leur récent désengagement de Kharkiv, les troupes russes concentrent leur offensive sur cette partie du Donbass, jusqu'à la zone côtière entre Marioupol et la presqu'île de Crimée.

Baptisée Novgorodské en 1951 par les autorités soviétiques, la petite ville de 10.000 habitants --principalement peuplée de russophones-- a décidé à l'été 2021 de reprendre le nom que lui avaient donné au début du XIXe siècle ses fondateurs allemands, après cinq ans de lutte de militants locaux.

Depuis un mois, elle est sous un feu nourri d'artillerie, qui s'intensifie chaque jour, selon ses résidents.

"C'est de pire en pire. Avant, ça tirait un peu, mais cela ne nous dérangeait pas vraiment", confie Valentyna Kanébalotskaïa, une couturière de 71 ans, tout en rassemblant ses affaires pour déménager chez sa fille, dans une partie un peu plus sûre de la ville.

"Maintenant, ils tirent depuis l'ouest, l'est et le sud".

- Délaissée -

L'armée ukrainienne concentre ses troupes dans les villes voisines de Severodonetsk et Lyssytchansk, plus stratégiques, au nord-est de la ligne de front.

Face à l'offensive des troupes russes, New York se retrouve délaissée. Devant une base militaire abandonnée, où s'entassent les sacs de sable, un mannequin sans tête surveille l'une des principales rues de la ville.

Quelques soldats esseulés errent sur la place centrale, bombardée à plusieurs reprises la semaine passée.

"Vous voyez ce cratère? Un avion russe a fait ça", dit l'un d'eux, qui dit s'appeler Oleksandr, montrant un immense trou dans la route de terre.

En arrière-plan, le quartier industriel de la ville fait pâle figure, avec une usine et plusieurs autres bâtiments détruits par les bombes.

- Danger chimique -

Les Russes pourraient frapper une usine non loin qui abrite du phénol, un composant chimique utilisé pour la peinture et l'industrie du plastique, craint Oleksandr.

"C'est très inquiétant. Juste un tir et cela se transformerait en arme chimique", explique le soldat de 36 ans. "Si ça se déverse au sol, les conséquences seront tragiques".

Moscou comme Kiev s'accusent régulièrement de préparer des attaques chimiques, des accusations qui semblent au moins en partie servir à rejeter toute responsabilité au cas où un tir frapperait par accident un site de produits dangereux.

Les habitants de New York, eux, sont davantage préoccupés par l'absence d'eau courante et de gaz. Et certains pointent du doigt l'armée ukrainienne.

"Les Ukrainiens viennent ici pour tirer depuis les collines puis ils partent. Ensuite, nous nous faisons tous bombarder", accuse Ieléna Valérianova.

Comme d'autres russophones, elle préfère donner son patronyme aux journalistes de l'AFP plutôt que son nom de famille, de peur de représailles de la part de responsables locaux ukrainiens.

Les séparatistes de la république autoproclamée prorusse de Donetsk (DNR) "nous traitent mieux", soupire-t-elle.

X.Silva--TFWP